Tag Archives: élevage et agriculture

5ème édition de la Semaine Sans Pesticides

5ème édition de la Semaine Sans Pesticides

28/03/12 – 13h30
PARIS (NOVOpress)
– Jusqu’au 30 mars 2012 se tient la 5ème édition de la Semaine Sans Pesticides, organisée par Générations Futures.

Conférences-débats, ateliers, marches, projections de films, visites, démonstrations, animations pédagogiques, repas bio, fermes ouvertes, spectacles… plus de 700 événements sont programmés dans 21 pays, avec pour principal objectif d’informer sur les risques des pesticides de synthèse, promouvoir les alternatives et mobiliser un public de plus en plus large pour un avenir sans pesticides.

A cette occasion, la Ligue pour la protection des oiseaux (LPO), née il y a tout juste 100 ans, vient de publier son « Manifeste pour une agriculture respectueuse de la nature et des hommes ».

Pour plus d’informations, nous vous invitons à en prendre connaissance en les retrouvant sur le site www.lpo.fr

Crédit photo : C.G.P Grey via Flickr (CC)

Semaine d’action pour un avenir sans pesticides

Semaine d’action pour un avenir sans pesticides

21/03/2012 – 16h30
RENNES (NOVOpress Breizh) – « Construisons un avenir sans pesticides, c’est possible ». A l’occasion des 10 premiers jours du printemps, période de reprise des épandages de pesticides, se tient la 7ème édition de la Semaine pour les alternatives aux pesticides. Une action de sensibilisation importante quand on sait que la France reste le premier pays européen consommateur de pesticides, avec une consommation en hausse, malgré les décisions du Grenelle de les réduire de 50% d’ici 2018.

Conférences-débats, ateliers, marches, projections de films, visites, démonstrations, animations pédagogiques, repas bio, fermes ouvertes, spectacles : près de 700 évènements sont programmés dans 21 pays en vue d’informer sur les risques des pesticides de synthèse, promouvoir les alternatives et mobiliser un public de plus en plus large pour un avenir sans pesticides.

Semaine d’action pour un avenir sans pesticides Née en France, en 2006, à l’initiative de l’association Générations Futures (aujourd’hui coordinatrice de l’opération) et de l’ Action Citoyenne pour les Alternatives aux Pesticides (collectif de 160 organisations), la manifestation est relayée, cette année, dans au moins 16 pays : en Europe (Belgique, Royaume-Uni, Allemagne, Suisse, Espagne), en Afrique (Bénin, Burkina-Faso, Cameroun, Mali, Ouganda, Sénégal, Togo, Maroc, Congo) et pour la première fois dans des pays plus inattendus, comme le Tadjikistan ou l’Iles Maurice.

A Paris un important congrès sur le thème « Pesticides et santé » se tiendra du 23 au 24 au Palais du Luxembourg. Au programme : « Impact des pesticides pendant la grossesse sur le développement de l’enfant ; pesticides et risques sanitaires chez les non utilisateurs ; la question des effets cocktails ; impacts des pesticides chez les professionnels: maladies neurodégénératives et cancers ;comment faire évoluer les pratiques vers des systèmes plus respectueux de la santé et l’environnement, sans mettre en péril l’équilibre économique des entreprises? » Des sujets de réflexion auxquels chercheurs, médecins, agriculteurs, juristes tenteront d’apporter des réponses en proposant des solutions appropriées.

Plusieurs marches symboliques sont par ailleurs organisées en France, dont une qui partira de la Pointe de la Torche à Plomeur (29) le dimanche 25 mars à 14 h. Une campagne d’affichage aura lieu dans tous les parcs et jardins de Paris, un week-end du jardinage écologique est prévu dans les 59 magasins Botanic et la fourniture de 10 000 repas bio dans les cantines scolaires du Var.

Plusieurs manifestations vont être organisées en Alsace sur le thème « les pesticides ont la vie dure, changeons de culture ! », dans les Pyrénées Orientales (« Construisons un avenir sans pesticides, c’est possible»), ainsi qu’en Bretagne, où 48 communes d’Ille-et-Vilaine se sont associées pour différentes actions de sensibilisation aux méfaits des pesticides. La France reste le premier pays européen consommateur de pesticides, avec une consommation en hausse, malgré les décisions du Grenelle de les réduire de 50% d’ici 2018.

Le maïs OGM Monsanto va-t-il être commercialisé ?

Le maïs OGM Monsanto va-t-il être commercialisé ?

25/02/11 – 12h00
PARIS (NOVOpress)
– Le 20 février dernier, les ministres de l’Écologie et de l’Agriculture ont demandé à la Commission européenne de suspendre la mise en culture du maïs transgénique MON 810.
Parallèlement à cette démarche, les autorités françaises se préparent à prendre une mesure conservatoire en cas de refus européen.

Mais dans l’attente de cette mesure, quid du maïs OGM MON810 à nouveau autorisé par les instances européennes (et le Conseil d’Etat français pour non-respect des procédures) et de sa diffusion sur notre sol ?

Face à cette question, les associations environnementalistes sont inquiètes et demandent à ce que ce maïs ne puisse pas être commercialisé durant le laps de temps nécessaire à l’Etat français pour prendre une nouvelle mesure légale d’interdiction. Cette interdiction est d’autant plus urgente que la période des semis approche.

Dans l’attente d’une mesure gouvernementale, les associations écologistes et environnementalistes « appellent au bon sens et à la responsabilité des coopératives et des agriculteurs et leur demandent de ne pas vendre ni semer ce maïs transgénique lors de la prochaine campagne ».

Elles invitent par ailleurs la population à participer à la consultation publique ouverte sur ce sujet : http://agriculture.gouv.fr/consultation-mesure-d-urgence-MON810

Crédit photo : kmillard92 via Flickr (cc).

