Le parlement Russe adopte un nouveau système national de paiement par carte

Le parlement Russe adopte un nouveau système national de paiement par carte

02/05/2014 – MOSCOU (NOVOpress / trad. RT.com) – En réponse aux sanctions imposées par les États-Unis la semaine dernière et au blocage des paiements de Master Card et Visa, Moscou vient de voter la mise en place de son propre système national de paiement qui devait devenir pleinement opérationnel dans quelques mois.

Bien que les systèmes de paiement internationaux aient repris leurs opérations depuis, ce qui indique d’ailleurs l’importance du marché Russe dans leurs activités, on estime que les clients locaux ont retiré environ 111 millions de dollars de leurs comptes en seulement deux jours.

« Le système de paiement PRO 100 est technologiquement prêt à fournir un traitement national dans un proche avenir. Les banques russes clés, qui représentent plus de 40 pour cent du marché, sont déjà reliées au système de paiement PRO 100 », a déclaré Andrey Nesterov, directeur de la communication du groupement Russe Universal Electronic Card.

Quatre banques russes sont techniquement prêtes à utiliser le système de paiement russe : Sberbank, Ouralsib, Ak Bars et Moscou Banque industrielle, avec lesquelles les paiements électroniques seront validés aussi bien via un terminal que via Internet.

Source : Russia Today

Le gouvernement britannique favorise les relocalisations

Le gouvernement britannique favorise les relocalisations

23/04/204 – LONDRES (NOVOpress)
Depuis 2012 la France est dotée d’un ministère du redressement productif, animé par le « dynamique » Arnaud Montebourg, qui s’était fait le porte parole du Made In France lors de la campagne des primaires socialistes.

Alors que les résultats se font attendre, de l’autre côté de la Manche, les Anglais ont mis en place certaines pratiques pouvant faire référence à la ligne que les Identitaires martèlent depuis plusieurs années maintenant : ANTI MONDIAL / PRO LOCAL. Notamment les relocalisations.

En effet, le secrétaire d’Etat au Commerce Vince Cable (photo) a lancé une cinquième campagne d’investissement de 100 millions de livres pour favoriser le rapatriement de la production au pays. Ces fonds sont administrés par l’AMSCI (Advanced Manufacturing Suppy Chain Initiavie). Lors de la quatrième campagne menée conjointement entre le gouvernement anglais et cette entité, les fonds avaient permis de soutenir pas moins de 44 projets impliquant 180 entreprises, dont l’objectif était de permettre à l’industrie et aux entreprises de la logistique de relocaliser une partie de leurs productions, afin de soutenir la reprise économique anglaise.

Lire la suiteLe gouvernement britannique favorise les relocalisations

Faits & Documents n°374 du 15 avril au 15 mai 2014 – Portrait : Patrick Drahi

Faits & Documents n°374 du 15 avril au 15 mai 2014 - Portrait : Patrick Drahi

Le nouveau numéro de Faits & Documents du 15 avril au 15 mai 2014 vient de paraître, avec (entre autres) un portrait de Patrick Drahi, l’homme d’affaire israélien et résident suisse qui a racheté SFR.

Avec l’annonce du rachat de l’opérateur français SFR par Numericable le 5 avril, Patrick Drahi, jusque-là inconnu, s’est retrouvé au coeur de toutes les attentions. Ce milliardaire a bâti sa fortune à coup de fusions-acquisitions dans le secteur du câble, devenant en moins de dix ans la 215ème fortune mondiale avec un actif net évalué à 6,3 milliards de dollars selon le magazine Forbes. S’il était français, il serait la 14ème fortune du pays. Mais voilà, l’homme ne l’est pas. Au grand dam d’Arnaud Montebourg qui déclarait au micro d’Europe 1 (14 mars 2014) : « Numericable a une holding au Luxembourg, son entreprise est cotée à la Bourse d’Amsterdam, sa participation personnelle est à Guernesey dans un paradis fiscal de Sa Majesté la reine d’Angleterre, et lui-même est résident suisse ! Il va falloir que M. Drahi rapatrie l’ensemble de ses possessions, biens, à Paris, en France. Nous avons des questions fiscales à lui poser ! » Et Najat Vallaud-Belkacem d’exprimer, avec une fausse naïveté certaine, sa crainte de voir SFR « devenir une entreprise suisse ». Si Drahi est effectivement résident depuis quinze ans en Suisse, c’est pour Israël que son cœur bat. Au plus fort des tractations pour le rachat de SFR, un fait est passé totalement inaperçu : le 12 mars dernier, celui qui allait devenir quelques jours plus tard le nouveau propriétaire de SFR organisait la soirée d’inauguration d’I24News, « une chaîne multilingue internationale avec un regard israélien ».

