“Ce n’est pas de « développement » dont l’Afrique a besoin, mais du contrôle des naissances”, par Bernard Lugan

Bernard Lugan

Ce n’est pas de « développement » dont l’Afrique a besoin, mais du contrôle des naissances

Quelques semaines avant les dernières élections, les députés européens ont voté de nouveaux généreux budgets à destination de l’Afrique. En plus d’une rente permanente se chiffrant à des dizaines de milliards d’euros, l’UE va ainsi offrir 32,5 milliards (mds) d’euros d’ici 2020, puis 40 mds entre 2021 et 2027, soit au total 72,5 mds d’euros afin de créer 10 millions d’emplois.
Outre que cela fait tout de même « cher » par emploi supposé être créé, nous sommes en réalité en présence d’une entreprise de dilapidation des fonds européens car l’inutilité d’un tel cadeau est en effet actée. Dans son rapport de 2017 publié en 2018, la BAD (Banque africaine de développement) nous apprend ainsi que, compte tenu de sa folle démographie, l’Afrique est condamnée à créer 450 millions d’emplois d’ici 2040. Le rapport don-résultat est donc à la fois ridicule compte tenu de l’océan des besoins africains, et élevé à l’échelle des nécessités européennes.

L’argument de ceux qui ont ainsi amputé l’UE de sommes qui y sont pourtant indispensables, est que, si nous ne développons pas l’Afrique, nous subirons les migrations.
Or, comme je l’ai expliqué dans mon livre Osons dire la vérité à l’Afrique, depuis 1960, tout a déjà été tenté pour développer le continent. En vain, car la croissance économique africaine (entre 1,4% et 1,6%), est inférieure à la croissance démographique (4%). D’autant plus qu’il faudrait au moins 7% de croissance économique durant des années pour simplement rééquilibrer le rapport croissance-démographie. Dans ces conditions, comment prétendre « développer » un continent qui, d’ici à 2030, verra sa population passer de 1,2 milliard à 1,7 milliard, avec plus de 50 millions de naissances par an ?

La priorité n’est donc pas de continuer de remplir le « Tonneau des Danaïdes » africain, mais de protéger l’Europe de la déferlante annoncée et même programmée par certains. Or, les 72,5 mds d’euros qui vont être dilapidés dans l’illusoire projet de création d’une poignée d’emplois, auraient été nécessaires à une politique ayant pour but la survie de l’identité de l’Europe.

Cela, d’autant plus que la religion climatique que nous voyons naître sous nos yeux à travers les prophéties hallucinatoires des grands prêtres du « climatiquement correct », répond en partie à un but très clair : préparer les opinions européennes à l’accueil des « réfugiés climatiques » venus d’Afrique.
Nous sommes là dans la suite de l’entreprise de désarmement moral et mental des peuples européens qui a débuté au lendemain du second conflit mondial. Avant-hier, nous étions accusés d’avoir pillé l’Afrique en la colonisant. Hier nous l’étions pour l’avoir saignée en lui volant ses ressources naturelles. Aujourd’hui, les mêmes clament que notre niveau de vie provoque le réchauffement climatique qui va rendre la vie intenable en Afrique. Conclusion, comme nous sommes par postulat responsables, nous devrons nous racheter en accueillant les futurs « réfugiés climatiques ».
Le masochisme des Européens est décidément sans limite !!!

Bernard Lugan

Texte repris du site Blog de Bernard Lugan

Indéveloppable Afrique ?, par Bernard Lugan

Bernard Lugan

Depuis les indépendances de la décennie 1960, les pays dits « riches » ont donné – et non prêté – plus de 2000 milliards de dollars à l’Afrique. En plus de ces dons, ils lui ont consenti de considérables effacements de dette. Plus de 97 milliards de dollars en 2009 pour une dette totale de 324,7 milliards de dollars (ONU, 2010). Le tout, pour un résultat proche de néant puisque le développement ne s’est produit nulle part. Comment aurait-il d’ailleurs pu se faire quand la suicidaire démographie neutralise par avance tout progrès ?

