Déni de démocratie – Entretien avec Marine Le Pen (Présent 8325)

Déni de démocratie - Entretien avec Marine Le Pen (Présent 8325)

30/03/2015 – PARIS (NOVOpress)

— Marine Le Pen, ce résultat du second tour des départementales marque une belle progression malgré tout…

— C’est indéniable. Il s’agit d’un bouleversement politique, inévitablement. Je me souviens du plafond de verre dont on parlait quand j’avais raté les législatives à 100 voix à Hénin, quand nous avions manqué la municipalité en arrivant à plus de 48 %. On nous disait : « plafond de verre, plafond de verre ». Aux élections suivantes, nous gagnons au premier tour. Donc voilà : je pense que le plafond de verre n’existe plus, s’il a vraiment existé un jour. Il y a une vraie installation.

Déni de démocratie - Entretien avec Marine Le Pen (Présent 8325)Nous n’avons aucun département, mais nous ne l’avons jamais réellement espéré. La marche était trop haute. Pour rappel, nous n’avions qu’un seul conseiller général sortant sur 4 000. La progression est donc formidable. J’ai lu un article dont le titre révélait une image très juste. Il disait : « Ce n’est pas un raz-de-marée, c’est une inondation. » Je crois véritablement que c’est une inondation, c’est-à-dire que partout le FN monte, partout il fait des scores spectaculaires. Je ne connais pas beaucoup d’observateurs qui, il y a trois ans, auraient parié sur un résultat tel que celui-là.

— N’est-ce pas un paradoxe d’avoir 40 % des voix mais aucun département ?

Oui effectivement, c’est le paradoxe de la démocratie à la française qui, je crois, exaspère de plus en plus de nos compatriotes. Parce que faire un tel score et ne pas avoir le nombre d’élus correspondant – il en est de même au Sénat, mais aussi à l’Assemblée nationale –, ça ne pourra pas durer bien longtemps. C’est un système qui a été conçu pour préserver des gens dont les Français contestent la politique. Encore une fois, nous ne sommes pas dans une véritable démocratie. La preuve, ce soir, c’est une évidence. Mais nous sommes bel et bien le premier parti de France, comme le premier tour l’a prouvé. Ce sera réparé bientôt. Ce sont des effets de seuil.

Lire la suiteDéni de démocratie – Entretien avec Marine Le Pen (Présent 8325)

Lettre à mes frères oligarques, par Michel Geoffroy

oligarques

« Nous pouvons d’abord nous réjouir de la déstabilisation des pays musulmans, initiée grâce à la guerre contre l’Irak puis renforcée par les « révolutions arabes » et l’élimination programmée des « dictateurs ». Elle a aussi provoqué par contrecoup la progression de l’islamisme, qui sera un puissant facteur de chaos en Afrique, en Asie et dans les pays européens. »


Chers frères et amis,

Permettez-moi de vous appeler ainsi puisque nous nous connaissons tous et que nous partageons les mêmes intérêts et le même projet : celui d’un gouvernement mondial, sous la direction éclairée des Anglo-Saxons.

Chers frères, donc, je vous écris pour faire le point de la situation mondiale et pour vous assurer que nos affaires avancent très bien.

Nous sommes en train de réussir dans la propagation du chaos mondial, qui comme vous le savez constitue le préalable à l’affermissement de notre pouvoir. Puisque le chaos détruit la confiance dans les Etats-nations, il sert aussi à terroriser les peuples et à déstructurer les communautés. Et demain, il nous permettra de nous présenter en sauveurs de l’humanité !

Nous pouvons d’abord nous réjouir de la déstabilisation des pays musulmans, initiée grâce à la guerre contre l’Irak puis renforcée par les « révolutions arabes » et l’élimination programmée des « dictateurs ». Elle a aussi provoqué par contrecoup la progression de l’islamisme, qui sera un puissant facteur de chaos en Afrique, en Asie et dans les pays européens. Nous espérons aussi que cela contribuera à développer les tensions entre l’Inde et le Pakistan et, bien sûr, aussi en Palestine.

