Invasion migratoire. L’effrayant diagnostic – par Guillaume Faye

La guerre civile est à nos portes. Et si Guillaume Faye avait raison ?

29/07/2015 – FRANCE (NOVOpress avec Guillaume Faye)
Depuis le début de l’été 2015, l’Europe est en proie à des vagues de migrations clandestines sans précédent dans son histoire, de plus en plus fortes, qui s’ajoutent à celles encaissées depuis des décennies ; elles s’apparentent à des invasions et mettent tout simplement en péril notre civilisation, dans l’inconscience et la complicité des pseudo élites politiques et médiatiques, anti démocratiques et complètement coupées des intérêts et opinions des peuples européens. Voici la première partie de cette analyse qui en comprendra trois. (1)

Les causes de l’inondation

La déferlante des ”migrants” (euphémisme pour ne pas dire ”clandestins”) qui passe par les portes ouvertes d’une Europe aux dirigeants impuissants et incapables, provient essentiellement du Moyen-Orient (Irak et Syrie) par la voie de la Turquie (complice) ; elle pénètre par la Grèce et les Balkans. Seconde porte d’entrée : la Méditerranée, essentiellement au départ d’une Libye plongée dans le chaos. Une partie des flux invasifs est composée de réfugiés de Syrie et d’Irak qui fuient la barbarie de l’État islamique (Dae’ch), ou bien d’autres qui fuient les guerres tribales et religieuses de Somalie ou d’ailleurs ; mais, ce qu’on n’ose jamais dire, ils sont minoritaires. En effet, profitant de cette aubaine, s’engouffrent dans la brèche des légions de clandestins, souvent faux réfugiés demandeurs d’asile bidon, qui, pour des raisons économiques, veulent s’établir en Europe. Ils proviennent d’Afrique noire, du Maghreb et du Moyen-Orient asiatique, attirés par trois éléments qui jouent comme des appels d’air :

1) La perméabilité de l’espace Schengen et l’absence de protection des ”frontières communes” ; l’UE est le seul espace politique au monde dépourvu de frontières protégées ; les marines européennes portent tous les jours assistance aux boat people au lieu de les refouler (idéologie humanitariste), ce qui agit comme une pompe aspirante. Elles sont une aide à l’invasion et non plus une protection. Du jamais vu dans l’Histoire : des forces armées qui assistent l’envahisseur. Dément…

2) Seconde pompe aspirante : les subventions, assistances, avantages et allocations multiples qu’obtiennent les clandestins dès leur arrivée dans plusieurs pays européens, dont la France. Aux frais des autochtones, dont les plus démunis n’obtiennent pas ces privilèges ! Préférence étrangère… C’est du parasitisme et du chantage à la charité de la part de populations incapables de se prendre en main dans leur propre pays.

3) Troisième pompe aspirante : les intrus savent parfaitement qu’ils sont pratiquement inexpulsables et que les autorités (plus une partie de l’opinion et des médias) sont rongées par la mauvaise conscience, la culpabilité, la paralysie compassionnelle. Ils calculent qu’on n’osera jamais les refouler par la force. D’où, comme on le voit à Calais et ailleurs, et récemment dans les émeutes des Balkans, une impudence et une audace incroyables jusque dans la violence. Les ”migrants”, animés par un sentiment d’impunité, s’arrogent tous les droits, y compris celui de nous envahir ”par le bas”.

La faiblesse larmoyante des dirigeants européens, leur ”droit-de-l’hommisme” délirant, leur ”antiracisme” dogmatique et xénophile, excitent l’agressivité des ”migrants” qui pénètrent de force. Ils se sont – et on les a –persuadés qu’ils ont un droit imprescriptible à se ”réfugier” chez nous, à s’y installer, à s’y faire entretenir. Ils n’oseraient évidemment pas raisonner de même avec Israël, la Russie, l’Australie ni les États-Unis !

Lire la suiteInvasion migratoire. L’effrayant diagnostic – par Guillaume Faye

Alain de Benoist sur Daech : « Les iconoclastes de Palmyre sont assurément des barbares, pas des idiots »

Source : Boulevard Voltaire

Dans le jeu éminemment complexe de Daech au Proche comme au Moyen-Orient, jusqu’où ces islamistes de combat peuvent-ils aller ? Mais pour commencer, cet « État islamiste » est-il vraiment un État ?

