Tag Archives: délinquance

Face à la guérilla urbaine rampante, les médias français feraient ils diversion ?

28/05/2018 – FRANCE (NOVOpress avec le bulletin de réinformation de Radio Courtoisie) :
C’est l’opinion de Laurent Obertone, auteur de « France, orange mécanique » qui relate sur Facebook l’avertissement d’un membre du GIGN : alors que le mariage en Angleterre et le festival de Cannes font les unes des journaux, de graves événements sont traités par les médias de propagande en faits divers.

Mais, de quels événements s’agit-il ?

En l’espace de deux semaines, on a assisté :
A des attaques de policiers en civil : à Grenoble, à Courcouronnes,
A une rixe impliquant deux cents individus à Lyon la Duchère,
A un homme battu à mort par des adolescents à Pau,
A une fusillade à la kalachnikov entre policiers et trafiquants cagoulés à Marseille, dans le narco-quartier de la Busserine : Gérard Collomb s’est rendu sur place avec la BAC et a déclaré : « nous ferons régner l’Etat de droit » reconnaissant ainsi implicitement l’existence de zones de non-droit, si longtemps déniées par les autorités ;
A une nouvelle fusillade le week-end dernier encore à Marseille : un assaillant armé a surgi dans les locaux d’une association sportive et a tué deux personnes.
Au lynchage d’un père à Lille devant ses enfants, par une vingtaine de jeunes pour s’être opposé à un rodéo
Enfin à Orléans, à l’égorgement d’une femme de 30 ans par un récidiviste déjà condamné à 20 ans de réclusion par une cour d’assise pour homicide volontaire.

Et Laurent Obertone déplore les suicides à répétition de policiers, de gendarmes et de gardiens de prison s’inscrivant dans ce climat d’ensauvagement dramatique.

Menaces de mort, shit, cocaïne et ramadan : petite scène de vie ordinaire à Villeneuve-sur-Lot

« Tu as foutu en l’air mon ramadan. Je vais te crever. »

L’entrée en matière avait le mérite de la clarté. C’est ainsi qu’ont été accueillis le serrurier, les deux témoins et l’huissier mandaté pour notifier 6.800 euros de loyers impayés à un locataire des « quartiers nord-est » de Villeneuve-sur-Lot (La Dépêche se met à parler de notre petite sous-préfecture comme s’il s’agissait de Marseille). L’huissier a déposé plainte, rappelant à quel point, loin des douces berceuses du vivre ensemble, sa profession est en contact quotidien avec cette partie de la société qui profère menaces et insultes, et passe souvent à l’acte :

Notre quotidien est de se faire insulter comme les policiers et les gendarmes mais nous n’avons qu’un stylo à bille.

L’auteur de ces insultes a été jugé en comparution immédiate, d’autant plus que, comme il n’avait pas eu « le temps de faire le ménage » (toujours selon La Dépêche), les policiers ont découvert 1,2 kg de résine de cannabis et de la cocaïne. Il a été condamné à un an de prison dont six mois avec sursis.

Voilà le fait divers. Tellement divers qu’il est devenu le quotidien de centaines de quartiers en France, aussi bien dans des petites villes comme Villeneuve-sur-Lot que des cités de banlieue de nos grandes agglomérations ; et encore : lorsque les forces de l’ordre peuvent, sans être caillassées ou visées par des tirs, entrer dans ces quartiers.

Mais revenons au mot d’accueil de notre commerçant de 34 ans, ce locataire-délinquant qui va donc poursuivre son ramadan quelques jours en prison.