L’immigration est, vous le savez, notre grande réussite chaotique en Europe : à la fois parce qu’elle a permis de réduire les salaires et aussi parce qu’elle a contribué à déstabiliser ces Etats-nations qui croulent désormais sous les dépenses sociales et les difficultés d’intégration de ces populations, ce qui nous a permis, en retour, de mettre en accusation ces mêmes Etats au titre des déficits publics que nous avons indirectement provoqués, et d’exiger les réformes que nous réclamons ! Ainsi la privatisation et la désagrégation de ces Etats, au prétexte du rétablissement des comptes publics, avancent vite, ce qui nous laisse entrevoir en outre d’intéressants bénéfices.

Et grâce au vote de différentes législations répressives et grâce aussi aux juges européens et au soutien des Eglises, nous interdisons toute remise en cause de l’immigration de peuplement en Europe. Avec les médias que nous contrôlons, nous sommes en effet parvenus à faire assimiler le refus de l’immigration à du racisme, voire à du nazisme !

L’isolement stratégique de la Russie, suite à l’opération de déstabilisation de l’Ukraine que nous avons lancée, est aussi en très bonne voie. Je crois que nous pouvons dire que nous avons atteint notre objectif de découpler durablement la Russie de l’Europe occidentale. Plus la Russie se rapprochera de la Chine ou de l’Iran, plus cette coupure s’approfondira, en outre. Les Français, qui ont rallié l’OTAN grâce à Nicolas Sarkozy, n’osent même plus honorer les commandes russes de matériel militaire ! Nous avons bon espoir enfin que les sanctions économiques contre la Russie finissent par provoquer aussi le chaos économique là-bas, voire la guerre civile dans la Fédération.

De même nous pouvons nous réjouir de l’orientation prise par l’Union européenne : elle nous a permis de bloquer toute velléité d’indépendance vis-à-vis des Etats-Unis. L’élargissement continu de l’Union la rend de toute façon ingouvernable, comme nous l’avions souhaité. Cet élargissement marginalise au profit de nos fidèles alliés les pays fondateurs de l’Europe et notamment la France qui était l’opposant le plus dangereux à notre projet. Vous savez aussi que la Banque centrale européenne veille à maintenir la zone euro en dépression, ce qui nous garantit durablement contre la concurrence européenne. Et d’une façon générale la progression du chômage et de la précarité, la désindustrialisation que nous initions et les rumeurs persistantes que nous entretenons autour de la solvabilité des Etats et des banques nous assurent aussi de la docilité des Européens.

Le prochain Traité transatlantique permettra enfin de mettre en tutelle définitivement les Etats de l’Union européenne en soumettant leurs législations aux règles d’arbitrage qui préserveront nos intérêts et nos bénéfices.

Nous notons aussi avec satisfaction la situation chaotique du continent africain, qui ne parvient pas à maîtriser la croissance de sa population et qui – plus de 60 ans après la fin des empires coloniaux – ne parvient toujours pas à un développement pacifique. Le chaos africain nous est en tout profitable : il reste en effet le principal moteur de l’immigration en Europe et de la culpabilisation des Européens. Il procure aussi à nos entreprises des matières premières et des débouchés précieux. Il ne permet pas, enfin, à nos concurrents de s’appuyer durablement sur ce continent instable.

La Chine, qui s’obstine à vouloir préserver son identité et ses intérêts stratégiques, reste bien sûr notre principal souci. D’autant qu’elle est en passe de rattraper les Occidentaux au plan militaire et technologique. Aussi nous suivons avec un particulier intérêt tous les facteurs de déstabilisation interne : comme les conflits sociaux, les actions des défenseurs des droits de l’homme ou bien les menées séparatistes de certaines communautés. Nous soutenons tous ces mouvements et nous espérons aussi que les différends frontaliers en Asie, notamment avec le Japon, vont s’amplifier.

Nous avons, bien sûr, encore quelques soucis avec les populations qui refusent l’orientation que nous voulons donner au monde. Il y a encore trop de peuples qui veulent préserver leur identité et leur souveraineté ! Vous savez que sur ce plan notre souci principal concerne l’Europe, qui reste en tout notre priorité.

Mais si certains d’entre nous se sont inquiétés de la progression des sentiments nationaux en Europe comme le montrent toutes les études d’opinion, je crois cependant qu’il nous faut rester optimistes.

D’abord, la population européenne autochtone vieillit très vite, et vous savez que ce ne sont pas les vieux qui font les révolutions ! La jeunesse européenne pourrait constituer une menace ; mais vous savez que la destruction de l’enseignement et la soumission des jeunes aux médias ont permis leur déculturation rapide – et leur reprogrammation dans le sens que nous souhaitons.

