L’élu régional socialiste, Naïma Charaï, nommé à la tête de l’Acsé

L’élu régional socialiste, Naïma Charaï, nommé à la tête de l’Acsé

11/10/2012 –16h00
BORDEAUX (NOVOpress via Infos Bordeaux) –
Suite à la proposition de François Lamy, ministre délégué en charge de la ville, la socialiste Naïma Charaï a été nommée à la tête du conseil d’administration de l’Agence nationale pour la cohésion sociale et l’égalité des chances (Acsé).

Née au Maroc, Naïma Charaï est arrivée en France à l’âge de 4 ans en 1976 suite à l’application de la loi sur le regroupement familial. Proche de l’aile gauche du parti socialiste (*), elle est élue conseillère régionale d’Aquitaine en 2004 où elle est chargée par Alain Rousset des questions de lutte contre les discriminations. En 2008, cette dernière déclarait au journal Libération : « Dans la constitution d’une liste, on est toujours la représentation de quelque chose. Effectivement, je suis une Arabe et ce que je trouve déplorable, c’est qu’on ne soit pas suffisamment » !

Lire la suiteL’élu régional socialiste, Naïma Charaï, nommé à la tête de l’Acsé

L’Etat socialiste se mobilise en faveur de camerounais illégaux

L’Etat socialiste se mobilise en faveur de camerounais illégaux

05/10/2012 – 10h00
CONFLANS-SAINTE-HONORINE (NOVOpress) –
  Un couple de camerounais dans l’illégalité, parents d’un étudiant en médecine, ont obtenu de la préfecture des Yvelines des titres de séjour, grâce à un important battage médiatique orchestré par le réseau RESF (Réseau Education Sans Frontières) et l’intervention de l’Etat socialiste. Résidant à Conflans-Sainte-Honorine, le père de l’étudiant avait reçu en novembre 2011 une « obligation de quitter le territoire français » après que sa carte de séjour n’ait pas été renouvelée. La mère avait fait une demande de titre de séjour de vie privée et familiale « liée à la situation du père », auquel elle est pacsée. Sa demande de titre de séjour était donc conditionnée à la régularisation de celui-ci.

Lire la suiteL’Etat socialiste se mobilise en faveur de camerounais illégaux

Italie : cours de conduite gratuits pour les immigrés

Italie : cours de conduite gratuits pour les immigrés

06/09/2012 – 10h00
ROME (NOVOpress) – Sur les routes aussi, les immigrés sont des chances pour l’Italie. Selon l’Aci (Automobile Club d’Italia), si 6,4% des conducteurs italiens sont impliqués chaque année dans un accident, la moyenne pour les 2,6 millions de conducteurs non-italiens (le détail des différentes nationalités n’est pas donné) est de 13,5%, plus du double. « Ce qui cause tant d’accidents parmi les étrangers, ont expliqué poliment les dirigeants de l’Aci la semaine dernière, ce sont en fait des habitudes culturelles et des habitudes de conduite différentes ». Le phénomène a en tout cas, en dehors de toute autre considération, un poids économique certain : les accidents de la route coûtent chaque année à l’État italien plus de 30 milliards d’euros, soit 2% du PIB.

Lire la suiteItalie : cours de conduite gratuits pour les immigrés

27 milliards d’euros rien que pour eux ! L’argent coule à flots pour les Roms !

27 milliards d'euros rien que pour eux ! L’argent coule à flots pour les Roms !

Le gouvernement de Jean-Marc Ayrault a levé certaines restrictions pesant sur l’emploi des Roms en France, qui seraient aux alentours de 15 000, suscitant la joie de la Commission européenne. Et pour cause : c’est elle qui l’exigeait ! Le plus ahurissant est encore ailleurs : dans les 27 milliards d’euros que l’Union européenne met à disposition des pays de l’UE pour « insérer » les Roms ! En pleine crise économique et financière, les Roms ont priorité sur « les non-Roms » !

Lire la suite27 milliards d’euros rien que pour eux ! L’argent coule à flots pour les Roms !

Le trou sans fin de la politique de la ville

Le trou sans fin de la politique de la ville

La Cour des comptes vient de pondre un rapport technocratique pétri de conformisme sur la politique de la Ville… Et ce, sans jamais oser lever les yeux sur les réalités qu’elle prétend pointer du doigt.

Consacrer plus de trois cents pages à une décennie de la politique de la Ville et ne pas s’intéresser le moins du monde à l’évolution, durant cette période, du peuplement des zones urbaines dites sensibles, tel est le prodige que vient de réaliser la Cour des comptes. Celle-ci se contente de signaler, au détour d’un encadré, que « 17,5 % des habitants de zone urbaine sensible (ZUS) sont étrangers (contre 8,2 % dans leurs agglomérations), dont près de la moitié originaires des pays du Maghreb, et 10,2 % sont Français par acquisition ». C’est tout ?

