« Convoi de la liberté » : la résistance tient la route

Convoi de la liberté

Après Ottawa toujours occupée, les camionneurs ont bloqué Québec ce week-end pour signifier aux autorités leur ras-le-bol de la dictature sanitaire. Le mouvement fait des émules en Europe où les routiers se donnent rendez-vous à Bruxelles le 14 février pour une Saint-Valentin… des amoureux de la liberté.

Les grands médias avaient annoncé une manifestation de quelques centaines d’excités, qui aurait menacé l’ouverture du Carnaval d’hiver. Ce fut tout le contraire, des milliers de Québécois ont défilé dans les rues de la capitale, drapeau en main, sourire aux lèvres, dans une ambiance festive et joyeuse, pendant que résonnaient les klaxons des centaines de véhicules qui avaient convergé vers Québec.

La police s’était dite prête et la rue devant le Parlement était obstruée par des camions de la ville. Les routiers bloquèrent quant à eux la rue René-Lévesque et les convois de voitures sillonnèrent les rues avoisinantes en agitant des drapeaux québécois et canadiens au bout de bâtons de hockey. Sur ce dernier point, c’était une vision particulièrement étrange que ces milliers de drapeaux canadiens dans la capitale québécoise, quelque chose d’inédit. Le message : le Canada d’un océan à l’autre s’oppose aux mesures sanitaires.

Impossible de savoir combien ils étaient : non seulement aucune réelle organisation n’encadrait la contestation, mais ces gens ne sont pas des « pros de la manif » : tous déambulaient dans les rues, bloquant certaines artères par leur nombre, mais dans l’improvisation la plus joyeuse. Certains quittaient les flots humains pour entrer dans une boutique ou pour prendre une commande à emporter au restaurant.

Ce manque d’encadrement aurait facilement pu mener à des débordements dans d’autres contextes, mais, ici, cette foule majoritairement composée du « Québec des régions », le Québec périphérique, était festive, à l’inverse du portrait qu’en avaient dressé les grands médias dont plusieurs durent rectifier le tir et parler de cette manifestation visiblement familiale.

Dimanche, ils étaient encore des centaines à continuer le joyeux tintamarre.

A Toronto, la mobilisation fut semblable, avec un très médiatique convoi de tracteurs dont les images firent le tour du pays. A Ottawa, malgré des barrages érigés autour de la ville pour bloquer l’afflux de nouveaux camions, des milliers de manifestants de l’extérieur rejoignirent les routiers du centre-ville.

Cette mobilisation monstre a soulevé l’enthousiasme partout dans le pays, mais une ombre vint obscurcir la fin de semaine, une ombre de taille. A la suite des pressions des politiciens, la plate-forme GoFundMe a décidé d’annuler la collecte de dix millions de dollars et de rembourser les donateurs qui en feront la demande. Les fonds qui n’auront pas été remboursés seront versés à une cause du choix des administrateurs. On a invoqué le fait que la manifestation ne serait plus une manifestation, mais une occupation illégale. La plate-forme voudrait donc prendre ses distances avec elle, un scrupule qu’elle n’avait pas lorsque les mouvements Black Lives Matter mettaient le feu à certaines villes américaines en 2020.

Cette façon de procéder est un véritable détournement de fonds, un abus de confiance qui serait réprimé par la justice si cette dernière était neutre. Mais ce braquage étant sanctifié par les politiciens, aucun juge ne sanctionnera la plate-forme.

Remi Tremblay

Article paru dans Présent daté du 7 février 2022

Entretien – « Il n’est plus question de science aujourd’hui, mais d’obéissance », tacle le Professeur Raoult

02/02/2022 – FRANCE (NOVOpress)
Deux ans tout juste après l’apparition du Covid-19 dans nos vies, le professeur Raoult dresse un bilan sans concession. Qu’a-t-il lui-même appris de cette pandémie ? Croyance infondée sur les vaccins, variants plus ou moins létaux, restrictions sanitaires et espoir de sortie de crise : celui qui a été adulé puis enfoncé en l’espace de quelques mois n’élude aucun sujet.

Plus que jamais sans filtre, le directeur de l’IHU Méditerranée Infection organise sa riposte.


Un Manifeste conspirationniste pour dénoncer la dictature sanitaire

Manifeste conspirationniste

21/01/2022 – FRANCE (NOVOpress)
Le Manifeste conspirationniste doit paraître ce 21 janvier aux éditions du Seuil. Même si il semble anonyme, il pourrait être rédigé par des membres du Comité Invisible selon l’Express. Ce groupe d’auteurs anonymes est notamment connu pour son premier ouvrage, L’Insurrection qui vient.

Voici ce qu’il indique dans ce manifeste en préambule :

« Nous sommes conspirationnistes, comme tous les gens sensés désormais. Depuis deux ans que l’on nous balade et que nous nous renseignons, nous avons tout le recul nécessaire pour départager ‘le vrai du faux’. Les ridicules autoattestations que l’on a prétendu nous faire remplir avaient bel et bien pour but de nous faire consentir à notre propre enfermement et de faire de nous nos propres geôliers. Leurs concepteurs s’en félicitent à présent. La mise en scène d’une meurtrière pandémie mondiale, ‘pire que la grippe espagnole de 1918’, était bien une mise en scène (…) L’acharnement furieux à balayer tout traitement qui n’impliquerait pas d’expérimenter des biotechnologies sur des populations entières, réduites à l’état de cobaye, avait quelque chose de suspect. Une campagne de vaccination organisée par le cabinet McKinsey et un ‘pass sanitaire’ plus loin, la brutalisation du débat public prend tout son sens. C’est sans doute la première épidémie mortelle dont il faut convaincre les gens qu’elle existe. »

Pour commander : https://www.seuil.com/ouvrage/manifeste-conspirationniste-anonyme/9782021495669

Entretien – Florian Philippot au sujet du Pass-Vaccinal : « Petit à petit, des vérités émergent »

Florian Philippot TVL

20/01/2022 – FRANCE (NOVOpress)
Avec le pass-vaccinal exigé par l’exécutif à marche forcée, 2022 s’annonce presque aussi mal que 2021. Pourtant, Florian Philippot, le président des Patriotes à l’origine de la mobilisation contre les mesures prétendument sanitaires depuis près de 18 mois, voit un motif d’espoir. En effet, l’arrivée du variant Omicron, qui a tout l’air d’être moins dangereux, conjugué au conditionnement du pass-vaccinal à toujours plus d’injections font changer les mentalités des Français.
Petit à petit, le narratif évolue malgré la malhonnêteté des médias du Système qui diffusent sans aucun discernement la propagande gouvernementale.