Alors qu’Al-Qaïda était entièrement déterritorialisée, Daech s’est aujourd’hui implanté sur un territoire grand comme la Grande-Bretagne, qui s’étend de Ramadi en Irak jusqu’à l’est de la Syrie. Ce territoire, doté d’une capitale de fait, Raqqa, est divisé en sept provinces dotées d’une administration locale, de services publics, d’une police et de tribunaux. Si l’on définit un État comme un « organe doté d’un pouvoir souverain s’exerçant sur un territoire et une population » (Frédéric Rouvillois), force est de constater qu’un an après la proclamation du califat, Daech est bel et bien en passe d’en devenir un. Il en est même d’ailleurs à battre monnaie.
L’État islamique représente cependant un phénomène jusqu’ici inédit. Bénéficiant du savoir stratégique de certains anciens chefs militaires irakiens de l’époque de Saddam Hussein, il a su jusqu’à présent recourir à la fois au terrorisme et aux méthodes de guerre conventionnelles. Il a attiré des dizaines de milliers de volontaires étrangers et s’est emparé des zones énergétiques du désert syrien.
Fait également nouveau : au lieu de dissimuler ses crimes de guerre, il leur assure la plus grande publicité, tant pour séduire ses sympathisants que pour jeter l’effroi chez ses ennemis. Tout cela est parfaitement mis en scène et très bien calculé. Les iconoclastes de Palmyre sont assurément des barbares, pas des idiots.

Lire la suiteAlain de Benoist sur Daech : « Les iconoclastes de Palmyre sont assurément des barbares, pas des idiots »

Accueil de clandestins : Roanne, maire courage

09/09/09/2015 – POLITIQUE (Présent 8436)

Accusé de « racisme » et de « xénophobie » depuis deux jours sur les réseaux sociaux, traîné dans la boue par des médias qui ont sorti l’artillerie lourde pour soutenir les clandestins, condamné mardi par le ministre de l’Intérieur, Yves Nicolin, député-maire LR de Roanne, va-t-il devoir répondre de ses propos devant la justice ? Son crime ? Avoir osé déclarer lundi, devant des journalistes scandalisés, qu’il accueillerait bien des migrants sur le territoire de sa commune, mais « à condition qu’il (s’agisse) de réfugiés chrétiens qui sont persécutés par Daech en Syrie » !

8436-P1

« Prendre toutes les précautions possibles »

Interrogé par France Bleu Saint-Étienne Loire au sujet de la lettre adressée dimanche par Cazeneuve à tous les maires de France, Yves Nicolin a en effet osé émettre des réserves quant à l’accueil des migrants en indiquant notamment qu’il faudra « prendre toutes les précautions possibles » pour s’assurer qu’il ne s’agit pas de réfugiés économiques ni de terroristes. Avant d’ajouter : « ce que je souhaite, c’est qu’on puisse avoir l’absolue certitude que ce ne sont pas des terroristes déguisés, c’est la raison pour laquelle je pense que demander ça, et que ce soit des chrétiens, peut représenter une garantie suffisante ». Une position qu’il a de nouveau défendue un peu plus tard sur France TV Info en posant cette question pleine de bon sens : « qui nous dit que, parmi ces réfugiés, ne se cachent pas des membres du groupe Etat islamique qui ont décidé de prendre le chemin de l’Europe avec de mauvaises intentions ? »

À Belfort aussi

Une position qui choque évidemment les chiens de garde du politiquement correct, mais qui est partagée, en partie du moins, par d’autres élus. Ainsi, peu après le maire de Roanne, c’est celui de Belfort, Damien Meslot (LR), qui disait réfléchir à la possibilité d’accueillir en priorité des « familles de chrétiens syriens et de chrétiens d’Irak, qui sont particulièrement persécutés ».
Et le député-maire LR de répondre très justement aux journalistes indignés de France Bleu Belfort-Montbéliard : « je ne fais pas de tri, je choisis d’accueillir ceux qui sont le plus persécutés : quand on est chrétien en Syrie ou en Irak, on risque la mort et je pense que nous pouvons faire un geste pour ces communautés ».

Franck Delétraz

Le Département d’Etat américain empêche les chrétiens d’Orient de témoigner des persécutions musulmanes, dont ils sont les victimes

Source : résistance républicaine
Alors que les persécutions des chrétiens d’Orient par les musulmans atteignent un niveau de brutalité sans précédent, le Département d’État américain a dévoilé sa politique de double standard à l’encontre des minorités chrétiennes persécutées.