Les producteurs de légumes victimes du grand froid

Les producteurs de légumes victimes du grand froid

24/02/12 – 18h50
PARIS(NOVOpress)
– Alors que la vague de grand froid qui a sévi sur la France s’efface doucement, le temps est désormais au bilan pour l’agriculture française. Premiers touchés, les producteurs de légumes qui ont souffert du gel et dont les pertes sont importantes et définitives, grevant un peu plus des revenus déjà fragilisés.

Prenant exemple des artichauts du Roussillon et des salades de tout le Sud de la France dont la production a été anéantie ou fortement abîmée, le syndicat agricole indépendant la Coordination Rurale demande que ces pertes figurent dans la procédure des calamités agricoles.

Cette démarche parait d’autant plus légitime que les équipements et les infrastructures ont également été endommagés.

Comme le souligne le syndicat « des agriculteurs, déjà durement touchés par la crise de l’été 2011, ne pourront pas relancer de nouvelles cultures sans cette mesure ».

Crédit photo : Myri_bonnie/Myriam via Flickr (cc)

Condamnation du géant américain Monsanto en France

Condamnation du géant américain Monsanto en France

14/02/2012 – 16h00
LYON (NOVOpress via le Bulletin de réinformation) – C’est une grande première en France. Un particulier s’est attaqué au groupe Monsanto, géant américain des pesticides, et a réussi à le faire condamner, hier à Lyon, pour intoxication à l’herbicide en 2004.

Cela lui ouvre la voie à des dommages‑intérêts. L’agriculteur français, Paul François, exploite 400 hectares de céréales en Charente et avait l’habitude de traiter ses champs de maïs avec du produit Lasso, fabriqué par Monsanto. Il avait dû être hospitalisé à plusieurs reprises et avait subi de graves troubles neurologiques après avoir inhalé le produit. Mosanto a fait appel de cette condamnation.

Crédit photo : United States Department of Agriculture/Wikipédia sous licence CC.

Le gouvernement entérine la possibilité de coexistence des cultures avec et sans OGM

Le gouvernement entérine la possibilité de coexistence des cultures avec et sans OGM

02/02/12 – 18h50
PARIS (NOVOpress)
– Le projet d’arrêté concernant la coexistence des filières OGM et non OGM, vient d’être notifié à la Commission européenne par le gouvernement français, sous la signature de Bruno Le Maire, ministre de l’Agriculture.

Cet arrêté fait suite à l’avis du Haut conseil des biotechnologies (HCB) et confirme la loi sur les OGM de 2008 qui prévoit la liberté de consommer et de produire avec ou sans OGM, instituant des « normes » de distances obligatoires séparant les différents types de culture.

Plusieurs organisations environnementales, apicoles, et paysannes considèrent que cet avis passe à côté de nombreux problèmes existant sur le terrain et ne fournit pas de réponses aux questions préalables à la réalisation d’une coexistence durable entre culture OGM et non OGM.

Ces organisations mettent notamment en exergue le fait que l’avis se fonde majoritairement sur des études financées par les grande firmes de l’agrochimie et qu’il occulte gravement la problématique de l’apiculture.

Les organisations environnementales regrettent également la décision récente de refuser de préalablement réaliser un programme sur la coexistence co-financé par le Ministère de l’écologie dans un cadre européen, avec des apiculteurs, des agriculteurs bio et des producteurs de semences paysannes.

Pour elles, les « doutes » sur l’impact sanitaire, environnemental et économique des OGM et de leur coexistence avec les autres productions agricoles ne sont aucunement levés.

Crédit photo : alter1fo via Flickr, licence CC.

223 fois moins de résidus de pesticides dans les produits "bio" que dans les conventionnels

223 fois moins de résidus de pesticides dans les produits “bio” que dans les conventionnels

22/12/11 – 18h00
PARIS (NOVOpress)
– En 2010, l’association Générations Futures avait fait grand bruit en révélant les résultats d’une étude analysant le taux de substances chimiques et résidus de pesticides contenus dans les aliments non bios et composant « 4 repas type ainsi qu’un encas ».

Ces résultats particulièrement inquiétants montraient qu’en 24 heures un enfant était exposé au travers de son alimentation à plus de 128 résidus chimiques dont 17 cancérigènes et perturbateurs endocriniens.

Pour prolonger cette enquête, l’association s’est penchée sur les produits labellisées « bio » pour voir s’il existait une différence conséquente et profonde avec les produits conventionnels, afin notamment de répondre aux sceptiques arguant que les cultures bio n’étant pas « sous cloches », elles sont potentiellement exposées aux pesticides et produits chimiques massivement utilisés par leurs voisins.

Les résultats, publiés hier, pour une sélection de fruits, légumes et céréales de repas bio ou non bio d’une seule journée sont les suivants

• 0 résidu de pesticides dans les fruits et légumes bios analysés contre 37 dans les conventionnels.

• 1 molécule en résidu de synergisant dans 2 échantillons de pain à des doses très faibles en bio.

• 223 fois moins de résidus de pesticides en moyenne dans les aliments bios analysés que dans les aliments conventionnels

• 17 résidus de pesticides suspectés d’être cancérigènes ou perturbateurs endocriniens dans les produits non bio analysés contre 1 seul détecté en bio.

Crédit photo : C.G.P Grey/Flickr sous licence CC

Kiosque Courtois du samedi - Logo – L’actualité de la semaine en écrit

Kiosque Courtois du samedi 3/12/2011 – L’actualité de la semaine en écrit

[box class=info]Le samedi, une sélection des principaux sujets de la semaine des biens connus “Bulletins de Réinformation” de Radio Courtoisie. Ce Kiosque est présenté par Henri Dubost et Catherine Noailles.