A 3 mois de l’élection présidentielle, quels espoirs pouvons-nous avoir pour sortir de cette crise ? Les candidats doivent-ils prendre leurs responsabilités pour s’allier et battre Emmanuel Macron ? La règle des 500 signatures doit-elle est abandonnée ?
Florian Philippot revient sur toutes ses questions dans Le Samedi Politique.


En 2022, face à la tyrannie, il faudra rester debout !

macron

En 2022 il faudra rester debout ! À vrai dire on s’en était déjà aperçu, mais c’est désormais officiel depuis la déclaration du Premier ministre le 27 décembre dernier : le pouvoir préfère que les Français restent assis. Consommer ou assister à un spectacle debout n’est-il pas désormais interdit sous prétexte de lutter contre la propagation d’un virus ? Quel symbole, ce refus de la verticalité ! Et quelle belle façon de clore le catastrophique bilan covidien de 2021.

Une belle opportunité pour l’oligarchie

Comme l’a écrit avec une belle franchise Klaus Schwab dans son essai sur le grand reset, le Covid constitue une belle opportunité pour tout reconstruire conformément aux vœux de l’oligarchie de Davos.

Une belle opportunité en effet pour les dirigeants et actionnaires de Big Pharma sur lesquels pleuvent les dividendes. Le Figaro du 31 décembre ne titre-t-il pas triomphalement : « 2021, année euphorique pour la Bourse de Paris » ?

Une belle opportunité aussi pour les GAFAM pour promouvoir le tout-numérique et la surveillance de masse qui va avec.

Une belle opportunité pour les grandes entreprises mondialisées d’étrangler définitivement l’économie et le commerce de proximité et de déconstruire le droit social.

Le grand reset est surtout politique

Mais c’est surtout le grand reset politique qui constitue la principale opportunité.

L’épidémie a permis en effet de remiser la démocratie aux oubliettes et de remplacer la souveraineté nationale par le contrôle de la population et la tyrannie des experts en blouse blanche.

Car le Covid a confirmé en vraie grandeur les résultats de la fameuse expérience de Stanley Milgram, dite de soumission à l’autorité, réalisée dans les années 1960 aux États-Unis.

Ce chercheur montrait que dans plus de 60 % des cas, on pouvait être conduit à adopter un comportement que la morale réprouvait[1], par le seul fait qu’une personne en blouse blanche vous le demandait, pour un prétexte scientifique. À l’époque, ses travaux furent contestés. Mais force est de reconnaître qu’en 2021 ils sont avérés.

La soumission du plus grand nombre à l’autorité

Les médecins de plateau télé, les ministres, les fonctionnaires du ministère de la Santé et les médias ont pris la place des expérimentateurs de Milgram pour sidérer la population et lui imposer des comportements qu’elle aurait réprouvés dans des conditions normales : confinements, restriction des déplacements, travail imposé à la maison, imposition de « jauges » partout y compris dans le cercle familial, injections obligatoires et répétées, obligation de se faire tester, autorisation donnée à des tiers de contrôler votre état sanitaire voire votre identité, couvre-feu, port du masque, fermetures des salles de spectacle ou des écoles, discrimination des non-vaccinés, etc.

Conformément à la théorie de Milgram, il faut bien constater que l’écrasante majorité de la population occidentale s’est pliée à ces injonctions. Elle en a même rajouté pour contrôler son voisin, chacun se transformant, non sans plaisir, en petit dictateur : « Mettez votre masque ! Respectez les gestes barrières ! Lavez-vous les mains ! ». Ou pour exécrer les non-vaccinés, comme on le lui demande.

L’épidémie a permis de domestiquer la population. Comme le fait remarquer à juste titre Florian Philippot dans l’une de ses dernières vidéos, les injonctions contradictoires ou ridicules imposées à la population sous prétexte de lutter contre le virus ont aussi pour fonction de désorienter l’opinion, pour lui ôter tout sens commun. C’est justement en forçant la population à adopter des comportements absurdes qu’on la rend obéissante !

Une démocratie désormais en sursis

La domestication de l’opinion a surtout permis aux gouvernants de mettre la démocratie entre parenthèses. Parce que l’oligarchie sent bien que les peuples européens peuvent lui échapper.

La France vit sous un régime d’exception désormais permanent ; le Parlement n’est plus qu’une machine à acquiescer aux souhaits de l’exécutif, lequel délibère dans le secret d’un conseil de défense sanitaire dont les décisions sont confidentielles. Les médias et les GAFAM censurent tous ceux qui contestent les choix effectués, pendant que le passe vaccinal nous fait entrer dans un régime de crédit social à la chinoise.

2021 a aussi démontré la vanité du fameux « État de droit » censé préserver nos libertés : en fait tant le conseil d’État que le Conseil constitutionnel ou les juges européens, d’habitude si chatouilleux quant aux « droits » des migrants et autres demandeurs d’asile, ont totalement validé l’avalanche de mesures liberticides prises par les gouvernements. Il est désormais manifeste que l’État de droit ne protège que les étrangers, pas les Européens !

Pour lire la suite, c’est ici !

Docteur Serbera sur le Covid-19 : « Je n’ai aucune explication à cette folie ! »

masque covid

Le docteur Jean-Pascal Serbera n’est ni un médecin de labo ni un médecin de plateau. C’est un médecin généraliste qui exerce à Toulouse depuis 30 ans, au contact de ses patients. Ce qu’on appelait hier un « médecin de famille » au service de toutes les générations, à commencer par les enfants et les plus âgés. Il apporte à Polémia son éclairage sur la politique sanitaire.