Ensuite, l’ensemble de la classe politique européenne nous est acquise. Car nous la tenons du fait de ses innombrables compromissions, que nous avons su encourager habilement au moment de la libéralisation et de la dérégulation de l’économie.

Enfin, nous avons beaucoup investi dans les neurosciences et les nouvelles technologies.

Des dispositifs extrêmement sophistiqués de surveillance de toutes les communications, mis en place au prétexte de garantir la sûreté, nous permettent aujourd’hui de détecter tout mouvement d’opinion qui nous serait hostile – et donc de réagir en temps utile.

Bientôt aussi, grâce à l’ingénierie psychique, nous serons capables de contrôler étroitement les représentations mentales de la population, ce qui renforcera l’effet sidérant de la télévision mondiale et nous permettra d’écarter définitivement toute velléité d’opposition.

Bref, mes chers frères et amis, nous avons toutes les raisons de regarder l’avenir avec optimisme ! Les gouvernements que nous dirigeons « n’échouent » pas, comme disent les naïfs : au contraire, grâce à eux, nous avançons chaque jour un peu plus vers la réalisation de notre grand projet.

Votre dévoué oligarque.

P.S. N’oubliez pas de détruire ce courrier, comme à l’habitude, afin de préserver notre confidentialité.

Michel Geoffroy

Crédit image : DR.

Source : Polémia – 21/11/2014

Alexis de Tocqueville : de l’individualisme dans les pays démocratiques

Alexis de Tocqueville : de l’individualisme dans les pays démocratiques

Source : occidentaldissent.com À l’heure où chaque communauté revendique un “droit” spécifique, au logement, au travail, aux papiers, à l’adoption, au mariage, au halal, au voile, à la GPA, à l’avortement, à l’adoption… il serait bon de relire ce que le grand penseur Français Alexis de Tocqueville écrivait en 1835 à propos de la plus grande démocratie du moment, l’Amérique. De toutes les tares qui déjà menaçaient cette société naissante, conformité, peur, apathie, désorganisation, lâcheté, le plus dangereux était l’individualisme naissant.

« J’ai fait voir comment, dans les siècles d’égalité chaque homme cherchait en lui-même ses croyances ; je veux montrer comment, dans les mêmes siècles, il tourne tous ses sentiments vers lui seul.
L’individualisme est une expression récente qu’une idée nouvelle a fait naître. Nos pères ne connaissaient que l’égoïsme.
L’individualisme est un sentiment réfléchi et paisible qui dispose chaque citoyen à s’isoler de la masse de ses semblables et à se retirer à l’écart avec sa famille et ses amis ; de telle sorte que, après s’être ainsi créé une petite société à son usage, il abandonne volontiers la grande société à elle-même.
L’égoïsme est un vice aussi ancien que le monde, il n’appartient guère plus à une forme de société qu’à une autre.
L’individualisme est d’origine démocratique, et il menace de se développer à mesure que les conditions s’égalisent. »

Cet individualisme embryonnaire est aujourd’hui à son apogée narcissique avec la « Moi Génération » qui est la racine de tant d’autres problèmes qui se reflètent dans notre société.

Lire la suiteAlexis de Tocqueville : de l’individualisme dans les pays démocratiques

Ukraine : on a bombardé Tripoli, pourquoi pas Kiev ? Tribune de Jean Bonnevey

Ukraine : on a bombardé Tripoli, pourquoi pas Kiev ? Tribune de Jean Bonnevey

Ci-dessus : L’opération militaire alliée en Libye, lancement d’un missile Tomahawk par le destroyer USS Barry en 2011.

Certaines populations n’intéressent pas la communauté internationale !

Décidément démocratie rime de plus en plus souvent avec hypocrisie. Les civils ukrainiens de l’est du pays n’ont-ils pas la même valeur que les civils libyens de l’est de leur pays ? Il faut tout de même rappeler le prétexte qui a permis le bombardement de Tripoli, l’intervention militaire puis l’élimination physique de Kadhafi. Il s’agissait de protéger des populations civiles qui ne reconnaissaient plus le pouvoir de Tripoli face à l’intervention d’une armée très supérieure aux milices armées de l’est.

Les similitudes avec ce qui se passe depuis quelques jours en Ukraine sont tout de même assez frappantes. Il est évident qu’on laisse faire l’oligarque mis en place avec la complicité des Usa et de l’Europe car les civils menacés par la répression de l’armée sont des méchants qui préfèrent Moscou à Bruxelles. Notre droit d’ingérence au nom des grandes valeurs et des immenses principes est bien à géométrie variable.

Lire la suiteUkraine : on a bombardé Tripoli, pourquoi pas Kiev ? Tribune de Jean Bonnevey

[Tribune libre ] “J’accuse l’oligarchie” par Michel Geoffroy

[Tribune libre ] "J’accuse l’oligarchie" par Michel Geoffroy

14/04/2014 – PARIS (via Polémia)
“J’accuse l’oligarchie de provoquer des crises pour mettre en tutelle les peuples, d’encourager tout ce qui favorise l’implosion des sociétés, de programmer la destruction des cultures et des savoirs, de détruire la démocratie, de conduire à la guerre”. Un texte fort de Michel Geoffroy. Les oligarques de l’hyperclasse mondiale, voilà l’ennemi ! Polémia


1) J’accuse l’oligarchie occidentale de provoquer les crises pour mieux mettre en tutelle les peuples afin d’ouvrir la voie à un gouvernement mondial.

L’oligarchie n’échoue pas à trouver des solutions aux différentes « crises », qu’il s’agisse du chômage, de l’immigration, de la natalité ou de l’insécurité. Ces « échecs » constituent en réalité pour elle autant de succès car le choc et le chaos font partie intégrante de sa stratégie.

J’accuse l’oligarchie d’avoir systématisé la pratique du choc théorisée par les néo-libéraux de l’Ecole de Chicago dans les années 1970, comme moyen d’imposer des réformes économiques et sociales contre la volonté des peuples.

J’accuse l’oligarchie d’encourager la succession des « crises » afin de diminuer la résistance du corps social, de propager l’angoisse et de provoquer un état d’hébétude chez ceux qui y sont soumis afin d’inhiber leurs capacités de réaction et d’opposition politiques.

– L’insécurité conduit ainsi les citoyens au repli sur soi, ce qui contribue à leur démobilisation politique et à affaiblir la légitimité des Etats. Elle permet aussi une privatisation rapide des fonctions souveraines de l’Etat pour le plus grand profit du « marché ».

– Le terrorisme permet de renforcer le contrôle de la population et notamment d’Internet et des nouvelles technologies de communication.

– L’immigration profite au patronat mais elle sert aussi à démoraliser les Européens, en leur donnant le sentiment de ne plus se sentir chez eux.

– Le chômage propage l’inquiétude devant l’avenir et la docilité des salariés vis-à-vis des employeurs.

– La crise des dettes souveraines permet de mettre en tutelle la politique économique des Etats et de promouvoir toujours plus de solutions libérales pour « rétablir les comptes publics ». Ces politiques libérales en retour déconstruisent les protections sociales, renforçant l’isolement et la dépendance des individus.

– L’écologisme et la thématique du réchauffement climatique offrent enfin de nouveaux prétextes à propager l’anxiété et légitimer l’augmentation des réglementations, des contrôles et à la réduction des libertés concrètes.

Lire la suite[Tribune libre ] “J’accuse l’oligarchie” par Michel Geoffroy

En Libye il est temps d’en finir avec les billevesées démocratiques pour en venir enfin à la realpolitik, par Bernard Lugan

En Libye il est temps d’en finir avec les billevesées démocratiques pour en venir enfin à la realpolitik Libye : la guerre des milices – Par Bernard Lugan

Le jeudi 6 mars, à Rome, lors de la Conférence internationale sur la Libye, le ministre italien des Affaires étrangères a considéré que le principal problème qui se pose dans ce pays meurtri est la « surimposition de légitimités ». Cet euphémisme archétypique du vocabulaire « politiquement correct » sert à cacher la vérité de la situation libyenne qui est tout simplement l’anarchie. Cette manipulation sémantique illustre le désarroi de cette prétendue « communauté internationale » qui, au nom des « droits de l’homme » et de la démocratie postulée universelle, a déstabilisé un pays fragile. Aujourd’hui, elle n’ose même pas employer les mots justes pour décrire les résultats de la calamiteuse guerre qu’elle déclencha sans raison avouable contre le colonel Kadhafi.

