Des vignerons en lutte contre le Conseil interprofessionnel des vins de Bordeaux

Des vignerons en lutte contre le Conseil interprofessionnel des vins de Bordeaux

08/09/2011 – 13h30
BORDEAUX (via Info Bordeaux) –
Des viticulteurs bordelais, regroupés au sein du Comité d’Action des Vignerons de Bordeaux (CAVB), ont décidé de s’attaquer au Conseil interprofessionnel des vins de Bordeaux dont ils dénoncent l’inefficacité dans la crise que traverse actuellement leur filière. Certains refusent donc de payer leurs cotisations obligatoires.

Quatre vignerons assignés devant le tribunal d’instance de Libourne par le comité présidé par Georges Haushalter, ont déposé une question prioritaire de constitutionalité (QPC). « Le CIVB ne sert plus les gens, il y a un mécontentement fort (de la part des nombreux vignerons) et une disqualification de cette instance qui peut continuer à tourner pour elle-même », a déclaré Dominique Techer, président du Comité d’action des vignerons de Bordeaux.

Selon Me Georges, la question prioritaire de constitutionnalité s’appuie sur une décision de la Commission européenne de décembre 2008 qui estime que les cotisations volontaires obligatoires, exigées par le CIVB, sont des ressources publiques, avalisées dans le code rural français sans que leur constitutionalité n’ait été analysée.

Le combat continue pour de nombreux viticulteurs en situation financière très précaire.

[box class=”info”]Crédit photo : Sylvain Petit Jean (SO) [/box]

L’extension en France des frelons asiatiques menace les abeilles et notre nourriture

L'extension en France des frelons asiatiques menace les abeilles et notre nourriture

06/09/2011 – 11h00
MESQUER (NOVOpress Breizh) – Un nid de frelons asiatiques a été détruit il y a deux semaines dans la commune de Mesquer (Loire-Atlantique). L’extension vers la Bretagne de cet insecte, redoutable prédateur d’abeilles, est inquiétante pour l’avenir de l’apiculture. Et donc pour la préservation de notre écosystème.

Arrivé en Aquitaine il y a six ans, probablement dans un chargement de poteries importées de Chine, le frelon asiatique s’est répandu progressivement dans le Sud-ouest de la France. Depuis trois ans la Vendée est atteinte et cette année c’est le tour de la Bretagne. Dans un entretien à Ouest-France, Marc Pondaven, Directeur des Fédérations des groupements de défense contre les organismes nuisibles (FDGDON) de Loire-Atlantique et Vendée révèle que le nid de Mesquer est le 32e qui est détruit cette année en Loire-Atlantique, contre dix l’an passé.

Ces colonies de frelons asiatiques ont de lourdes répercussions pour l’apiculture. L’espèce, dénommée vespa velutina, se nourrit en effet d’abeilles, les attaquant en plein vol ou siégeant à l’entrée des ruches, obligeant les abeilles à jeûner : la ponte et la fabrication du miel sont alors stoppées, ce qui entraîne inexorablement la mort de la ruche.

Ajoutée à l’usage des pesticides dans l’agriculture – une étude récente réalisée par l’équipe du Pr Cyril Vidau de l’Université Blaise Pascal de Clermont-Ferrand a démontré que l’infection au parasite Nosema ceranae entraîne une plus forte mortalité chez les abeilles exposées à de très faibles doses d’insecticides – l’arrivée du frelon asiatique dans notre pays est un sujet de préoccupation pour l’avenir de l’apiculture et donc pour la sauvegarde de notre écosystème.

Vecteur de pollinisation indispensable à la biodiversité, les abeilles sont en effet essentielles à l’agriculture : la majorité des cultures légumières, fruitières, oléagineuses et protéagineuses bénéficient de l’activité pollinisatrice de celles-ci. Selon une étude de l’INRA et du CNRS, 35 % de la production mondiale de nourriture est directement dépendante des pollinisateurs.

