Alain Finkielkraut : « Je suis allé à Molenbeek. Nous étions hors d’Europe au cœur de l’Europe »

Finkielkraut

29/03/2016 – PARIS (NOVOpress) : Invité dimanche dernier d’Elisabeth Lévy pour L’Esprit de l’escalier, diffusée sur RCJ, Alain Finkielkraut a porté un regard particulièrement acéré sur le quartier de Molenbeek : « Je suis allé moi-même à Molenbeek. Je m’y suis promené en voiture, j’étais avec le sénateur belge Alain Destexhe et il m’a dit : “Nous n’avons pas intérêt à nous promener à pied, on risque de nous reconnaître et nous serions alors dans une situation très désagréable, nous pourrions être insultés, voire molestés.“

« Donc nous avons traversé Molenbeek en voiture. Toutes les femmes étaient voilées. […] Dans les quartiers que j’ai traversés, dans les rues que j’ai vues, toutes les femmes étaient voilées, tous les gens étaient d’apparence musulmane : les femmes étaient voilées, les hommes portaient des djellabas et des burnous, les enseignes des boutiques étaient rédigées en arabe. […] Nous étions hors de l’Europe, au cœur de l’Europe.

« Evidemment, devant ce phénomène, je suis étreint par le sentiment du trop tard et je me demande si la force du nombre ne réduit pas à néant toutes nos belles résolutions. […] Il y a des Molenbeek en France, en effet, mais je me demande parfois si la reconquête est encore possible. Et surtout, je me dis que la fracture risque de plus en plus de passer entre le djihadisme et le communautarisme : le prix à payer pour le combat contre le djihad sera peu à peu l’acception du communautarisme.

« A partir du moment où l’islam communautaire voudra refusera le djihadisme, alors il faudra soutenir l’islam communautaire. C’est le marché que l’UOIF et ses idiots utiles nous mettent d’ors et déjà en main. Moi je crois que nous devons dire non, mais je ne vois pas ce non apparaître et je ne vois pas non plus quelle forme il pourrait prendre. »

Le philosophe en est presque à reconnaître le Grand Remplacement ! Cette situation désespère Alain Finkielkraut, qui voit bien peu d’espoir :

« Je pense que la réponse serait l’intransigeance sur nos mœurs et nos lois, bien sûr. Mais cette réponse risque de rester un vœu pieux parce que nous sommes confrontés à la force du nombre. »

Nous ne pouvons que féliciter Alain Finkielkraut d’avoir su voir, et osé dire, que le nombre de musulmans était un problème. Il ne lui reste plus qu’à oser parler de la seule solution à ce problème : la remigration.

Migrants, la pitié dangereuse

24/10/2015 – FRANCE (NOVOpress)
Si Libé l’a décrété, c’est que ça doit être vrai : les « néo-réacs » représentent la nouvelle « pensée unique ». On trouve de tout dans la charrette des accusés, Finkielkraut, Sapir, Onfray, Biraben, comme le note notre chère Elisabeth Lévy dans son édito, « le seul point commun à tous les proscrits est précisément qu’ils sont proscrits » et soupçonnés d’accointances avec la diablesse Le Pen. À force d’être suspecté de pensée satanique par la presse de gôche au moindre mot de travers, « on ira tous au pilori » (même moi…), ce qui n’est somme toute pas bien grave car « le succès persistant de Houellebecq, Finkielkraut ou Zemmour laisse penser que plus personne n’écoute les donneurs de leçons et même que leurs proscriptions fonctionnent comme des prescriptions ».

Ce mois-ci, dans Causeur, le dossier « Migrants : la pitié dangereuse » essaie de concilier « devoir d’empathie » et réflexion critique sur l’accueil des réfugiés, comme nous y invite Elisabeth Lévy, laquelle se tient à distance de « la symphonie empathique » que jouent la plupart des médias, sans sombrer dans l’égoïsme national.
Dans l’échange épistolaire publié dans ce numéro, Alain Finkielkraut et Renaud Camus réinterprètent l’éternelle controverse entre Antigone et Créon, le cœur et la raison, bien que les esprits raisonnables ne soient pas dénués de cœur et les cœurs intelligents s’avèrent également doués de raison.


