Pour Marc Gabriel Draghi , le “monde d’après” s’apparente à une domestication des masses par la destruction des structures indépendantes