Joseph Macé-Scaron plagie Jünger : n’est pas un grand écrivain qui veut…

Joseph Macé-Scaron plagie Jünger : n’est pas un grand écrivain qui veut…

26/08/2011 – 11h45
PARIS (NOVOpress) —
 L’icône de la bienpensance boboïsante Joseph Macé-Scaron qui occupe divers fauteuils dans les médias (directeur adjoint de la rédaction de Marianne, directeur du Magazine Littéraire, chroniqueur habitué des studios de télévision et radios) est à nouveau accusé de forfaiture intellectuelle si l’on en croit l’Express. Récemment mis à l’index pour avoir « plagié plusieurs extraits d’un ouvrage de Bill Bryson » pour le compte de son roman Ticket d’entrée, Joseph Macé-Scaron s’est péniblement retranché derrière la peu convaincante excuse de l’intertextualité. Mais pour l’hebdomadaire, le journaliste serait coutumier du fait.

La seconde victime n’est autre que l’écrivain de génie, Ernst Jünger, dont Joseph Macé-Scaron se serait généreusement inspiré en puisant dans le Premier Journal Parisien de l’écrivain allemand, pour la rédaction de son premier roman Trébizonde avant l’oubli datant de 1990. L’hebdomadaire indique que « le chapitre 28 est clairement démarqué du Premier Journal Parisien, 1941-1943 d’Ernst Jünger. A la date du 29 mai 1941, l’écrivain allemand y décrit une exécution capitale à laquelle il assiste dans un petit bois de Robinson, près de Paris. Dans Trébizonde avant l’oubli, qui se déroule au XVe siècle, Macé-Scaron relate également une exécution capitale ». Joseph Macé-Scaron a effectué des changements mineurs tout en exploitant la technique du « copier/coller » dont il a pourtant réfuté l’utilisation.

L’Épée : usages, mythes et symboles – Exposition au Musée de Cluny, Paris

L’Épée : usages, mythes et symboles - Exposition au Musée de Cluny, Paris

L’épée est sans doute l’objet le plus emblématique du Moyen Âge, d’une singularité sans pareille. L’extrême simplicité de sa forme en fait un véritable concentré de technique et de technologie, poussées à un rare degré d’excellence. Ses usages et ses fonctions relèvent en revanche d’une infinie complexité. Arme bien connue de l’affrontement et de la chasse, elle peut également être un objet d’apparat ou un signe de pouvoir.

La charge symbolique très forte dont elle est investie dès ses origines, a nourri l’imaginaire collectif et a fait accéder l’épée à la dimension de la légende et du mythe, dont notre époque connaît encore les échos.

De Durandal à Excalibur en passant par Joyeuse, le nom des épées mythiques résonne encore et toujours dans notre imaginaire. L’exposition, à travers une centaine d’objets parmi lesquels de très prestigieux, met en lumière les usages et les sens de l’épée mais aussi sa place dans l’imaginaire médiéval.

Musée de Cluny jusqu’au 26/09/2011

En lien avec l’exposition « L’épée », le musée de Cluny organise des démonstrations d’escrime médiévale dans sa cour d’honneur le samedi et le dimanche après-midi. Elles sont ouvertes à tous gratuitement.
Renseignements au 01 53 73 78 00 (standard et serveur vocal) et au 01 53 73 78 16 (accueil)

[box class=”info”]Crédit photo : licence creative commons / auteur : straightfromthecask[/box]

EXCLUSIF : entretien avec le député Michel Raison [audio]

EXCLUSIF : entretien avec le député Michel Raison

Dans une question écrite adressée au ministère de la Culture, le député UMP Michel Raison demande quelles mesures le ministre entend prendre pour “contrôler la diffusion de certaines œuvres musicales” écrites par des groupes “issus de l’immigration”. De SOS racisme à la sphère médiatique, la condamnation est unanime.

Quelle est la nature de la démarche du député Raison ? Les ligues de vertus doivent-elles continuer à faire la météo politique ? Quelles suites seront données à cette affaire ? Le député a accepté de répondre à quelques-unes de nos questions.

Propos recueillis par Yann Vallerie

[MEDIA not found]

Pour l’histoire

Pour l’histoire

[box class=”warning”]Vu depuis le Québec par Mathieu Bock-Côté.[/box]

C’est une des caractéristiques majeures de notre époque : le présentisme. Comment le définir ? Le présentisme consiste à croire que le présent se suffit à lui-même. Il repose sur l’oubli de l’histoire, comme si le passé n’avait rien à nous apprendre, comme si nous n’avions pas reçu de nos ancêtres un héritage à préserver, à faire fructifier. Pourtant, le culte exclusif du présent ne manque pas de failles. J’en examine ici certaines.

Première faille du présentisme : à cause de lui, nous ne comprenons tout simplement plus le monde dans lequel nous vivons. Prenez le conflit israélo-arabe. Si vous évacuez l’histoire de votre explication, vous vous contenterez d’y voir un tourbillon irrationnel et meurtrier. Deux peuples en guerre, sans raisons véritables, alors qu’ils devraient vivre en paix. Non ? Certes. Mais pour faire la paix, encore faut-il connaître les causes de la guerre. L’ignorance historique mène à l’angélisme. Et ici, comme dit le proverbe, qui fait l’ange fait la bête.

Deuxième faille : sans conscience historique, plusieurs ont le sentiment que tous les problèmes sont techniques, sans dimension philosophique. Prenez le problème de l’éducation au Québec. Si on ne comprend pas comment le système d’éducation a connu une longue dérive depuis les quarante dernières années, on ne comprendra jamais l’ampleur des réformes nécessaires pour le réparer et le refonder. Pire encore : on se contentera de pelleter de l’argent supplémentaire dans le système sans apercevoir que son problème est moins budgétaire que philosophique.