Un enjeu que le gouvernement de Nicolas Sarkozy ne semble pas bien mesurer. Le Cruiser, un insecticide neurotoxique, est aujourd’hui autorisé à la vente en France, malgré l’avis négatif émis par le Conseil d’État. Et le frelon asiatique n’est toujours pas classé espèce nuisible par l’État.

[box] Photo : un frelon asiatique découpe une abeille. [/box]

Pour une agriculture durable : le festival de “Non Labour et Semis direct”

Pour une agriculture durable : le festival de “Non Labour et Semis direct”

02/09/11 16h45
PARIS (NOVOpress)
– Le festival national de “Non Labour et Semis direct” (NLSD), destiné à promouvoir une agriculture de conservation (ou durable), se tiendra le mercredi 14 septembre prochain au lycée de Saint-Pouange (Aube). Venues de toute la France, et même de l’étranger, plus de 2 000 personnes sont attendues.

Pour les organisateurs de ces rencontres agricoles, face à la baisse de la fertilité des sols trop et mal sollicités par l’agriculture intensive, “un autre modèle doit voir le jour : l’agriculture de demain doit être productive, rentable, mais également respectueuse de l’environnement.”

L’agriculture de conservation, née sur le continent américain, a donc pour vocation de “limiter le travail du sol.”

Au programme de ce festival pour une agriculture “raisonnée et alternative” : des expositions, des conférences, des débats, des démonstrations pratiques.

[box class=”info”]Pour plus d’informations : www.nlsd.fr[/box]

La Coordination rurale exige une véritable traçabilité des produits alimentaires

La Coordination rurale exige une véritable traçabilité des produits alimentaires

16/08/11 – 11h45
PARIS (NOVOpress)
– Le syndicat agricole indépendant la Coordination rurale a adressé une lettre ouverte à l’Ania (Association nationale des industries alimentaires) pour réclamer que le pays de production et le pays de transformation soient distinctement écrits sur l’emballage des produits vendus en magasin.

Cette demande rejoint celle de nombreux consommateurs qui se trouvent démunis face aux étiquettes des produits alimentaires, ne parvenant pas à déterminer l’origine exacte de ceux-ci.

La Coordination rurale met également en avant l’actualité récente qui a démontré une nouvelle fois l’importance de la traçabilité dans la sécurité de la consommation alimentaire.

Se portant garants de la sécurité alimentaire des produits issus des exploitations françaises, le syndicat affirme que le client est en droit de connaître l’origine des produits transformés et mis en vente en magasins. Afin de rassurer et de faciliter ses choix, il demande donc que le pays de production et le pays de transformation soient distinctement écrits sur l’emballage des produits fabriqués par vos soins.

Un tel étiquetage permettrait aux consommateurs qui le souhaitent d’acheter « éthique » et « local » en favorisant les produits d’origine française, répondant à des critères sanitaires et sociaux satisfaisants.

Algues vertes : Nathalie Kosciusko-Morizet sombrerait-t-elle dans l’intégrisme ?

Algues vertes : Nathalie Kosciusko-Morizet sombrerait-t-elle dans l’intégrisme ?

11/08/2011 – 08h00
SAINT-BRIEUC (NOVOpress Breizh) — «Toutes les plages où les algues ne pourront être intégralement ramassées au quotidien devront être fermées pour des raisons de sécurité sanitaires. »

En visite sur les plages normandes mardi la ministre de l’Écologie, Nathalie Kosciusko-Morizet, est revenue sur la question des algues vertes qui empoisonnent chaque été certaines côtes bretonnes. Une prise de conscience du problème qui contraste avec la légèreté des propos présidentiels sur la question.

Les résultats des analyses opérées sur les 36 sangliers morts en juillet sur la plage de Morieux dans les Côtes d’Armor ont semble-t-il convaincu la ministre de l’Ecologie de la dangerosité des algues vertes. NKM reconnait que ceux-ci « tendent à montrer que c’est vraiment l’hydrogène sulfuré issu de la décomposition des algues qui est la cause majeure » de la mort des animaux.