« Tu as foutu en l’air mon ramadan… » Il y a certainement ramadan et ramadan, musulman et musulman. Et toute religion a ses degrés de ferveur, de compréhension, de pratique, de cohérence, de moralité. Toute religion a sa piété populaire. Et puisqu’il est à la mode, dans les rangs du gouvernement et de La République en marche, de mettre dans le même sac voile islamique et foulard de la mère d’Alain Juppé, prêche en arabe et messe en latin, radicalisés islamistes et traditionalistes catholiques – ce qui, Gabrielle Cluzel vous l’a expliqué avec bien d’autres, n’a absolument rien à voir -, on pourrait aussi s’y interroger sur cette conjonction de faits qui touchent malheureusement souvent nos villes et banlieues : délinquance, trafic de stupéfiants, agression contre les forces de l’ordre et revendication islamique bruyante et agressive. Une conjonction que résume ce « Tu as foutu en l’air mon ramadan ».

Certaines bonnes âmes ou autres doctes théologiens me diront que ça n’a rien à voir. Mais justement, dans la vraie vie, c’est une réalité qui se voit. Et qui s’entend.

Dominique Monthus

Tribune reprise de Boulevard Voltaire

Bagnolet tenu par la drogue, par Caroline Parmentier

Trois semaines de violences, trois blessés par balle, des dizaines de voitures incendiées dans des règlements de comptes liés au point de « deal » de la Capsulerie, l’un des principaux de la Seine-Saint-Denis. Le maire socialiste ainsi que le député de la France Insoumise Alexis Corbière appellent l’Etat à l’aide et réclame des renforts de police.

« 308 Noire CD », « Mondéo Bleu nuit EC »… à l’entrée de la cité, un aide-mémoire pour les guetteurs, tagué sur les murs, recense les plaques des voitures de police. Les habitants des immeubles qui s’aventurent encore dans le coin sont contrôlés et fouillés par… les dealers. Vous êtes à la Capsulerie, à Bagnolet. A deux stations de métro de Paris. Le quartier est tenu en coupes réglées par les trafiquants de drogue.

L’escalade de la violence et de l’impunité inquiète les élus et les habitants, qui supplient les autorités d’agir avant qu’il n’y ait un « mort » ou une « balle perdue ». « Je n’ai pas le souvenir d’avoir connu une telle situation dans notre ville », déclare le maire en évoquant la « guerre de territoires » entre trafiquants.
La France Insoumise aime la police quand ça l’arrange.

Le point de drogue de la Capsulerie est connu depuis des années pourtant pour être le Pôle emploi de la cité. Les « blédards » qui dirigent les trafics emploient des rabatteurs, souvent mineurs, qui guident les consommateurs du métro jusqu’au « Plan », le point de vente de la Capsulerie. Pendant ce temps les guetteurs surveillent et les ravitailleurs réapprovisionnent le trafic. Certains sont même chargés d’apporter des rafraîchissements l’été ou des boissons chaudes l’hiver. Toute une petite entreprise qui tourne à flux tendu et emploie des milliers de jeunes en majorité issus de l’immigration âgés de 16 ans à 24 ans, au pied des barres d’immeubles.

Brusquement Alexis Corbière, nouveau député du 93, généralement plus enclin à soutenir les antifas et à considérer qu’« un bon flic est un flic mort », déplore une « présence policière insuffisante », et « un seul commissariat subdivisionnaire dans la ville ». Il réclame l’ouverture de commissariats permanents et des renforts sécuritaires… La France Insoumise aime la police quand ça l’arrange. Ses représentants qui demandent aujourd’hui à être protégés contre le banditisme communautariste, sont les mêmes qui ont longuement travaillé et qui continuent à travailler à son implantation.

Tony Di Martino et Alexis Corbière ont demandé une audience au ministre de l’Intérieur, Gérard Collomb, pour « lui montrer l’étendue de la situation » et des violences des dernières semaines, trois jours après la remise au gouvernement du rapport Borloo promettant de nouveaux milliards pour les banlieues. Les élus de Seine-Saint-Denis ne sont pas les seuls dans cette situation. Stéphane Gatignon, maire de la commune de Sevran, avait démissionné le 27 mars, « usé » par le mépris de l’Etat. Depuis, les maires de plus d’une dizaine de villes, de Grigny (Essonne) à Vaulx-en-Velin (banlieue de Lyon), en passant par Roubaix (Nord) ou Allonnes (Sarthe), dénoncent à l’unisson un « abandon de l’Etat ».