Novopress a publié dès samedi matin, en différé, l’audio de ce Kiosque Courtois dans la fenêtre “Radio Courtoisie : le bulletin de réinfo” de sa colonne de droite. Pour ceux qui préfèrent lire qu’écouter, en voici le contenu sous forme de texte enrichi d’images.[/box]

FRANCE

Marine Le Pen défend la présomption de légitime défense des policiers

Kiosque Courtois du samedi 3/12/2011 – L’actualité de la semaine en écrit À la suite, récemment, de plusieurs fusillades, dont l’une s’est traduite par la mort d’une policière, Marine Le Pen s’est prononcée sur la question taboue de la légitime défense des policiers. « Je suis pour la mise en place d’une présomption de légitime défense pour les forces de l’ordre, parce qu’il faut que les policiers soient capables, mentalement et moralement, d’être dans leur bon droit lorsqu’ils défendent leur peau face à des criminels », a‑t‑elle déclaré. Aux éventuels risques de bavure, elle a répondu : « Je préfère compter un mort chez les criminels qu’un mort chez les forces de l’ordre ».

Les ménages aisés profitent plus de la mondialisation que les ménages modestes

C’est ce qu’affirme la dernière lettre de la direction du trésor, qui s’intéresse à l’effet de la mondialisation sur les prix à la consommation en Europe. Je cite : « Les ménages relativement aisés sont ceux qui ont le plus bénéficié de cette moindre inflation. » La lettre explique que les ménages les plus modestes consacrent une part plus importante de leurs revenus à des biens non mondialisés, tel que le logement et les produits agroalimentaires.

Relocaliser : oui, c’est possible !

Kiosque Courtois du samedi 3/12/2011 – L’actualité de la semaine en écrit Rossignol, le célèbre fabricant français de skis, qui subissait une crise très grave depuis plusieurs années, a dû revoir de fond en comble son mode de fonctionnement. Entre autres mesures, les paires de skis pour enfants qui étaient jusque là fabriquées à Taïwan, où Rossignol avait délocalisé une partie de ses usines, seront désormais fabriquées à Sallanches. Une relocalisation créatrice de quarante emplois sur le site savoyard. Le président de Rossignol affirme vouloir privilégier la proximité avec les consommateurs, majoritairement situés dans l’arc alpin. L’entreprise française a retrouvé son équilibre budgétaire et a enregistré un chiffre d’affaires de 134,8 millions d’euros, avec retour aux bénéfices.

Vote des étrangers : entre sondages douteux et division UMPS de façade

61 % des Français seraient favorables au vote des étrangers aux élections locales. C’est ce qui ressort d’un « sondage » BVA réalisé pour le Parisien. On ne peut que rester sceptique devant de tels chiffres qui confortent à point nommé l’idéologie de l’UMPS sur le sujet. Jeudi, le site MesOpinions.com a posé aux internautes la question suivante : « Etes-vous favorables au droit de vote des immigrés aux élections locales ? ». Sur près de 20.000 réponses, le non l’emporte à 67 %. Le droit de vote des étrangers est le cheval de bataille de la gauche. Le PS ne dissimule plus son abandon de l’électorat populaire au profit des immigrés, comme le montre clairement le rapport Terra Nova. Quant à la droite sarko-affairiste, il convient de rappeler que c’est à l’action de l’actuel président de la République et de son premier ministre que l’on doit des chiffres record en matière d’immigration,  avec plus de 200.000 entrées en 2010, chiffre déjà dépassé sur les neufs premiers mois de l’année 2011.

Le « racisme antichrétien » en procès à Toulouse

Kiosque Courtois du samedi 3/12/2011 – L’actualité de la semaine en écrit Une centaine de tombes avaient été profanées à Toulouse en 2007. Le procès des profanateurs présumés a eu lieu la semaine dernière, et le procureur a retenu la circonstance aggravante, je cite de « racisme antichrétien » que demandait l’AGRIF, l’Alliance générale contre le racisme et pour le respect de l’Identité française et chrétienne (logo ci-contre). Par ailleurs selon un rapport officiel publié mardi, 85% des lieux profanés en 2010 sont chrétiens. Le nombre d’églises et de cimetières chrétiens profanés a augmenté de 33% entre 2009 et 2010.

Fillon s’oppose à l’anonymat des parrainages pour la prochaine élection présidentielle.

Kiosque Courtois du samedi 3/12/2011 – L’actualité de la semaine en écrit Une demande qui avait été faite par Marine Le Pen. En cas de « mauvais » choix, les parrains, de par la publication de leur nom au Journal officiel, s’exposent à des mesures de rétorsion (annulation de subventions, non reconduction de l’investiture, etc.). Un moyen totalement antidémocratique choisi par le Système pour barrer la route au Front national. Avec une tartuferie consommée, Fillon (photo avec Sarkozy) justifie sa décision en arguant de « l’exigence de transparence des Français »

Face à la crise, la fuite en avant fédéraliste de Nicolas Sarkozy

En 2008, à Toulon, le chef de l’Etat avait promis juré de « moraliser le capitalisme ». Restructurer le secteur bancaire mondial, lutter contre les paradis fiscaux, mettre fin à la pratique des ventes à découvert, réformer les agences de notation, maîtriser la dette : aucune de ces promesses n’aura été tenue.

Trois ans après, le chef de l’Etat est revenu sur les lieux du crime… Jeudi, à Toulon donc, s’exprimant devant un parterre de militants UMP tout acquis à sa cause, Nicolas Sarkozy a tenté, au cours d’une heure et demie de discours de proposer des solutions face à la crise. « La peur est de retour » a affirmé le président qui a appelé à une « refondation de l’Europe », avec à la clé, un « nouveau traité européen ».