Soeur Diana, une influente Responsable chrétienne irakienne, qui devait se rendre aux USA en mai dernier, afin de plaider la cause des chrétiens persécutés au Moyen-Orient, se vit refuser son visa par le Département d’État américain, malgré le fait qu’elle ait visité les USA précédemment, notamment en 2012.
Elle devait faire partie d’une délégation de leaders religieux d’Irak, en compagnie, entre autres, de sunnites, de chiites, et de yézidis, invités à Washington D.C. pour parler de la situation de leur communauté respective.
Chaque responsable religieux reçut un visa, à l’exception de la seule représentante chrétienne du groupe : Sœur Diana.
Lorsque ce refus fut de notoriété publique, de nombreux Américains protestèrent et certains écrivirent à leurs. députés.
Ainsi, l’ancien président de la Chambre, Newt Gingrich, se référant au refus d’octroyer un visa à Sœur Diana, déclara :

Cette administration ne semble jamais trouver une bonne raison pour aider les chrétiens, mais trouve toujours une excuse pour disculper les terroristes… Comme ce refus injustifié attire l’attention, j’espère que le Secrétaire Kerry inversera la situation. Dans le cas contraire, le Congrès devra mener une enquête et virer la personne, responsable de cette décision.

Le Département d’État accorda finalement le visa à Sœur Diana.

Ce n’est pas la première fois que le Département d’État américain refuse d’octroyer un visa à un Leader chrétien, en provenance d’une région musulmane. L’année dernière, alors que l’Institut américain pour la Paix invita tous les gouverneurs des Etats du Nord du Nigéria, à majorité musulmane, à une conférence aux USA, le Département d’État bloqua le visa du seul gouverneur chrétien de la région : Jonah David Jang.
Selon un avocat nigérian, défenseur des Droits de l’Homme, basé à Washington D.C., le problème de visa du gouverneur chrétien, était tout simplement dû à la politique discriminatoire antichrétienne du gouvernement américain.
Les USA insistent sur le fait que les musulmans sont les premières victimes de Boko Haram ! Ils affirment également que ce sont les chrétiens, qui discriminent les musulmans de l’État du Plateau, l’un des rares États du Nord à majorité chrétienne.

L’État Islamique revendique la décapitation de Hervé C. dans la région « croisée » de Lyon

16/07/2015 – FRANCE (NOVOpress)

Le Bloc Identitaire Lyon a relevé que la presse du groupe terroriste État Islamique (Daech) s’attribue la décapitation de Saint-Quentin-Fallavier et évoque Lyon comme une région peuplée de « croisés ». Extrait de Dabiq (n ° 10), version anglophone de leur journal :

Il y a deux semaines, le vendredi marquant le 9e jour du mois béni du ramadan, les croisés et les rafida [terme péjoratif désignant, chez les salafistes, ceux qui rejettent le vrai islam, notamment les chiites, NdT] ont été frappés par une série d’attaques dans trois régions différentes, dont l’une était la ville croisée de Lyon. Le jour des attaques a été renommé « vendredi sanglant », un jour qui a apporté en abondance du baume au cœur des musulmans et des moudjahidines et qui a rempli le cœur de leurs ennemis de terreur et de colère.

11760291_1099152786780311_8792096802551531311_n

Dabiq (n°10), version anglophone du journal de l'Etat islamique
Dabiq (n°10), version anglophone du journal de l’Etat islamique

Le PS crée une “commission de travail” sur le terrorisme

05/07/2015 – POLITIQUE (NOVOpress)
On ne se refait pas. Fonctionnaires dans l’âme, les ronds-de-cuir du PS, face à la menace terroriste… mettent en place une commission chargée de produire du vent.

BBC : querelle byzantine autour de l’appellation de l’État islamique

03/07/2015 – MÉDIAS (NOVOpress)
Appeler l’État islamique « Daesh » ne serait pas impartial, selon la BBC ; « État islamique » pourrait offenser les musulmans, bref, comment appeler l’entité qui sème la terreur au Moyen-Orient ? C’est si dur d’être politiquement correct !

Byzance avait ses querelles sur le sexe des anges alors même qu’elle était assiégée par les ottomans. La BBC ne sait plus comment appeler les terroristes de l’État islamique, qui vient de faire près de 30 victimes anglaises en Tunisie.
La radio-télévision publique britannique BBC a ainsi été sollicitée par un groupe de députés qui estiment, à l’exemple de David Cameron, que les téléspectateurs musulmans « bondissent à chaque fois qu’ils entendent les mots État islamique » pour désigner « le régime épouvantable et barbare » qui sévit en Syrie, en Irak ou encore en Libye.