Commençons par faire cesser les trafics et par rétablir l’Etat de droit. Ensuite on pourra discuter d’y allouer plus de moyens !

Caroline Parmentier

Article paru dans Présent daté du 30 avril 2018

Bouches du Rhône : des dizaines de riverains ont mis en place des rondes nocturnes pour faire face à la hausse de la délinquance

27/02/2018 – FRANCE (NOVOpress avec le bulletin de réinformation de Radio Courtoisie) :
Le village de Cabannes dans les Bouches du Rhône a vu ses habitants se réunir pour organiser eux-même des rondes nocturnes pour la surveillance du village.

En effet, les riverains ont subi une vingtaine de cambriolage en deux semaines. Le 5 février, on a pu lire sur Facebook : « Encore une maison cambriolée cette nuit, ça suffit. Je propose qu’on s’organise pour faire des rondes citoyennes la nuit sur la commune ».

Aussitôt dis aussitôt fait, Aurélien un des initiateurs du mouvement, a organisé une réunion publique pour évoquer le sujet.

Il y avait 80 personnes, je n’aurais jamais imaginé une telle mobilisation. Il y avait un vrai ras-le-bol, et la psychose commençait à s’installer. L’idée de faire des rondes citoyennes a plu, donc on s’est lancé.

Cette initiative a endigué la vague de délits ; de plus, comme le dit Angélique : “Ça rassure les personnes âgées, elles se disent que les jeunes du village veillent sur elles”.

generation-identitire-racaille-lyon

Des militants de Génération identitaire remettent une racaille à la police

generation-identitaire-racaille23/11/2016 – LYON (NOVOpress) : Des militants de Génération identitaire ont neutralisé ce soir une racaille maghrébine qui, en compagnie de deux complices, avait attaqué un jeune Français de souche pour le dépouiller, et ont remis l’individu à la police. Voici le communiqué de Génération identitaire :

« Ce mardi soir dans le Vieux-Lyon, trois racailles ont lâchement attaqué un jeune Français de souche pour lui voler son téléphone portable. Mal leur en a pris : ces lâches ont commis leur forfait devant La Traboule, la maison de l’identité lyonnaise.

Alertés par les cris du jeune homme, les identitaires sont immédiatement sortis de la maison pour venir en aide à leur compatriote, et sont parvenus à immobiliser un des agresseurs. Sous bonne garde, le jeune maghrébin en pleurs a tenté à plusieurs reprises de négocier sa libération, tout en clamant son innocence auprès de sa mère par téléphone. Il était visiblement plus facile d’être courageux à trois contre un.

Il a ensuite été remis à la Police nationale qui n’a pas manqué de féliciter les militants de Génération Identitaire pour leur réactivité et leur détermination, puis a recueilli la plainte du jeune collégien agressé.

Face à la racaille, solidarité entre Français ! »

Le clip des gangsta-collégiens fait scandale

03/02/2016 – SOCIÉTÉ (NOVOpress)
Apologie de la violence, de la drogue, de l’argent et des filles faciles, le clip de rap standard… oui, sauf que les « chanteurs » ont au plus 14 ans…

Couteaux, battes de base-ball en main, casquette à l’envers et survêtement de marque, la panoplie du parfait rappeur, scandant leur ode débile à la violence et à l’argent facile « Que des coups de machette, ouais, chez nous tout s’achète »… rien que du banal, sauf que les « artistes » sont une bande de collégiens du XVIIIe arrondissement de Paris.
Farès et Mehdi, 14 ans, posent avec des enfants encore plus jeunes qu’eux à la fin du clip, l’un armé d’un Opinel, ce qui prête presque à sourire, l’autre d’une feuille de boucher, ce qui est tout de suite moins drôle. C’est la même arme qui était brandie par le terroriste qui avait tenté de s’en prendre à des policiers dans ce même XVIIIe arrondissement ; coïncidents ? Le clip a été tourné par la maison de production Vision Industry, qui a fait aux rappeurs en herbe un prix au vu de leur jeune âge.