Lire la suiteLe trou sans fin de la politique de la ville

Milan : la mairie dépense 140.000 euros pour la prière musulmane

Milan : la mairie dépense 140.000 euros pour la prière musulmane

08/07/2012 — 15h10
MILAN (NOVOpress) —
Il pleut sur les Raphaëls du musée de Milan, faute d’argent pour réparer le toit. Mais la municipalité de gauche vient de dépenser 140.000 euros pour assurer le confort des musulmans pendant le Ramadan (cette année du 20 juillet au 19 août).

Sur la requête du préfet (aux ordres du gouvernement Monti), la mairie de Milan a acheté deux chapiteaux, situés devant le palais des sports Palasharp, au profit de l’« Institut culturel islamique de Milan ». Les chapiteaux sont dotés d’un plancher et d’un système d’éclairage. Il s’agit, explique l’adjoint à la Sécurité et à la cohésion sociale, « de garantir au Centre islamique la continuité de l’utilisation de ces espaces pour la prière ». La décision est « en outre économiquement avantageuse », puisque le prix d’achat de 140.000 euros ne correspond qu’à neuf mois de location – et que la location, on en a confirmation au passage, était jusqu’ici payée par la mairie. Le Centre islamique pourra ainsi continuer à utiliser les chapiteaux après le Ramadan, pour la prière du vendredi. La gestion sera assurée par la Protection civile de la ville.

Un reportage très complaisant avait été diffusé par la télévision régionale, à l’automne dernier, sur ces prières musulmanes devant le Palasharp. Deux journalistes italiens, un homme et une femme, ostensiblement voilée de vert pour l’occasion. Le journaliste masculin avait quand même interrogé le porte-parole du Centre islamique sur la ségrégation des femmes. Réponse : « L’homme a un devoir pendant la prière mais les femmes ont d’autres obligations, par exemple d’allaiter leurs enfants ». Quand, pour prouver que l’Islam est pacifique, le musulman donne en modèle la coexistence entre musulmans et chrétiens en Égypte, le journaliste ne bronche pas. Les images, en tout cas, sont parlantes.

La nouvelle majorité de gauche avait célébré sa conquête historique de la mairie de Milan, l’année dernière, en clamant : « Nous embrassons nos frères Roms et musulmans ». À ces déclarations d’amour-là, la gauche est toujours fidèle.

Crédit image : copie d’écran de Panorama.it.

Tremblement de terre en Italie : préférence étrangère dans les camps d’urgence

Tremblement de terre en Italie : préférence étrangère dans les camps d'urgence

23/05/12 – 18h50
ROME (NOVOpress)
– A la suite du tremblement de terre qui a frappé le nord-ouest de l’Italie de nombreux italiens ont dénoncé le fait que les structures d’accueil soient « pleines d’africains et de slaves » et de s’y sentir « relégués au second plan ».

En effet, le périodique italien Il Giornale décrit ainsi ces structures d’urgence :
« Les entrées des villages de toile sont occupés par des étrangers, nigériens, marocains, égyptiens, slaves, et beaucoup de femmes voilées. La priorité d’accès aux tentes est donnée aux femmes avec des enfants qui sont toutes, ou presque, étrangères. »

Ainsi de Sant’Agostino à Finale Emilia, les villages de toile reçoivent quasiment exclusivement des immigrés.
De leur côté les italiens doivent de débrouiller seuls pour se nourrir et tenter de réparer leurs habitations, certains sont contraints de dormir dans des voitures ou même dehors. Une situation de discrimination « positive » en faveur des immigrés qui rend d’autant plus utile et précieuse l’intervention de la « Salamandre », l’organisme de protection civile de Casapound.

Crédit photo : anna via Flickr (CC).

Légion d’honneur : Anne-Marie Le Pourhiet, le professeur de Droit public qui pourfend les idéologies à la mode

Légion d’honneur : Anne-Marie Le Pourhiet, le professeur de Droit public qui pourfend les idéologies à la mode

03/01/2012 – 13h00
RENNES (NOVOpress Breizh) – Professeur agrégé de Droit public à l’Université de Rennes-1, Anne-Marie Le Pourhiet vient d’être nommée chevalier de l’Ordre national de la Légion d’honneur dans la promotion du Nouvel An. Une distinction pour cette éminente juriste qui pourfend allègrement les idéologies à la mode véhiculées par ce qu’elle appelle, à juste titre, les « Khmers roses ».

Souverainiste, membre du Conseil scientifique de la Fondation ResPublica présidée par Jean-Pierre Chevènement, Anne-Marie Le Pourhiet est souvent intervenue pour dénoncer l’influence des lobbies catégoriels – ce qu’elle appelle la « tyrannie des minorités » – sur le travail des parlementaires. Elle s’est fermement opposée aux diverses lois mémorielles et à la multiplication des délits d’opinion qui portent atteinte à la liberté d’expression. Elle avait d’ailleurs été auditionnée par la commission des Lois de l’Assemblée Nationale sur cette dernière question (cf. vidéo).