Troisième faille : nous oublions les vertus de l’enracinement. Combien sont-ils à vouloir comme seul passeport celui de « citoyen du monde ». Dans l’angle mort de cette vision, toutefois, on trouve une terrifiante superficialité : celui qui aime toutes les cultures n’entretient-il pas finalement un rapport de consommateur avec chacune d’entre elles en se contentant de les explorer en surface ? Ce n’est pas parce qu’on est allé un jour à Zaghreb qu’on est familier avec la culture croate. Ce n’est pas parce qu’on aime les mets brésiliens que l’Amérique du Sud n’a plus de secrets pour nous.

Évidemment, il ne faut pas se cloîtrer dans le passé. C’est le privilège des vivants d’être maîtres de leur destin, de se délivrer de ce qui peut être mort dans l’héritage qu’on leur laisse. Nous ne devons pas considérer cet héritage avec l’œil sévère d’un notaire scrupuleux. Maître de notre avenir parce que maître de notre passé ? Oui. Encore faut-il le connaître pour savoir qu’en faire.

[box class=”info”] Source : bock-cote.net[/box]

Victor Farias et le scandale de Salvador Allende [2/2]

Victor Farias et le scandale de Salvador Allende [2/2]

[box class=”warning”]Les informations sur la confirmation du suicide de l’ancien président chilien Salvador Allende risquent de raviver les polémiques récentes sur son passé. Voici quelques années, des controverses avaient sérieusement entaché l’icône du monde progressiste, tombé les armes à la main contre la réaction. En 2005, la revue Aventures de l’histoire publiait un entretien réalisé par son rédacteur en chef avec l’universitaire chilien Victor Farias, l’homme par lequel le scandale est arrivé. Nous remercions aventuresdelhistoire.blogspot.com de nous avoir autorisé à reproduire ce texte.[/box]

[box]Victor Farias a deux ambitions : lutter contre l’hitlérisation rampante du monde par la philosophie heideggerienne et obliger la gauche chilienne à regarder son histoire en face. Mais le professeur chilien vient de découvrir qu’il est bien plus facile de dénoncer un philosophe allemand que de dévoiler le passé douteux de Salvador Allende.[/box]

Victor Farias nous a reçus le vendredi 22 juillet 2005 dans les locaux de l’institut d’Amérique latine de l’université Libre de Berlin, près de la Breitenbachplatz, un magnifique bâtiment bauhaus, miraculeusement épargné par les bombes. Dans son bureau du deuxième étage, encombré de livres et où trône un ordinateur antédiluvien, le professeur Farias répond à l’abondant courrier et à l’avalanche de critiques que lui a valu son livre sur Salvador Allende. Il me tend en colère une photocopie de l’article d’Elisabeth Roudinesco paru dans Libération :
— C’est ridicule ! Elle m’accuse d’avoir fait d’Allende un nazi. C’est complètement faux.
L’universitaire est pourtant habitué aux polémiques musclées depuis la publication en 1987 de son célèbre Heidegger et le nazisme qui a suscité un très vif débat dans la classe intellectuelle française entre pro et anti-heideggeriens. Avant d’entrer dans le vif du sujet, je souhaite mieux connaître ce petit homme qui s’attaque aux grands mythes de la philosophie européenne comme à ceux de la gauche mondiale.

[question]Professeur Farias, comment devient-on philosophe ?[/question]

[answer]Je suis né en 1940 à Santiago du Chili, au sein d’une famille chilienne traditionnelle. Mon père était issu de la paysannerie moyenne alors que la parentèle de ma mère collectionnait les médecins, les aliénistes et les psychologues.
Grâce à mes appuis familiaux, la carrière médicale s’ouvrait en grand pour moi. Ma mère me voyait déjà psychiatre. Ses rêves se sont effondrés quand je suis revenu horrifié d’une visite à l’asile de Santiago dont mon oncle était un des directeurs, la même institution où Salvador Allende avait fait ses années d’internat. Je me suis rendu compte que je n’étais pas du bois dont on taille les psychiatres.
A cette époque, au cœur des années 1950, j’étais scolarisé dans un collège catholique où flottaient encore les relents du fascisme ambiant des années trente et quarante. Les bons pères nous menaient la vie dure. Ils obligeaient tous les matins les élèves à communier à jeun. C’était difficile pour moi car j’avais toujours faim et je partais de chez moi en emportant de délicieux sandwichs aux œufs brouillés. La tentation était irrésistible et je ne pouvais m’empêcher d’en manger avant de communier. Je fus pris, si j’ose le dire, à deux reprises la main dans le sac et, finalement, les curés m’ont renvoyé. Ils ont probablement estimé que j’étais irrécupérable.
Mes parents m’ont inscrit au lycée public, fréquenté par les familles de la bourgeoisie laïque progressiste. Parmi les enseignants, on trouvait aussi bien l’historien socialiste Julio César Jobet que Guillermo Izquierdo Araya, qui avait milité au sein d’un parti nazi chilien, ou encore José Maza Fernández qui joua un rôle important aux Nations unies.
Armando Buchi, mon professeur de philosophie, était un catholique fervent. Mais il savait faire cohabiter cette foi très profonde avec d’exceptionnelles qualités pédagogiques. Il avait rapidement perçu mes prédispositions pour le débat des idées et la philosophie. Quand, répondant à une de ses questions, je lui ai répondu que j’envisageais une carrière juridique, il m’a simplement dit :
— Venez prendre le thé chez moi, j’ai quelque chose à vous montrer.
Impatient de savoir ce qu’il avait à me dire, je me suis retrouvé dans une rue tranquille de Santiago, à la porte de la petite maison où habitait mon professeur.
Tasse de thé à la main, il me prit par le bras pour me conduire à sa bibliothèque. Il désigna un rayonnage recouvert de poussière où dormait une rangée de gros ouvrages reliés.
— Vous avez devant vous les volumes qui renferment les lois que tout avocat se doit de connaître par cœur. Êtes-vous sûr de vouloir consacrer votre existence à cela ?
Ce discours était bien impressionnant pour un tout jeune homme. Je pris un volume pour le feuilleter. Après avoir lu quelques paragraphes au hasard, je le reposais bien vite. Le droit n’était pas davantage fait pour moi que je n’étais fait pour lui.
Voyant ma réaction, content de son effet, le professeur reprit la parole :
— Mon cher Victor, je vous connais peut-être mieux que vous ne vous connaissez. J’ai tout de suite compris que vous êtes un philosophe né car vous aimez comprendre le pourquoi des choses. Vous avez également l’étoffe d’un historien car vous aimez savoir le comment des événements humains.
Le conseil de ce professeur était probablement l’encouragement dont j’avais besoin pour me lancer dans cette voie si improbable pour un habitant des antipodes.
Je décroche mon bac en 1956 et je m’inscris à l’université Pontificale de Santiago. Je suis de front des études de philosophie et de philologie germanique dans le secret espoir de décrocher une bourse pour étudier en Allemagne.
Dans un cursus d’études universitaires de philosophie, je ne pouvais pas me contenter du Chili. Il fallait que je me rende en Europe pour soutenir ma thèse. Le choix de l’Allemagne s’imposait : à mes yeux c’était le paradis de la philosophie.[/answer]

