Poursuivi pour un important trafic de drogue, il est libéré un mois avant son jugement

Poursuivi pour un important trafic de drogue, il est libéré un mois avant son jugement

30/11/2011 – 17h00
RENNES (NOVOpress Breizh) – Poursuivi pour une très grosse affaire de trafic de cocaïne un individu a été remis en liberté samedi dernier par la chambre de l’instruction de la cour d’appel de Rennes. Pour une simple erreur de procédure pénale.

Le présumé trafiquant – un homme de 29 ans de nationalité marocaine résidant à Nantes dans le quartier « sensible » des Dervalières – avait déjà condamné précédemment pour trafic de stupéfiants. En janvier 2010 il avait été interpellé suite à la saisie de 350 kilos de cocaïne dans les Antilles françaises, dont la valeur était estimée par les douanes à 14 millions d’euros. La plus grosse saisie de drogue réalisée sur terre aux Antilles.

Le prévenu devait être jugé, avec deux de ses complices présumés, parla Juridiction interrégionale spécialisée de Rennes, compétente en matière de lutte contre la criminalité organisée et la délinquance financière dans des affaires présentant une grande complexité, mi-novembre. Son avocat ayant saisi la Cour de cassation en urgence pour une question procédurale, le procès a été reporté au 2 janvier prochain, report qui a eu pour conséquence d’entraîner un dépassement de la durée maximale de la détention provisoire de 45 jours après le renvoi.

La cour d’appel de Rennes a donc dû prendre la décision de libérer le présumé trafiquant sans contrôle judiciaire. Un de ses complices présumés a eu moins de chance : détenu dans le cadre d’une autre affaire, il restera en détention jusqu’au procès.

Crédit photo : United States Federal Government, domaine public.

 

Incendies dans un quartier « sensible » de Nantes après la condamnation de Sabri Benrekta

Incendies dans un quartier « sensible » de Nantes après la condamnation de Sabri Benrekta

21/11/2011 – 15h30 NANTES
(NOVOpress Breizh) – Alors que la cour d’assise de Loire-Atlantique venait de condamner Sabri Benrekta dans l’affaire de l’assassinat de Toko Botowamungu, le quartier « sensible » des Dervallières, à Nantes, a connu jeudi dernier une nuit ponctuée de plusieurs incendies d’origine criminelle.

Selon des sources proches de l’enquête, jeudi soir vers 21 heures la Maison de l’emploi, place des Dervallières, a été incendiée par un individu qui a lancé un cocktail Molotov au rez-de-chaussée de l’immeuble après avoir brisé une fenêtre. La Caisse d’allocations familiales située au 1er étage a également été atteinte par les flammes. Peu de temps après, toujours dans le quartier, une voiture a été incendiée. Deux « jeunes » ont finalement été arrêtés par des policiers alors qu’ils mettaient le feu à des poubelles. Si aucune revendication n’a été enregistrée, cette affaire est intervenue alors que venait de prendre fin le procès de Sabri Benrekta, poursuivi après l’assassinat, dans ce même quartier des Dervallières, de Toko Botowamungu, le 4 septembre 2008.

Ce jour là, ce dernier, âgé de 21 ans, originaire de Kinshasa (Congo), avait été tué en plein jour par quatre balles de gros calibre. Peu de temps avant une violente querelle l’avait opposé à Sabri et à Mohamed Benrekta, deux frères originaires d’Algérie. Selon le représentant du parquet « Toko venait demander des comptes à Mohamed à propos de son trafic de stupéfiants ». Une bagarre éclata alors entre les trois hommes et Sabri Benrekta se retrouva genou à terre. Une humiliation qui allait coûter la vie au jeune Botowamungu.

Après être passés chez eux pour prendre des armes les frères Benrekta allaient en effet entamer une course folle en voiture à la poursuite de Toko Botowamungu. Son véhicule immobilisé suite à une collision, ce dernier tentera bien de s’enfuir à pied. Peine perdue.

Cet assassinat avait entraîné dans le quartier un début d’affrontement communautaire entre jeunes originaires d’Afrique noire et d’autres, originaires d’Algérie. Seule l’intervention du père de la victime, Kalomé Botowamungu, avait permis d’éviter le pire.

Sabri Benrekta, a été condamné jeudi dernier par la cour d’assise à 20 ans de réclusion pour assassinat – l’avocat général avait requis une peine de 30 ans. Son frère Mohamed, qui s’est enfui dans son pays natal après les faits, devrait être jugé le mois prochain en Algérie, ce pays n’extradant pas ses ressortissants.

