Confinement et armes à feu. Des tireurs sportifs inquiets pour le renouvellement des autorisations de détention

Comme dans tous les domaines actuellement, c’est le blocage total. Du côté du tir sportif, plusieurs tireurs sportifs se demandent comment ça va se passer, notamment pour le renouvellement des autorisations de détention de leurs armes à feu, mais aussi pour le respect des tirs contrôlés réglementaires.

Voici quelques explications publiées sur le site Breizh-info.

Tout d’abord, il faut savoir qu’actuellement, la FFT (Fédération française de tir) est à l’arrêt. Tous les stands sont fermés, et les activités sont toutes annulées, en Bretagne tout du moins, au moins jusqu’au 30 juin 2020. « Pour les Championnats de France qui ont lieu après cette date, nous attendrons les consignes fédérales pour les conditions de qualifications, puisque tous les départementaux et régionaux seront passés » explique Martine Martine GUÉZEL, qui dirige la ligue de Bretagne.

Elle poursuit, sur le côté pratique : « Pour ceux qui ont des armes soumises à autorisation, je continue à valider les demandes d’avis préalables. Mais vos présidents de club sont seuls juges pour décider s’ils continuent ou pas à m’envoyer vos demandes. Ne leur en tenez pas rigueur. Vous risquez de voir la procédure suspendue, car certaines Préfectures ont fermé leur service des armes, le personnel étant redéployé vers d’autres services en renfort. Il vous appartient donc, de vous assurer que le service des armes de votre département fonctionne toujours. Soyez attentif aussi à l’acheminement des courriers postaux. Quand les temps seront meilleurs, j’espère qu’il y aura un assouplissement des Préfectures pour les renouvellements. Ce sera du cas par cas. Nous devons tous prendre notre mal en patience, et garder le moral. Ce n’est pas évident. »

Quid de la détention d’armes et des tirs contrôlés ?

Du côté de la Fédération française de Tir (FFT), c’est un peu le flou concernant les suites administratives qui découleront de tout cela : « La fermeture actuelle des stands de tir et de bon nombre de “bureaux des armes” dans les préfectures suscite des inquiétudes de la part de nos licenciés sur le respect des dates des tirs contrôlés et sur les échéances de renouvellement de détentions d’armes. Le Président de la FFTir reviendra très prochainement vers les associations afin de préciser le modus operandi. Dans cette période de responsabilisation individuelle et collective, la FFTir vous remercie de respecter scrupuleusement les consignes de mesures sanitaires édictées par le gouvernement » indique la direction de la fédération, sans plus de précision.

Pour lire la suite, c’est ici !

Découvrez également le communiqué de la FFT !

Terrorisme : gesticulations européennes autour de la possession légale d’armes

25/11/2015 – EUROPE (NOVOpress)
Comme si les collectionneurs, chasseurs ou tireurs sportifs avaient défouraillé au Bataclan, l’Union européenne veut restreindre le commerce et la détention légale d’armes. Où l’on voir que toute occasion est bonne de renforcer le contrôle social à l’encontre des citoyens honnêtes.

Par définition, terroristes, criminels et délinquants se moquent bien des lois et ne vont pas se fournir en Kalashnikov et autres lance-roquettes chez l’armurier du coin. C’est pourtant ce que laisse entendre la Commission européenne qui a lancé récemment une initiative destinée à restreindre encore le commerce et la détention d’armes à feu. Alors que les possesseurs légaux d’armes à feu sont déjà très encadrés, la commission tend à les considérer dorénavant comme une sorte de cinquième colonne, aussi dangereuse que les terroristes.

Le Comité Guillaume Tell, qui regroupe les associations et fédérations de professionnels ou utilisateurs d’armes à feu, s’élève contre cette mesure.

Résumons : les citoyens respectueux des mois sont dans le collimateur de la commission, ce qui ne fait que renforcer la légitime suspicion à l’encontre de cette instance non démocratique, qui ne rate pas une occasion pour renforcer le contrôle social des populations européennes.
Car là est le véritable objectif de telles mesures à l’instar de celles restreignant la liberté d’expression ou l’espionnage généralisé prises par le gouvernement. Si l’objectif était réellement de lutter contre le terrorisme, il est évident que les moyens considérables nécessaires pour faire appliquer cette nouvelle directive seraient bien mieux utilisés ailleurs.

Crédit photo : Nicolas Verneuil via Flickr (CC) = à la chasse


Lire la suiteTerrorisme : gesticulations européennes autour de la possession légale d’armes