« L’échec du gouvernement et des médecins de plateaux »

Polémia : Le gouvernement a axé sa campagne de vaccination sur le slogan « Tous vaccinés, tous protégés ». Il continue de l’utiliser aujourd’hui. Qu’en pensez-vous ?

Docteur Serbera : « Tous vaccinés, tous protégés ! »

Ce slogan, seul, résume l’échec du gouvernement et des médecins spécialistes des plateaux télévisuels. Tout le monde constate que le vaccin ne protège pas de la contagiosité, ne permet pas d’arriver à la fameuse immunité collective tant espérée, quant à protéger des formes graves, s’il reste encore un espoir, auquel s’attachent les adeptes du tout vaccinal, je souhaite ardemment que ce soit le cas. C’est en tout cas pour cette raison que je continue à vacciner et à préconiser la vaccination à mes patients à risque de formes graves du Covid.

L’échec du gouvernement le conduit à une fuite en avant et pour se dédouaner de ses responsabilités dans ce fiasco, il stigmatise les non vaccinés, les désignant comme responsables des vagues actuelles. C’est la technique du bouc émissaire, celui qu’on immole en expiation des fautes d’un autre. C’est une attitude de division dangereuse pour la paix civile et qui remet en cause les droits de l’Homme fondamentaux.

Polémia : Les non vaccinés sont-ils responsables de ce dont on les accuse ?

Docteur Serbera : Quelques chiffres issus de quelques courbes que l’on peut retrouver en tapant Covid France sur un moteur de recherche.

Le 30 août 2021 au sommet de la quatrième vague, nous avions 11 128 personnes hospitalisées dont 2 277 en soins critiques pour 40 millions de vaccinés deux doses.

Au 28 décembre : 16 458 hospitalisés, 3 277 en soins critiques pour 50 millions de vaccinés deux doses plus 21 millions de vaccinés trois doses.

Il s’agit de la même population, du même variant Delta, le variant Omicron n’ayant pas encore de conséquences sur les hospitalisations. Les choses sont donc comparables. Quel est l’apport en termes de bénéfices sur les hospitalisations qu’ont apporté les 31 millions de doses injectées supplémentaires ?

Comment expliquer que l’on ait plus d’hospitalisations avec plus de vaccinés ?

Pire : le chiffre des décès est plus important également : 73 par jour en moyenne au 30 aout, 174 en moyenne au 28 décembre.

Si l’on compare les chiffres entre l’épidémie de l’automne 2020 et l’épidémie actuelle, on a au 19 novembre 2020, qui est le pic de la deuxième vague 32 846 hospitalisés et 4 823 personnes en soins critiques. C’est certes deux fois plus d’hospitalisés et un tiers de plus en soins critiques que maintenant mais pour aucun vacciné à l’époque contre 90 % maintenant. Question : 10% de non vaccinés sont-ils responsables des chiffres actuels ce qui équivaudrait à ce qu’ils soient en proportion 5 fois plus hospitalisés que l’an dernier ? Il faudrait que le variant Delta fût 5 fois plus dangereux, ce que des études anglaises ont infirmé en le comparant au variant alpha précédent.

En d’autres termes, une simple analyse critique des chiffres démontre que la vaccination n’a pas permis en termes de protection ce que l’on espérait d’elle.

De grands principes bafoués

Polémia : Avez-vous observé depuis le début de l’épidémie des changements de comportements ou une évolution des pathologies chez vos patients ? Considérez-vous que votre liberté de prescription a été respectée par les pouvoirs publics ?

Docteur Serbera : De grands principes auxquels les médecins étaient jusqu’ici attachés ont été bafoués ou ignorés par la corporation dans sa grande majorité.

La liberté de prescription :

Il est un fait que ni les Conseils de l’Ordre ni les syndicats n’ont défendu la liberté de prescription des médecins, allant au contraire jusqu’à menacer ceux qui avaient le culot de vouloir prescrire autre chose que du doliprane. J’ai très mal vécu cette contrainte et n’ai pas hésité à m’en affranchir en prescrivant Ivermectine, vit d, zinc, Azithromycine sur la foi d’études observationnelles nombreuses de par le monde. Médicaments sans danger je le précise.

Pour l’efficacité de l’Ivermectine, je vous renvoie au bloc du Dr Gérard Maudrux, ancien président de la CARMF (Caisse de retraite des médecins) qui a collationné toutes ces études et qui démontre notamment comment l’Inde au printemps 2021 à endigué son épidémie avec ce médicament, alors qu’une très faible proportion de sa population était vaccinée.

En France les pouvoirs publics ont refusé pour des raisons qu’il appartiendra sans doute à la justice d’éclairer d’initier toute étude sur ce produit.

Le principe de bénéfice risque :

Je n’ai pas compris que ce principe que je croyais essentiel pour pratiquer la médecine n’ait plus cours de nos jours, je n’ai pas compris que pour protéger âgés et fragiles (censés être immunisés par le vaccin) on impose une injection expérimentale à des millions d’enfants pour un bénéfice nul et un risque inconnu. Au nom de ce principe j’ai affiché dans mon cabinet que pour des raisons éthiques je refusais de vacciner les moins de dix-huit ans.

Pour lire la suite, c’est ici

Mathieu Slama : «En faisant des non-vaccinés des ennemis de la nation, le Président se pose en diviseur des Français»

Macron

En déclarant dans Le Parisien qu’il voulait «emmerder» les non-vaccinés et en les qualifiant d’«irresponsables», qui ne sont plus, selon lui, des «citoyens», le chef de l’État trahit notre héritage républicain, argumente Mathieu Slama.