« Un jour il faut que ça s’arrête. Ca fait 20 ou 30 ans que ça dure », a martelé la ministre qui a rappelé que « l’urgence, c’est la mise en oeuvre du plan algues vertes ». Ce plan, qui doit être signé en septembre pour ce qui concerne la baie de Saint-Brieuc – la plus touchée – doit conduire « des centaines d’exploitations à se transformer ». NKM reconnait l’évidence, à savoir que « l’agriculture a une part importante dans les nitrates qui sont produits en Bretagne et se retrouve dans les rivières », admettant qu’il faudra du temps pour modifier un système hyper-productiviste qui existe « depuis des dizaines d’années ». La ministre estime qu’il faut « trouver un équilibre » notamment avec le tourisme, dont on connait l’importance pour la région.

Algues vertes : Nathalie Kosciusko-Morizet sombrerait-t-elle dans l’intégrisme ?Des propos qui contrastent avec ceux tenus le 7 juillet dernier par Nicolas Sarkozy à Crozon. Evoquant le problème des algues vertes, ce dernier avait en effet qualifié les défenseurs de l’environnement d’« intégristes » (sic), et ne voulant pas froisser, pour des raisons électorales évidentes, le lobby de l’agriculture productiviste, il avait confirmé que l’Etat soutiendrait des mesures palliatives comme les actions de ramassage, mesures que François Fillon avait déjà annoncées l’année dernière.

Reste à voir si la volonté affichée mardi par madame Kosciusko-Morizet de régler cette question, qui remet en cause tout un système de production – ce qui prendra nécessairement du temps – sera suivie d’effets. L’urgence est bien de fermer le robinet à nitrates. Ce sera effectivement plus difficile que de fermer les plages, mais c’est pourtant la seule solution.

UE : une nouvelle libéralisation des échanges agricoles repoussée in extremis

UE: une nouvelle libéralisation des échanges agricoles repoussée in extremis

10/08/11 – 07h00
PARIS (NOVOpress)
– La proposition d’accord de libéralisation des échanges agricoles entre le Maroc et l’Union Européenne a été rejetée par la Commission agricole du Parlement européen.

Ce nouvel accord, qui aurait eu pour conséquence une très forte augmentation de la quantité de marchandises agricoles importées exonérées de droits de douane, notamment dans le secteur des fruits et légumes marocains qui aurait représenté une nouvelle concurrence déloyale pour les producteurs européens, a été rejeté par la Commission qui a avancé des motifs de sécurité alimentaire, de protection de l’environnement et des répercussions économiques très négatives .

Cette opposition à un nouvelle vague de libéralisation a été saluée par le syndicat agricole indépendant la Coordination Rurale qui rappelle néanmoins que la situation reste périlleuse !

En effet, malgré leurs efforts pour abaisser leurs coûts de production, les producteurs européens et français, ne sont pas en mesure d’être compétitifs du fait du coût du travail et des contraintes environnementales qui leur sont imposées.

Le Parlement européen se révèle donc le dernier et fragile rempart des agriculteurs face à la libéralisation forcenée que veut appliquer la Commission européenne pour le plus grand profit des multinationales agro-alimentaires.

L’Angleterre confrontée à une vague de vols de bétail

L'Angleterre confrontée à une vague de vols de bétail

08/08/2011 – 15h00
LONDRES (NOVOpress) –
Les Britanniques ont souvent une attitude condescendante à l’égard des voisins européens, notamment en ce qui concerne les questions de sécurité et de justice. Les récentes émeutes ethniques de Tottenham le samedi 6 août ont invité les insulaires à plus de modestie dans la critique. Cette incitation à la retenue sera renforcée par les chiffres révélés par les assurances agricoles qui montrent que la campagne britannique est l’une des plus frappées par la délinquance dans toute l’Europe.

Après avoir dénoncé les vols de gazole dans les fermes, souvent accompagnés de graves violences physiques, les organisations professionnelles agricoles britanniques ont communiqué à la presse que depuis le 1er janvier 2011, 32 926 moutons ont été volés dans les vertes prairies du Royaume Uni, un chiffre en forte hausse par rapport à ceux de toute l’année 2010 (38095).

Ces chiffres peuvent en réalité être bien plus élevés car ils ne concernent que les deux tiers des agriculteurs insulaires.