Rappelant dans un entretien accordé à Valeurs actuelles (22/06/2011) qu’ « une partie de la droite ne semble pas du tout apercevoir le caractère néomarxiste de ces doctrines où l’on a remplacé la dictature du prolétariat par celle des minorités ethniques, sexuelles ou autres et où l’on propose de réaliser au forceps une égalité de fait en employant les mêmes procédés liberticides que dans les régimes totalitaires », elle ajoutait « les méthodes des “Khmers roses” n’ont rien à envier à celles de leurs cousins rouges, à commencer par le fait d’interdire toute expression d’une dissidence intellectuelle, immédiatement qualifiée de “phobie”, c’est-à-dire de maladie mentale à éradiquer par un traitement psychiatrique adéquat. Il convient aussi d’inculquer la doxa à la jeunesse en rendant son enseignement obligatoire dans les écoles : d’où l’introduction à l’école des cours d’“identité de genre”».

Interrogée par Riposte laïque sur la notion de « discrimination positive » Anne-Marie Le Pourhiet rappelle qu’il s’agit « d’une mesure préférentielle (dispense de concours, épreuves spéciales moins sélectives, points supplémentaires aux épreuves, emplois réservés, quotas explicites ou implicites …) accordée à des groupes de personnes définis par un critère non social (racial, religieux, linguistique, sexuel, handicap …) dont on affirme qu’ils ont été ou sont victimes de discriminations passées ou présentes et qu’ils doivent donc bénéficier désormais de passe-droits compensatoires. Il s’agit donc d’une faveur accordée aux membres de certains groupes au détriment des autres, c’est donc une discrimination positive pour ceux qui en profitent mais évidemment négative pour ceux qui en sont exclus. » Et de conclure : « elle a été parfaitement résumée récemment par le PDG de l’Oréal affirmant ouvertement que l’on a plus de chances d’être recruté dans son entreprise quand on a un prénom à consonance étrangère que lorsque l’on porte un prénom français de souche. Tout est dit ! ».

En 2007, elle n’avait pas hésité à qualifier la ratification du traité de Lisbonne par voie parlementaire, suite au rejet du précédent traité par le peuple français, de « haute trahison » au sens constitutionnel du terme. « Cela prouve bien que les références incessantes des traités européens aux valeurs démocratiques sont une tartufferie car cette Europe technocratique et confiscatoire ne peut se faire que contre la volonté des peuples. L’Europe est consubstantiellement anti-démocratique, on veut nous l’imposer de gré ou de force» avait précisé le professeur rennais sur le site du réseau Voltaire.

“La lecture des débats parlementaires fait souvent frémir, tant la novlangue et le totalitarisme orwellien s’y répandent.”

Crédit photo : Riposte Laïque

Allemagne : campagne nationale contre la « discrimination » des musulmans

Allemagne : campagne nationale contre la « discrimination » des musulmans

08/12/2011 – 14h00
BERLIN (NOVOpress) –
Le Service fédéral contre la Discrimination (Antidiskriminierungsstelle des Bundes), équivalent allemand de la Halde, vient de lancer une grande campagne, qui doit durer jusqu’à fin janvier 2012 : « Aucune personne ne rentre dans un tiroir». Des affiches placardées dans toute l’Allemagne sont censées illustrer les six formes possibles de discrimination par des tiroirs munis d’une étiquette : l’âge (un tiroir étiqueté « Très vieux »), le handicap (« Aveugle »), le sexe (« Femme »), « l’identité sexuelle » (« Lesbienne), l’origine ethnique (« Turcs »), la religion ou la vision du monde (« Musulmans », bien sûr). En dessous du tiroir « Musulmans », on peut lire « Êtes-vous discriminés en raison de votre religion ? » avec le numéro de téléphone à appeler pour porter plainte (cliquer sur l’image pour l’agrandir).

Que d’autres que des musulmans puissent être victimes de discriminations religieuses n’a visiblement jamais effleuré le Service fédéral contre la Discrimination. Il affirme « mettre sur le même plan toutes les formes de discrimination, qu’elles soient dues à l’origine ethnique, à la religion, à la vision du monde, à l’identité sexuelle, à l’âge, à un handicap, ou au sexe d’une personne ». Mais pour chaque forme de discrimination, il a décidé d’avance qui étaient les seules victimes possibles – et les coupables désignés.

Le Service fédéral contre la Discrimination tient à préciser que « souvent les personnes ne sont pas défavorisées à cause d’un seul caractère, mais de caractères combinés, comme par exemple “jeune et féminin”, “vieux et handicapé” ou “étranger et musulman” ». Des combinaisons comme « jeune et blanc » ou «allemand et catholique » sont évidemment exclues a priori : tout simplement impensables pour le Service fédéral contre la Discrimination !