A l’heure où la France va perdre son triple A, et où l’OCDE elle-même redoute un éclatement de la zone euro, que peut faire Nicolas Sarkozy ? A vrai dire, pas grand-chose, sinon, de son point de vue, se mettre à la remorque de l’Allemagne, avec une fuite en avant fédéraliste et une accélération de la mise en place d’une « gouvernance économique européenne ». Marine Le Pen a, d’ailleurs ironisé sur « l’Europe à la schlague » annoncée par M. Sarkozy. « Ce discours qui devait être l’un des plus marquants de son quinquennat a ajouté la présidente du Front national, ça a été le vide sidéral, une succession de poncifs ». « Les choses sont claires aujourd’hui, a‑t‑elle poursuivi, M. Sarkozy prend la tête de l’intégration fédéraliste et de l’abandon de toute souveraineté française ».

Kiosque Courtois du samedi 3/12/2011 – L’actualité de la semaine en écrit 10 milliards d’euros !

Un chiffre incroyable, alors que la France croule sous les déficits et les dettes. Selon l’agence d’information économique Ecofin, basée à Dakar, : « Malgré la crise financière et le plan de réduction des dépenses de l’Etat, les députés français se sont prononcés pour le maintien de « l’aide publique au développement ». Fin de citation. Il s’agit naturellement de l’aide de la France aux pays du tiers monde pour 2012. Son montant, écoutez bien chers auditeurs : dix milliards d’euros ! Et encore a‑t‑on échappé au pire, puisque la France n’a pas tenu sa promesse de consacrer à cette noble cause 0,7 % de son PIB, ce qui aurait porté la somme à plus de quinze milliards d’euros ! C’est naturellement le continent noir qui empoche le gros lot puisque près de 60 % de notre aide publique au développement se portent vers l’Afrique subsaharienne.

Le Téléthon réquisitionne le parvis de Notre-Dame de Paris

Il y a quelques années, des évêques avaient mis en garde les donateurs : les sommes collectées servent entre autre à financer la recherche sur les cellules souches embryonnaires, une technique non seulement contraire à l’éthique de la vie, mais également jugée dangereuse et inutile par un nombre croissant de chercheurs

Pour les agriculteurs français, ressemer sa propre récolte sera désormais taxé

Kiosque Courtois du samedi 3/12/2011 – L’actualité de la semaine en écrit La moitié des céréales cultivées étaient jusqu’ici ressemées par les agriculteurs.  Une proposition de loi UMP, adoptée cette semaine, obligera les agriculteurs désirant réutiliser leurs semences à s’acquitter d’une taxe. L’UMP joue son rôle de chien de garde pour la France des entreprises semencières, dont le géant américain Monsanto, pompeusement rebaptisées pour la circonstance : « créateurs de variétés végétales ».

 

MONDE

Poutine sera candidat à la présidentielle russe

Kiosque Courtois du samedi 3/12/2011 – L’actualité de la semaine en écrit Ovationné devant dix mille partisans à Moscou, Vladimir Poutine a déclaré qu’il acceptait la nomination de son parti « Russie unie », pour être candidat à l’élection présidentielle du 4 mars prochain. Vladimir Poutine (photo), chef du gouvernement depuis 2008, devrait revenir au Kremlin, qu’il a dirigé de 2000 à 2008. Medvedev, l’actuel président, pourrait retrouver le poste de Premier ministre. Poutine ne s’est pas privé, en annonçant sa candidature, de fustiger l’ingérence des Etats-Unis et de leurs vassaux, par ONG interposées, dans les campagnes électorales russes. La superclasse mondiale est en effet sur le pied de guerre pour discréditer ces opérations électorales et présenter Poutine comme un dictateur. Le Figaro a par exemple mis en place un blog intitulé « Echos de Russie », qui s’inspire du modèle des révolutions arabes : il s’agit de donner un écho en France à des contenus audiovisuels présentés comme confidentiels, voire supposés censurés par le pouvoir russe. S’il existe une opposition russe au parti de Poutine (communistes et nationalistes), elle n’est pas diabolisée par les médias russes — à la différence du Front national, en France. En revanche, les partis dits libéraux soutenus par des ONG occidentales sont ultra minoritaires.

Les Américains ont encore huit jours pour quitter le Pakistan

Le Pakistan a décidé en fin de semaine dernière de donner 15 jours aux Américains pour quitter la base aérienne de Shamsi, située dans le sud-ouest du pays. Cette décision intervient suite à l’attaque par erreur de l’OTAN où vingt quatre soldats pakistanais ont été tués et treize autres blessés. Le Pakistan a aussi décidé la fermeture immédiate des lignes de ravitaillement de l’OTAN et de l’ISAF, la force internationale d’assistance et de sécurité. Le gouvernement pakistanais devrait réviser tous les programmes de coopération avec les Etats-Unis, l’OTAN et l’ISAF, tant sur le sur le plan diplomatique, que politique et militaire

Après le printemps arabe, un automne islamiste ?

Kiosque Courtois du samedi 3/12/2011 – L’actualité de la semaine en écrit Après la victoire des islamistes en Tunisie, l’instauration de la charia en Libye, les islamistes s’approchent du pouvoir en Egypte et au Maroc. Le 25 novembre dernier, le parti islamiste marocain Justice et développement a emporté 107 sièges sur 395 au Parlement. Le roi Mohammed VI a nommé Premier ministre Abdelilah Benkirane, le chef du parti Justice et développement, conformément à la nouvelle constitution marocaine qui l’oblige à prendre comme chef du gouvernement un membre du parti arrivé en tête. En Égypte, l’élection qui s’est tenue les 28 et 29 novembre derniers, doit se poursuivre en janvier 2012, verra sans doute la victoire des  Frères musulmans (ci-contre leur logo officiel). Ces élections mettent au grand jour la réislamisation en profondeur des sociétés arabes en cours depuis plusieurs décennies. A l’occasion de ces scrutins, politiques et médias français, soumis à la dictature du politiquement correct, s’emploient à qualifier les partis islamistes de « modérés », un oxymore qui tente de rassurer la population française confrontée à une poussée de l’islam sur son propre territoire.