Cessons de nous boucher les yeux en rêvant d’élections qui ne régleront pas les problèmes de fond pour regarder la réalité en face : en Libye, la situation devient de plus en plus confuse, de plus en plus anarchique et de moins en moins lisible. Le pays est livré à la loi des milices et les « autorités » ne font même plus de la figuration. Le 10 octobre 2013, le Premier ministre Ali Zeidan au pouvoir depuis novembre 2012, a ainsi été enlevé par des hommes armés. Tout récemment, le dimanche 2 mars 2014, à Tripoli, le Parlement (le CNG : Congrès national général), institution issue des élections de juillet 2012, a été pris d’assaut, en partie incendié et plusieurs députés blessés.

Lire la suiteEn Libye il est temps d’en finir avec les billevesées démocratiques pour en venir enfin à la realpolitik, par Bernard Lugan

Les antifas ou le degré zéro de la démocratie

Les antifas ou le degré zéro de la démocratie

28/02/2014 – PARIS (NOVOpress)  – Comme nous l’avions annoncé Philippe Martel, chef de cabinet de Marine Le Pen et tête de liste FN/RBM pour le 18ème arrondissement de Paris a donné ce mercredi une conférence de presse rue Labat à Barbés (Paris) pour traiter du procès intenté par le MRAP à l’écrivain Renaud Camus ainsi que des problèmes soulevés par l’immigration de masse dans le 18ème arrondissement.

Cette réunion a été l’occasion d’une manifestation d’antifas sur laquelle Philippe Martel a donné des détails hier dans un communiqué .

“Des affiches insultantes, diffamatoires et menaçantes, me traitant entre autres de ‘facho, escroc et mytho’ avaient été placardées par les “antifas” aux alentours du lieu de rendez-vous.” Pour qu’elles ne soient pas décollées ces affiches avaient été recouvertes d’acide au mépris de la sécurité des passants.

“Une demi-heure avant le début de mon intervention, une quarantaine d'”antifas” étaient rassemblés à proximité immédiate de la rue Labat. Scandant des slogans agressifs.” P. Martel explique que de ce fait la police a dû  bloquer la rue, empêchant ainsi la plupart des médias d’accéder à la conférence de presse.

Il conclut :  “Au débat démocratique et au verdict des urnes, quelques agités ne représentant qu’eux-mêmes, préfèrent manifestement l’insulte, l’intimidation et, dés qu’ils en ont l’occasion, la violence.” Mais que loin de le décourager ceci l’incite à continuer à “aller au devant des habitants du 18eme arrondissement pour leur exposer nos idées et nos propositions.”

Crédit image : affiche d’un groupe antifa, DR.

Hollande: une présidence post-démocratique

Hollande: une présidence post-démocratique

Flamby ou flambeur ?
L’habitude a été prise, à droite, de se moquer de notre Flamby national, c’est-à-dire de François Hollande : Flamby l’indécis ; Flamby le looser ; Flamby la risée de l’étranger, etc. Juste retour des choses puisque certains humoristes avaient déjà appliqué ce surnom à un Valery Giscard d’Estaing vieillissant. Il est vrai que notre président de la République n’en impose pas : un petit gros au sourire figé et au regard absent, qui ne semble nulle part à sa place ; et qui dégringole dans les sondages. Néanmoins ce serait se méprendre gravement sur le personnage que de croire que ce surnom le caractérise réellement.

Lire la suiteHollande: une présidence post-démocratique

Démocratie : histoire d’un malentendu [vidéo]

Démocratie : histoire d'un malentendu (vidéo)

04/12/2013 – 09h30
MONTRÉAL (NOVOpress) –
Pour Francis Dupuis-Déri, écrivain et professeur de science politique à l’Université du Québec à Montréal (UQAM), la démocratie n’est pas celle que l’on croit et son histoire est encore plus méconnue. Détestée et ridiculisée pendant des siècles, la démocratie était vue comme le pire des régimes pendant des générations en Occident. Dans Démocratie. Histoire politique d’un mot (Lux éditeur, 2013), le professeur au Département de science politique de l’UQAM conclut avec fracas : le Canada n’est pas une démocratie et ne l’a jamais été.

«[Les Français ?] Il y en a pas mal qui se rendent compte qu’ils ne sont pas en démocratie en ce moment même… »

Référendum sur le “mariage” homosexuel en Irlande

Référendum sur le "mariage" homosexuel en Irlande

Photo ci-dessus : Dépouillement d’un référendum en Irlande, au Cork City Hall.