Lire la suiteBBC : querelle byzantine autour de l’appellation de l’État islamique

L’État islamique décapite deux femmes accusées de sorcellerie

Face aux massacres anti‑chrétiens de l’Etat islamique, la France ne réagit toujours pas

02/07/2015 – MONDE (NOVOpress avec le bulletin de réinformation)

Ne sachant plus comment manifester à la face du monde leur amour de la paix et de la tolérance, les membres de l’État islamique ont innové en exécutant dimanche et lundi derniers deux femmes par décapitation. Leurs maris ont subi le même sort. La nouveauté ? Elle est double. Outre le fait que ce mode d’exécution soit appliqué à des femmes pour la première fois, c’est aussi le motif de l’assassinat en lui même qui est nouveau. Il s’agirait rien moins que d’accusations de sorcellerie.
Ceci ne prêterait volontiers qu’à sourire si les conséquences de cet obscurantisme effréné n’étaient pas si sanguinaires et si destructrices.
Dans son intégrisme, l’État islamique s’efforce d’éliminer toute tradition anté-islamique au Proche-Orient. On est bien entendu prié de ne pas faire d’amalgame.


Le point sur l’État islamique en vidéo

02/07/2015 – MONDE (NOVOpress)
7 minutes pour comprendre l’ascension de l’État islamique et son fonctionnement. Une vidéo didactique et assez impartiale, à voir pour se mettre les idées au clair. On attend une suite sur les ramifications de cette organisation terroriste dans le monde.


Comprendre la domination de l'Etat islamique en… par lemondefr

Crédit photo : Capture d’écran de la vidéo du monde.fr

Offensive de l’État Islamique en Égypte, au moins 70 morts

02/07/2015 – MONDE (NOVOpress)
Vague d’attentats contre l’armée égyptienne dans le Sinaï, qui réplique avec l’aviation : l’EI en guerre ouverte contre l’Égypte.

L’Égypte, prochain domino dans le grand jeu de déstabilisation de l’État Islamique ?
C’est ce que donner à penser la grande offensive que le groupe jihadiste a lancée contre des positions de l’armée égyptienne mercredi, qui a fait au moins 70 victimes, soldats et civils confondus.
Tout a commencé par une série d’attaques-suicide et d’attentats contre une quinzaine de barrages militaires dans le Sinaï, fief du groupe Ansar Beït al-Maqdess, la branche de l’EI dans cette région. L’une des attaques, menée avec une voiture piégée contre un check-point au sud de Cheikh Zouweid, près d’Al-Arich, chef-lieu du Nord-Sinaï, a coûté à elle seule la vie à 15 soldats. Pour un haut responsable militaire égyptien,

C’est la guerre ! Vu le nombre de terroristes mobilisés et l’armement utilisé, (ces attaques sont) sans précédent.

En effet, des affrontements à l’arme automatique et au lance-roquettes ont ensuite opposé djihadistes et militaires, ces derniers devant même faire intervenir l’aviation pour repousser les combattants de l’EI, qui se sont repliés après environ huit heures de combat. L’armée fait état dans un communiqué de 17 soldats tués et de 100 djihadistes abattus.

Lire la suiteOffensive de l’État Islamique en Égypte, au moins 70 morts

Des musulmans « normaux » ? (Présent 8386)

30/06/2015 – FRANCE (NOVOpress)

C’est à n’y rien comprendre : après des années de matraquage politico-médiatique nous expliquant qu’islamo-terrorisme et autres abominations de l’EI n’ont « absolument rien à voir avec l’islam », voilà maintenant que la femme, les proches et la plupart des connaissances de l’égorgeur Yassin Salhi n’ont de cesse de nous répéter que celui qui a décapité son patron et placé sa tête entre deux drapeaux islamistes, n’est rien d’autre qu’un… « musulman normal ».

Amalgame involontaire…
8386-P1
Ainsi, dans un entretien accordé samedi à Europe 1, l’épouse de Salhi, placée en garde à vue depuis, insistait-elle auprès des journalistes : « Nous sommes des musulmans normaux. On fait le ramadan. » Une version confirmée par la plupart des proches de l’assassin, y compris par Nacer Benyahia, le président de la mosquée de Pontarlier, où est né Salhi.