50 % de clandestins en plus dans l’Union européenne ! ‏

Les chiffres donnés par Gil Arias Fernandez, directeur adjoint de l’agence européenne de contrôle des frontières, Frontex, font froid dans le dos. Entre le 1er janvier et le 30 septembre 2011, le nombre d’immigrés clandestins a augmenté de 50 % par rapport à la même période de l’année précédente ! 113.000 immigrés clandestins sont entrés dans l’Union européenne depuis le début de l’année, contre 77.000 l’année dernière. Gil Arias Fernandez explique que : « Cette explosion est due à l’afflux massif d’immigrés originaires des pays d’Afrique du Nord directement vers l’Italie et Malte, au premier semestre de cette année ». Au cours du seul mois de mars dernier, 20.000 clandestins en provenance du Maghreb avaient tenté de pénétrer dans l’Union européenne, beaucoup réussissant d’ailleurs à s’installer en France.

Démonstration de force de Casapound à Naples

Kiosque Courtois du samedi 3/12/2011 – L’actualité de la semaine en écrit Malgré l’interdiction de la mairie napolitaine, plus de 2000 militants du mouvement de la droite radicale et sociale italienne Casapound se sont rassemblés samedi au cœur de la ville pour imposer leur droit à la parole et à l’expression publique. L’objectif de ce rassemblement était double : protester contre le coup d’Etat légal représenté par l’arrivée de l’oligarque Carlo Monti au pouvoir et répondre aux violentes agressions dont ont été victimes les militants napolitains de Casapound ces derniers mois. Les militants ont su observer une attitude calme et digne qui tranche avec les exactions et pillages commis quelques semaines auparavant par les groupes d’extrême gauche à Rome. C’est donc au terme d’une journée sans incidents que Gianlucca Iannone, président de Casapound, a pu prendre la parole pour dénoncer avec force la dictature de la banque et de l’usure dont les groupes prétendument « antifascistes » sont les idiots utiles.

Pour les agriculteurs, ressemer sa propre récolte sera taxé

Pour les agriculteurs, ressemer sa propre récolte sera taxé

01/12/2011 – 18h00
PARIS (NOVOpress via le Bulletin de réinformation) –
Une proposition de loi UMP, adoptée cette semaine, obligera les agriculteurs français à payer une taxe pour continuer à ressemer les graines de la récolte précédente ! Une situation totalement folle puisque les agriculteurs ont l’habitude, depuis la nuit des temps, de réutiliser les graines d’une année sur l’autre.

Si cette pratique était en théorie interdite, elle était jusqu’à présent largement tolérée : la moitié des céréales cultivées étaient jusqu’ici ressemées par les agriculteurs. Désormais, ils devront s’acquitter d’une redevance de nature fiscale, dont le but est de soutenir les droits des créateurs de variétés végétales, c’est‑à‑dire les entreprises de semenciers.

Il est inquiétant de voir s’accroître la dépendance des agriculteurs auprès des entreprises semencières. Rappelons aussi que la recherche moderne a bénéficié gratuitement de millénaires de recherches paysannes.

Une nouvelle taxe contre les paysans ? Entretien avec Philippe Colin, porte parole de la Confédération Paysanne

Une nouvelle taxe contre les paysans ? Entretien avec Philippe Colin, porte parole de la Confédération Paysanne [audio]

26/10/11 – 18h45
PARIS (NOVOpress) –
Voilà une nouvelle qui tombe mal pour les paysans, à l’heure où ceux-ci luttent désormais tous les jours pour leur survie.

Une proposition de loi sera examiné le 09 novembre par la Commission Economique de l’Assemblée Nationale et fait suite au vote des sénateurs du 13 Juillet. Une majorité de sénateurs a en effet suivi la demande de l’industrie des semences pour l’octroi de taxes prélevées sur les semences de ferme, issues du produit de la récolte des paysans. Si les députés confirmaient le vote du Sénat, les paysans connaîtraient une régression sans précédent de leur droit le plus fondamental : celui de ressemer librement sa propre récolte.

Pour parler de cette proposition de loi et de la colère des paysans, nous avons interrogé Philippe Colin, de la Confédération paysanne.

[MEDIA not found]

Photo : semences. Crédit : “Une vallée dans la lune”. Licence CC.

Quand pesticides et nitrates plombent les factures d’eau

Quand pesticides et nitrates plombent les factures d’eau

13/10/2011 – 12h30
PARIS (NOVOpress Breizh) – Un rapport du Commissariat général au développement durable (CGDD) met en évidence le coût très élevé du traitement de l’eau en France, un coût lié pour l’essentiel aux pollutions d’origine agricole. Des pollutions dues à l’absence de volonté de l’Etat de remettre en cause un modèle hyper-productiviste dont ménages et contribuables font les frais.

Publiée sur Internet, cette étude analyse certaines dépenses entraînées par les pollutions agricoles diffuses dues aux apports excédentaires d’azote et de pesticides. Rappelant tout d’abord que les rejets de nitrates dans les rivières et sur le littoral atteignent 806 000 tonnes « dont environ 715 000 tonnes proviennent de l’agriculture et de l’élevage, soit 88,7 % », les auteurs du rapport identifient trois types de coûts : les dépenses supplémentaires des ménages entraînées par les pollutions agricoles des captages d’eau potable qui ne concernent qu’une infime partie des ressources aquatiques polluées ; le coût ( évalué partiellement) des autres impacts marchands de ces pollutions ; les coûts de dépollution de la ressource et des milieux aquatiques vis-à-vis des nitrates et pesticides agricoles transférés et accumulés dans ces milieux, basés sur les coûts unitaires connus des actuels procédés de traitement de potabilisation.