[question]Pourquoi un intérêt si précoce pour Heidegger de la part d’un jeune Chilien ?[/question]

[answer]A cette époque, nous étions fascinés par la philosophie de Heidegger. Il apportait une solution au conflit qui nous déchirait entre notre héritage culturel issu du catholicisme et les défis de la modernité. Il nous donnait les outils pour dépasser la religion sans pour autant abandonner notre être originel. En affirmant que l’avenir n’est rien d’autre que l’affirmation de nos origines, il apaisait les angoisses existentielles de toute une génération sud-américaine. Sans craindre la caricature, nous aimions dire qu’il réconciliait Sartre et saint Thomas d’Aquin.
Je me marie le 31 décembre 1960 et l’année suivante naît mon premier enfant, Victor Farias Zurita (aujourd’hui professeur associé d’histoire médiévale à l’université Pompeu Fabra de Barcelone). L’année suivante j’obtiens mon diplôme en rédigeant un mémoire sur Alfred Adler.
Je décroche enfin une bourse pour venir en 1963 étudier la philosophie en Allemagne à l’université de Fribourg. Je deviens l’étudiant du professeur Eugen Fink, qui avait été le dernier assistant de Husserl de 1930 à sa mort en 1938. Je découvre le sérieux du travail à l’allemande. Nous sommes restés dix semestres sur Kant en ne faisant qu’effleurer le sujet ![/answer]

[question]Comment se produit votre rencontre avec Heidegger ?[/question]

Victor Farias et le scandale de Salvador Allende [2/2]
Victor Farias et le scandale de Salvador Allende
En 1967, mon maître Eugen Fink m’informe que Martin Heidegger organise un séminaire privé sur Héraclite et qu’il dispose d’une invitation pour moi. Ce fut une expérience inoubliable que de voir un esprit aussi exceptionnel au travail entouré d’un groupe d’étudiants.
La même année, par un de ces hasards de l’existence, je me suis trouvé dans l’ascenseur en même temps que Heidegger. C’est là que m’a sauté aux yeux que lui et moi avions au moins une chose en commun, notre petite taille ! Quel paradoxe, le plus grand philosophe du xxe siècle était, tout comme moi, haut comme trois pommes.
Heidegger me reconnaît et s’adressant à moi me dit :
— Eugen Fink m’a dit que vous faisiez de l’excellent travail sur Franz Brentano. Venez chez moi à l’heure du thé m’en parler.
Vous pouvez imaginer sans peine quelle fut mon émotion. Je n’ai plus vécu en attendant l’heure d’aller sonner à sa porte. Quand il me fit entrer, j’ai vu ma thèse sur son bureau. Il l’avait lue et bien lue avant de me recevoir. Il me bombarda de questions précises sur mon texte, référencées à la page et à la ligne.
A la fin de la discussion, nous en sommes venus à parler des traductions de ses livres et il me fait part de son manque d’appétence pour l’édition mexicaine de l’Etre et le temps par José Gaos. Il me propose d’écrire une nouvelle version.
A mon grand regret je décide de décliner cette proposition car je ne suis pas traducteur. Mon refus l’étonne et il enchaîne la conversation sur l’aptitude des différentes langues à la philosophie. Il me ressort son argument bien connu que seule la langue allemande permet d’appréhender la pensée et de nous faire redécouvrir la vérité et le sens grec des choses.