Les Dervallières à Nantes : un quartier très "sensible"

Jean-Marc Ayrault s’est rendu dès vendredi dans le quartier en compagnie de son adjoint, Ali Rebouh, s’empressant de « mettre en garde contre tout lien avec le procès Toko » car selon lui « rien n’est établi à cette heure, il est trop facile de chercher des réponses simplistes». Il est vrai que les incendies sont fréquents dans ce quartier – en juillet un gymnase municipal avait été détruit – sans que les causes en soient élucidées ni les auteurs arrêtés.

Le conseiller spécial de François Hollande – qui excelle dans l’art à apporter des réponses complexes aux problèmes des quartiers dits « sensibles » – n’a pas manqué d’affirmer qu’il condamnait « avec la plus grande fermeté ce type d’actes » qu’il juge « absurdes », sans omettre de préciser qu’il attendait « que tout soit fait pour retrouver les responsables de ces actes. »

Crédit photo : NathanWert Licence CC.

39 nouvelles drogues sont apparues sur le marché européen

39 nouvelles drogues sont apparues sur le marché européen

20/11/2011 – 08h30
LISBONNE (NOVOpress) – L’Observatoire Européen des Drogues et des Toxicomanies (OETD) a publié sont rapport annuel ce mardi 15 novembre.

Selon l’OETD (dont le siège est à Lisbonne) la consommation de drogues reste relativement stable en Europe. l’Observatoire estime en revanche que la consommation de cocaïne pourrait « avoir atteint un sommet », celle du cannabis « céder du terrain chez les jeunes » tandis que celle des drogues de synthèse telles l’ecstasy et les amphétamines est « globalement stable ou en recul ».

Sur le front des nouvelles drogues, 39 nouvelles substances ont été repérées depuis le début de l’année après 41 substances nouvelles notifiées à l’OEDT et à Europol en 2010. Ainsi, plus de 150 substances sont désormais surveillées par le système européen d’alerte précoce (EWS).
« L’émergence rapide de nouvelles substances psychoactives non contrôlées -souvent vendues sous l’appellation « euphorisants légaux » constitue un défi croissant tant en Europe qu’à l’échelle internationale », indique l’OEDT.

Crédit photo : Anonymous via Wikipedia, domaine public.

La télévision tue, la télévision abêtit : Faut-il l’interdire ?

La télévision tue, la télévision abêtit : Faut-il l'interdire ?

Assurément non : la liberté d’expression, la liberté des ondes et d’Internet sont des biens précieux… de surcroît protégés par la technologie. Et pourtant on sait aujourd’hui de source sûre que la télévision tue et abêtit. La méta-étude du neuroscientifique Michel Desmurget, TV Lobotomie : La Vérité scientifique sur les effets de la télévision, ne laisse aucune place au doute. Il n’est plus possible à l’honnête homme d’ignorer ces faits. Ni de ne pas en tenir compte. Ce qui implique de limiter l’emprise publicitaire, notamment sur les enfants. Andrea Massari fait le point.

TV Lobotomie : La méta-étude de Michel Desmurget

Depuis plus d’un demi-siècle des études scientifiques sont conduites sur les effets de la télévision. Michel Desmurget a réalisé la synthèse d’un millier d’entre elles : TV Lobotomie / La Vérité scientifique sur les effets de la télévision.

La conclusion est sans appel : les 3h 30 passées en moyenne chaque jour devant l’écran de télévision – au total 16 ans de vie éveillée – ont un coût terrifiant : fréquence plus grande de l’obésité, augmentation des risques de maladies cardio-vasculaires, déclin du niveau cognitif des seniors, corrélation entre exposition à la télévision et développement de la maladie d’Alzheimer, diminution de l’espérance de vie et affaiblissement de la vie sociale. Voilà pour la population générale. Et le professeur Desmurget de conclure : après la cigarette ou le fast food, nul doute que la télévision sera la prochaine grande question de santé publique.

Pour les jeunes, il faut ajouter : apathie plus fréquente et taux d’échec scolaire proportionnels à l’exposition à la télévision, propension accrue à la violence et aux comportements sexuels à risques.