« Moi, je ne suis pas pour emmerder les Français. Je peste toute la journée contre l’administration quand elle les bloque. Eh bien là, les non-vaccinés, j’ai très envie de les emmerder. Donc on va continuer de le faire, jusqu’au bout, c’est ça la stratégie. (…) Et ça, c’est l’immense faute morale des antivax : ils viennent saper ce qu’est la solidité d’une nation. Quand ma liberté vient menacer celle des autres, je deviens un irresponsable. Un irresponsable n’est plus un citoyen. »

Par ces mots d’une gravité sans précédent (prononcés dans le cadre d’un entretien au Parisien), Emmanuel Macron a franchi une étape supplémentaire dans la rupture avec nos principes démocratiques et républicains qui est à l’œuvre depuis maintenant deux ans. Par ces mots, le chef de l’État lève le peu d’ambiguïté qui restait sur la politique menée envers les non-vaccinés depuis la mise en place du passe sanitaire en juillet dernier, qui est bel et bien une politique de déchéance de citoyenneté. Déchéance de citoyenneté : déchoir de leurs droits inaliénables des millions de citoyens français parce qu’ils ont commis le crime (non prévu par la loi) de ne pas se faire vacciner, et les condamner de facto à la mort sociale.

« J’ai très envie d’emmerder » : il y a dans cette formule familière quelque chose de très dérangeant, une forme d’agressivité joviale et cruelle qui contredit totalement la mission même d’un président de la République. Aucun de ses prédécesseurs, même les plus décomplexés, ne s’était permis un tel dérapage. Le « jusqu’au bout » qui conclut la séquence a également quelque chose de glaçant : jusqu’au bout de quoi ? Comment imaginer qu’un président de la République menace de cette manière ses propres concitoyens, son propre peuple ?

Mais la phrase essentielle est ailleurs. « Un irresponsable n’est plus un citoyen ». Par cette phrase, Emmanuel Macron trahit l’intégralité de notre héritage républicain en affirmant, au mépris de tout sens de l’État et de l’intérêt général, que les non-vaccinés ne sont plus des citoyens. Cette manière de désigner comme ennemis de la nation des millions de citoyens français est sans précédent dans l’histoire de la Ve République. Elle jette une lumière crue sur l’incroyable régression démocratique qui nous accable, et dont l’illustration la plus spectaculaire de ces derniers mois est le concept de passe sanitaire, devenu passe vaccinal par la simple décision présidentielle prise dans le cadre d’un conseil de défense opaque et anti-démocratique.

À mesure qu’il s’installait dans la vie publique, l’idée même de passe s’est banalisée, normalisée. Or elle porte en germes la déchéance de citoyenneté induite par les propos du chef de l’État, car elle implique une chose absolument gravissime et sans précédent : que l’accès à la pleine citoyenneté est désormais conditionné à un vaccin. Le passe sanitaire ou vaccinal n’est pas un « passe », mais un permis de citoyenneté. Si vous n’avez pas votre passe (ou s’il n’est pas « à jour »), vous êtes déchu de votre pleine citoyenneté et ne pouvez plus accéder aux lieux et événements de la vie sociale, jusqu’aux lieux de culture et aux hôpitaux. Une rupture incroyable avec le principe de l’indivisibilité de la République et de la citoyenneté, principe qu’avait brillamment et courageusement rappelé l’ex-défenseur des droits Jacques Toubon à l’occasion des débats autour de la déchéance de nationalité en 2016 : « Ce projet revient à graver dans le marbre de notre norme supérieure une division fondamentale des Français en deux catégories, à l’encontre de l’esprit et de la lettre de la Constitution. La citoyenneté est aussi indivisible que la République. Son principe fondamental est que les citoyens sont égaux et qu’il n’y a pas de citoyens moins citoyens que d’autres. » Et si la République est une et indivisible, alors le président de la République est le Président de tous les Français, quelles que soient leurs opinions, leurs origines, leurs convictions, leurs choix de vie. En se présentant comme le Président d’une partie des Français contre d’autres Français, Macron rompt avec un principe républicain fondamental. Et il a commis une faute morale impardonnable – et irréparable.

Pour lire la suite, c’est ici !

L’arbitraire de Macron insulte la démocratie

Macron

Les Français vont-ils supporter encore longtemps l’arbitraire d’Emmanuel Macron ? C’est au bon plaisir du chef de l’Etat, qui préside à son tour depuis le 1er janvier le Conseil de l’Union européenne, que le drapeau français a été remplacé le 31 décembre par celui de l’Europe, sous l’Arc de Triomphe et au-dessus du tombeau du Soldat inconnu, mort pour la patrie. C’est à son bon plaisir que des monuments parisiens, y compris religieux comme Notre-Dame, ont été d’autorité illuminés du bleu bruxellois. Cette semaine donnera également le spectacle d’un parlement transparent, à la botte du président de la République. Les parlementaires avaliseront gentiment, après le feu vert d’un Conseil d’Etat servile, le projet macronien instituant la pérennité de la gestion en urgence sanitaire.

Le passe vaccinal, qui contraindra à la vaccination anti-Covid sans oser la rendre obligatoire, y sera institué. Ceci en dépit de l’échec de la stratégie vaccinale, débordée par le variant Omicron. Jamais le peuple n’aura été autant tenu comme quantité négligeable. Faut-il rappeler que les Français avaient, en 2005, rejeté à 55% cette Union européenne impériale et coupée des nations ? Faut-il rappeler que le nouvel hygiénisme d’Etat, décrété par Macron le 12 juillet, produit depuis lors ses interdits dans l’entre soi du Conseil de défense sanitaire et du Conseil scientifique, sous la seule volonté de l’hôte de l’Elysée ?

La dérive autoritaire du pouvoir est proportionnelle à son décrochage sur la nation. A la question : « Où va la France ? », posée le 15 décembre sur TF1, Macron n’a pas de réponse hormis : « Vacciner, vacciner, vacciner ». L’Europe et le vaccin vont être les terrains du candidat à sa succession. Or un pouvoir ne peut faire avaler aux gens des thèmes qui ne correspondent pas à leurs attentes, sinon en ayant recours à la propagande ou à l‘intimidation. C’est d’ailleurs parce que la disparition du drapeau tricolore au profit du drapeau étoilé a indigné beaucoup de monde que Macron a vite reculé. Les mensonges d’Etat sur l’efficacité du vaccin, démentie par les faits, annoncent probablement d’autres colères.