La crise que traverse actuellement l’Afrique montre que le discours afro-optimiste relève de la méthode Coué[1]. C’est pourquoi il est essentiel de revenir aux chiffres.

Pour les seules années 2010 à 2016, l’« aide au développement » (les dons) à destination de l’Afrique – remises de dette exclues -, s’est élevée à un peu plus de 55 milliards de dollars. En dollars constants et en seulement sept années, les pays dits « riches » ont donc fait comme cadeau à l’Afrique 2 fois et demi les 16,5 milliards de dollars du « Plan Marshall » européen.

Or, moins de 30% de ces sommes abyssales ont été investies dans les infrastructures, le reste s’étant « perdu » dans les sables africains…

Par idéologie, et afin de ne pas décourager les généreux donateurs des pays « riches », les experts ont nié ces réalités. Ils ont proposé en revanche la tarte à la crème démocratique qui allait – du moins l’affirmaient-ils,- enfin permettre le démarrage du continent.
Nouvel échec car, aujourd’hui, alors que la démocratie a partout été introduite au forceps et avec une singulière arrogance néo-coloniale, le développement n’est toujours pas au rendez-vous.
Plus grave, comme la démocratie repose sur le « one man, one vote », les sociétés communautaires africaines ont été prises au piège de l’ethno-mathématique électorale qui donne automatiquement le pouvoir aux ethnies les plus nombreuses. Résultat, en plus du non développement, l’Afrique a connu la multiplication des guerres…

Ces échecs successifs n’ont évidemment pas servi de leçon. Tétanisés par le basculement de leurs électorats dans un « populisme », provoqué par les flots migratoires qu’ils n’osent pas bloquer par de solides mesures de simple police, voilà en effet les dirigeants européens qui tentent de nous vendre l’idée d’une nouvelle augmentation de l’aide (lire les dons) à l’Afrique. Afin d’y provoquer son développement lequel tarira l’océan migratoire !!!

Or, cette proposition est mensongère :
– D’abord, parce que, comme nous venons de le voir, toutes les politiques de développement ont échoué.
– Ensuite, parce qu’en raison de la crise économique, les pays dits « riches » vont devoir se montrer moins généreux. Il va donc leur falloir faire un choix entre le mirage du développement de l’Afrique ou les défaites électorales annoncées.

En définitive, rien ne pourra être fait en Afrique, tant que la notion de « Difference » si bien mise en évidence par le maréchal Lyautey, ne sera pas prise en compte. C’est en effet parce que les Africains ne sont pas des Européens pauvres à la peau noire que la greffe occidentale n’avait, n’a et n’aura aucune chance de prendre sur le porte-greffe africain. Les vrais problèmes du continent sont en effet d’abord politiques, institutionnels, historiques, sociologiques, et géographiques, avant d’être économiques.

[1] Je fais cette analyse depuis trois décennies. La première fois dans mon livre Afrique, l’histoire à l’endroit publié en 1989. Ces analyses ont été actualisées dans mon livre Osons dire la vérité à l’Afrique.

Bernard Lugan

Texte repris du site Blog de Bernard Lugan

La remigration ? c’est possible… en Martinique

saint_pierre_martinique

02/05/2014 – FRANCE (NOVOpress)
Parler de remigration en métropole vous classe aussitôt parmi les racistes-réactionnaires. Appelez les Martiniquais à revenir au pays, votre initiative passera comme une lettre à la poste.

Selon que vous serez métropolitain ou créole, les jugements médiatiques vous rendront blancs ou noirs… Alors que le moindre appel à la remigration des populations étrangères implantées en métropole vous vaut immédiatement les oukases de la classe politico-médiatique, le président de la région Martinique a mené dans un silence médiatique assourdissant une initiative pour favoriser le retour sur l’île des Martiniquais âgés de moins de 40 ans.
L’objectif du projet « Migration Retour » de Serge Letchimy est de relancer l’économie martiniquaise en s’appuyant sur « l’expérience et l’expertise » des candidats au retour.