Bien sûr, la « communauté éducative est en émoi », indique Le Parisien. Les gangsta-collégiens sont issus pour la plupart du collège Daniel-Mayer, classé en ZEP, qui ne ménage pas ses efforts pour mettre ses élèves sur le droit chemin : actions de prévention de la violence, d’insertion par le sport et d’ouverture culturelle et, pire, sortie pour assister aux vœux de François Hollande à la jeunesse. Étonnez-vous après cela qu’ils tournent mal…

Le fond de l’affaire est bien là : incapable d’offrir un modèle fort et structurant, l’Éducation Nationale (reflet en ceci de la société), perdue dans ses idéaux pédagosistes, bien-pensants et naïfs, laisse le champ libre à la sous-culture du rap, celle de la violence tribale (les guerres de gang ne sont pas autre chose), de l’argent facile et de la consommation à outrance : filles, drogue… Un horizon bien limité, dont de plus en plus de « jeunes » finissent par échapper en versant dans l’islamisme, qui donne au moins un sens à leur existence.
Entre les deux, la voie est étroite, et ce n’est pas le discours ou les actions de nos bonnes consciences de service qui vont aider les « jeunes » à la trouver.

C.D.


 

Marion Maréchal Le Pen sur BFMTV: Pour éviter des émeutes on a abandonné les cités au grand trafic

28/10/2015 – POLITIQUE (NOVOpress)
Invitée de l’émission Bourdin Direct, Marion Maréchal Le Pen est revenue sur le chômage, la délinquance ou l’immigration. Elle s’est dite choquée par les propos de Manuel Valls qui estimait qu’il était « hors de question de laisser le Front national gagner une région ».

Marion Marechal Le Pen était ce matin invitée de l’émission « Bourdin Direct » sur BFMTV/RMC.
Elle s’est dit choquée par « les propos de Manuel Valls » affirmant qu’il était « hors de question de laisser le Front national gagner une région ». « Ce n’est pas au Premier ministre de décider qui a le droit ou non de remporter les suffrages », a-t-elle estimé, ajoutant

Ça ne me surprend pas. Il y a des transactions secrètes entre l’ex-UMP et les socialistes.

« Manuel Valls devrait se concentrer à régler les problèmes qui font qu’il n’est plus crédible ». A-t-elle conclu.
Balayant rapidement la possibilité d’alliance avec Les Républicains ou de rapprochement avec Nadine Morano, elle a taclé le gouvernement sur les chiffres du chômage : « C’est difficile de se réjouir d’un artifice. La réalité c’est que le nombre de chômeurs toutes catégories confondues a augmenté de 1.000 ».
Elle a pointé du doigt le fait que la baisse « est le résultat des contrats aidés et des radiations » et a mis en avant la responsabilité de l’UE, plaidant pour une sortie du système et le patriotisme économique.

Mais c’est sur la délinquance qu’elle a été la plus mordante :

L’essentiel touche à la politique pénale : dans les cités on a abandonné le problème aux trafiquants d’armes et de drogue. (…) Le gouvernement est responsable. (…) Pour éviter des émeutes, on a abandonné les cités au grand trafic.

La concentration migratoire est l’un des problèmes. On pourrait permettre plus de mixité si on n’avait pas un flux continu d’arrivées (de migrants). Cette concentration participe du communautarisme.

Lire la suite

Xavier Raufer sur l’islamodélinquance : «c’est dans cette population là que se trouvent les bombes humaines qui sont capables de tuer à la minute»

25/10/2015 – SOCIÉTÉ (NOVOpress)
Xavier Raufer est un criminologue reconnu depuis de nombreuses années, aussi, quand il parle de l’explosion de la délinquance et en particulier de l’islamodélinquance, il mérite d’être écouté. Son expérience et son expertise rendent son propos d’autant plus inquiétant. L’entretien qu’il a donné à Boulevard Voltaire mérite le détour.

