Sacrilège à Saint-Sulpice – L’Église encourage l’islamisation de la France

église Saint-Sulpice

A l’heure où l’islam ne cesse de gagner du terrain dans notre pays, au point de constituer ici et là de véritables enclaves étrangères vivant selon les règles de la charia et non selon nos lois, l’ouverture, dimanche dernier, d’un espace de prière musulmane dans l’enceinte sacrée de l’église Saint-Sulpice est non seulement un sacrilège mais aussi un message de soumission lancé par le diocèse de Paris en direction de la communauté islamique. Une initiative qui, bien que profondément scandaleuse, fait pourtant la joie du curé de la paroisse, Henri de La Hougue qui, en bon dhimmi, s’est félicité de ce qu’il pense être… « un bel encouragement au dialogue et à l’ouverture entre tous ».

Une journée marquée par le sacrilège et le blasphème

Organisé par plusieurs mouvements « catholiques » islamophiles autour de « la figure de Marie », le « rassemblement islamo-chrétien » qui a eu lieu dimanche à Saint-Sulpice a donné lieu à un lamentable « spectacle ». Qu’on en juge : dans ce lieu sacré pour tous les chrétiens, subitement envahi par des barbus en djellaba, des moukères en hijab et des fillettes voilées, on a ainsi pu entendre résonner, en arabe et en français, des versets coraniques, des chants à la gloire du pseudo-prophète Mahomet, et notamment la « Fatiha », cette prière obligatoire rituelle qui appelle à la discrimination et à la haine contre les chrétiens et les juifs ! Cet incroyable sacrilège n’y suffisant pas, semble-t-il, les fidèles de la paroisse ont eu droit, en outre, aux déclarations consternantes de divers responsables d’associations islamophiles, comme cette représentante du Groupe des foyers islamo-chrétiens qui s’est félicitée qu’on « oublie un peu les débats nauséabonds de la campagne présidentielle » !

Ouverture provisoire ou coup d’essai ?

Face à ce scandale, nombreux sont les fidèles, heureusement, qui ont manifesté leur mécontentement et se sont notamment inquiétés d’un possible maintien dans la durée de l’espace de prière musulmane ouverte dimanche dans l’enceinte de l’église. Au point qu’Henri de La Hougue s’est vu contraint d’assurer lundi dans un communiqué qu’il ne s’agissait « en aucun cas d’un lieu de prière permanent » et que « Saint-Sulpice est bien une église catholique »… Possible. Mais, à l’heure où le nombre d’églises de France transformées en mosquées ne cesse de grandir, comment ne pas voir dans cette affaire un coup d’essai de l’islam conquérant ? A ce propos, on rappellera, en guise de conclusion, l’alerte lancée il y a quelques années par Isa Gürbüz, responsable de l’Eglise orthodoxe syrienne en Suisse, qui, s’inquiétant du nombre sans cesse croissant d’églises transformées en mosquées en Occident, avertissait : « Ce qui arrive au Moyen-Orient arrivera en Europe [car] les musulmans sont là pour prendre le pouvoir ».

Franck Deletraz

Article paru dans Présent daté du 10 février 2022

L’assourdissant silence autour de la recrudescence d’actes anti-chrétiens

21/03/2019 – FRANCE (NOVOpress avec le bulletin de réinformation de Radio Courtoisie) :
En février dernier, Christophe Castaner s’indignait de l’augmentation des actes antisémites : « C’est la République qui est attaquée » clamait-il. A l’occasion de l’acte 18 des Gilets jaunes, de nombreux kiosques à journaux sont incendiés sur les Champs-Elysées ; il n’hésite pas à qualifier les pyromanes de « criminels ».

Lundi, c’est l’église Saint-Sulpice qui est incendiée. Le départ de feu est d’origine humaine et délibéré. Pas un mot.

L’Eglise de France brûle-t-elle ?

On minimise. « Il s’agit maintenant de déterminer si l’auteur de cet incident est ou non une personne qui a toute sa tête ou s’il s’agit d’un déséquilibré » indique une source proche du dossier. La fameuse thèse….! Le gouvernement fait état d’un phénomène stable. Pourtant, entre 2015 et 2018, on compte une hausse de 103% des dégradations. Et sur le plus long terme, entre 2008 et 2016 la hausse est de 245%.

Les chrétiens se feront-ils entendre un jour ?

On sait que 80% des dégradations de lieux de cultes concernent des églises. Rien qu’en janvier 2019, pas moins de 66 actes anti-chrétiens ont été recensés et dénoncés en France. En s’attaquant aux églises, aux tabernacles, les vandales touchent au cœur de la foi chrétienne. Il s’agit de profanations.

Deux parlementaires ont interpellé hier le président de l’Assemblée nationale sur le phénomène, demandant à ce qu’il mandate une mission d’information sur le sujet.
Cependant, pour que la courbe s’inverse, il faudra bien que les premiers concernés, les chrétiens, mouillent la chemise.

Les initiatives individuelles, de laïcs et de curés se multiplient, mais la hiérarchie ecclésiastique, par aveuglement ou lâcheté, refuse d’ouvrir les yeux à la réalité. N’est-il pas choquant d’apprendre que la dénonciation à la police de tels actes n’est systématique dans l’Eglise en France seulement depuis deux ans ? Monseigneur Dumas, porte-parole de la conférence des évêques de France refuser de parler de « cathophobie », là où Monseigneur Dubost en 2010 prévenait que « s’il faut hurler nous hurlerons ». A quand une ligne de conduite de conviction chez les chrétiens ?