[question]Cette conversation fut-elle importante pour vous ?[/question]

[answer]Je me suis rendu compte au fur et à mesure qu’il parlait que nos différences de point de vue se transformaient en abîme. Par le biais de cette question linguistique j’ai progressivement compris que Heidegger était l’esprit faustien par excellence qui veut penser l’être qui fonde les mortels et les Dieux.
Comme l’a bien expliqué plus tard Jean-François Lyotard, la philosophie de Heidegger s’oppose de plein fouet à notre héritage humaniste judéo-chrétien. Rappelons que pour les Juifs, Dieu est l’absolue transcendance, le « ce sur quoi on ne peut penser ».
A l’inverse, pour Heidegger la fondation mythologique de l’être inclut aussi Dieu.
Le choc entre ces deux vues du monde est formidable et la Seconde Guerre mondiale n’en a été que l’écho lointain.
En France, vous n’en sortez pas indemnes. Vous êtes vous aussi partagés entre deux pôles. D’un côté, l’univers catholique, latin et juif. De l’autre, enracinée dans le terreau européen, la pensée qui sécularise et laïcise le monde.
Ces quelques minutes de conversation ont joué un rôle clef dans ma vie. Je me suis alors donné pour mission de lutter contre l’hitlérisation du monde par la philosophie.
Je soutiens ma thèse en 1967 (Sein und Gegenstand. Der Gegenstand des Denkens als ontologisches Problem im Werk von Franz Brentano) et je continue à me rendre chaque jeudi au domicile de Heidegger jusqu’à mon retour au Chili en 1971.[/answer]

[question]Pourquoi rentrez-vous au Chili ?[/question]

[answer]Je suis enthousiasmé par les perspectives qui s’offrent à la gauche de mener démocratiquement une profonde transformation du pays.
Je donne des cours de littérature sud-américaine à l’université Pontificale de Santiago, alors l’université la plus engagée à gauche, tout en militant activement au sein du mouvement d’extrême gauche Movimiento de Acción Popular Unitario (MAPU).
Mais ce qui m’intéresse réellement, c’est faire la révolution : mobiliser les ouvriers, occuper les grandes propriétés, réquisitionner les usines, lutter contre le trust du cuivre. J’ai pu donner des cours à des ouvriers au sein de véritables universités populaires.
J’ai connu quelques déconvenues. Ainsi, quand relayant le projet de syndicalistes du sud du pays qui veulent occuper les usines et les propriétés du nazi en fuite Walter Rauff, j’ai été déféré devant un tribunal politique où des camarades m’ont accusé d’aventurisme. C’est mon premier contact avec l’étrange compagnonnage entre certains secteurs de la gauche chilienne et des exilés de l’Allemagne hitlérienne.[/answer]

[question]Que s’est-il passé après le coup d’état militaire ?[/question]

[answer]Le coup d’état militaire de septembre 1973 brise en mille morceaux mes rêves révolutionnaires de société socialiste démocratique et pacifique. Pour échapper à la sanglante répression organisée par l’armée, je réussis à quitter le Chili pour l’Allemagne en novembre 1973.
A mon arrivée, je retrouve mes marques à l’université de Fribourg et le professeur Rainer Marten me prend pour assistant. L’année suivante, je réussis un concours organisé par l’institut de l’Amérique latine à université Libre de Berlin et je suis nommé professeur de littérature d’Amérique espagnole.
Ce n’est qu’une dizaine d’années plus tard que je commence la rédaction de mon livre sur Heidegger et le nazisme. Voulant mieux comprendre l’homme et le replacer dans son contexte historique, je me suis métamorphosé en enquêteur, fouillant dans les archives, décortiquant les ouvrages de référence, à la recherche des liens humains, politiques et administratifs entre le grand philosophe allemand et le régime national-socialiste.[/answer]

[question]En attaquant Heidegger, n’avez-vous pas trahi votre maître ?[/question]

[answer]Le progrès naît du meurtre du père !
Plus sérieusement, la sortie en 1987 à Paris de mon livre réquisitoire Heidegger et le nazisme est un événement qui a secoué la classe intellectuelle française. Je me suis donné pour mission dans cet ouvrage de révéler ce que je considère être l’essence intrinsèquement dangereuse de Heidegger pour le devenir d’une société humaniste et démocratique. Pour moi, la philosophie de Heidegger est le cheval de Troie d’une résurgence du nazisme. Une affirmation aussi radicale ne pouvait laisser sans réagir les intellectuels et le débat ne s’est pas encore calmé. Il vient même d’être relancé dans votre pays par Emmanuel Faye dans son excellent Heidegger, l’introduction du nazisme dans la philosophie.
Au fil de mes recherches sur l’Allemagne des années noires, j’ai été étonné par le nombre de références à mon pays. Visites de médecins chiliens dans des installations eugénistes, visites de militaires allemands au Chili. Sous mes yeux se dessine toute la politique d’influence menée par le Reich en Amérique latine. Avec l’idée de m’y intéresser plus tard, j’ai entassé mes notes dans une vieille boite à chaussures sur laquelle j’écris en grosses lettres « Nazis au Chili ».[/answer]

[question]Pourquoi vous êtes-vous intéressé aux nazis chiliens ?[/question]