Interrogé au sujet des nouveaux outils de mesure de la délinquance proposés par le gouvernement, Xavier Raufer répond :

On est dans la communication et dans le pipeau. Ce qui compte, c’est l’aggravation réelle des crimes réels […] ceux que ça affecte le plus gravement c’est ce qu’on appelle la France périphérique […] c’est 58 % de la population. […] Vous allez sur le site d’un journal de province et vous regardez les faits divers. Et là, vous allez voir, stupéfait, 5000 vues, 6000 vues, vous imaginez le nombre de personnes que ça choque, que ça inquiète ou que ça traumatise. Là, je peux vous dire […] vous avez une poche de grisou qui est en train de gonfler et un jour, il y aura une explosion.

Parlant du terrorisme, le criminologue point du doigt les islamodélinquants

Il n’y a plus de terroristes, il n’y a plus de criminels, il y a le deux en même temps. Depuis Mohamed Merah en 2012, tous ceux en France qui ont tué sont des hybrides.
c’est dans cette population-là que se trouvent les bombes humaines qui sont capables de tuer à la minute.


Vu sur Twitter

Arsenal militaire dans les “quartiers”. Ah Monsieur Cazeneuve, si les gens savaient…

Publié le
Joie du vivre-ensemble : des Africains attaquent un camp de roms à saint-Denis

L’Essonne, un département miné par l’explosion de la délinquance et de l’immigration

Source : SIEL
(TRIBUNE) L’Essonne cumule les maux liés à la délinquance et l’immigration spécifiques aux départements urbains aussi bien que ruraux. Dans les deux cas, seul le FN et ses partenaires apportent des réponses crédibles.

À L’image des autres départements de la grande couronne que sont les Yvelines, la Seine et Marne, les Yvelines et le Val d’Oise, l’Essonne est un département qui comporte une partie rurale et une partie urbaine.
Paisible ? pensent donc les Parisiens depuis leurs tours d’ivoire et leurs cabinets dorés… Non, car il compte de nombreuses villes dont des quartiers sont les plus sensibles de France :

– Corbeil-Essonnes, Évry et Grigny peuvent être sans amalgame classés comme zones de non-droit avec des quartiers où règnent les bandes et la délinquance : violences urbaines, fusillades ou règlements de comptes et trafic en tout genre.
– Massy, Vigneux-sur-Seine, Les Ulis, Courcouronnes, Épinay-sous-Sénart et Étampe avec des quartiers sensibles très difficiles où il règne des faits de délinquance réguliers et de toute sorte.
– Savigny-sur-Orge, Ris-Orangis, Athis-Mons, Fleury-Mérogis, Viry-Châtillon, Brétigny-sur-Orge, Juvisy-sur-Orge, Longjumeau, Montgeron-Draveil, Ste-Genevieve-des-Bois, St-Michel-sur-Orge, Chilly-Mazarin, Brunoy, Boussy-st-Antoine, Quincy-sous-Senart et Yerres sont des villes à quartiers sensibles à la délinquance régulière, trafic de drogue et toutes sortent de trafics.

Ce classement est issu d’une compilation de sources du Ministère de la ville sur les 750 zones de non-droit que je détaille dans ma tribune parue dans NovoPress le 15 juin 2015.
Lire la suite

Vu sur Twitter

Les racailles contre l’Etat : que fait le gouvernement ?

Publié le

« La Racaille en prison, Galinier à la Maison ! » scande Génération Identitaire

08/07/2015 – FRANCE (NOVOpress)
René Galinier, 78 ans, a été condamné à cinq ans de prison, dont quatre avec sursis pour avoir défendu son domicile. Les cambrioleuses n’ont pas été inquiétées, mieux, elles ont été indemnisées. Génération Identitaire s’est mobilisé contre ce déni de justice.

