Disney se soumet à la bien-pensance

26/01/2021 – INTERNATIONAL (NOVOpress)
Peter Pan, La Belle et le Clochard, Les Aristochats, Dumbo : des grands classiques disponibles sur Disney+ sont désormais bloqués pour les comptes enfants et ne sont disponibles que depuis les comptes adultes. Un message d’avertissement s’affiche au lancement :

Ce programme comprend des représentations datées et/ou un traitement négatif des personnes ou des cultures. Ces stéréotypes étaient déplacés à l’époque et le sont encore aujourd’hui. Plutôt que supprimer ce contenu, nous tenons à reconnaître son impact nocif, apprendre de ce contenu et engager le dialogue et construire un avenir plus inclusif, ensemble. Disney s’engage à créer des histoires sur des thèmes inspirants et ambitieux qui reflètent la formidable diversité de la richesse culturelle et humaine à travers le monde.


Disney se soumet toujours plus à la dictature du politiquement correct

21/10/2020 – INTERNATIONAL (NOVOpress)
Presque un an après son lancement aux États-Unis en novembre 2019, où de nombreux films d’animation cultes étaient accompagnés d’un court message d’avertissement sur le contenu potentiellement offensant.

Disney en rajoute une couche en ajoutant désormais une page dédiée, intitulée Stories Matter. Cet ajout annonce l’idée que les histoires dans les films et dessins animés ont un contexte, qui mérite d’être souligné. Dumbo, Les Aristochats ou encore Peter Pan sont concernés par ce message, qui souligne à quel point la vision de ces œuvres est désuète.


La plateforme Disney+ diffuse un avertissement avant ses films potentiellement « racistes » et « sexistes »

25/11/2019 – INTERNATIONAL (NOVOpress avec le bulletin de réinformation de Radio Courtoisie) :
Sur la plateforme Disney+, lancée cette semaine aux États-Unis, plusieurs dessins animés « culturellement datés » du catalogue de la plateforme sont précédés d’un message préventif afin de ne pas heurter la sensibilité de certains utilisateurs.
Dumbo, Fantasia, La Belle et le Clochard sont par exemple visés. Selon le géant américain du divertissement, ils pourraient véhiculer des « messages racistes ou sexistes ». C’est en tout cas de ce que craint la firme. En effet, pour se défendre d’éventuelles accusations, on peut lire sur le site au début des films concernés : « ce programme est présenté tel qu’il a été créé. Il peut contenir des représentations culturelles datées ».

Disney+ n’est pas la seule plateforme à subir le courroux d’internautes indignés par des représentations de certains stéréotypes. Depuis quelques jours, des internautes français demandent le retrait d’Ace Ventura du catalogue Netflix, au motif que la comédie serait « transphobe ».