Lire la suiteFaits & Documents n°374 du 15 avril au 15 mai 2014 – Portrait : Patrick Drahi

Énergies : vers un contrat russo-chinois de fourniture de gaz ?

Énergies : vers un contrat russo-chinois de fourniture de gaz ?

02/04/2014 – BRUXELLES (NOVOpress) – Les partisans de sanctions contre la Russie, notamment le Commissaire européen à l’énergie Günther Oettinger et une grande partie de « l’élite » bureaucratique européenne, se plaisent régulièrement à souligner la dépendance économique et financière de la Russie des importations européennes, et par conséquent sa vulnérabilité économique.

Lien de cause à effet auquel Günther Oettinger n’a peut-être pas réfléchi, l’UE ne dispose de réserves de gaz que pour quelques jours si la Russie impose un arrêt de livraison, comme l’indique une étude réalisée par Steffen Bukold (politologue allemand, spécialiste des questions énergétiques).

En outre, la Russie semble avoir déjà trouvé des alternatives au marché européen : il se pourrait qu’il y ait un contrat d’approvisionnement de 30 ans avec la Chine. L’analyste de Citigroup Ronald Smith pense qu’un tel accord russo-chinois sera mis en place cette année.

Sans transition rapide vers les sources d’énergies renouvelables, l’UE est toujours dépendante des livraisons de gaz russe. Si l’Union européenne poursuit sa politique hostile à l’égard de la Russie, une hausse des prix ou des pénuries d’approvisionnement pourraient frapper l’économie européenne massivement… Non sans raison, l’ancien chancelier allemand Helmut Schmidt a appelé les sanctions contre la Russie un “non-sens” (“dummes Zeug”).

Crédit photo : ytwhitelight via Flickr (cc)

La crise de l’euro frappera-t-elle bientôt l’Europe du Nord ?

La crise de l’euro frappera-t-elle bientôt l’Europe du Nord ?

Une étude avertit les Européens: la crise de la monnaie unique s’étendra probablement à la Belgique et à la Finlande. Le “Centre de Politique Européenne” (CPE) vient de publier un rapport qui suscite l’inquiétude. Selon cette étude, la crise de la dette, malgré le calme relatif qui règne aujourd’hui sur les marchés financiers internationaux, pourrait très bien s’étendre, notamment à des pays d’Europe du Nord. Pour la première fois, deux pays d’Europe du Nord, la Finlande et la Belgique sont frappés par une capacité déclinante à obtenir des crédits, tout comme les pays d’Europe méridionale.

Certes, la Belgique est considérée depuis longtemps comme un pays potentiellement en crise, à cause de la dette de l’État qui frise les 100% du PIB mais, pour la Finlande, l’alerte est nouvelle bien qu’elle étonne encore. Ce pays du Nord avait été considéré jusqu’il y a peu comme un roc inébranlable dans la tempête.

Même si ces deux pays, peu peuplés, ne doivent pas être considérés comme des poids lourds sur le marché, on a tout lieu de s’inquiéter de voir des pays du Nord se joindre à la liste des pays à problèmes, déclare le président du CA du CPE, Lüder Gerken. Dans les deux pays, on peut constater une involution, un ressac. Certes, les deux Etats nord-européens peuvent encore contracter des dettes; cette position, dont ils bénéficient, n’est pas encore véritablement menacée mais le taux de consommation est encore trop élevé en Belgique comme en Finlande.