« À travers le dispositif de migration retour, il s’agit donc de demander à des jeunes qui sont à l’extérieur, puisqu’on sait que deux sur trois qui partent faire des études ne reviennent pas, de revenir avec un projet »

Le dispositif mis en place par la Région prévoit de sélectionner 60 à 100 projets, dotés de deux primes de 5 000 euros chacune à laquelle s’ajoutera à une prime exceptionnelle d’installation de 15.000 euros. Les candidatures sont closes depuis le 20 avril dernier.

Nous ne pouvons que saluer cette expérience qui démontre que la remigration peut être aussi positive pour la France que pour les pays ou régions d’origine des personnes concernées, zones qui sont souvent en cruel manque de forces vives pour assurer leur développement. Quand on sait qu’il y a plus de médecins originaires du Bénin exerçant en France que dans leur pays d’origine, on ne peut s’empêcher de penser que leurs compétences seraient plus utiles à leurs compatriotes que sur notre sol.

Crédit photo : Roberto Faccenda via Flickr

Aux Etats-Unis, l’islam gagne du terrain

Aux Etats-Unis, l’islam gagne du terrain

11/06/2014 – WASHINGTON (NOVOpress via le Bulletin de réinformation)
Selon un récent recensement, la pratique de l’islam aux Etats-Unis aurait augmenté de 67 % le plaçant en deuxième religion dans 20 Etats. Ceci s’explique par une augmentation de l’immigration et une volonté de sensibiliser les Américains à ce sujet. Les Etats-Unis ne sont pas les seuls à être touchés par ce phénomène. 7,5 % de la population française est musulmane en 2010. Malgré l’augmentation de l’islam, le dernier recensement américain révèle que 75 % des Américains se disent chrétiens, sous quelque forme que ce soit.

Photo : Islamic Center of America, Dearborn, Michigan. Crédit : Dane Hillard via Wikipédia (cc)

Aujourd’hui 29 juillet, jour de libération fiscale

Aujourd'hui 29 juillet, jour de libération fiscale

29/07/2013 – 08h30
PARIS (NOVOpress) – A partir d’aujourd’hui les Français vont pouvoir travailler pour eux. Jusqu’à présent, en moyenne, ils ont travaillé pour payer leurs impôts, TVA et autres CSG, et leurs cotisations sociales obligatoires ce qui représente 57,1% de la richesse créée par les Français d’après les données de l’OCDE.

Jamais le Jour de libération fiscale (initiative lancée par Contribuables Associés) n’est arrivé aussi tard dans l’année et la France est au 2e rang des Etats les plus dépensiers de l’OCDE (sur 34 états). Il faut dire qu’en France le coût particulièrement élevé de l’immigration n’aide pas à limiter les prélèvements. Il est à craindre que le jour de libération fiscale soit encore retardé en 2014, avec entre autres les augmentations de la TVA.

Lire la suiteAujourd’hui 29 juillet, jour de libération fiscale

« Pays émergents », une notion remise en question, par Hervé Juvin

La notion « d’émergence » avait rallié tous les suffrages depuis une vingtaine d’années, donnant naissance à ces acronymes, le plus connu étant celui des BRICS, qui traduisait une certitude : le développement ne fonctionne que dans une seule direction, notre avenir sera le leur, et les pays en émergence sont promis à être – à échéance plus ou moins rapide – des pays développés comme nous. Voilà que le tableau se brouille et que des voix éminentes (grands économistes de banques, dirigeants politiques aussi) nous invitent à reconsidérer sur le fond la notion d’émergence.

