Le français, une des langues les plus parlées par les sympathisants de l’État islamique sur Twitter

07/03/2015 – PARIS (NOVOpress)
L’article de Philippe Berry paru dans 20 Minutes le 6 mars 2015 nous fait part d’une étude révélatrice. Le Brookings Institute qui se penche sur la stratégie web de l’État islamique nous apprend que le français est la troisième langue de ses sympathisants sur Twitter.

Sur environs 46.000 comptes avec une moyenne de 1.000 followers (ceux qui suivent le compte), tous ne sont pas sympathisants. Ce n’est pas facile de déterminer combien sont pour l’État islamique, mais plus qui. Il convient donc de s’orienter sur un autre sujet de réflexion : le langage.

L’arabe est de loin la langue la plus utilisée, à 73%, devant l’anglais (18%) et le français (6%). Un chiffre significatif pour le français, alors qu’aucune autre langue n’arrive à 1% y compris le chinois mandarin et le portugais sur le podium des langages avec l’anglais.

98% des comptes ont bloqué la géolocalisation. Les 2% restants sont principalement situés en Arabie saoudite, en Syrie, en Irak et aux États-Unis. On trouve 20 comptes non protégés en France, dont 19 sont encore actifs aujourd’hui, sur trois localités: deux en région parisienne et un à Nancy.

L’article et l’étude menée s’arrêtent à cette réflexion et nous laissent sur notre faim. Or, il est souvent intéressant de s’interroger sur ce qu’une demi-pensée ne dit pas. Si on n’oublie pas qu’il y a des pays francophones d’Afrique qui sont musulmans, ils ne sauraient justifier à eux seuls une telle proportion. La France est le pays ayant la plus forte concentration de musulmans en Europe. Ceux que l’on nous vend médiatiquement comme modérés hormis quelques déséquilibrés et terroristes loups solitaires ne le seraient peut-être pas tant que ça. Et puis, ces prêches d’imams radicaux en France, il y a bien un public de fidèles qui les écoutent, non ?

À force de tout nous cacher, les divers médias nous enseignent beaucoup.

Destruction du musée de Ninive : dramatique massacre culturel, civilisationnel, archéologique

Dramatique massacre culturel, civilisationnel, archéologique

27/02/2015 – IRAK (NOVOpress)
Les djihadistes de l’Etat islamique ont détruit les statues datant parfois de 3000 ans au musée de Ninive, situé à Mossoul dans le nord de l’Iraq.  De la civilisation mésopotamienne aux chrétiens d’Orient, rien ni personne de différent n’est épargné par la folie religieuse jusqu’au-boutiste de Daesh. Des hommes brulés, égorgés, décapités jusqu’aux vestiges des civilisations anciennes en passant par les femmes violées, cette barbarie détruit tout sur son passage au nom d’Allah.

https://www.youtube.com/watch?v=pJaYjxFZ1as


Lire la suiteDestruction du musée de Ninive : dramatique massacre culturel, civilisationnel, archéologique

[Editorial Novopress] Daesh ou Etat islamique ? Qu’importe, ils tuent bien au nom de l’islam ! par Fabrice Robert

[Editorial Novopress] Daesh ou Etat islamique ? Qu'importe, ils tuent bien au nom de l'islam ! par Fabrice Robert

19/09/2014 – PARIS (NOVOPress)
Les images d’horreur inondent les réseaux sociaux depuis plusieurs mois déjà. Des mises en scène morbides qui permettent aux fanatiques de l’Etat islamique de rivaliser – entre eux – dans la cruauté et l’exhibitionnisme macabre. L’archaïsme prend d’assaut les nouvelles technologies comme pour mieux combattre un monde ouvert et interconnecté qu’ils détestent par-dessus tout. C’est la stratégie du couteau et de la caméra. La victime expiatoire attend son supplice, encerclée par des barbus qui hurlent “Allah Akbar” en agitant leur téléphone portable pour immortaliser la scène du crime. Il aura fallu attendre l’assassinat de deux journalistes américains et d’un travailleur humanitaire britannique pour entendre des voix officielles dénoncer la barbarie des djihadistes. Pourtant, les décapitations sont bien devenues, en l’espace de quelques mois, le sport national de l’Etat islamique. Si Laurent Fabius a fait part de son “indignation” après la mort de James Foley, on aurait aussi aimé l’entendre réagir quand, quelques jours auparavant, un père franciscain a été sauvagement égorgé en Syrie. Dans l’horreur, toutes les têtes n’auraient donc pas la même valeur ?

Dans le même temps, une autre véritable guerre – sémantique celle-là – est en train de se jouer du côté des diplomaties occidentales. Il ne faudrait plus utiliser l’expression Etat islamique car cela pourrait provoquer une confusion avec l’islam, l’islamisme et, plus largement, le monde musulman. Le mouvement islamique devrait donc être rebaptisé “Daesh” qui est l’acronyme arabe d’EIIL. Pour Romain Caillet, islamologue à l’Institut français du Proche-Orient, “Daech” est un terme “impropre et péjoratif”. Il précise que “si en langue arabe, il peut y avoir une légitimité à l’employer, son utilisation en français est clairement idéologique”.

Une autre véritable guerre – sémantique celle-là – est en train de se jouer du côté des diplomaties occidentales.

Il faut se rappeler qu’après la décapitation de James Foley, Barack Obama avait, tout de même, tenu à préciser que l’Etat islamique ne parlait “au nom d’aucune religion” (sic). Laurent Fabius lui a emboîté le pas en déclarant que les djihadistes n’agissaient pas “au nom des musulmans”. Certes, l’Etat islamique ne combat pas au nom de tous les musulmans mais ce groupe tue bien au nom de l’islam !

Lire la suite[Editorial Novopress] Daesh ou Etat islamique ? Qu’importe, ils tuent bien au nom de l’islam ! par Fabrice Robert