Victor Farias et le scandale de Salvador Allende [2/2]
Victor Farias, photographié dans son bureau berlinois, a également beaucoup travaillé pour permettre la redécouverte de textes inédits du grand écrivain argentin Jorge Luis Borges.
Je ne veux pas me reposer sur mes lauriers. Je suis obsédé par toutes les pistes que j’ai soulevées concernant l’infiltration de l’Allemagne hitlérienne au Chili. Voilà pourquoi, un beau jour, je reprends la boîte à chaussures où se trouve une centaine de petites notes et j’ai patiemment entrepris une nouvelle enquête.
Au bout de quelques mois, mes investigations dans les archives mettent en lumière l’interpénétration des élites de mon pays avec l’Allemagne hitlérienne. Médecins, militaires, juristes, artistes, hommes d’affaires, aucun secteur de la vie publique n’est épargné. La diplomatie est particulièrement gangrenée avec des exemples scandaleux comme Gonzalo Montt Rivas, consul du Chili à Prague, qui communique à la police allemande les dossiers de demande de visas déposées par des Juifs. Les dépêches reçues à Santiago sont dithyrambiques. Comme celles de Cruchaga, consul général à Berlin, qui écrit à son ministre qu’il a vu, avec des larmes de joie aux yeux, les manifestants brûler les livres « dégénérés » tout en écoutant parler à la radio le jeune ministre Joseph Gœbbels !
Ce sont ces mêmes diplomates qui refusent sans sourciller des visas aux Juifs désireux de quitter l’enfer hitlérien et qui visitent en s’extasiant les camps de concentration.
A part quelques individualités d’exception, comme la poétesse Gabriela Mistral, qui écrit au président pour le mettre en garde contre la nazification de la diplomatie chilienne, on a l’impression que de larges pans de la société font les yeux doux aux totalitarismes européens.
Des surprises de taille m’attendent. Je découvre que le grand pianiste Claudio Arrau est un farouche partisan de l’Allemagne hitlérienne, que le fondateur du Parti socialiste chilien, Marmaduke Grove, un grand ami de Salvador Allende, est financé par le Reich tout comme les trois ministres socialistes du gouvernement de front populaire dont fait partie Salvador Allende.

[question]Ces accusations sont graves. Que disent les biographes d’Allende ?[/question]

[answer]Il n’y en a pas ! Ce sont ces « points de détail » si troublants, qui expliquent vraisemblablement pourquoi il n’existe pas de biographie sérieuse de Salvador Allende.
Un des principaux éditeurs du Chili, le directeur du Fondo de cultura economica, m’a expliqué qu’il a sollicité quatre historiens pour écrire cette biographie et que tous les quatre ont renoncé en raison des pressions des partis de gauche.
En 2000 je fais paraître le résultat de mon enquête à Barcelone sous le titre Los Nazis en Chile car personne n’a osé le publier au Chili. Le débat est très vif dans tout le pays car l’opinion publique non seulement ne soupçonne pas l’étendue de la pénétration nazie mais nul ne se doute que le gouvernement hitlérien stipendiait les socialistes ![/answer]

[question]Quel a été le déclencheur de votre nouveau livre sur Salvador Allende ?[/question]

[answer]En 1985, j’ai été invité par Simon Wiesenthal à assister à la cérémonie où le chancelier Kohl allait lui remettre une prestigieuse décoration allemande.
En réalité, Wiesenthal veut profiter de l’occasion pour me rencontrer et m’interroger sur Salvador Allende.
Le lendemain, je me rends à son hôtel et nous avons eu une conversation des plus intéressantes. Tous les sujets concernant l’Amérique latine furent passés en revue : Mengele, les Syriens, les militaires argentins, Eichmann, Perón, la Colonia Dignidad et bien d’autres. Finalement il me dit :
— Il me reste une question, la plus importante, celle pour laquelle je vous ai demandé de venir. Qui était vraiment Salvador Allende ?
Cette question vient douloureusement en résonance avec mes doutes et ravive mes interrogations. Wiesenthal poursuit ses explications.
— Il s’agit d’une affaire lamentable que j’ai du mal à accepter. Voici quelques années, quand nous avons fait condamner en Allemagne Walter Rauff pour son rôle dans l’extermination des Juifs, nous avons demandé au Chili son extradition. Mais le gouvernement de droite de Jorge Alessandri a refusé en 1963 de livrer cet homme qui vivait richissime au Chili depuis les années 1950.
Quand le socialiste révolutionnaire Salvador Allende arrive au pouvoir en 1970, j’ai senti que c’était le moment de renouveler ma démarche. Je me suis rendu immédiatement à l’ambassade du Chili à Vienne où j’ai remis une lettre pour le président. J’ai reçu une réponse qui m’a beaucoup déçu. Allende bottait en touche en affirmant qu’il ne pouvait rien faire. Je relançais l’opération en suggérant à Allende qu’il déporte Walter Rauff comme la loi chilienne l’autorisait à le faire dans la mesure où le criminel nazi n’était pas naturalisé. Ma lettre était depuis un an sans réponse quand le coup d’État eut lieu.
Je connais vos grands talents d’enquêteur et j’aimerais# que vous puissiez tirer cette affaire au clair.[/answer]

[question]C’est donc Wiesenthal qui est à l’origine de votre livre ?[/question]

[answer]Wiesenthal m’a mis sur une piste comme un chien courant est lancé sur le vol-ce-l’est d’un chevreuil. J’ai mis trois ans à retrouver les documents que j’ai ajoutés à ceux déjà prévus dans mon livre sur les nazis au Chili car ils illustrent parfaitement l’ambiguïté des relations entre la société chilienne en général et le national-socialisme.
Wiesenthal avait raison. Allende aurait pu expulser en quelques heures Walter Rauff vers l’Allemagne ou vers Israël comme le fera plus tard le gouvernement bolivien avec Klaus Barbie ou, voici quelques mois, le président argentin avec le détestable Paul Schäfer, le fondateur de la Colonia Dignidad. La non-réponse du président n’a rien à voir avec le coup d’État. En fait je suis convaincu qu’Allende a voulu protéger Rauff. En revanche, je ne peux qu’avancer des hypothèses pour expliquer les raisons d’une attitude si paradoxale de la part d’un dirigeant révolutionnaire. Il est possible que Walter Rauff figure parmi les financiers de sa campagne sénatoriale de 1969.
A mes yeux, il s’agit d’une incohérence de plus qui illustre les contradictions d’Allende, un homme qui pouvait en même temps participer à la fondation d’un parti socialiste d’inspiration marxiste et rédiger une thèse où il qualifie les révolutionnaires de psychopathes ![/answer]

