#JeNeMeConfineraiPas : le début de la grande désobéissance ?

confinement covid

Les nouveaux commandements tombent les uns après les autres : distance de deux mètres minimum, « ne parlez plus », « ne téléphonez plus dans les transports », « n’enlevez plus votre masque dans TOUT l’espace public ». Et l’Académie nationale de médecine n’a pas fini d’égrener son décalogue. On nous a même prévenus que ces nouvelles obligations ne nous dispenseraient pas d’un troisième confinement. La sainteté sans le paradis.

Réaction, dans la salle ? Rien. On n’entend même plus les cris de ras-le-bol qui, tout bruts qu’ils fussent, nous rassuraient au moins sur la permanence d’un certain instinct de survie. La France a peur, comme disait l’autre. Le variant, les variants nous attendent au tournant. Alors, pas intérêt à faire le mariol, mon gars. Plus qu’à marcher droit, derrière Véran, Attal, et à espérer qu’on pourra obtenir notre ticket de vaccination, sans passer par le marché noir. Plus personne ne moufte. L’anesthésie est générale. Toute la Gaule est passée sous domination…

Toute ? Non ! Un petit réduit, entouré de camps retranchés de redoutables censeurs, a décidé de lancer, sur Twitter, un hashtag de résistance : #JeNeMeConfineraiPas. Vendredi soir et samedi matin, il accédait au « Top 5 ». Des milliers de tweets exprimaient l’envie de s’opposer à ce troisième confinement annoncé. Et certains messages méritent le détour : « #JeNeMeConfineraiPas parce que sortir ou rentrer chez moi, quand je veux, comme je veux, est une liberté vitale, essentielle, qui plus est indispensable à ma bonne santé physique et mentale, et absolument nécessaire à ma vie sociale. » Comme une évidence que des philosophes (où êtes-vous ?) mais aussi des médecins, des psychiatres ne peuvent qu’approuver et qu’ils devraient relayer, eux qui voient quotidiennement dans leurs cabinets les dégâts collatéraux de cette rupture historique dans l’exercice de la liberté et de la sociabilité, notamment chez les étudiants. Mais tellement évidente qu’elle nous paraît lointaine, d’un autre temps, cette exigence naturelle, normale, de liberté de se déplacer, d’être, de vivre. Une aspiration et une requête élémentaires.

Mais voilà, désobéir, ce serait mal, ce serait faire courir un danger aux autres. Et nous sommes tellement bien catéchisés, les prêtres tellement péremptoires depuis leurs chaires. Et puis, il y a la hantise que le grand prêtre Salomon ne revienne nous lancer, comme il y a un an, ses mille morts quotidiens, voire plus. Alors oui, nous nous reconfinerons, nous battrons notre coulpe pour avoir osé sortir sans masque dans une rue déserte.

Mais, de grâce, les #JeNeMeConfineraiPas, tenez bon, persistez, résistez, rappelez-nous que nous ne sommes pas tous devenus des êtres de trouille prêts à abdiquer toute liberté et toute raison !

Frédéric Sirgant

Tribune reprise de Boulevard Voltaire

Reconfiner ? Désobéir !, par Franck Deletraz

Le gouvernement nous prépare à un reconfinement plus ou moins total, face à l’augmentation des cas positifs au Covid. Ailleurs en Europe, en Italie ou en Espagne, le peuple descend dans la rue pour dire stop à cette dictature sanitaire. Et si la France suivait l’exemple ?

Il y a quelques semaines encore, le président Macron et le gouvernement emmené par « Monsieur Déconfinement » en personne nous chantaient sur tous les tons que l’hypothèse d’un reconfinement en cas de retour de l’épidémie de Covid-19 était « totalement exclue », à moins d’une véritable « catastrophe sanitaire ». Or, une fois de plus, ils se seront complètement trompés. Et pour cause : n’ayant tiré quasiment aucune leçon de la crise sanitaire du printemps dernier et ayant clairement renoncé à mettre en œuvre les mesures qui auraient pu éviter à notre pays de prendre de plein fouet cette fameuse seconde vague, ce gouvernement décidément incompétent se retrouve pratiquement dans la même situation qu’en mars dernier.

Le gouvernement a perdu le contrôle de la situation

Que ce soit à l’Elysée, à Matignon, ou bien encore au ministère de la Santé, c’est un violent vent de panique qui souffle depuis maintenant plusieurs jours. Selon certains proches du pouvoir, les autorités auraient même complètement perdu le contrôle de la situation sanitaire en France. Et Jean-François Delfraissy, le président du fameux Conseil scientifique chargé d’aider l’exécutif, reconnaissait lui-même lundi sur RTL que notre pays se trouve aujourd’hui dans « une situation très difficile, voire critique ». Une situation qui était aussi largement prévisible, tant l’incurie du gouvernement a été grande, et qui contraint maintenant ce dernier, faute d’avoir pris les bonnes mesures au bon moment, à ressortir de son placard ces méthodes du Moyen Age que sont le confinement ou encore le couvre-feu. C’est ainsi que, après consultation mardi et mercredi de toutes les forces importantes du pays, Macron et Castex, selon les spécialistes, devraient annoncer ce mercredi l’imposition soit un « couvre-feu renforcé », soit d’un confinement dit « économiquement compatible », soit d’un confinement ciblé en direction des personnes les plus âgées, soit des reconfinements locaux, soit enfin une combinaison cauchemardesque de ces quatre possibilités…

L’Irlande en plein délire

Certes, la France est loin d’être le seul pays à se précipiter ainsi vers un nouveau confinement plus ou moins strict. En Allemagne, notamment, Merkel pourrait bien décider elle aussi d’imposer à partir de mercredi un « confinement léger » consistant essentiellement à fermer les bars et les restaurants et à interdire les événements avec du public. En Italie également, le gouvernement a récemment imposé un « semi-confinement » pour toutes les activités liées aux loisirs. Et certains, en proie à une panique totale, sont même allés jusqu’à adopter des mesures complètement délirantes : comme l’Irlande qui, en application de la nouvelle loi « anti-Covid » qu’elle a adoptée la semaine dernière, menace carrément d’une amende de 2 500 euros et de six mois d’emprisonnement les pauvres prêtres qui auraient l’audace de célébrer publiquement la messe en plein confinement ! On croit rêver…

Franck Deletraz

Article paru dans Présent daté du 27 octobre 2020