La télévision tue, la télévision abêtit : Faut-il l’interdire ? La télévision et l’enfant

Le blog de la liberté scolaire a ainsi résumé l’impressionnante liste des effets nocifs de la télévision tels que Michel Desmurget les a établis :

– La télévision « empêche le déploiement optimal des fonctions cérébrales », compromettant ainsi « l’ensemble du devenir intellectuel, culturel, scolaire et professionnel de l’enfant ».

– La télévision fait apparaître des troubles du langage chez l’enfant, associés à des troubles de l’élocution, notamment parce qu’elle limite les interactions entre les personnes réelles et laisse moins de temps aux activités ludiques spontanées.

– La télévision occasionne des retards de langage et fait baisser le niveau de compétence langagière ; elle limite l’acquisition de vocabulaire et l’accès aux compétences syntaxiques de base.

– La télévision a un « impact négatif sur l’attention, les facultés d’apprentissage et la réussite scolaire à long terme », avec un risque accru de quitter l’école sans diplôme et de ne jamais s’asseoir sur les bancs de l’université.

– La télévision occasionne des difficultés en lecture et fait baisser le temps de lecture, qui se trouve réduit à la portion congrue ; ainsi, un flux cathodique permanent (la télévision en bruit de fond) diminue de presque 30% le temps de lecture des 5-6 ans, qui passe de 49 à 35 minutes quotidiennes en moyenne.

– La télévision fait baisser le niveau scolaire général, en français comme en mathématiques et, par manque d’interaction, n’aide en rien à apprendre les langues étrangères.

– La télévision fait baisser le niveau universitaire. L’étudiant soumis depuis la petite enfance à une forte exposition à la télévision souffre de très graves lacunes en orthographe, en conjugaison, en syntaxe, en vocabulaire, il manque de logique, de capacités analytiques et d’esprit de synthèse – tout cela lui interdit tout accès à des savoirs complexes.

– La télévision, « troisième parent cathodique », réduit « drastiquement le volume et la qualité des interactions parents-enfants », mutilant ainsi la sociabilité intrafamiliale.

– La télévision castre l’imaginaire enfantin ; les enfants rejouent les scripts des films et des séries et n’inventent plus de jeux.

– La télévision augmente la consommation de tabac et d’alcool et la fait commencer plus tôt.

– La télévision pousse au sexe de plus en plus jeune et génère des taux élevés d’avortements chez les adolescentes (cf. Une étude porte spécifiquement sur l’addiction à la série mythique Desperate Housewives et démontre qu’elle multiplie par trois le risque de grossesses non désirées chez les adolescentes).

– La télévision constitue une addiction psychologique chez les enfants et les adultes, notamment en accaparant l’attention par le changement perpétuel.

– La télévision augmente l’obésité. Regarder la télévision plus de 2 heures par jour multiplie le risque de surpoids d’un enfant de 3 ans de 2,6% ; pour un adolescent, ce risque augmente de 55%.

L’étude de Michel Desmurget doit être prise au sérieux surtout si l’on considère que 50% des Français allument la télévision en arrivant chez eux, par réflexe, et qu’ils la regardent en moyenne 3h 30 par jour.

Protéger les jeunes enfants d’une exposition dangereuse à la télévision

C’est évidemment aux parents d’agir pour protéger leurs enfants des effets néfastes de la télévision alors qu’elle apparaît souvent comme le baby-sitter le plus commode (toujours disponible) et le moins coûteux (du moins à court terme !).

Michel Desmurget donne cinq pistes aux parents responsables : au mieux « zéro télé » pour toute la famille ; sinon, pas de poste dans la chambre des enfants ; pas de télévision avant 6 ans ; moins de 3 heures par semaine devant un écran (télévision ou vidéo) pour les écoliers et les collégiens, et jamais le soir ; et pour les adultes, avoir toujours à l’esprit les risques d’isolement, de maladies, de déclin cognitif…

Casser l’addiction publicitaire

Encore faut-il que les parents soient correctement informés : or, la réalité est tout autre ! Les parents sont en effet sollicités par des publicités en faveur de programmes pour bébés ou très jeunes enfants dont on leur raconte que cela contribue à leur éveil… Ce qui est un mensonge absolu.