[question]Ne peut-on pas parler de péchés de jeunesse d’Allende ?[/question]

[answer]Il est vrai qu’il soutient sa thèse à 25 ans et qu’il défend son projet de loi eugéniste à 29 ans. Par la suite, il ne reprendra jamais ces sujets, mais il ne se rétractera pas non plus.
En ce qui concerne Walter Rauff ou son refus d’intervenir contre la Colonia Dignidad, un véritable repaire de néo-nazis, on ne peut plus parler de péchés de jeunesse.
Ce sont ces révélations très déconcertantes sur Allende qui m’ont servi d’aiguillon pour en savoir plus sur ce personnage majeur de l’histoire de mon pays. Pour mieux connaître son itinéraire de médecin, j’ai fouillé les archives médicales… et je suis tombé sur sa thèse. Afin de mieux cerner ses premiers pas dans la vie politique, j’ai examiné son action comme ministre de la santé et je suis tombé… sur son projet de loi eugéniste.
Ces deux documents ont servi de base à mon livre sur Salvador Allende. J’ai pu le publier au Chili mais j’ai eu toutes les peines du monde à trouver un éditeur assez intrépide pour s’attaquer au mythe Allende en France ou en Espagne. En revanche, les éditeurs allemands, italiens ou britanniques se défilent !
Le but de mon travail est de mettre la gauche chilienne en face de ses responsabilités. Le cas d’Allende n’est qu’un des nombreux exemples d’incohérence idéologique et d’ambiguïtés personnelles qui ont conduit le projet révolutionnaire chilien à l’échec.
Un jour viendra où un historien courageux osera s’affronter à la mémoire collective de la gauche et répondre enfin à cette question : « qui était vraiment Salvador Allende ? ».[/answer]

Entretien réalisé à Berlin le 22 juillet 2005

Hanoï Jane rattrapée par son passé

Hanoï Jane rattrapée par son passé

20/07/2011 – 16h00
PARIS (NOVOpress) — L’actrice et ancienne militante d’extrême-gauche américaine Jane Fonda, qui durant la guerre du Viêt-Nam avait choisi le camp communiste, a été de nouveau exclue il y a quelques jours d’un programme de télévision à la suite d’une campagne de protestations de téléspectateurs.

Prime Time : Making the Most of Your Life
Prime Time : Making the Most of Your Life

Jane Fonda était en effet invitée le samedi 16 juillet 2011 à un programme de la chaîne QVC pour faire la promotion de son livre Prime Time : Making the Most of Your Life. Devant la levée de boucliers suscitée par sa venue auprès des téléspectateurs, la chaîne a déprogrammé l’entretien.

A partir des années 1980, la pasionaria de la gauche américaine a progressivement abandonné son engagement dans la lutte des classes pour redécouvrir les avantages du capitalisme le plus effréné. Son parcours n’est pas sans parallèle avec celui des militants d’extrême-gauche français issus de mai 1968, qui aujourd’hui siègent dans les conseils d’administration et payent l’impôt sur la fortune.

Alors qu’en France et plus généralement en Europe les libertaires recyclés en libéraux bénéficient d’une impunité morale totale, ce n’est pas le cas aux États-Unis.

Une enquête discrète menée par la chaîne auprès d’un échantillon de téléspectateurs mécontents a révélé que Jane Fonda reste associée auprès de nombreux Américains avec l’image de la militante qui, au cours d’un voyage à Hanoï, s’est laissée photographier sur l’affût d’un canon antiaérien tirant sur les avions de l’US Air Force et de la Navy.

Peut-être un jour en Europe demandera-t-on des comptes à ceux qui, de longues années durant, ont été aux côtés des bourreaux qui torturaient et tuaient sans scrupule des millions de victimes.

Kubrick à la cinémathèque française : plus que 10 jours

Kubrick à la cinémathèque française : plus que 10 jours

20/07/2011 – 09h30
PARIS (NOVOpress) — L’exposition rétrospective consacrée à Stanley Kubrick se poursuit à la cinémathèque française jusqu’au 31 juillet. L’occasion, pour ceux qui ne s’y seraient pas encore rendus, de découvrir à la fois la vie du cinéaste et les décors des plus grands films du XXème siècle.

Scripts, photos, scénarios et accessoires étrangement familiers jalonnent une exposition bien montée, où le visiteur se laisse transporter de Barry Lindon à 2001 l’odyssée de l’espace, des couloirs de l’Hôtel Overlook (Shining) au Moloko milk bar d’Orange mécanique, Spartacus, Les Sentiers de la Gloire, Lolita, Docteur Folamour

Cette importante exposition cinématographique se tient jusqu’au 31 juillet prochain dans les murs de la cinémathèque française, à Paris.

[box class=”info”]Cinémathèque française – M° Bercy (lignes 6 et 14) – Ouvert du lundi au samedi de 12h00 à 19h00, le dimanche de 10h00 à 20h00. Nocturne le jeudi jusqu’à 22h00 – rens. et réservations : 01 71 19 33 33[/box]

Moment magique à l’Opéra de Rome : Silvio Berlusconi renversé par Giuseppe Verdi

Moment magique à l'Opéra de Rome : Silvio Berlusconi renversé par Giuseppe Verdi

(Source : AGORAVOX) — Le 12 mars dernier, Silvio Berlusconi a dû faire face à la réalité. L’Italie fêtait le 150ème anniversaire de sa création et à cette occasion fut donnée, à l’opéra de Rome, une représentation de l’opéra le plus symbolique de cette unification : Nabucco de Giuseppe Verdi, dirigé par Riccardo Muti.