René Galinier, 78 ans, originaire de l’Hérault était un retraité sans histoires jusqu’à ce 5 août 2010. Tiré de sa sieste par des bruits suspects, il se retrouve face à deux silhouettes fouillant dans la chambre voisine. Homme ? Femme ? Armée ou non ? Impossible pour lui de le savoir. Il prévient alors les secours et se saisit de son fusil. Après sommations, il est contraint de tirer et blesse les deux cambrioleuses, Salina et Marina, deux jeunes Roms d’origine serbe qui se sont introduites chez lui par effraction.

La cour vient de le prononcer coupable et le condamne à 5 ans de prison, dont 4 avec sursis. Son crime ? Avoir voulu défendre sa famille et son foyer. Bien qu’elles aient reconnu l’effraction et leur volonté de voler, les deux Roms ne seront quant à elles pas inquiétées. Elles s’en sortent donc sans aucune sanction pénale malgré avoir fait intrusion dans une propriété privée… Mais il y a pire ; elles ont déjà reçu 25 000 € de dédommagement pour l’une et 40 000 € pour l’autre.

Pour le mouvement Génération Identitaire, cette justice à deux vitesses est inacceptable. Les militants identitaires lorrains ont manifesté leur opposition le 6 juillet dernier devant le tribunal de Metz au cri de « La Racaille en prison, Galinier à la Maison ! »
Les militants réclamaient la libération immédiate de René Galinier (victime de la délinquance immigrée) et la condamnation des deux délinquantes roms avec leur expulsion immédiate et la restitution des sommes qu’elles ont reçues à titre d’indemnisation. Ils se sont aussi élevés contre
Cette justice qui justifie les agressions et les cambriolages au nom d’une détresse sociale !

Françoise Grolet, Conseillère régionale FN et présidente du groupe FN au Conseil municipal de Metz était présente aux côtés des militants identitaires.


Immigration, délinquance, islamisme, pas d’amalgame, des cartes !

Source : la carto du samedi
Suivons les conseils de nos hommes politiques, ne faisons pas d’amalgame. Contentons-nous d’observer quelques cartes construites à partir de statistiques officielles, mises en forme par Sébastien Munier. Si ce travail date un peu, les ordre de grandeur restent les mêmes et les cartes présentée permettent de mieux visualiser la répartition géographique des chiffres de la délinquance et de l’immigration.

Nombre de mosquées sur le territoire français

Nombre de mosquées sur le territoire français

La première carte présente le nombre de mosquées recensées à ce jour sur le territoire français (il en existe actuellement 2264 en activité, soit près de 25 par département en moyenne). Ces chiffres sont issus de la communauté musulmane elle-même, ce qui les rend a priori relativement fiables. (http://www.trouvetamosquee.fr). Sur cette même carte figure en dégradé de gris la part de la population décrite comme d’origine étrangère (donc immigrée) par l’INSEE (voir définition)
Lire la suite

Manifestation pro-Palestine : après Barbès, émeutes à Sarcelles

Immigration, racailles, islamisme… La France au bord de la guerre civile ?

15/06/2015 – SOCIÉTÉ (NOVOpress)
(TRIBUNE) Déferlement de clandestins, prolifération des zones de non-droit, islamisme de plus en plus pressant et violent, les Français n’en peuvent plus et leur colère monte. alors que les tensions sont à leur comble, allons-nous vers une situation de guerre civile ? Par Franck Guiot.