07/11/2013 – 10h00
DUBLIN (NOVOpress/Bulletin de réinformation) –
Contrairement à la France, l’Irlande a choisi de soumettre la question du “mariage” homosexuel à ses citoyens. Dans ce vrai pays démocratique, un référendum devrait être organisé début 2015. Le ministre de la Justice Alan Shatter a déclaré mardi « Je suis ravi qu’en réponse à un mémo présenté devant le Conseil des ministres, le gouvernement se soit mis d’accord aujourd’hui sur l’organisation d’un référendum sur le mariage homosexuel lors du premier semestre 2015. »

Lire la suiteRéférendum sur le “mariage” homosexuel en Irlande

Le référendum d’initiative populaire : un objectif essentiel

Le référendum d’initiative populaire : un objectif essentiel

« L’initiative populaire, seule garante de lois conformes à la volonté populaire »

Dimanche 22 septembre 2013 il y avait des élections en Allemagne. Madame Merkel a été reconduite comme chancelier et formera une coalition avec les socio-démocrates (ou les Verts). Beaucoup de bruit pour pas grand-chose… Le même jour les Suisses s’exprimaient directement par référendum. Au rebours du politiquement correct ils se sont prononcés à 72% pour le maintien de l’armée de milice. Les électeurs de Zurich ont refusé la construction d’un grand stade. Et ceux du Tessin ont voté l’interdiction de la burqa. Bruno Guillard revient pour Polémia sur l’importance de la démocratie directe.
Polémia.

Lire la suiteLe référendum d’initiative populaire : un objectif essentiel

Démocratie contre oligarchie en Croatie sur la question du mariage homosexuel

Démocratie contre oligarchie en Croatie sur la question du mariage homosexuel

Un collectif croate s’organise contre le mariage pour tous.

« Quand les droits des homosexuels deviennent l’affaire du peuple » : article de la « Frankfurter Allgemeine Zeitung » du 12 juillet 2013, écrit par Karl-Peter Schwarz, traduit de l‘allemand par Yvan Blot.
Polémia

Lire la suiteDémocratie contre oligarchie en Croatie sur la question du mariage homosexuel

Printemps arabe : l’échec de la démocratie en Orient ? Par Alexandre Latsa

Printemps arabe : l’échec de la démocratie en Orient ? Par Alexandre Latsa

[ « La France sait que l’islam et la démocratie sont compatibles » (François Hollande, dans son discours de clôture à l’occasion de sa visite officielle en Tunisie les 4 et 5 juillet 2013.). ]

L’armée égyptienne est finalement intervenue pour déposer le président Mohamed Morsi, pourtant premier président démocratiquement élu du pays.

Lire la suitePrintemps arabe : l’échec de la démocratie en Orient ? Par Alexandre Latsa

Gérard Depardieu : « Que Dieu bénisse l’âme de Vladimir Poutine »

Gérard Depardieu : « Que Dieu bénisse l’âme de Vladimir Poutine »

02/07/2013 – 08h00
MOSCOU (NOVOpress) – Dans le cadre du festival de film de Moscou, Gérard Depardieu a de nouveau fait l’éloge de Vladimir Poutine : « Je suis très fier d’être ici. J’ai sauté sur l’occasion pour accepter ce passeport. On ne peut pas changer de nationalité, mais on peut choisir un Etat, une vie, une liberté et une démocratie comme je l’entends », a déclaré l’inoubliable interprète de « Cyrano de Bergerac » en présentant le film de clôture « Raspoutine », dont il joue le rôle-titre.

Lire la suiteGérard Depardieu : « Que Dieu bénisse l’âme de Vladimir Poutine »

[Tribune libre] La France en mode low cost

[Tribune libre] La France en mode low cost

Connaissez-vous le low cost politique ? Explications de Michel Geoffroy

Conséquence de la crise européenne, le low cost se développe partout.
Cette expression anglo-saxonne pour « bas prix » signifie que les Européens, ayant de moins en moins de ressources, du moins les autochtones d’en bas, se trouvent réduits à consommer des produits de moindre qualité, mais aux prix plus abordables. Les entreprises pratiquent de leur côté depuis longtemps le low cost, consistant à rogner sur la qualité pour réduire leurs coûts de production.
Mais les Français, toujours à la pointe de l’innovation, expérimentent au surplus la politique low cost depuis un certain temps. M.G.

Lire la suite[Tribune libre] La France en mode low cost