Rappelons que celui-ci, né en mars 1980 d’un père d’origine algérienne et d’une mère d’origine marocaine, avait tout de même fait l’objet, en 2006, d’une fiche S et d’une surveillance de la Sécurité intérieure en raison de sa « radicalisation » et de ses « liens avec des groupes salafistes » de Besançon. Une surveillance finalement levée en 2008, avant que l’homme ne soit à nouveau repéré entre 2011 et 2014 à cause de « ses liens avec la mouvance salafiste lyonnaise ». Ce qui ne devait pas l’empêcher de trancher vendredi la tête de son patron et de la placer sur un grillage entre deux drapeaux islamistes. Ni d’envoyer dans la foulée, avec son téléphone portable, un « selfie » le représentant à côté de la tête coupée de la victime à un de ses amis parti combattre en Syrie à l’automne 2014.

Ou aveu involontaire ?

Quoi de plus « normal », en effet… Le problème, c’est que ce « musulman normal », qui suit à la lettre les enseignements du Prophète et ne reconnaît que la charia, a des amis djihadistes en Syrie et décapite un infidèle – comme l’y encouragent les sourates 8,12-13 et 47,4 du Coran – ne cadre pas vraiment avec cette « religion d’amour et pacifique » que l’on cherche à nous vendre à longueur de journée. A moins que nos politiques et médias ne fassent erreur. Et que, au fond, les proches de Yassin Salhi ne croient pas si bien dire en affirmant être des « musulmans normaux ».

Franck Delétraz

État islamique : l’impuissance occidentale de plus en plus criante

24/06/2015 – MONDE (NOVOpress avec le bulletin de réinformation)

L’État islamique continue son entreprise de terreur. Ses partisans ont diffusé depuis hier une vidéo montrant l’exécution de 16 hommes dans des conditions atroces. Cinq d’entre eux sont morts noyés dans une cage plongée dans une piscine, alors que quatre autres ont été enfermés dans une voiture détruite par un tir de lance roquette. Enfin les sept autres ont été décapités par l’explosion d’un câble qui reliait leurs têtes.

Sur le plan militaire, l’État islamique progresse t il ?
Enraciné en Irak et en Syrie, il recule face aux Kurdes au nord de la Syrie. Les forces kurdes ont en effet repris une large part de la zone frontalière avec la Turquie, poussant hier en direction de la base militaire de Ayn Issa. (La source de Jésus).
Ailleurs, l’État islamique reste en place et reçoit l’allégeance de groupes d’autres pays, en Libye, mais aussi en Afghanistan ou à Gaza.

Certains djihadistes avaient explicitement menacé d’envoyer leurs partisans en Europe via des embarcations de clandestins. Comment l’UE réagit elle ?
Une mission navale de l’Union européenne vient d’être lancée avec comme objectif de détruire les embarcations utilisées par les trafiquants. Mais le gouvernement libyen a déclaré que tout bateau européen qui pénétrerait sans permission dans ses eaux territoriales sera bombardé sans ménagement.

Le chaos progresse donc au Moyen-Orient ?
En effet, des Druzes israéliens ont lynché des djihadistes syriens blessés dans l’ambulance qui les transportait vers un hôpital israélien. Les Druzes de l’État hébreu craignent que l’insurrection syrienne ne massacre leurs frères de Syrie.

Crédit photo : Capture d’écran des images de combats entre kurdes et djihadistes de l’Etat islamique autour de Tal Abyad. Images ANHA diffusées par lemonde.fr le 16 juin 2015


Syrie : victoire des Kurdes contre l’EI à Tal Abyad, la Turquie refoule les réfugiés

16/06/2015 – MONDE (NOVOpress)
Alors que les forces kurdes marquent des points contre l’État islamique en Syrie, la Turquie dévoile son double jeu, ne laissant passer les réfugiés fuyant les combats que quand ceux-ci peuvent couvrir la fuite des terroristes de l’EI.

Les Unités de Protection du Peuple Kurde, forces kurdes de Syrie, ont encerclé et pris la ville de Tal Abyad tenue par les terroristes de l’État islamique, soutenus dans leur offensive par des raids aériens américains. Proche de la frontière turque, Tal Abyad se trouve dans la province de Raqa, bastion de l’État islamique et constitue un point de passage important pour ses combattants.
Des milliers d’habitants tentent désespérément d’échapper aux combats, fuyant vers les zones contrôlées par les Kurdes et surtout tentant de franchir la frontière turque.