Lire la suite« Pays émergents », une notion remise en question, par Hervé Juvin

L’Afrique doit ressaisir son destin – par Pierre Le Vigan

L’Afrique doit ressaisir son destin - par Pierre Le Vigan

02/01/2013 — 10h00
PARIS (via Europe Maxima) — L’Afrique est indépendante depuis cinquante ans. Elle avait des atouts. Ils n’ont pas fructifié. Pourquoi ? C’est à cette question que répond Bernard Lugan dans Décoloniser l’Afrique. L’Afrique est pourtant « aidée ». Pourquoi les aides à l’Afrique ne servent-elles à rien ? Pourquoi même contribuent-elles à enfoncer l’Afrique dans la pauvreté ? Pour répondre à ces questions, il faut comprendre l’Afrique et la connaître. Il faut aussi décentrer son regard : le monde n’existe pas que du point de vue de l’Occident, des Lumières, de l’idéologie « droits-de-l’hommiste ». L’Afrique ne s’en sort pas sauf quelques pays (cf. Pierre Le Vigan, « L’Afrique et ses chances », dans Flash, octobre 2010). La croissance démographique y est de plus en plus rapide depuis un siècle (avec des écarts énormes entre par exemple la Tunisie qui a fait sa transition démographique et la Somalie avec sept enfants par femme) : cent millions d’habitants en 1900, deux cents millions en 1950, un milliard en 2009. Trop de déséquilibre entre la croissance des hommes et celle des richesses : depuis 1981, le P.I.B. par habitant a diminué de 15 %.

Lire la suiteL’Afrique doit ressaisir son destin – par Pierre Le Vigan

Considérations géo-économiques sur les concepts de pays émergents et de BRICS – Par Hervé Juvin

En cette fin de 2012, en cette annonce compliquée de 2013, le sujet des émergents, le sujet des BRICS, fait de nouveau l’actualité. Il fait l’actualité d’une manière probablement inattendue qui nous conduit à quelques considérations géo-économiques. De quoi s’agit-il ? Il faudrait rappeler dans un premier temps qu’il s’agit d’abord d’une invention d’économistes, de conseillers en investissement, voire de banques en investissement.

Lire la suiteConsidérations géo-économiques sur les concepts de pays émergents et de BRICS – Par Hervé Juvin

[Tribune libre] Dalaal Diam : première Pépinière de Ré-enracinement en Afrique – Par Arnaud Calion

Situé sous le soleil du Sénégal, Dalaal Diam n’est pas un village africain comme les autres : il s’agit de la première pépinière de ré-enracinement créée en Afrique. Fondé sur un domaine de 8 hectares pour sa première phase de développement, le village a pour ambition de rapatrier la « diaspora Africaine », c’est-à-dire les “Afro-descendants” vivant hors d’Afrique et souhaitant se ré-enraciner sur le continent noir, conformément au vieux rêve de « Retour en Afrique ». Parmi les premiers habitants de Dalaal Diam, des Afro-descendants de France, de Martinique, de Guyane et de Belgique ont franchit le pas.

Ce projet collectif de retour volontaire et définitif en terre Africaine a été lancé par Afrikan Mosaïque, une société anonyme (S.A.) de droit sénégalais. Il est intéressant de noter que l’entreprise a pris comme porte-parole Kemi Seba, bien connu pour son activité sulfureuse quand il était en France, et qui est retourné en Afrique (au Sénégal) depuis février 2011 conformément à ses idées. L’objectif principal d’Afrikan Mosaïque est de proposer un choix de société alternatif au Mondialisme nomade en construisant des pépinières de Ré-enracinement pour les Afro-descendants.

Lire la suite[Tribune libre] Dalaal Diam : première Pépinière de Ré-enracinement en Afrique – Par Arnaud Calion

Novopress France : de retour le 23 août

Novopress France : de retour le 23 août

14/08/2012 — 09h00
PARIS (NOVOpress) — L’équipe bénévole des rédacteurs de Novopress France prend un repos bien mérité : avec près de 3.000 articles originaux sous licence libre publiés depuis 1 an, plus de 10.000 commentaires de lecteurs validés, récompensés par plusieurs centaines de milliers de visites chaque mois, des partenariats noués à travers l’Europe, l’année qui vient de s’écouler fut dense. Le mois de septembre approchant, c’est avec une équipe renforcée que Novopress poursuivra sa mission : délivrer une information alternative de qualité.

Lire la suiteNovopress France : de retour le 23 août