Nabucco de Verdi est une œuvre autant musicale que politique : elle évoque l’épisode de l’esclavage des juifs à Babylone, et le fameux chant « Va pensiero » est celui du Chœur des esclaves opprimés. En Italie, ce chant est le symbole de la quête de liberté du peuple, qui dans les années 1840 – époque où l’opéra fut écrit – était opprimé par l’empire des Habsbourg, et qui se battit jusqu’à la création de l’Italie unifiée.

Avant la représentation, Gianni Alemanno, le maire de Rome, est monté sur scène pour prononcer un discours dénonçant les coupes dans le budget de la culture du gouvernement. Et ce, alors qu’Alemanno est un membre du parti au pouvoir et un ancien ministre de Berlusconi.

Cette intervention politique, dans un moment culturel des plus symboliques pour l’Italie, allait produire un effet inattendu, d’autant plus que Silvio Berlusconi en personne assistait à la représentation…

Repris par le Times, Riccardo Muti, le chef d’orchestre, raconte ce qui fut une véritable soirée de révolution : « Au tout début, il y a eu une grande ovation dans le public. Puis nous avons commencé l’opéra. Il se déroula très bien, mais lorsque nous en sommes arrivés au fameux chant Va Pensiero, j’ai immédiatement senti que l’atmosphère devenait tendue dans le public. Il y a des choses que vous ne pouvez pas décrire, mais que vous sentez. Auparavant, c’est le silence du public qui régnait. Mais au moment où les gens ont réalisé que le Va Pensiero allait démarrer, le silence s’est rempli d’une véritable ferveur. On pouvait sentir la réaction viscérale du public à la lamentation des esclaves qui chantent : « Oh ma patrie, si belle et perdue ! ».

Alors que le Chœur arrivait à sa fin, dans le public certains s’écriaient déjà : « Bis ! » Le public commençait à crier « Vive l’Italie ! » et « Vive Verdi ! » Des gens du poulailler (places tout en haut de l’opéra) commencèrent à jeter des papiers remplis de messages patriotiques – certains demandant « Muti, sénateur à vie ».

Bien qu’il l’eut déjà fait une seule fois à La Scala de Milan en 1986, Muti hésita à accorder le « bis » pour le Va pensiero. Pour lui, un opéra doit aller du début à la fin. « Je ne voulais pas faire simplement jouer un bis. Il fallait qu’il y ait une intention particulière. », raconte-t-il.

[youtube width=500]G_gmtO6JnRs[/youtube]

Mais le public avait déjà réveillé son sentiment patriotique. Dans un geste théâtral, le chef d’orchestre s’est alors retourné sur son podium, faisant face à la fois au public et à M. Berlusconi, et voilà ce qui s’est produit :

[Après que les appels pour un « bis » du « Va Pensiero » se soient tus, on entend dans le public : « Longue vie à l’Italie ! »]
Le chef d’orchestre Riccardo Muti : Oui, je suis d’accord avec ça, « Longue vie à l’Italie », mais…
[applaudissements]
Muti : Je n’ai plus 30 ans et j’ai vécu ma vie, mais en tant qu’Italien qui a beaucoup parcouru le monde, j’ai honte de ce qui se passe dans mon pays. Donc j’acquiesce à votre demande de bis pour le « Va Pensiero » à nouveau. Ce n’est pas seulement pour la joie patriotique que je ressens, mais parce que ce soir, alors que je dirigeais le Chœur qui chantait « O mon pays, beau et perdu », j’ai pensé que si nous continuons ainsi, nous allons tuer la culture sur laquelle l’histoire de l’Italie est bâtie. Auquel cas, nous, notre patrie serait vraiment « belle et perdue ».
[Applaudissements à tout rompre, y compris des artistes sur scène]
Muti : Depuis que règne par ici un « climat italien », moi, Muti, je me suis tu depuis de trop longues années. Je voudrais maintenant… nous devrions, donner du sens à ce chant ; comme nous sommes dans notre Maison, le théâtre de la capitale, et avec un Chœur qui a chanté magnifiquement, et qui est accompagné magnifiquement, si vous le voulez bien, je vous propose de vous joindre à nous pour chanter tous ensemble.

C’est alors qu’il invita le public à chanter avec le Chœur des esclaves. « J’ai vu des groupes de gens se lever. Tout l’opéra de Rome s’est levé. Et le Chœur s’est lui aussi levé. Ce fut un moment magique dans l’opéra. »

« Ce soir-là fut non seulement une représentation du Nabucco, mais également une déclaration du théâtre de la capitale à l’attention des politiciens. »

Les identités discrètes : “Atlas des nations sans État en Europe”

Les identités discrètes : "Atlas des nations sans État en Europe"

Les identités ne se commandent pas et elles ne s’acquièrent pas par décret. On est d’où l’on naît ou d’où l’on vient si on a le malheur de naître loin des siens. Le plus souvent, l’identité est évidente. On naît allemand ou russe et cette identité est visible, palpable et indiscutable.

La chose est moins évidente dans les Etats-nations composites, fruit des ambitions expansionnistes de grandes familles régnantes, passées à la moulinette du nationalisme issu de la Révolution française.

Ces étiquettes héritées du XIXème siècle sont trop étroites et trop vagues pour accueillir les vieilles nations que l’on crut un moment disparues.