Campagne bavaroise : 30% en moins d'azotes et de pesticides

Pour les ménages, le rapport du CGDD évalue les dépenses additionnelles générées par ces pollutions à une somme comprise entre 1.000 et 1.500 millions d’euros, dont 640 à 1.140 millions d’euros répercutés sur la facture d’eau, représentant entre 7 et 12% de cette facture en moyenne nationale. Quant aux ménages des localités les plus polluées, ces dépenses supplémentaires pourraient atteindre 494 €/ ménage ou 215 €/ personne, soit un surcoût de près de 140% de la facture d’eau. « Malgré ces dépenses additionnelles de traitement de l’eau, plus de 8 % des Français ont été alimentés au moins une fois dans l’année 2008 par de l’eau contaminée en pesticides à une concentration supérieure aux normes de potabilité » soulignent les auteurs du rapport.

A ce coût, il faut encore ajouter, toujours pour les ménages, la consommation d’eau en bouteille liée à la pollution (220 M€/an), le filtrage de l’eau du robinet à domicile (140 à 160 M€/an) ; pour l’Etat et les collectivités locales, le traitement des algues vertes (entre 100 et 150 M€/an) et le coût du contentieux entre l’État et Bruxelles sur la qualité des eaux (non chiffré).

Reprenant les observations faites en 2010 par la Cour des comptes sur la qualité de l’eau le CGDD fait remarquer par ailleurs que des pays comme le Danemark et la Bavière ont réussi, en responsabilisant leurs agriculteurs sur des actions préventives, à réduire de 30 % leurs consommations d’azote et de pesticides au bénéfice de la qualité de leurs eaux.

La France, elle, a préféré généraliser des pratiques de traitement de ces pollutions à l’entrée des réseaux d’eau potable. Or ces traitements s’avèrent 2,5 fois plus coûteux au mètre cube traité que la prévention opérée en Bavière, et ils n’améliorent pas la qualité de la ressource. Reprenant les conclusions de la haute juridiction financière, le CGDD attribue ces résultats décevants à « l’insuffisante volonté de l’Etat de remettre en cause des pratiques agricoles durablement marquées par l’encouragement au productivisme et le choix d’une agriculture intensive ».

[box] Crédit Photos : « Nettoyage des déchets, plage de Morgat », Lamiot, sous licence Creative Common. « Campagne bavaroise, chapelle de Laibarös », Johannes Otto Först, sous licence Creative Common. [/box]

Le gouvernement autorise le relèvement des plafons des zones d'épandage d'azote

Le gouvernement autorise le relèvement des plafonds des zones d’épandage d’azote

11/10/2011 – 16h55
PARIS (NOVOpress) –
La nouvelle a de quoi surprendre. Mais le gouvernement, via un décret paru ce mardi au Journal officiel, a décidé de relever les plafonds d’épandage d’azote dans les exploitations agricoles.

C’est d’autant plus surprenant que de plus en plus de preuves établissent la corrélation entre épandage massif d’azote et extension des algues vertes. Algues vertes aux conséquences tragiques pour l’environnement. Pour preuve, la mort de sangliers sur les plages d’une commune bretonne.

Désormais, selon ce décret, les autorités prendront comme référence la surface agricole utile (SAU) et non plus une « surface d’épandage » plus restreinte.

Ce décret, signé par le Premier ministre et les ministres de l’Agriculture et de l’Ecologie, a provoqué la colère de l’association Eaux et Rivières. Dans un communiqué, elle déplore que ce décret « intervient alors que la commission européenne exige de la France, dans une lettre du 17 juillet dernier, des explications sur sa politique de prévention des marées vertes. »

De plus, l’association indique que « le relèvement des plafonds d’épandage de lisier [est] jugé incohérent avec les programmes engagés pour réduire la pollution par les nitrates ».

[box class=”info”]Photo : zone infestée d’algues vertes. Yannick Krempp/Flickr sous licence Creative Common[/box]

[Cinéma] La Clef des Terroirs

[Cinéma] La Clef des Terroirs

Documentaire expliquant l’agriculture bio-dynamique au travers du monde du vin, La Clef des Terroirs, de Guillaume Bodin arrive sur les écrans cette semaine. La première œuvre d’un jeune vigneron réalisateur passionné et talentueux. À ne pas manquer.

Pendant plus d’une année Guillaume Bodin a suivi des vignerons qui travaillent selon les principes de la biodynamie. Entouré de spécialistes, il a voulu sensibiliser le grand public a ceux qui ont choisi de s’engager dans la voie d’une viticulture respectueuse de la vie des sols et de la santé de la plante.

[Cinéma] La Clef des Terroirs

Cliquer sur l'affiche pour la voir en grand format.

Pour ce faire le réalisateur a rencontré nombre de vignerons, et non des moindres. Des frères Bret (Domaine de la Soufrandière-Vinzelles) à Thierry Germain (Domaine des Roches Neuves- Saumur Champigny), en passant par Thibault Liger Belair (Côte de Nuits) , Aubert de Villaine (Domaine de la Romanée Conti), Sylvain Loichet (Chorey les Beaune) , David et Nicolas Rossignol-Trapet (Gevrey-Chambertin), Jean-Baptiste Granier (Les vignes oubliées-Hérault) c’est toute une élite qui explique devant la caméra de Bodin sa philosophie et son approche particulière de la culture de la vigne et de l’élaboration du vin. A consommer sans modération.

La Clef des Terroirs a reçu le grand Prix du festival Oenovideo en 2011.

Pour connaitre les lieux et heures de projection du film (parfois associée à un débat ou à un Déjeuner Œnologique), c’est ici.

Progression de la consommation et de la production de produits issues de l’agriculture biologique

Progression de la consommation et de la production de produits issus de l’agriculture biologique

30/09/2011 – 10h00
PARIS (NOVOpress) – Malgré les tentatives de déstabilisation orchestrées par les géants de l’agro-alimentaire, la production et la consommation de produits bio ne cessent de se développer en France.