Il nous faut aussi décrypter la logique publicitaire : réaliser des programmes pour enfants, truffés d’images et de messages, pour transformer les mineurs en prescripteurs d’achats de leurs parents ; et les formater à la consommation avant 10 ans. Cette logique-là est proprement inacceptable Elle pourrait être brisée : en interdisant la mise à l’étalage des produits dont la promotion repose sur la publicité – ouverte ou clandestine – à destination des enfants. Mais cela supposerait une indépendance de la classe politique vis-à-vis des lobbies…
L’Addictature : La tyrannie de la dépendance

De même l’usage de la télévision par les nourrices agréées devrait être strictement interdit, au même titre que l’est le recours à des calmants chimiques.

Ne pas imposer aux adultes une exposition non voulue à la télévision

« Fumer tue ». La télévision aussi.

Contre le tabac des mesures de prophylaxie collective ont été prises : chacun reste libre de fumer mais l’interdiction de fumer dans les lieux publics protège les non–fumeurs de la nocivité du tabac.

Il devrait en être de même pour la télévision. Chacun, bien sûr, doit pouvoir rester libre de regarder ou non, chez lui, la télévision. Mais chacun devrait aussi pouvoir rester libre de ne pas se voir imposer la télévision en dehors de chez lui. Tel n’est pas le cas. Au contraire, il est insupportable que les écrans de télévision soient imposés à tous dans l’espace public : commerces, transports, cafés et restaurants. Et qu’on ne vienne pas dire que chacun peut choisir de regarder dans une autre direction car le cerveau humain est un cerveau programmé pour regarder ce qui bouge. Quand une télévision est allumée tout le monde la regarde, volens, nolens.

L’exposition publicitaire télévisuelle obligatoire dans les lieux publics n’est donc rien d’autre qu’une technique d’ahurissement qui doit être dénoncée comme telle. Et elle doit être interdite pour préserver la liberté d’esprit de tous.

Les voleurs de cerveaux

Nous n’avons fait qu’évoquer ici de simples mesures d’hygiène.
Hygiène individuelle, chez soi.
Hygiène collective : à l’extérieur.

Leur mise en œuvre sera évidemment difficile : car le monde d’aujourd’hui appartient à ceux qui – selon l’expression de Patrick Le Lay – « achètent du temps de cerveau disponible » à TF1. C’est bien contre « Big Brother » qu’il faut se révolter.

Andrea Massari 12/10/2011

[box class= »info »] Source : Polémia. [/box]

La drogue afghane contre la Russie : les Etats-Unis en accusation

La drogue afghane contre la Russie : les Etats-Unis en accusation

13/10/2011 – 09h30
KABOUL (NOVOpress) –
La production d’opium en Afghanistan a explosé en 2011 : + 61% par rapport à 2010, selon le rapport annuel sur l’Afghanistan du Bureau des Nations unies contre la drogue et le crime (UNODC). Les surfaces cultivées ont également augmenté (+7%) par rapport à 2009 et 2010. Résultat : les revenus des producteurs de pavot ont atteint 10 700 dollars à l’hectare en 2011, un niveau jamais observé depuis 2003.

Lors du forum international « Objectifs du Millénaire pour le développement en Europe orientale et en Asie centrale », organisé à Moscou en début de semaine, Sergueï Lavrov, ministre russe des Affaires étrangères, a rappelé la nécessité de « lutter contre la drogue afghane à toutes les étapes de sa fabrication, en commençant par la destruction des plantations ». Tout en ajoutant : « Il nous est difficile de comprendre pourquoi nos partenaires américains ne veulent pas que la Force internationale d’assistance à la sécurité en Afghanistan s’en charge ».

Victor Ivanov, lui, tient la réponse. Pour le chef du service fédéral russe anti-drogue, « la production de la drogue, en Afghanistan, a un rapport direct avec la présence des forces étrangères et américaines dans ce pays ». Une partie considérable de la drogue étant acheminée, en contrebande, de l’Afghanistan en Russie, tandis que la plus grande partie de l’héroïne, utilisée, en Russie, est de production afghane.

Ainsi, selon Victor Ivanov , « il est évident que l’augmentation rapide du nombre des morts, chez les jeunes de 15 à 34 ans, en Russie, à cause de l’usage de drogues, coïncide avec le début des opérations militaires des forces étrangères en Afghanistan ». Pendant la guerre du Vietnam, les communistes vietnamiens utilisaient la drogue afin de pourrir la santé des troupes américaines.  Depuis, les Etats-Unis semblent avoir retenu la leçon en retournant cette arme contre la jeunesse russe.

Le Vietnam déporte ses toxicomanes et continue à persécuter les chrétiens

08/09/2011 – 20h00
HANOÏ (NOVOpress) —
Si le totalitarisme islamique continue de pendre les homosexuels, le totalitarisme communiste, lui, déporte les toxicomanes dans des « camps de travail » au Vietnam, selon un rapport de Human Rights Watch (HRW), publié mercredi. Les chiffres officiels font état d’environ 150 000 drogués dans ce pays, classés par les autorités vietnamiennes dans la catégorie des « fléaux sociaux ».

Pour Nguyen Phuong Nga, la porte-parole du ministère des Affaires étrangères, « Le traitement par le travail » permet aux toxicomanes d’améliorer « leur état de santé, leurs compétences professionnelles et leurs responsabilités envers leur famille et la société ».

Autre groupe persécuté notamment par les communistes vietnamiens, au pouvoir depuis 1975 : les chrétiens. Depuis le mois de juillet, au moins quinze catholiques ont été arrêtés par les autorités. Six d’entre eux sont incarcérés dans un camp d’internement provisoire à Hanoï.

Trafic de cannabis : les douaniers bénéficieront d’une Audi A4 confisquée

Trafic de cannabis : les douaniers bénéficieront d’une Audi A4 confisquée

31/07/2011 – 18h30
SAINT-BRIEUC (NOVOpress Breizh) – Lundi dernier le tribunal correctionnel de Saint-Brieuc jugeait deux « jeunes » interceptés en juin dernier alors qu’ils transportaient un kilo de cannabis.
Légère condamnation pour l’un et relaxe pour l’autre. Mais les douaniers récupèrent une belle audi A4.

Agés de 23 ans, les deux « jeunes », nés dans le quartier « sensible »de Pontanézen, à Brest, avaient été arrêtés par le service des Douanes aux environs de Bégard (Côtes d’Armor), alors qu’ils regagnaient Brest en provenance de Rennes, au volant d’une Audi A4. Les douaniers avaient trouvés dans le coffre de la voiture dix plaquettes de résine de cannabis, de cent grammes chacune, représentant une valeur de près de quatre mille euros.

Lors des débats, Nasser Attia a déclaré qu’il aurait accepté de se rendre à Rennes moyennant une commission d’une centaine d’euros, et une petite quantité de cannabis pour son usage personnel. Ce qui ne l’empêche pas d’affirmer par ailleurs vouloir se libérer de son addiction. Le commanditaire, qui demeure inconnu par crainte de représailles, avait fourni l’audi A4. Nasser Attia aurait entraîné son ami dans l’expédition, en omettant de lui révéler l’objet de celle-ci.

Les magistrats ont bien voulu admettre cette version et ont relaxé le présumé comparse. Nasser Attia, qui a lui déjà une demi-douzaine de condamnations inscrites à son casier, a été condamné à deux ans de prison dont 6 avec sursis, mise à l’épreuve pendant deux ans, obligation de soins et versement d’une amende douanière de 1500 euros ; le principe de la peine plancher lui a en effet été épargné « afin de favoriser sa réinsertion future ». L’Audi A4 a quant à elle été confisquée au profit des Douanes, qui pourront ainsi bénéficier d’un véhicule adapté à leur mission.

Amy Winehouse est morte

Amy Winhouse est morte

L’information a été donnée par la police britannique, la chanteuse Amy Winehouse (âgée de 27 ans) aurait été retrouvée morte dans son appartement de Camden Square (Londres) dans la nuit de vendredi à samedi.

Selon les premières informations, Amy Winehouse aurait succombé à une overdose d’alcool et de drogue.

Lors du concert du 19 juin dernier à Belgrade, sous l’emprise de l’alcool, elle n’avait pas été capable d’achever son concert. La réaction du public, qui avait payé 45 euros la place, fut particulièrement vindicative. Sur sa page Facebook, le ministre serbe de la Défense, Dragan Sutanovac, avait écrit  : “Le concert d’Amy a été une honte et une grande déception”.

Selon certaines sources, c’est le choc psychologique subi lors de ce concert qui serait à l’origine de ce drame. Des instructions avaient pourtant été données pour cette tournée afin que dans aucun hôtel Amy Winehous ne puisse avoir accès à de l’alcool. Les causes de son ébriété à Belgadre demeurent un mystère.

Razzia à Marseille : deux trains attaqués par des « jeunes gens »

Razzia à Marseille : deux trains attaqués par des "jeunes gens"

08/07/2011 – 14h30
MARSEILLE (NOVOpress) – A Marseille comme dans de nombreuses villes françaises, la criminalité fait partie du paysage. Outre le trafic de drogue qui a pris racine depuis fort longtemps, d’autres faits tout aussi graves se produisent chaque jour dans la capitale phocéenne.

Hier soir, un train de voyageurs, Train express régional (TER), a été bloqué volontairement, au risque de provoquer un grave accident. Des objets volumineux avaient été jetés sur les voies dans les quartiers Nord de Marseille, par “un groupe d’une vingtaine de jeunes gens” dit l’AFP. Selon Le Télégramme la locomotive a percuté un caddie avec un choc brutal qui l’a endommagée. Un train de marchandises qui suivait a été à son tour bloqué par le TER arrêté et fort heureusement ne l’a pas percuté. Les « jeunes gens » n’ont pas pu pénétrer dans le TER mais le train de marchandises a été l’objet d’une véritable razzia.

On ne reviendra pas sur l’appellation de “jeunes gens” employée par l’officine du politiquement correct et de la novlangue que représente l’AFP. Un forfait qui s’est déroulé à hauteur de la cité du Ruisseau Mirabeau, dans le 15ème arrondissement, cité qui concentre des populations immigrées de toutes origines.

Décidément très habiles lorsqu’il s’agit de mal agir, ces “jeunes gens” ont obstrué les voies à l’aide de poutres et de chariots de supermarchés. Une fois les deux trains arrêtés les wagons du train de marchandises ont été ouverts par une horde de vingt racailles qui ont pu dérober en toute impunité leur contenu. Selon un représentant du syndicat de police Alliance, “on croyait ces attaques d’un autre âge désormais révolues après la mise en place de mesures de sécurité”, en ajoutant : “C’est presque le retour au temps des diligences attaquées”.

Pendant ce temps, Guéant et ses acolytes de l’UMP nous vantent leur bilan en matière de lutte contre l’insécurité…

Démantèlement d’un important réseau de trafic de drogue à Marseille

Démantèlement d'un important réseau de trafic de drogue à Marseille

08/07/2011 – 11h00
MARSEILLE (NOVOpress) –
Le tribunal correctionnel de Marseille vient de condamner une quarantaine de prévenus pour leur participation en 2007 et 2008 à un réseau de trafic de drogue agissant en France, en Espagne, au Maroc et en Algérie. Les deux chefs de ce réseau, Ahmed Kheloufi et Sofiane Boukhedimi, ont été condamné à 13 et 10 ans de prison et à une interdiction définitive du territoire français pour Kheloufi. Ce dernier avait déja été condamné en 2000 par la cour d’assises spéciale des Bouches-du-Rhône à 13 ans de prison pour des faits d’importation en bande organisée de stupéfiants et trafic de stupéfiants… (2000 +13 = 2013?)

Boukhedimi, qualifié de « Mozart du trafic de stupéfiants » par le procureur a joué un « rôle éminent », jusqu’en détention d’où il poursuivait le trafic, ce qui en dit long sur l’omerta qui règne concernant ce qui peut se passer dans les prisons françaises. Faisant venir cannabis et cocaïne d’Algérie et du Maroc, par le biais d’acheteurs locaux, les membres du réseau écoulaient leur marchandise à Paris et Marseille. Saïd Tir, 59 ans, qui aurait dû être le 44e prévenu jugé dans cette affaire a été abattu le 27 avril dans les quartiers Nord de Marseille.

De quoi apporter de l’eau au moulin zémmourien…

Italie : démantèlement d’un réseau mafieux de trafic d’immigrants clandestins

Italie : démantèlement d’un réseau mafieux de trafic d'immigrants clandestins

07/07/2011 – 11h30
ROME (NOVOpress) –
La police italienne vient d’annoncer le démantèlement d’un important réseau de trafic d’immigrants clandestins. Une quarantaine de personnes, d’origine turque, afghane, pakistanaise et iranienne ont été arrêtées et inculpées d’ « association de malfaiteurs ayant pour objectif l’incitation à l’immigration clandestine ».

L’opération a été menée par les polices de Bologne, Ravenne (Emilie Romagne) et Lecce (Calabre) sous l’autorité de la Direction nationale anti-mafia et des parquets de Bologne et Lecce. Les trafiquants ont été interpellés dans six régions du Nord et du Sud du pays : Lombardie, Emilie-Romagne, Pouilles, Abruzzes, Latium, Pouilles et Calabre.

L’enquête avait commencé le 13 mai de l’an passé suite à l’arrivée d’un cargo dans le port de Ravenne  qui transportait 65 clandestins dont 4 enfants. Ceux-ci étaient enfermés dans un conteneur équipé de toilettes chimiques. Selon la police chargée de l’enquête, ces immigrants qui arrivaient pour la plupart de Turquie, de Grèce et de Libye, étaient «en permanence en danger de mort» compte tenu de la façon dont leur transport était assuré.

«L’opération a mis en évidence un trafic important de clandestins, en un an d’enquête environ dans la zone du Salento, dans les Pouilles, nous avons intercepté un flux de plus de 5 000 immigrés», a indiqué à l’agence Ansa, le préfet de police de Lecce.

Les trafiquants faisaient arriver les immigrants – pour la plupart des asiatiques venant d’Afghanistan, du Pakistan et d’Irak – à bord de petites embarcations en mauvais état, ou dissimulés à bord de ferries desservant les ports de l’Adriatique. Arrivés dans la péninsule italienne, ils étaient acheminés vers la France, la Belgique, l’Allemagne, l’Autriche, la Suisse et le Danemark, où ils recevaient l’aide d’associations spécialisées dans l’aide aux clandestins.

Ce réseau (parmi d’autres) montre que l’invasion par les clandestins ne se fait pas qu’à l’endroit le plus spectaculaire, Lampedusa, mais un peu partout.

Piero Grasso, le chef de la Direction anti-mafia, s’est félicité de ce succès, soulignant que c’était la première opération menée sous sa responsabilité depuis que cet organisme s’occupe également de délits liés au trafic de personnes.

Malheureusement tant qu’il n’y aura pas une vraie volonté politique d’arrêter l’invasion de l’Europe, en particulier en renvoyant les immigrés clandestins rapidement, pour un réseau de trafiquants de clandestins démantelé (au milieu de bien d’autres réseaux) un autre se constituera plus tard.

Le Danemark et la Norvège ne veulent plus de frontières passoires

Le Danemark et la Norvège ne veulent plus de frontières passoires

06/07/2011 – 21h40
COPENHAGUE (NOVOpress) –
Le Danemark veut rétablir des contrôles permanents à ses frontières avec l’Allemagne et la Suède où 50 douaniers ont été déployés hier. Quarante huit agents supplémentaires seront envoyés en renfort à l’occasion du Nouvel An. Il s’agit de mieux contrôler le transport d’objets, d’armes et de drogues, favorisé par la mondialisation marchande et humaine.

À son tour, la Norvège a annoncé aujourd’hui qu’elle allait augmenter le budget de la police et des douanes dans le secteur de sa frontière avec la Suède, afin de lutter efficacement contre les trafics de biens, de personnes et l’immigration illégale. « Cela combat la criminalité et permet d’attraper des demandeurs d’asile clandestins. Le travail donne de bons résultats », a constaté Knut Storberget, le ministre norvégien de la Justice. Un nouveau coup porté à l’espace Schengen de libre-circulation des biens et des personnes en Europe, totalement dépassé par les vagues d’immigration massive, en provenance notamment du continent africain.

Italie : trois générations d’une famille rom inculpées pour trafic de drogue

Italie : trois générations d’une famille rom inculpées pour trafic de drogue

06/07/11 – 17h15
MONTESILVANO (NOVOpress)
– À Montesilvano (province de Pescara, dans les Abruzzes), les carabiniers ont mis au jour un réseau de trafic de drogue (cocaïne et héroïne), au centre duquel figure toute une famille rom, grands-parents, enfants et petits-enfants mineurs. La drogue était vendue à des toxicomanes des environs ou à d’autres revendeurs qui fournissaient toute la zone de Pescara et de Chieti. Au total, un kilo de drogue a été saisi au cours de l’enquête.

Lire la suite

Rendre les quartiers à leurs habitants

Rendre les quartiers à leurs habitants

02/07/2011 – 13h30
REGGIO DI CALABRIA (NOVOpress) –
La rue appartient à celui qui y descend comme le proclame le vieux chant. C’est fort de ce principe que deux groupes de la droite alternative italienne ont décidé de nettoyer et de réembellir des places et des rues de leurs villes pour rendre ces lieux à leurs habitants. A l’image de ce que Jeune Bretagne effectuera le 10 juillet à Nantes.

Lire la suite