Pendant plusieurs jours, les observateurs étrangers ont voir des milliers de civils bloqués derrière les barbelés qui séparent la Turquie de la Syrie. Malgré les pleurs et le désespoir de familles entières, souvent accompagnés de jeunes enfants, les militaires turcs n’ont pas fait le moindre geste pour les secourir. Bien au contraire les rares civils parvenant à se faufiler ont été repoussés par des canons à eau et des gaz lacrymogènes.

Lire la suiteSyrie : victoire des Kurdes contre l’EI à Tal Abyad, la Turquie refoule les réfugiés

État islamique : des esclaves vendues pour le prix d’un paquet de cigarettes

10/06/2015 – MONDE (NOVOpress)
Dans les territoires contrôlés par l’État islamique, le commerce d’esclaves féminins va bon train. De plus, disposer d’un vivier « d’épouses » fait partie de la stratégie de recrutement de l’EI.

À chaque conquête, l’un des premiers gestes de l’État islamique – avant les massacres d’opposants ou de non-musulmans — est de s’emparer des femmes. Déshabillées et lavées de force, elles défilent devant les islamistes qui estiment ainsi le prix de chacune d’elles. Elles sont ensuite vendues au marché aux esclaves, parfois pour le prix d’un paquet de cigarettes,

Photo de propagande montrant des combattants de l'EI, province irakienne de l'Anbar.
Photo de propagande montrant des combattants de l’EI, province irakienne de l’Anbar.

ou attribuées à des combattants dans le cadre de partage de butin de guerre. Elles peuvent être aussi offertes en cadeau, le tout étant régi par des règles strictes édictées dans une fatwa ad hoc par l’État islamique.

C’est une guerre où l’on se bat sur le corps des femmes

Résume Zainab Bangura, représentante spéciale des Nations Unies chargée de la question des violences sexuelles commises en période de conflit. Le rapport qu’elle a remis à l’ONU, lundi 8 juin décrit une situation tragique : esclavagisme, donc, mais aussi viol et torture.

Lire la suiteÉtat islamique : des esclaves vendues pour le prix d’un paquet de cigarettes

La France achète-elle du pétrole à l’État islamique?

01/06/2015 – MONDE (NOVOpress)
Non seulement l’État islamique bénéficie-il de l’inaction -pour dire le moins- des USA et de l’Europe, mais il pourrait être financé par les achats de pétrole de ces mêmes pays. Après les déclarations de Mme Jana Hybaskova, ambassadrice de l’Union Européenne en Irak dans ce sens, le député UMP des Yvelines et président du Parti Chrétien Démocrate (PCD), Jean-Frédéric Poisson a demandé avec cinquante parlementaires l’ouverture d’une enquête parlementaire.

Crédit photo : Jacqueline Poggi via Flickr (CC) = S Fairfax Ave: Wilson Oil Field


Irak : qui est responsable de l’avancée de l’État islamique ?

27/05/2015 – MONDE (NOVOpress avec le bulletin de réinformation)
l’État islamique progresse aussi bien en Syrie qu’en Irak. Dans ce dernier pays, il est pourtant officiellement combattu par les USA. Officiellement seulement ?

Dimanche dernier, le secrétaire américain à la Défense, Ashton Cartan, a critiqué l’attitude de l’armée irakienne. Il a dénoncé leur manque de volonté de se battre, permettant aux combattants islamistes de prendre sans coup férir le contrôle total de Ramadi, capitale de la province d’al-Anbar. Selon des responsables du Pentagone, l’armée irakienne a laissé sur place une grande partie de son armement fourni par les États-Unis. Du côté de Téhéran en revanche, ce sont les Américains qu’il faut blâmer pour cet échec. Ainsi, le général Qassem Soleimani, le patron de la force Al-Qods, bras armé de l’Iran hors de ses frontières, estime que les États-Unis n’ont rien fait pour aider l’armée irakienne. D’après le général iranien, la présence des milices chiites est donc indispensable pour juguler l’avancée des djihadistes, sous-entendant par là que les frappes de la coalition internationale sont inefficaces. De fait, plusieurs sources indiquent que l’US Air Force ne frappe ses cibles que dans 20 % des raids qu’elle effectue en Irak contre l’EI. Cela illustrerait ainsi le fait que les puissances sunnites d’Arabie empêchent leur allié américain de s’engager davantage pour ne pas renforcer l’influence chiite en Irak.

Crédit photo : Karl-Ludwig Poggemann via Flickr (CC) = Double attentat au camion piégé commis dans la ville de Kobane en 2014. L’EI avait essayé de les faire passer pour des frappes aériennes américaines