Article paru dans “Zur Zeit”, Vienne, n°9/2014.

Crédit photo : environmentblog via Flickr (cc)

Hervé Juvin (économiste) : la sphère financière face au réel [vidéo]

Hervé Juvin (économiste) : la sphère financière face au réel [vidéo]

01/03/2014 – VIDÉO REALPOLITIK.TV Par Hervé Juvin. – Il y a peu encore, la Turquie faisait figure de premier de la classe, on a même dit que la Turquie allait prendre le leadership en Europe. Voilà que la Turquie entre en crise politique, et que la croissance se casse. Regardons également le cas du Mexique : lui aussi bon élève du développement, des institutions internationales et des classements “Doing business”, alors que certaines portions de son territoire devraient figurer parmi les zones du globe en état de guerre civile. C’est là mesurer le paradoxe de l’économie qui oublie les sociétés, et qui oublie que c’est très bien de faire de la croissance économique, mais quand les balles volent dans la rue, cela ne signifie pas grand chose en terme de “qualité de vie” et d’espoir d’une vie meilleure pour tous.

La crise des devises annonce un nouveau désastre économique global

La crise des devises annonce un nouveau désastre économique global

05/02/2014 – 15h10
PARIS (NOVOpress) – Les turbulences qui se répandent dans les systèmes financiers des économies dites émergentes, représentent un tournant pour l’économie mondiale dans son ensemble. Les racines de la crise se trouvent dans la politique d’assouplissement quantitatif (QE), à savoir l’injection de milliers de milliards de dollars dans le système financier mondial par la Réserve fédérale et d’autres banques centrales, initiée en réaction à l’effondrement de 2008 provoquée par la faillite de la banque d’investissements américaine Lehman Brothers.

L’essentiel des fonds est allé vers les marchés émergents, à la recherche de profits plus élevés avec l’envolée de la valeur des actions et une augmentation du taux de retour sur investissement d’autres valeurs financières dans ces pays. Mais alors que la bulle commence à se dégonfler les capitaux spéculatifs se ruent vers la sortie, faisant plonger les devises.

Lire la suiteLa crise des devises annonce un nouveau désastre économique global

La déflation risque de créer de nouveaux problèmes à l’économie globale

La déflation risque de créer de nouveaux problèmes à l'économie globale

21/01/2014 – 16h40
PARIS (NOVOpress) – La déflation, c’est quoi exactement ? Il s’agit de la baisse continue du niveau de prix des actifs, ce qui se traduit par une diminution de l’indice des prix à la consommation. Les actifs retenus sont de trois sortes : les biens et les services, les actifs immobiliers et mobiliers, autrement dit les titres tels que des actions et obligations. L’explication des grands cycles de déflation est marquée par plusieurs aspects : Le premier est la montée de l’endettement des entreprises et des ménages qui nourrit la croissance des créances douteuses des banques. Le second est la liquidation des dettes, qui d’une part assainit les bilans bancaires, mais qui ralentit considérablement la distribution de nouveaux crédits aux entreprises. Le troisième point qui découle du second se traduit par une forte aggravation des faillites des entreprises les plus fragiles et une augmentation du chômage. On entre alors dans le cercle vicieux de l’économie, où la faiblesse de la consommation nourrit celle de l’investissement et engendrer une croissance économique molle.