L’abus de confiance est constitué quand l’Etat survend une solution médiocre en assurant qu’il n’y en a pas d’autres, alors que des soins préventifs sont possibles. L’extorsion du consentement des récalcitrants, désignés comme boucs émissaires des insuffisances du système hospitalier, est un scandale qui devrait mobiliser les défenseurs de l’Etat de droit. Le harcèlement moral contre les non-vaccinés contrevient à la Constitution qui rappelle, depuis 1789, que « tout ce qui n’est pas défendu par la loi ne peut être empêché, et nul ne peut être contraint de faire ce qu’elle n’ordonne pas ». Quant aux atteintes aux libertés individuelles, elles sont une injure à la démocratie libérale, cet antidote du totalitarisme. C’est l’ombre de ce dernier qui se profile, au nom de la Santé sacralisée. Est-ce ce monde aseptisé et enrégimenté que veulent les Français ? Je suis persuadé que non.

Ivan Rioufol

Texte daté du 3 janvier 2022 et repris du blog d’Ivan Rioufol

“Consternant”, “quel mépris”… Les politiques réagissent aux propos d’Emmanuel Macron qui a “très envie d’emmerder” les non-vaccinés

macron

Dans une volonté d’aller au bout de sa stratégie vaccinale, en marge de la pandémie de Covid-19, Emmanuel Macron a accordé un long entretien au Parisien, mardi 4 janvier, dans lequel il fustige « la petite minorité » de Français qui est réfractaire à la vaccination. Ensuite, il a suggéré de la réduire « en l’emmerdant encore davantage ». Des propos qui ont fortement déplu à certaines personnalités politiques. Et les réactions ne se sont pas fait attendre sur les réseaux sociaux…

« On le vire en 2022 »

« Le Président maîtrise-t-il ce qu’il dit ? L’OMS dit « convaincre plutôt que contraindre ». Et lui ? « Emmerder davantage ». Consternant. » C’est en ces termes que Jean-Luc Mélenchon a dénoncé sur Twitter les propos tenus par Emmanuel Macron dans cette interview accordée au Parisien. De son côté, l’ex-ministre Nadine Morano a demandé au président de la République s’il comptait « l’emmerder », en l’obligeant à recevoir une nouvelle dose de vaccin, alors même que son taux d’anticorps « ne nécessite pas de nouvelles doses ».

« Un Président ne devrait pas dire ça »

Même son de cloche du côté de l’ancien député Luc Carvounas, qui a écrit ces quelques mots sur Twitter : « Quand un président de la République se délecte de vouloir « emmerder cinq millions de Français » – même si comme une majorité, je ne suis pas d’accord sur le fait qu’ils ne se vaccinent pas – on se dit qu’il a quitté la fonction présidentielle. » Et de conclure en ces termes : « On le vire en 2022. » Des prises de position visiblement partagées par le député Eric Coquerel, qui a pointé « le mépris » d’un « souverain envers le peuple ».

Quant à Gilbert Collard, il a simplement jugé, lui aussi sur Twitter, que ce n’était « pas le rôle du chef de l’Etat d’ostraciser une partie des Français non vaccinés ». Raison pour laquelle il a ensuite qualifié Emmanuel Macron de « fauteur de troubles ». Enfin, Marine Le Pen a estimé qu’« un Président ne devrait pas dire ça. Le garant de l’unité de la nation s’obstine à la diviser et assume vouloir faire des non-vaccinés des citoyens de seconde zone. Emmanuel Macron est indigne de sa fonction. En avril, je serai la Présidente de tous les Français ». « Président, j’arrêterai d’emmerder les Français, a promis de son côté Eric Zemmour. Le Président sortant, lui, parle ouvertement d’emmerder une catégorie de Français. »

Article repris de Valeurs Actuelles

Non-vaccinés : la minorité que l’on peut discriminer

masque covid

Le gouvernement a annoncé vouloir transformer le passe sanitaire en passe vaccinal. Un acte de guerre contre une partie de la population française.
Une tribune de Pierre Boisguilbert

Bouc émissaires

La prochaine étape sera sans doute de leur accrocher des clochettes, comme aux lépreux du Moyen-Âge. Comme il n’arrive pas à maitriser l’épidémie covidienne, il en désigne les responsables. La transformation du passe sanitaire en passe vaccinal en apporte la preuve. Les non-vaccinés vont devenir des sous-citoyens privés de presque toutes les libertés. La vaccination devient donc obligatoire dans une démarche parlementaire de remarquable hypocrisie démocratique. Mais ce qui est le plus remarquable, c’est la désignation d’un bouc émissaire. Les non-vaccinés sont désignés aux Français comme les seuls responsables des privations de liberté de fin d’année et des engorgements de l’hôpital. Hier, l’hôpital était fait pour soigner les malades, aujourd’hui les malades et même ceux qui ne le sont pas doivent sauver l’hôpital. Cherchez l’erreur.

On stigmatise donc auprès de l’immense majorité des Français — les vaccinés —, les coupables — les non-vaccinés. Cette politique est non seulement odieuse, mais elle est surtout en totale contradiction avec « leurs » valeurs. Nous sommes dans la république qui, par la lutte morale et obligatoire contre toutes les discriminations, impose la dictature de toutes les minorités sur l’immense majorité. Il existe pourtant une minorité qui n’est pas admirable et n’a droit à aucune protection. Dont acte.

Anne Hidalgo, qui pense que les musulmans sont traités dans la France de 2021 comme les juifs des années 30, va-t-elle faire des comparaisons avec la discrimination par la loi des non-vaccinés ? Toutes les minorités sont protégées surtout raciales et sexuelles mais une minorité va être persécutée, les non-vaccinés. Cherchez l’erreur.

Créer une caste d’intouchables

Le vaccin semble le seul moyen d’éviter des formes graves de la Covid et de ses variants africains et indien. Qui ne voit que, si on leur donne des noms de lettres grecques, c’est pour éviter d’en stigmatiser l’origine géographique et ethnique ? Mais, justement, en Inde que se passe-t-il ? Les chiffres sont vraiment étonnants. Depuis fin novembre, l’Inde enregistre moins de 10 000 nouvelles infections au coronavirus par jour — dernièrement, la moyenne sur sept jours était de 8 500. D’après plusieurs études, la majorité des 1,4 milliard d’habitants du pays a déjà développé des anticorps contre le coronavirus.