Comme le souligne Elisabeth Mercier, directrice de l’Agence Bio, « le bio maintient le cap de la croissance », indiquant également l’absence « d’impact de la crise économique. Au contraire, car les consommateurs se tournent vers le qualitatif ».

Mais la bonne nouvelle réside sûrement dans la hausse considérable d’exploitations agricoles qui ont mis leur savoir-faire au service de cette agriculture soucieuse de la bonne santé des écosystèmes et des populations. Près de 2.000 nouvelles exploitations agricoles se sont inscrites dans la filière bio au premier trimestre 2011, portant le total à 4,6% des exploitations françaises. Le chiffre d’affaires généré par le marché du bio s’oriente désormais vers les 4 milliards d’euros, contre 3,38 milliards l’année dernière.

Autre signe encourageant pour un retour au localisme et à une consommation identitaire, les importations de produits bio (35% en 2010) depuis l’UE ou de pays tiers ont été revues à la baisse. Une tendance observée en 2010, qui se confirme en 2011.

Frédéric Nihous s’en prend à la Droite populaire

Frédéric Nihous s’en prend à la Droite populaire sur la ruralité et la politique de la Ville

28/09/2011 – 10h00
PARIS(via Info Bordeaux) –
Alors qu’il est officiellement allié de l’UMP, le parti de la ruralité ne se prive pas de tirer à boulet rouge sur l’UMP et en particulier sur la Droite Populaire (collectif de députés représentant l’aile droite de la majorité).

Dans un communiqué de presse, CPNT reproche à la Droite populaire de reprendre son expression de « plan Marshall pour la ruralité » qui figure dans le programme de Frédéric Nihous, alors qu’elle ne propose en réalité que « quelques mesurettes largement insuffisantes, voire des dispositions qui auraient pu être adoptées depuis longtemps, mais qui par manque d’ambition politique, sont malheureusement et finalement restées bloquées ».

Le communiqué dénonce également l’argent gaspillé depuis des années dans la politique de la Ville (90 milliards d’euros dépensés dans les zones à forte concentration migratoire), alors que dans le même temps « la pauvreté, la misère parfois et l’insécurité n’ont cessé de progresser partout, y compris dans les zones rurales ».

Le candidat à l’élection présidentielle propose « que tout euro investi dans le plan Marshall pour la ruralité soit prélevé sur le gouffre sans fond de la politique de la ville et de ses crédits astronomiques ».

La campagne anglaise sacrifiée à l’immigration de masse

La campagne anglaise sacrifiée à l’immigration de masse

12/09/2011 15h35
Londres (NOVOpress) – « Et ces pieds dans l’ancien temps
Foulèrent-ils les vertes montagnes d’Angleterre ?
Et le saint Agneau de Dieu fut-il vu
Sur les plaisantes pâtures d’Angleterre ? »

Ce n’est pas hasard si Jerusalem, le poème de Blake mis en musique par Hubert Parry, fut un des clous du mariage du prince William et de Kate Middleton au printemps dernier. L’événement fut un vrai succès populaire parce qu’il flattait une nostalgie de la vieille Angleterre, l’Angleterre d’avant l’immigration de masse, que, en temps ordinaire, il n’est même plus possible d’avouer. Sans doute était-ce sur le mode du kitsch sans conséquence, mais c’était encore trop pour le correspondant du Monde à Londres, qui dénonça haineusement le prince William comme représentant « l’Angleterre blanche, protestante et noble, qui contraste avec une société civile méritocratique et multiculturelle ».

Went the Day Well? NovopressLa campagne anglaise fut jusqu’à très récemment un élement majeur de l’identité nationale, transmis dès l’enfance par des classiques comme Le Vent dans les saules de Kenneth Grahame (1908) ou Le Jardin secret de Frances Hodgson Burnett (1911). Dans Went the Day Well? (1942), un des meilleurs films de propagande de toute l’histoire du cinéma (affiche ci-contre), c’est pour défendre leur village, les prés, les bois, l’église normande entourée du cimetière, le manoir avec un jardin à la Capability Brown, les cygnes sur la rivière, que des Anglais ordinaires se battent contre l’envahisseur nazi.

Mais la campagne est aujourd’hui menacée par d’autres envahisseurs. Le gouvernement britannique a introduit un plan pour modifier radicalement la législation existante sur les permis de construire, de manière à permettre l’édification d’au moins deux millions de nouveaux logements sur « les ceintures vertes », les zones rurales qui entourent les villes et qui sont protégées depuis le « Town and Country Planning Act » de 1947, précisé par une circulaire de 1955.

Le projet a été dénoncé par toutes les organisations de défense de l’environnement, au premier chef la « Campagne pour protéger l’Angleterre rurale » qui déplore que le gouvernement ait officiellement abandonné « le principe selon lequel la campagne doit être protégée pour elle-même, pour son caractère, sa beauté et l’héritage qu’elle représente ». Un mouvement national de protestation « Touche pas à notre terre » a été lancé. Il est relayé depuis juillet sur une page spéciale du Daily Telegraph, régulièrement mise à jour.

Le philosophe Roger Scruton est intervenu dans le débat la semaine dernière en publiant un article intitulé « La beauté de l’Angleterre doit-elle périr, M. Cameron ? ». Il y pulvérise l’argument selon lequel la réforme est nécessaire pour favoriser la croissance économique. « Le Town and Country Planning Act a certainement été un obstacle à la croissance économique. Quand les gens refusent d’abattre une cathédrale pour exploiter le charbon qui se trouve en-dessous, ou lorsqu’ils insistent pour conserver une ville du XVIIIème siècle alors qu’elle pourrait être transformée en parc industriel, ils créent des obstacles à la croissance économique. La plupart des formes d’amour sont des obstacles à la croissance économique. Loué soit Dieu pour les obstacles à la croissance économique ».

