Tag Archives: Démocrates de Suède

Le Parti les Démocrates de Suède consolide sa progression aux élections législatives

11/09/2018 – EUROPE (NOVOpress)
Hier dimanche 9 septembre, 7,5 millions d’électeurs étaient appelés aux urnes pour le renouvellement du parlement suédois. L’inquiétude des grands partis était à son comble, face à la montée de « Démocrates pour la Suède », le parti de Jimmie Akesson fortement opposé à l’immigration de masse. En effet, 450 000 migrants ont été accueillis en Suède en trois ans, mais la violence et les agressions sexuelles ont augmenté dans de telles proportions que le premier Ministre, issu du parti social-démocrate a même envisagé de faire appel à l’armée pour lutter contre le crime organisé.

Mais ce parti qualifié d’extrême-droite ne fait-il pas déjà partie du paysage politique suédois ?

En effet, il détenait déjà 49 sièges parmi les 349 députés élus en 2014, soit 12,86 % des électeurs. Contrairement au mode de scrutin français, 310 députés sur 349 sont élus à la proportionnelle.

Ni le bloc « rouge et vert » du Parti Social Démocrate de Staefan Löfven, auquel appartient le premier Ministre sortant, ni le bloc modéré des conservateurs de Ulf Kristersson, n’obtiennent la majorité au Riksdag.

Et quels sont donc les résultats définitifs ?

Le Parti Social Démocrate a enregistré son plus mauvais score depuis plus d’un siècle avec 28,4 % des voix. Il est suivi de peu par les conservateurs qui emportent 19,8 % des voix. Quant au parti qualifié d’extrême-droite, les Démocrates de Suède, il arrive en troisième position avec 17,6 % des voix. Toutefois, l’écart entre ces deux derniers partis n’est que de 30 000 voix, alors que l’on ne connaît pas encore le résultat du vote des 200 000 suédois résidant à l’étranger. Ira-t-on vers un UMPS à la suédoise ou vers une union des droites ? L’avenir nous le dira bientôt. Et Marine Le Pen a twitté hier soir : « Encore une mauvaise soirée pour l’Union Européenne ! ».

Suède : la question migratoire au cœur des débats avant les élections

04/09/2018 – EUROPE (NOVOpress)
En Suède, les Démocrates de Suède (en suédois : Sverigedemokraterna, SD), devrait réaliser une forte poussée – grâce à son discours anti-immigration – aux dépens des partis traditionnels, menacés par un vote sanction.

Une situation qui divise la société suédoise.

Un reportage intéressant signé RT France.


Suède : les populistes vers un record aux législatives ?

27/08/2018 – EUROPE (NOVOpress)
Les Démocrates de Suède devraient réaliser un score historique aux législatives du 9 septembre prochain.

Selon les sondages, le parti anti-immigration de Jimmie Åkesson arriverait en deuxième ou troisième position avec à 20 % des voix.

Le Démocrates de Suède dénonce la politique migratoire du gouvernement et l’accueil de 300 000 réfugiés depuis 2015.


Élections législatives en Suède : le réveil des Vikings (Présent 8192)

Élections législatives en Suède : le réveil des Vikings (Présent 8192)

19/09/2014 – STOCKHOLM (NOVOpress)
Conséquence directe de la victoire des sociaux-démocrates, arrivés en tête aux élections législatives dimanche avec 31,2 % des voix, le Premier ministre conservateur Fredrik Reinfeldt, dont le Parti du rassemblement modéré n’a recueilli que 23,2 % des suffrages, a présenté lundi sa démission, après huit années passées au pouvoir. Mais, ce qui aura surtout marqué ce scrutin, c’est la percée historique des Démocrates de Suède, dont la campagne anti-immigration leur aura permis d’obtenir 12,9 % des voix, contre 5,7 % il y a quatre ans.

Une du numéro 8192 de "Présent"

Une du numéro 8192 de “Présent”

Les maîtres du jeu

Avec désormais 49 députés au Parlement, contre 20 auparavant, la formation emmenée par Jimmie Akesson a ainsi réussi à s’imposer comme la troisième force politique du royaume. Et, comme s’en est félicité son chef, « nous sommes tout à fait les maîtres du jeu maintenant (…) On ne peut plus nous ignorer de la façon dont on l’a fait ces quatre dernières années. Il est évident que les autres partis devront désormais nous prendre en considération ». Les Démocrates de Suède ont même réussi à priver de majorité absolue les sociaux-démocrates, dont le chef de file, Stefan Löfven, en est aujourd’hui réduit à tendre la main à « d’autres partis démocratiques » qui souhaiteraient travailler avec lui au Parlement…

La Suède, meilleur Etat islamique

C’est là une gifle magistrale pour ce fameux modèle suédois, tant cité en exemple par nos politiques, mais dont les Suédois eux-mêmes ne veulent plus. Dans ce pays de 9,5 millions d’habitants, les étrangers et descendants d’immigrés représentent en effet pas moins de 15 % de la population, conséquence d’une politique d’asile délirante. Ici, les demandeurs sont systématiquement accueillis, peuvent faire venir leurs familles, se voient immédiatement attribué un logement, des allocations, et leurs enfants peuvent même bénéficier de cours dans leur langue d’origine afin de ne pas rompre avec leurs racines… Cette politique a bien évidemment entraîné la formation de véritables enclaves étrangères, dans lesquelles la police et autres services publics n’osent plus s’aventurer parce qu’ils sont systématiquement pris pour cible. Chacun a encore en mémoire les graves émeutes ethniques de Stockholm l’an dernier, avec ses centaines de voitures brûlées, ses dizaines d’arrestations, et même un mort.

Lire la suite

Percée historique de la droite patriote en Suède

Percée historique de la droite patriote en Suède

14/09/2014 – STOCKHOLM (via 20 Minutes)
Assisterait-on à un réveil des peuples chez nos cousins scandinaves ? En effet, la formation patriotique (les Démocrates de Suède) est devenue la troisième formation du pays aujourd’hui à l’issue des élections législatives, “avec quelque 10,5% des voix, contre 5,7% il y a quatre ans”. Un signe dans un pays gangrené par l’immigration et l’islamisation.

“C’est un nouveau triomphe personnel pour leur président, Jimmie Åkesson, 35 ans, qui a fait de cette formation anti-immigration, autrefois marginale dans l’électorat, une force qui compte. Toutefois, les Démocrates de Suède (SD) restent frappés d’ostracisme par les sept autres partis du Riksdag , qui ont exclu de discuter avec eux.”

Pour lire l’article dans son intégralité

Photo Une : le palais du Riksdag. Crédit : Holger.Ellgaard via Wikipédia (cc).