Cité par Le Figaro, le virologue Jacob John, professeur émérite au Christian Medical College de Vellore, dans le Dekkan, est convaincu que « l’Inde est le premier pays au monde à avoir vaincu la pandémie et à être passé en « phase endémique ». « Cette phase est atteinte lorsque les nouvelles infections se stabilisent à un faible niveau », explique Jacob John. Et c’est précisément dans cette situation que se trouve l’Inde actuellement. D’un point de vue allemand, cette évolution a des allures de miracle. Car il y a encore six mois, l’Inde comptait pour un nouveau cas de coronavirus sur trois dans le monde. Virage incompréhensible… comme l’apparition et la disparition des épidémies dans l’histoire de l’humanité.

Mais alors, en pleine « vague » indienne, en attendant la sud-africaine est-il bien raisonnable, alors que l’épidémie parait partir partout sauf en Occident — bizarre, diraient les complotistes —, de créer chez nous, dans la patrie des droits de l’homme, une caste à mépriser, une catégorie d’intouchables ?

Tribune reprise de Polémia

Mathieu Slama: «Un état d’exception qui dure depuis deux ans n’est plus un état d’exception»

castex veran

Face à la propagation du variant Omicron, le gouvernement a annoncé lundi de nouvelles restrictions et la mise en place du passe vaccinal. L’état d’exception est devenu la norme, fragilisant ainsi les principes démocratiques de la République, s’inquiète Mathieu Slama.

«Tout cela semble être un film qui ne finit pas». Pour une fois, on ne peut qu’être d’accord avec cette formule du Premier ministre Jean Castex lors de son allocution lundi soir pour annoncer les nouvelles mesures de restriction pour faire face au rebond épidémique actuel. Un film qui ne finit pas, et qui, à mesure qu’il avance, devient de plus en plus oppressant et anxiogène.

Il y aurait beaucoup à dire sur le retour des mesures absurdes et ubuesques comme le fait de ne plus pouvoir manger debout dans un restaurant ou encore d’interdire de consommer dans les trains, illustrations tragicomiques de la biopolitique intrusive et infantilisante que l’on subit depuis maintenant deux ans. Il y aurait également beaucoup à dire sur le retour du masque en extérieur, mesure à la fois inutile et aussi problématique du point de vue juridique, puisque la loi française indique que «la République se vit à visage découvert». Il y aurait enfin beaucoup à dire sur la malheureuse formule de Jean Castex – «ne faire peser les restrictions que sur les non-vaccinés» – qui n’a pas sa place dans une démocratie normale.

Mais l’essentiel n’est pas là. L’essentiel est dans le nouveau paradigme de gouvernement qui s’installe depuis deux ans et qui fait du régime démocratique l’exception et le régime d’exception la norme. Il est dans la banalisation d’une méthode de gouvernement non démocratique, autoritaire, verticale, et dans la normalisation d’un état d’exception devenu permanent.

Les mesures annoncées par Jean Castex ne sont pas des propositions mais des décisions prises dans le cadre d’un Conseil de défense, qui est l’organe de décision privilégié par le gouvernement depuis le début de la pandémie. C’est donc un organe opaque, centré sur la personne du chef de l’État, qui prend toutes les décisions, charge au reste des institutions démocratiques de les valider (nous y reviendrons). Le Conseil de défense ne consulte qu’un seul organisme avant de se réunir : le Conseil scientifique, organisme non élu réunissant des médecins et experts qui n’ont aucune légitimité démocratique – et, disons-le, aucun souci de la chose publique. Aucun compte-rendu n’est fait de ces réunions, évidemment.

C’est donc dans l’opacité la plus totale que sont prises les décisions les plus cruciales et les plus attentatoires à nos libertés depuis plus d’un demi-siècle. L’Assemblée nationale, dont la majorité est peuplée de députés dociles et totalement acquis à la cause du gouvernement, ne joue plus son rôle de co-fabricant de la loi : il se contente de parapher les décisions prises sans changer quoi que ce soit de substantiel aux textes discutés. Le Parlement (Assemblée et Sénat) n’est absolument pas associé à la prise de décision en amont. Quant au Sénat, dominé par Les Républicains, il ose parfois apporter quelques modifications mais celles-ci sont immanquablement rejetées par l’Assemblée, comme ce fut le cas lors de la discussion autour du dernier projet de loi sanitaire. Il en sera certainement de même pour le projet de loi qui sera discuté dans quelques jours. Ajoutons à cela que les discussions parlementaires sont menées dans le cadre d’une procédure accélérée qui contraint considérablement les oppositions et empêche, par la force des choses, la tenue de vraies discussions de fond.

Pour lire la suite, c’est ici !

Gouvernement : les mauvaises résolutions – Énième tour de vis

dictature sanitaire

En 2022, on ne pourra plus boire son café au zinc ni manger un sandwich dans le train ou du pop-corn au cinéma. Si avec ça le Covid ne recule pas… c’est à se faire vacciner ! Hélas, cette quasi-obligation ne sert à rien non plus. Bonne année !

Intervenant lundi soir après un nouveau conseil de défense sanitaire suivi d’un Conseil des ministres exceptionnel au cours duquel a été validé le projet de loi liberticide transformant le passe sanitaire en passe vaccinal, Jean Castex et Olivier Véran n’ont guère surpris les Français en annonçant, sous prétexte une fois de plus de lutte contre le Covid, l’adoption par l’exécutif de nouvelles mesures restreignant fortement leurs libertés. Un tour de vis supplémentaire qui a de quoi inquiéter à quelques mois d’une élection présidentielle décisive, dont le président Macron et son gouvernement ont déjà quasiment réussi à éclipser la campagne, en focalisant l’attention de nos compatriotes sur la pandémie et en saturant l’espace médiatique de leurs discours alarmistes.

Jauges et consommations assises

Bien sûr, certains feront observer que, contrairement à l’an dernier, l’exécutif n’est pas allé cette fois-ci jusqu’à imposer aux Français un couvre-feu pour la soirée de la Saint-Sylvestre, ni à reporter de quelques jours la rentrée des classes prévue le 3 janvier. Mais on objectera que c’est là une vieille ficelle de ce gouvernement que d’agiter ces deux menaces pour mieux faire avaler à nos compatriotes une foule d’autres restrictions. C’est ainsi que, au nombre de celles annoncées lundi soir, figure tout d’abord le retour des jauges pour les grands rassemblements à partir du 3 janvier, et ce pour au moins trois semaines. En intérieur, ceux-ci seront en effet limités à 2 000 personnes, et, en extérieur, à 5 000 personnes au maximum. Des mesures qui s’appliqueront dans les enceintes sportives, mais ne concerneront pas – du moins, pas pour le moment… – les meetings politiques et l’exercice du culte.

D’autre part, et toujours à compter du 3 janvier, les concerts debout seront interdits et la consommation sera obligatoirement assise dans les bars et les cafés. Une mesure qui, malgré les promesses d’indemnisation faites par Castex, a immédiatement – et à juste titre – déclenché la colère des professionnels du secteur, qui ne se sont pas encore remis économiquement des confinements successifs. Réagissant lundi soir à cette annonce, Didier Chenet, président du Groupement national des indépendants, a fustigé « une catastrophe pour les bars et les cafés », bref « une fermeture déguisée ». Autre mesure qui confine à l’absurde et au ridicule : l’interdiction, à compter de lundi prochain, de consommer des boissons et des aliments dans les cinémas, les théâtres et les transports collectifs, « y compris longue distance ».

Enfin, outre le retour au port du masque obligatoire dans certains centres-villes (laissé à l’appréciation des préfets et des maires), Castex et Véran ont également annoncé que le recours au télétravail « sera rendu obligatoire » à partir de la rentrée « pour tous les salariés pour lesquels il est possible », à raison de « trois jours minimum par semaine et quatre jours quand cela est possible ». Une mesure qui prendra effet « pour une durée de trois semaines », et s’appliquera aussi bien au privé qu’à la fonction publique.

Vaccination forcée

La vaccination forcée des Français – bien qu’ayant prouvé son inefficacité – étant, comme l’a rappelé Castex, « au cœur de la stratégie du gouvernement », on n’aura pas été surpris de voir le Premier ministre et son ministre de la Santé insister à nouveau lourdement lundi soir sur ce sujet. Outre l’annonce de la réduction à trois mois du délai entre la deuxième injection de vaccin et son rappel, Castex a invité nos compatriotes à faire le nécessaire pour disposer au plus vite du nouveau passe vaccinal. Appel totalement ridicule puisque ledit passe rend obligatoire, de fait, la vaccination… Et gare à ceux qui se laisseraient tenter par un faux passe : se déclarant « scandalisé » par cet « acte délibéré de mise en danger d’autrui », le Premier ministre a en effet redit sa volonté de renforcer les sanctions à l’encontre des utilisateurs de « faux passes sanitaires », dans le cadre de son projet de loi consacré au passe vaccinal. Car, a estimé Castex, « aucune conviction personnelle ne saurait le justifier ». Une fermeté que l’on aimerait voir également appliquée aux criminels et autres bandes de voyous ethniques qui sèment régulièrement la terreur dans notre pays.

Franck Deletraz

Article paru dans Présent daté du 28 décembre 2021

“Des mesures punitives” : l’opposition s’insurge des nouvelles restrictions contre le Covid-19

Florian Philippot : « La France est devenue un régime complètement fou et autoritaire »

Florian Philippot TVL

23/12/2021 – FRANCE (NOVOpress)
Entre l’instauration imminente du pass vaccinal et l’hypothèse d’un pass sanitaire exigé en entreprise, le gouvernement durcit le ton. Les non-vaccinés sont-ils responsables de la nouvelle vague de Covid ou de simples boucs émissaires ? Pour Florian Philippot, la France devient bel et bien un régime autoritaire avec cette nouvelle série de mesures drastiques.

Selon le président du parti Les Patriotes, il est urgent que les Français « se soulèvent » face à une telle atteinte aux libertés fondamentales.

Entretien.


Trois fois rien – Le gouvernement durcit sa dictature sanitaire

vaccin obligatoire

Les Français devront s’injecter une troisième dose de vaccin anti-Covid d’ici la mi-janvier pour conserver leur passe sanitaire. Les arguments gouvernementaux vantant l’efficacité du produit en prennent un coup, tout comme les libertés des non-vaccinés.

Passe sanitaire conditionné à une troisième injection, validité des tests négatifs réduite à 24 heures, retour du port du masque obligatoire en intérieur (et parfois même en extérieur), renforcement des contrôles policiers, et bientôt vaccination des 5-11 ans : en détaillant jeudi midi lors d’une conférence de presse les nouvelles mesures du gouvernement censées empêcher la propagation du Covid-19 sur notre sol, les trois oiseaux de mauvais augure que sont Olivier Véran, Jean-Michel Blanquer et Jérôme Salomon ont surtout annoncé aux Français un nouveau renforcement de leur dictature sanitaire.

Une vaccination obligatoire de fait

En imposant le passe sanitaire, qui n’est pas autre chose qu’une vaccination obligatoire de fait, le gouvernement avait assuré nos compatriotes que la conservation de ce dernier ne serait pas conditionnée à l’injection d’une troisième dose ni à un quelconque rappel. Or, une fois de plus, l’exécutif aura menti aux Français. A compter du 15 décembre, en effet, toutes les personnes âgées de 65 ans et plus devront avoir subi une troisième injection de vaccin pour pouvoir conserver leur passe sanitaire, et donc un semblant de liberté. Pour les autres, les 18 ans et plus, ce sera à partir du 15 janvier. Quant aux enfants âgés de 5 à 11 ans, pour lesquels le régulateur européen du médicament a – sans surprise – approuvé jeudi l’injection de sérum Pfizer, ils devraient eux aussi se voir imposer la vaccination à partir du « début de l’année 2022 » : l’exécutif attend juste le feu vert du Comité consultatif national d’éthique et de la Haute autorité de santé pour mettre en route la machine…

Les non-vaccinés traités comme des parias

En même temps, la vie va devenir totalement infernale pour les non-vaccinés, déjà traités par le gouvernement comme des citoyens de seconde zone. L’objectif, pas même dissimulé, étant de contraindre l’ensemble des Français à la vaccination, l’exécutif a annoncé que les tests, obligatoires pour bénéficier du passe sanitaire et pouvoir accéder aux lieux publics, resteraient non seulement payants, mais qu’en outre leur validité, en cas de résultat négatif, sera dès ce lundi ramenée de 72 heures à… 24 heures seulement ! Face à cette nouvelle dérive totalitaire du gouvernement, des voix n’ont fort heureusement pas manqué de s’élever. Comme celle de Marine Le Pen, qui a dénoncé des mesures non seulement « inutiles », mais surtout « attentatoires à nos libertés individuelles ». Avant d’ajouter : « Nous sommes passés d’un passe sanitaire à un passe vaccinal ». Ou encore Nicolas Dupont-Aignan, qui a estimé que « le gouvernement est devenu fou ». Ou encore Florian Philippot qui, après avoir fustigé « un régime carcéral de liberté conditionnelle à vie », a une nouvelle fois appelé tous les Français à refuser de se soumettre à la dictature sanitaire.

Franck Deletraz

Article paru dans Présent daté du 26 novembre 2021

Dictature sanitaire – Europe: une partie de la population «en colère» contre les restrictions de liberté [vidéo]

manifestations covid

26/11/2021 – EUROPE (NOVOpress)
La cocotte-minute va-t-elle exploser? À travers l’Europe, les contestations musclées se multiplient, comme à Rotterdam et Vienne. Pour les manifestants, le retour des confinements et la vaccination obligatoire marquent un point de non-retour.

La phrase du ministre allemand de la Santé en a choqué plus d’un. Les Allemands seront «vaccinés, guéris ou morts» d’ici la fin de l’hiver, a-t-il affirmé.

Sputnik a interrogé des acteurs locaux et des expatriés français. Selon eux, la colère mêlée à la résignation prédomine face au durcissement des mesures sanitaires.


Manifestations et émeutes – Contre la dictature sanitaire en Europe

manif dictature sanitaire

A partir de cette semaine en Autriche, ce ne sont plus seulement les non-vaccinés qui sont confinés mais toute la population. Le confinement des seuls non-vaccinés n’aura donc duré qu’une semaine, et l’emballement des décisions du gouvernement du chancelier Schallenberg aura gonflé la manifestation organisée par le parti national-conservateur FPÖ samedi à Vienne. Avec quelque part entre 50 000 et 100 000 manifestants (35 000 selon la police), c’est la plus grosse manifestation de ce type depuis le début de la pandémie. Il faut dire que, en plus du confinement, le gouvernement autrichien est le premier gouvernement européen à décréter la vaccination obligatoire pour tous. Après le 1er février prochain, toute personne non vaccinée contre le Covid-19 à l’aide d’un des produits non éthiques actuellement autorisés dans l’UE sera passible d’une gigantesque amende de 3 600 euros, ou « seulement » 1 400 euros s’il ne lui manque que la troisième dose. Ce sont en tout cas les montants inscrits dans un projet de loi préparé par le ministère autrichien de la Santé.

Aux Pays-Bas, les nouvelles restrictions sanitaires annoncées par le gouvernement de Mark Rutte ont provoqué une troisième soirée consécutive d’émeutes dimanche. Des manifestations et émeutes ont eu lieu dans plusieurs grandes villes du pays. Samedi, cinq policiers avaient été blessés dans les affrontements avec les protestataires à La Haye, après une nuit de chaos à Rotterdam où plusieurs personnes ont été blessées par des tirs de la police à balles réelles et où le maire Ahmed Aboutaleb a évoqué une « orgie de violence ». Selon la police, « des coups de semonce ont été tirés à plusieurs reprises. A un moment donné, la situation est devenue si dangereuse que les agents se sont sentis obligés de tirer sur des cibles ». Le 12 novembre, le « libéral » Rutte avait annoncé le retour d’un confinement partiel, avec fermeture des bars, restaurants et magasins essentiels après 20 heures et des magasins non essentiels à 18 heures, histoire sans doute qu’un plus grand nombre de gens s’amassent dans ces magasins avant l’heure de fermeture et aggravent l’épidémie, de manière à justifier les prochaines mesures liberticides. Et pour verser encore un peu d’huile sur le feu, le gouvernement néerlandais a annoncé la mise en place prochaine d’un régime de ségrégation à l’encontre des personnes non vaccinées contre le Covid, sur le modèle français, même si l’on sait que les vaccinés transmettent également le virus.

Dans la capitale belge aussi, la manifestation contre les restrictions sanitaires qui a rassemblé plusieurs dizaines de milliers de personnes dimanche a viré à l’émeute. Les manifestants étaient venus protester contre le passe sanitaire et les discriminations liberticides et antidémocratiques que ce dispositif entraîne. Comme dans les Pays-Bas voisins, les canons à eau ont été déployés et il y a eu plusieurs blessés, dont quelques policiers.

Des manifestations ont encore eu lieu en Italie, où le gouvernement a décrété des restrictions contre le droit de manifester des anti-passe sanitaire, les excluant du centre des villes et les condamnant à des rassemblements statiques, sans que Bruxelles ne s’émeuve de ces violations graves de l’ordre démocratique puisqu’il ne s’agit pas de la Pologne ou de la Hongrie. Des citoyens sont encore descendus dans la rue en Suisse, au Danemark et en Croatie pour protester contre la suspension de leurs droits civiques par des gouvernements décidément peu respectueux de la démocratie et de l’état de droit, même s’ils ont très souvent ces mots à la bouche quand il s’agit de donner des leçons de morale aux autres.

Olivier Bault

Article paru dans Présent daté du 22 novembre 2021