Depuis début 2015, on assiste à une explosion du déferlement migratoire sur l’Europe en provenance principalement d’Afrique, le nombre d’immigrés clandestins a été multiplié par 3 par rapport à 2014.
Une fois en Europe, ces clandestins se répandent à vitesse grand V dans les pays les plus attractifs en matière d’accueil. La France, véritable Eldorado pour clandestins, est leur destination privilégiée, non pas pour son climat, mais plutôt pour les multiples aides qu’elle leur offre au détriment de sa population autochtone. (AME, transports quasi gratuits, logement…)

Le problème a commencé à être soulevé à Calais ou plus de 3 000 migrants s’entassent dans des bidonvilles, Calais où l’association de défense des Calaisiens « Sauvons Calais » envisage de créer des comités de défense populaire pour aider les forces de l’ordre à venir à bout de la situation. Les policiers totalement démobilisés face à l’ampleur de la situation prédisent « un accident grave prochainement ».

immigrés clendestins

Immigrés clandestins à Calais

Le gouvernement semble pourtant avoir trouvé la solution puisque l’on a pu observer que certains des clandestins sont « dilués » dans les campagnes Françaises, comme à Pouilly-En Auxois ou encore près de Poitiers
Ce phénomène de « peuplement des campagnes » par d’autres populations « issus des quartiers défavorisés » (pour ne pas dire population issue de l’immigration ) a été encouragé par une déclaration de Manuel Valls en janvier 2015 appelant à une politique de peuplement, déclaration qui aura pour conséquence d’augmenter le débit de la pompe aspirante d’immigrés …

Mais c’est maintenant à Paris que la situation devient très tendue : Des clandestins occupent illégalement des casernes désaffectées ou des gares… Et s’affrontent avec les forces de police en bénéficiant du soutien de militants d’extrême-gauche et d’élus… Les clandestins errent ainsi près du métro « La Chapelle » rue Pajol et dans « un jardin associatif du 18e arrondissement », le bois-Dormoy, en jouant au chat et à la souris avec les forces de l’ordre avec la complicité bienveillante de la Mairie de Paris et des associations d’extrême-gauche…
Le Ministre de l’intérieur a d’ailleurs tenu à féliciter les clandestins fiers d’être hébergés par la Mairie de Paris alors que des SDF Français sont à la rue …
Attitude profondément Anti-France dans la droite ligne de celle qu’il avait défendue à Calais : « Nous devons leur faire comprendre clairement que l’asile en France est la meilleure chance pour eux ».

Dans une excellente vidéo, Nicolas Bay (Secrétaire Général du FN) a mis en garde sur le risque de terrorisme islamiste lié à cette invasion migratoire en proposant d’adopter la politique mise en place par l’Australie : NO WAY !
A ces déferlements de clandestins, s’ajoutent les faits de délinquance liés à l’immigration régulière ou irrégulière, les faits sont hélas trop nombreux pour les citer. Retenons les exemples de Tourcoing et de Metz, pour montrer que la délinquance en bandes s’étend hors des « zones de non-droits habituelles » comme Marseille, Roubaix, Sarcelles ou Grigny par exemple…

Lire la suite

Délinquance : Metz, c’est Chicago-en-Lorraine !

10/06/2015 – FRANCE (NOVOpress)
Les affrontements armés deviennent monnaie courante dans les quartiers sensibles de Metz. Seuls les élus locaux ne semblent pas s’en apercevoir.

Hier matin, une fusillade éclate rue de Ryneck à Woippy, dans la banlieue nord de Metz. Un jeune homme de 23 ans s’effondre, touché d’une balle de calibre 22 long rifle dans l’abdomen. Son pronostic vital ne serait pas engagé, il a même pu répondre à la police, sans donner d’indiction utile quant à son agression. Les premiers éléments de l’enquête font apparaître que le jeune homme est en possession d’armes et de cachets pouvant être des « stupéfiants de synthèse », selon la police, des précisions qui désignent un crime lié à la délinquance toujours plus présente dans les quartiers sensibles de Metz et son agglomération.