Roger Scruton©Eamonn McCabe

Roger Scruton©Eamonn McCabe

Scruton a publié en 2000 un beau livre, England : An Elegy, où il montre que l’Angleterre, avant même d’être une nation, était « un lieu consacré par la coutume », et que l’anglicanisme traditionnel, la religion nationale qu’exprime un hymne comme Jerusalem, était « l’enchantement de la terre anglaise ». Mais Scruton, s’il donne avec intelligence et talent dans le filon nostalgiste, sait où s’arrêter. Il ne prononce pas les mots irréparables qui, de penseur réactionnaire un peu ridicule mais quand même respectable, le transformeraient en monstre à mettre au ban du monde intellectuel. Il ne parle pas d’immigration.

L’immigration est pourtant bien au cœur du problème. C’est l’explosion de l’immigration en Angleterre qui rend la crise du logement aiguë et impose de périurbaniser les campagnes. La dernière étude du très sérieux think tank « Migration Watch », publiée le 1er septembre, montre que « l’immigration est responsable d’au moins 40% de l’augmentation du nombre des foyers entre 2001 et 2008. Dans le futur, 36% des nouveaux foyers, selon les projections officielles [systématiquement sous-évaluées, N.d.T], seront le produit de l’immigration, si bien qu’il faudra construire, en moyenne, 200 logements par jour durant les 25 prochaines années rien que pour loger le surplus de population dû à l’immigration. Même si la construction de logements augmentait de 25% par rapport au niveau actuel de 200 000 par an, il y aurait un déficit d’environ 800 000 logements en 2033 – l’équivalent du nombre de logements cumulé de Leeds, Manchester, Newcastle et Nottingham ».

La submersion migratoire de l’Europe, en même temps qu’elle prépare la disparition à terme des peuples autochtones, détruit les rapports que, au long de leur histoire millénaire, ils avaient tissés avec leur terre.

Journée Nationale du Loup, le 25 septembre prochain à Tannerre en Puisaye (89)

Journée Nationale du Loup, le 25 septembre prochain à Tannerre en Puisaye (89)

11/09/2011 – 13h30
AUXERRE (NOVOpress) — Organisée pour la 4ème année consécutive par le Muséoloups de Tannerre en Puisaye (89350), la Journée Nationale du Loup en France aura lieu le dimanche 25 septembre 2011 avec pour thème « le loup au Moyen-Age ».

Le programme varié se composera entre autres de spectacles médiévaux, d’une conférence sur le loup « du mythe à la réalité », d’un spectacle de marionnettes et de nombreuses animations pour enfants. Des boutiques médiévales, une dégustation d’Hypocras et la présence de vrais loups originaires du sud de la France seront également au programme de cette journée.

Les amis du loup sont invités à se rendre à cette grande rencontre nationale. L’association le Klan du Loup, qui œuvre à la défense du loup en France et à sa réintroduction naturelle sur le territoire national, y tiendra un stand. En effet, depuis le début de l’année 2011, 2 loups ont été officiellement tués et le préfet du Var a tout récemment ordonné l’élimination d’un autre loup.

[box class=”warning”]Comptez environ 50 minutes en voiture depuis Auxerre pour vous rendre à Tannerre en Puisaye / Vous trouverez tous les renseignements utiles au déroulement de cette journée sur le site internet du Muséoloup : museoloups.free.fr / Possibilité de covoiturage sur le forum de l’association le Klan du Loup : leklanduloup.forumactif.com[/box]

Hébergements aux alentours :
– A 3 km : Camping du Bois Guillaume 89350 Villeneuve les Genêts
Tél. : 03 86 45 45 41
– A 4 km : La Puisaye Nomade (yourtes+ ch.) 86350 Grandchamp
Tél. : 03 86 45 75 29
– A 3 km : Au coup d’frein (Hôtel restaurant) 89350 Tannerre en Puisaye
Tél. : 03 86 45 44 98
– A 10 km : Le domaine du moulin rouge 89120 St Martin sur Ouanne
Tél. : 03 86 91 60 25

Crédit photo : Asia Jones (cc) via SxC

Des insectes résistent désormais au maïs OGM

Des insectes résistent désormais au maïs OGM

09/09/11 – 13h00
NOVOpress (PARIS)
– La nature plus forte que les apprentis sorciers de l’industrie agro-alimentaire…

Certains insectes nuisibles sont en effet devenus résistants aux plantes “OGM pesticides” et en particulier au maïs OGM selon des études menées par des biologistes de l’université de l’Iowa

Ces études scientifiques tendent donc à prouver que ce que redoutaient les associations environnementalistes est en train de se produire : la présence de plantes OGM entraîne des mutations au sein de l’eco-système.

Les chercheurs sont partis de témoignages d’agriculteurs ayant subi des attaques de chrysomèles (petit coléoptère, principal ravageur du maïs) sur leurs champs de maïs génétiquement modifié

Monsanto avait mis au point en 2003 le premier maïs OGM conçu pour résister aux attaques de cet insecte. Ce nouveau maïs OGM connu un énorme succès et, en 2009, 45% des cultures de maïs aux États-Unis utilisaient les semences de Monsanto.

Mais depuis 2009 les chrysomèles sont repartis à l’attaque, elles ont muté et sont devenues résistantes à la toxine intégrée dans les céréales (Bacillus thuringiensis ou Bt) Monsanto.

Une situation particulièrement inquiétant car la résistance des insectes aux plantes OGM va forcer les agriculteurs à utiliser des pesticides encore plus toxiques et en plus grande quantité.

L’impasse et la fuite en avant que représente l’agriculture à base d’OGM est ainsi en train de se révéler au grand jour. Mais à quel prix ?