La méthode utilisée par la majorité des voleurs est simple et cruelle. Les animaux sont repérés sur des parcelles isolées et la nuit des groupes de tueurs armés de fusils dotés de silencieux les abattent d’une balle dans la tête afin de préserver la viande.

Les meilleurs animaux sont ensuite embarqués dans des remorques qui les conduisent dans les quartiers périphériques des grandes villes voisines où ils sont débités et réfrigérés. La vente de la viande s’effectue à partir de voitures particulières qui parcourent les rues où habite une population friande de mouton et peu soucieuse de son origine.

Les éleveurs français qui se plaignent des bêtes tuées par les loups devraient imaginer ce qui se passera quand la même situation qu’en Angleterre surviendra en France. C’est autrement plus redoutable !

Pierre Rabhi : Pour une insurrection des consciences

Pierre Rabhi : Pour une insurrection des consciences©Medef

[box class=”info”]Source : Le Blog de Pierre Rabhi[/box]

Agriculteur, écrivain et penseur français d’origine algérienne, Pierre Rabhi est un des pionniers de l’agriculture biologique et l’inventeur du concept “Oasis en tous lieux”. Il défend un mode de société plus respectueux des hommes et de la terre et soutient le développement de pratiques agricoles accessibles à tous et notamment aux plus démunis, tout en préservant les patrimoines nourriciers. Depuis 1981, il transmet son savoir-faire dans les pays arides d’Afrique, en France et en Europe, cherchant à redonner leur autonomie alimentaire aux populations. Il est aujourd’hui reconnu expert international pour la sécurité alimentaire et a participé à l’élaboration de la Convention des Nations Unies pour la lutte contre la désertification. Il est l’initiateur du Mouvement pour la Terre et l’Humanisme. Il est l’auteur de nombreux ouvrages dont Paroles de Terre, du Sahara aux Cévennes, Conscience et Environnement ou Graines de Possibles, ce dernierco-signé avec Nicolas Hulot.

Auteur, philosophe et conférencier, il appelle à “l’insurrection des consciences” pour fédérer ce que l’humanité a de meilleur et cesser de faire de notre planète-paradis un enfer de souffrances et de destructions. Devant l’échec de la condition générale de l’humanité et les dommages considérables infligés à la Nature, il nous invite à sortir du mythe de la croissance indéfinie, à réaliser l’importance vitale de notre terre nourricière et à inaugurer une nouvelle éthique de vie vers une “sobriété heureuse”.

“De ses propres mains, Pierre Rabhi a transmis la Vie au sable du désert… Cet homme très simplement saint, d’un esprit net et clair, dont la beauté poétique du langage révèle une ardente passion, a fécondé des terres poussiéreuses avec sa sueur, par un travail qui rétablit la chaîne de vie que nous interrompons continuellement”, selon Yehudi Menuhin.

 

Cruiser OSR : un insecticide dangereux pour les abeilles autorisé ?

Cruiser OCR : un insecticide dangereux pour les abeilles autorisé

29/07/11 – 17h30
PARIS (NOVOpress)
– C’est une nouvelle victoire pour le lobby agrochimique et une nouvelle défaite pour l’environnement. Après avoir été autorisé en enrobage de semences sur le maïs, le Cruiser OSR, cet insecticide dangereux pour les abeilles, vient d’être autorisé sur le colza, une plante très attractive pour les pollinisateurs.

Une autorisation qui suscité la colère de l’organisation écologiste France Nature et Environnement, qui vient de déposer un nouveau recours devant le Conseil d’Etat.

Le Cruiser OSR contient trois substances actives : le thiaméthoxam (un insecticide), le fludioxonil et le métalaxyl-M qui sont tous deux des fongicides.

Or, le thiamétoxam est accusé d’être à l’origine d’une importante surmortalité d’abeilles par les apiculteurs et les associations environnementales.

“Son autorisation sur le colza, plante très visitée par les hyménoptères, est gravissime pour l’avenir du cheptel apicole français”, dénonce donc la fédération environnementaliste