Qui aujourd’hui se dit Belge ? Plus grand monde. Les populations des Pays-Bas méridionaux s’enrochent dans leur identité flamande ou wallone. En Espagne, les Catalans, le Basques ou encore les Galiciens revendiquent un destin national propre.

Dans toute l’Europe, peu ou prou, on retrouve ces nations sans État qui sont une composante essentielle de nos identités européennes.

Pour mieux connaître ces peuples minoritaires qui ne veulent plus disparaître, les éditions Yoran Embanner ont publié un très utile Atlas des nations sans État en Europe, de Mikael Bodlore-Penlaez qui fait un inventaire détaillé des minorités nationales sur notre continent.

Illustré de plus soixante cartes inédites, cet atlas, novateur et intelligent, dresse le portrait de plus de trente nations sans État. Chacune d’elles est décrite avec précision : fiche d’identité, cartes, zoom historique et géographique, situation politique, vitalité des langues pratiquées.

Autant de clefs pour comprendre l’un des enjeux géopolitiques majeurs de l’Europe du XXIème siècle et une des bases du renouveau identitaire de nos pays.

[box class=”warning”]Atlas des nations sans État en Europe, peuples minoritaires en quête de reconnaissance, Mikael Bodlore-Penlaez, 160 pages grand format en couleurs, 25 euros. Disponible chez votre libraire ou en ligne : yoran-embanner.com[/box]

Sortie à la rentrée du nouvel ouvrage de Dominique Venner “Le choc de l’Histoire : religion, mémoire, identité”

Sortie à la rentrée du nouvel ouvrage de Dominique Venner "Le choc de l'Histoire : religion, mémoire, identité"

A la rentrée prochaine, sortie du nouveau livre de Dominique Venner “Le choc de l’Histoire : religion, mémoire, identité”, édité par Via Romana.

Présentation du livre, que Dominique Venner souhaite être un manifeste de l’optimisme historique : “Le choc de l’histoire, nous le vivons, écrit Dominique Venner, mais nous ne le savons pas. Il annonce que l’imprévu est de retour. Le monde, la France et l’Europe sont entrés dans une nouvelle époque de la pensée, des comportements et des puissances. Ce choc de l’histoire annonce qu’il n’y a jamais de fatalité insurmontable. Le moment va venir pour les Français et les Européens de se réveiller, de répondre aux défis de l’immigration, aux idéologies toxiques, aux périls du mondialisme, aux troubles qui les assaillent. À quelles conditions? C’est à cette question que répond cet essai. Il a été conçu sous la forme vivante et dvnamique d’entretiens avec un historien qui a découvert l’histoire en y participant, ne cessant de l’étudier et de la méditer. Dominique Venner retrace ici les grandes étapes de l’aventure européenne, de ses drames et de sa pensée depuis les origines. Il propose des pistes neuves et des exemples forts pour conjurer le déclin, comprendre l’histoire que nous vivons et conduire sa vie.”

La révolte des intellectuels contre le Système

Malika Sorel

Article repris avec l’aimable autorisation de Polémia – La dissidence des intellectuels a précédé la chute de l’Union soviétique. La révolte des intellectuels contemporains pourrait bien annoncer la chute de l’empire cosmopolite. Certes, les oligarques du Système sont puissants : ils possèdent l’argent et contrôlent les médias classiques. Mais le pouvoir de ces oligarques est triplement menacé : par la révolte populiste, par la révolte numérique mais aussi par la révolte des intellectuels. Philosophes, anthropologues, économistes, géopoliticiens, géographes et sociologues sont de plus en plus nombreux à contester le désordre établi. A l’écart d’une actualité hollywoodienne, Andrea Massari nous propose de prendre un peu de hauteur… Explications.

Les philosophes à la quête du sens

L’écrivain Richard Millet dénonce La Fatigue du sens et l’horizontalité du monde
L’écrivain Richard Millet dénonce La Fatigue du sens et l’horizontalité du monde

Dans les années 1950, la majorité des philosophes étaient marxistes ; ils sont devenus droits-de-l’hommistes dans les années 1970/1980. Aujourd’hui, beaucoup de philosophes sont des critiques acerbes de la modernité et portent souvent la parole d’un retour à la tradition. C’est le cas de Jean-François Mattéi, auteur de La Barbarie intérieure et du Procès de l’Europe. C’est le cas de Philippe Nemo, auteur de La Régression intellectuelle de la France. Chantal Delsol dénonce, elle, L’Age du renoncement. Et avec une grande rage littéraire l’écrivain Richard Millet (photo) dénonce La Fatigue du senset l’horizontalité du monde. Un pamphlet philosophique éloigné de toute bien-pensance et frappé du sceau de la radicalité.

Le grand retour des frontières

Dans la novlangue contemporaine le mot frontières était devenu tabou : on n’en parlait pas, si ce n’est pour les… supprimer. Régis Debray a brisé le tabou en publiant un Eloge des frontières. L’éloge des frontières, c’est aussi le fil rouge du livre fulgurant d’Hervé Juvin : Le Renversement du monde. L’économiste et anthropologue rejoint ainsi le philosophe. L’un et l’autre chez Gallimard.

La réhabilitation du protectionnisme

Le Prix Nobel Maurice Allais
Le Prix Nobel Maurice Allais

Face à la grande menace industrielle, le vieux gaulliste Jean-Noël Jeanneney avait publié, en 1978, Pour un nouveau protectionnisme. En forme de chant de cygne car depuis la fin des années 1970, c’est le libre-échange qui donne le tempo. Parvenant même à faire censurer le Prix Nobel Maurice Allais (photo ci-dessus). Cette époque de censure est révolue : des économistes osent aujourd’hui s’afficher protectionnistes : