Qui sauvera les églises menaçant ruine à Paris ?

Qui sauvera les églises menaçant ruine à Paris ?

13/02/2014 – PARIS (NOVOpress via le Bulletin de réinformation)
Paris délaisse ses églises. La municipalité est propriétaire, depuis 1905, de 85 lieux de culte catholique. Mais ces dernières années, la ville n’a consacré que dix millions d’euros par an pour les entretenir et les restaurer, alors que 500 millions seraient nécessaires, selon l’association SOS Paris.

Les conséquences du manque d’entretien sont déjà visibles : plusieurs édifices prestigieux, dont Notre‑Dame‑de‑Lorette (photo), Saint‑Augustin, la Madeleine ou Saint‑Séverin se dégradent. Dans certaines églises, des fresques anciennes risquent de disparaître. Dans d’autres, ce sont les fondations mêmes qui sont fragilisées.

Face à l’incurie des pouvoirs publics, les initiatives privées se multiplient, comme la nouvelle fondation Avenir du patrimoine à Paris, qui collecte des fonds pour restaurer des églises de Paris. D’ici trois ans, elle souhaite rénover Saint‑Augustin, Saint‑Merri et la Madeleine.

Crédit photo : Benchaum via Wikipédia (cc)

Patrimoine : Paris oublie ses églises

Paris oublie ses églises

Saint‑Germain‑de‑Charonne, où a été tournée la scène de mariage des Tontons flingueurs, est fermée, en attente de travaux pour 2014.
22/11/2013 – 09h00
PARIS (Bulletin de réinformation / NOVOpress) – 500 millions d’euros, c’est le montant nécessaire selon l’association SOS Paris pour la restauration dans les quinze ans à venir, des quatre‑vingt‑cinq lieux de culte catholique, dont la ville de Paris est propriétaire.

Mais ce chiffre rapporté au budget de la Ville, d’environ huit milliards par an, semble rester raisonnable…

En réalité, Paris néglige ses églises. La majorité municipale engagée dans un combat idéologique, contre tout ce qui peut ressembler de près ou de loin à un électeur de droite, a fait le choix de délaisser volontairement les bâtiments (mais c’est vrai aussi pour les associations) qui ne sont pas synonyme de fêtes pro‑gays, pro‑gender ou autres lieux d’expression d’une pseudo‑culture décadente.

Ainsi, l’Observatoire du patrimoine religieux nous explique : « Alors que le budget de Paris a augmenté de 59 % en dix ans, le budget alloué aux bâtiments religieux appartenant à la ville a diminué de 27 % ».

Lire la suite

Vandalisme contre les lieux de cultes : 2 poids, 2 mesures médiatique et politique

Vandalisme contre les lieux de cultes 2 poids, 2 mesures

20/11/2013 – 16h00
PARIS (NOVOpress) –
Si la presse mainstream ou le Parti socialiste s’émeut à chaque graffiti sur une mosquée ou sur une synagogue, il n’en va pas de même lorsqu’il s’agit de nos lieux de culte chrétiens, pourtant bien davantage vandalisés.

Lire la suite

Maine-et-Loire : « Touche pas à mon église ! »

Ci-dessus : l’église néo-gothique de Gesté – crédit : DR

03/02/2013 – 08h00
ANGERS (NOVOpress) — En Anjou, des villages se mobilisent pour sauver leurs églises menacés de destruction par des élus qui veulent raser le passé de leur communes.

Le département du Maine-et-Loire compte de nombreuses églises du XIXème siècle reconstruites après les destructions de la Révolution. De grandes dimensions, correspondant à la ferveur religieuse du moment, construites en tuffeau, matériau fragile, elles ont surtout souffert d’un manque cruel d’entretien durant ces 50 dernières années, coïncidant avec le grand reflux de la pratique religieuse. Un certain nombre d’entre elles sont aujourd’hui dans le collimateur de maires iconoclastes, sous prétexte que leur entretien présente de trop lourdes charges pour de petites communes rurales et qu’elles n’ont plus d’utilité dans une société largement déchristianisée.

Lire la suite