 

Alain Finkielkraut donne son avis sur le Front National

Finkielkraut

02/03/2015 – PARIS (NOVOpress)
Élisabeth Lévy et Alain Finkielkraut débattent chaque dimanche entre 12h et 12h30 sur les thèmes marquants de l’actualité sur les ondes de RCJ – 94.8 à Paris.

Ils se sont entretenus dans l’émission l’esprit de l’escalier du 29 mars sur la montée constante ces dernières années du parti de Marine Le Pen.

Après avoir palabré sur la déclaration de Serge et Beate Klarsfeld quant à leur éventuel exil si le FN accédait au pouvoir, la chroniqueuse interpelle le philosophe de but en blanc en fin d’émission sur sa posture politique : « je ne comprends plus ce qui vous sépare du Front National, finalement. »

Il rétorque : « Je n’appelle pas ici à voter Front National, tout au contraire. » L’essayiste académicien considère que le mouvement national n’est ni antisémite, ni fasciste, mais qu’il est démagogique et bonapartiste.

Alain Finkielkraut reproche également au FN d’argumenter sur : « l’opposition entre un peuple qui serait sain et une élite forcément pourrie et corrompue. »



Elisabeth Lévy : “Face à l’insécurité, les Français sont tentés par l’autodéfense”

13/12/2014 – FRANCE (NOVOpress)
La revue Causeur a consacré son numéro de décembre à l’insécurité. L’occasion pour Elisabeth Lévy de souligner – dans FigaroVox – que les Français font de moins en moins confiance à la justice pour les protéger.

Les Français sont-ils vraiment tentés par l’autodéfense ? Réponse d’Elisabeth Lévy :

En travaillant sur la question de la sécurité, nous avons découvert un phénomène intéressant et relativement souterrain. Je vous rassure, il ne s’agit pas d’autodéfense au sens «Clint Eastwood du terme» – les Français ne sont pas près de prendre massivement les armes – mais d’une forme embryonnaire et nouvelle d’auto-organisation: des citoyens, des commerçants – ce que les Américains appellent «community» – se regroupent, non pas pour jouer les shérifs à la place de la police, mais pour pallier ses carences et l’épauler, comme le montrent les reportages que nous publions. À Marseille, une association de citoyens vigilants («Papy simple flic») qui a signé une convention avec les autorités, organise une surveillance et se contente de signaler les faits inhabituels ou inquiétants à la police. Et le plus étonnant, c’est que ça marche: d’abord quand ils appellent, la police se déplace ; de plus, comme le dit Jean de Maillard, un magistrat que nous avons interrogé, dès qu’un endroit est placé sous surveillance, l’insécurité régresse. Même chose dans le quartier de la Bastille à Paris, où les commerçants ont recruté des «grands frères», de gros mastards non armés qui font déguerpir les racailles qui envahissent le quartier tous les week-ends. En résumé, je dirais que, pour les Français, le monopole de la force légale doit rester à l’Etat, mais qu’il faut parfois lui forcer la main, à cet Etat, pour qu’il l’exerce. En revanche, on a l’impression que les gens font de moins en moins confiance à une Justice dont ils pensent qu’elle se soucie plus de la rédemption des délinquants que de la protection des braves gens.


Pour Élisabeth Lévy : «L’inquisition d’aujourd’hui est de gauche !»

16/10/2014 – PARIS (NOVOpress) – Elisabeth Lévy vient d’accorder un long entretien à FigaroVox. Elle y évoque «les fractures françaises», «le déni du réel» ou encore «le sectarisme des rebellocrates».

Pour elle, il existe toujours un camp politique qui s’appelle «la gauche» mais il est intellectuellement et idéologiquement moribond. Par ailleurs, au-delà des beaux discours sur la tolérance et l’ouverture à l’Autre, les grandes consciences de gauche apparaissent souvent aujourd’hui comme les plus intolérants :

Quelles que soient ses tares et ses turpitudes, la droite est spontanément plus pluraliste, moins sectaire, moins fanatique que la gauche. L’inquisition d’aujourd’hui est de gauche.