Lire la suiteLa déflation risque de créer de nouveaux problèmes à l’économie globale

« H&M esclavagiste » : un nouveau magasin pris pour cible, à Lyon cette fois [MàJ]

« H&M esclavagiste » : un nouveau magasin pris pour cible, à Lyon cette fois

18/01/2014 – 16h00
LYON (NOVOpress) –
Le samedi 11 janvier dernier, une vingtaine de militants du Bloc Identitaire Lyon et de Génération Identitaire ont investi pacifiquement un magasin H&M rue de la République au centre de Lyon. Répartis dans les rayons en brandissant des pancartes aux slogans variés (“H&M = esclavagistes”, “Soldes pas chers grâce aux esclaves éthiopiens” etc.), et distribuant des tracts aux clients en scandant des slogans malgré les vigiles, les Identitaires ont ainsi voulu relayer la campagne “H&M esclavagistes”.
Une vidéo relatant cette action des Identitaires lyonnais vient d’être réalisée

Lire la suite« H&M esclavagiste » : un nouveau magasin pris pour cible, à Lyon cette fois [MàJ]

Réactions à la conférence du Président de la République : une distinction gauche droite de plus en plus floue

Réactions à la conférence du Président de la République : une distinction gauche droite de plus en plus floue

17/01/2014 – 10h30
PARIS (Bulletin de réinformation) –
Les réactions n’ont pas manqué après la conférence de presse de François Hollande mardi dernier, et force est de constater que la distinction gauche‑droite est devenue très floue. L’affaire Julie Gayet n’ayant pas été évoquée à cette occasion, les réactions ont donc dû « malheureusement » se porter sur les sujets de fond.

Lire la suiteRéactions à la conférence du Président de la République : une distinction gauche droite de plus en plus floue

Bâle III : un assouplissement en faveur de la finance sauvage

Bâle III : un assouplissement en faveur de la finance sauvage

15/01/2014 – 18h05
PARIS (Bulletin de réinformation) – Dimanche dernier les banquiers centraux des vingt économies les plus importantes du monde ont annoncé un assouplissement des règles dites de Bâle III. Ce corpus réglementaire visait à établir une supervision des réserves des grandes banques mondiales suite au chaos généré par la crise de la finance dérégulée en 2007.

Que signifie cet assouplissement ? Les institutions bancaires internationales ont toujours été vent debout contre une réforme qui visait à réguler une finance déjà dominée par les transactions opaques et les échanges robotisés. L’argument développé par les grandes banques cosmopolites était la contrainte qu’exerçaient ces réglementations sur leur capacité de financement de l’économie réelle par l’octroi de crédits. Les opposants à l’assouplissement y voyaient un pas bien timide contraignant les banques à mettre en réserve une part de leurs actifs afin de se prémunir des risques afférents à la signature d’engagements risqués.

Les banques l’ont donc encore emporté contre les tentatives de régulation ? Les coteries bancaires l’auront donc à nouveau emporté en faveur d’une plus grande liberté quand nombre d’économistes favorisaient une attention sur la conjoncture vue la faiblesse de la demande dans les économies développées. Les banques qui n’auront plus qu’à détenir que 3 % du montant de leurs prises de risques en fonds propres sont à nouveau encouragées à démarcher des clients moins solvables et in fine à accroître le risque systémique caractéristique des marchés bancaires et financiers mondiaux. La banque la plus favorisée en Europe sera la Deutsche Bank peu active hors d’Allemagne pour les crédits aux particuliers et aux entreprises.

Crédit photo : luismontanez via Flickr (cc)

La baisse de la vitesse maximale sur le périphérique aurait un impact de 100 millions d’euros

La baisse de la vitesse maximale sur le périphérique aurait un impact de 100 millions d’euros

13/01/2014 – 13h30
PARIS (Bulletin de réinformation) – C’est ce qu’affirme au Parisien le spécialiste des finances publiques et des transports, Rémy Prud’homme. D’après lui, cette nouvelle réglementation va se traduire par environ 3km/h de moins en moyenne pour tout le monde, soit 7 % de temps de plus passé sur le périphérique, ou encore 3,8 millions d’heures perdues. Le coût est estimé à 90 millions d’euros. Toujours selon l’expert, la vitesse moyenne de 40 Km/h éloigne les voitures du rapport optimal consommation/rejet de polluants, qui est de 70 km/h et qu’on peut traduire par cinq millions de litres supplémentaires de carburant brûlés par an.

Crédit photo : parfonium via Flickr (cc)