Ce déchaînement de violence n’est que le dernier d’une longue série qui ensanglante Metz et ses environs :
Le 5 juin, une fusillade avait éclaté à Metz-Bellecroix, faisant deux blessés, dont un grave, toujours dans le coma.
Le 30 mai dernier, un tireur « fou et ivre » avait ouvert le feu au pistolet automatique 9 mm dans une rue du quartier Boileau, à cheval entre Woippy et Metz, tuant une femme de 22 ans et blessant trois autres personnes.

tuerie du 30 mai : François Grosdidier, maire de Woippy déplorait un «cas isolé»

Tuerie du 30 mai : François Grosdidier, maire de Woippy déplorait un «cas isolé»

Le 28, un règlement de comptes à l’arme à feu, sur fond de trafic de drogue, fait un blessé avenue André Malraux.
Le 17 mai, c’était encore un règlement de comptes entre bandes rivales, toujours avec armes à feu, qui faisait un blessé à la Grange-aux-bois.
Lire la suite

Roms à Perpignan

Criminalité des Roms : impunie et en pleine explosion – Par Guillaume Faye

26/05/2015 – FRANCE (NOVOpress avec Guillaume Faye)

De même que les aides sociales et l’inexpulsabilité des clandestins et demandeurs d’asile déboutés jouent comme une pompe aspirante pour le déferlement migratoire, de même l’impunité judiciaire aggravée par les dispositions délirantes de Mme Taubira fonctionne aussi comme une pompe aspirante pour les actes de délinquance. À cet égard, la criminalité des Roms (Gitans, ou Romanichels en provenance d’Europe de l’Est) explose en France, son terrain de chasse préféré. Elle s’ajoute à celle d’autres populations…

Paris, laboratoire de la délinquance

Paris, première destination touristique mondiale, est mise en coupe réglée par les bandes de pickpockets roms et par la mendicité agressive. Les touristes détroussés se comptent par milliers. Il ne s’agit plus d’ailleurs du vol à la tire, classique, discret, mais de voies de fait violentes avec menaces et coups. De grands sites, comme le Louvre, Montmartre, la Tour Eiffel, etc. sont devenus des pièges à touristes. À tel point que, pour la première fois de son histoire, la Tour Eiffel, le monument le plus visité au monde, est resté fermé le vendredi 22 mai (comme le Louvre, pour les mêmes raisons en 2013). Le manque à gagner est très conséquent, avec 25.000 visiteurs par jour. Le personnel et les gardiens ont décidé d’exercer leur ”droit de retrait ”, estimant la situation catastrophique et intenable : les bandes de détrousseurs ne déguerpissent plus lorsqu’elles se font prendre mais agressent et menacent de mort les gardiens qui s’interposent. De plus, les bandes se battent entre elles pour se disputer les étages du monument.

La police, débordée et insuffisante, en raison de la mobilisation du plan Vigipirate et des nouvelles astreintes administratives, n’intervient que rarement et ponctuellement. Pourtant, 75% des moyens du commissariat du VIIe sont affectés à la Tour Eiffel et à ses abords immédiats qui représentent 22% de la délinquance de l’arrondissement.

En 5 ans à Paris, les vols à la tire ont plus que doublé. Les cas enregistrés (donc déclarés et inférieurs au chiffre réel) sont passés de 15.538 en 2010 à 34.277 en 2014. Les interpellés, suspects ou pris sur le fait, sont dans la plupart des cas relâchés. Ils savent qu’ils ne risquent rien. Comme l’explique Philippe Goujon, député maire UMP du XVe arrondissement : « de temps à autre, la police mène une action ciblée, mais les interpellés sont systématiquement relâchés. Même les multirécidivistes passent à travers les mailles du filet. Or la philosophie de Christiane Taubira, avec la fin des peines planchers, ne fera qu’aggraver le problème ». La situation est la même sur les autres sites touristiques parisiens et dans le métro. Depuis quelques années – depuis l’arrivée des socialistes au pouvoir – les joueurs de bonneteau, les vendeurs à la sauvette, pourtant strictement interdits, agissent au grand jour sous le nez des policiers qui ne disent plus rien et regardent ailleurs. Ce sont les ordres. Ces petits délinquants qui pullulent de plus en plus sont tous des immigrés clandestins et des Roms qui ne craignent plus aucune verbalisation, aucune sanction ni évidemment aucune expulsion.

Lire la suite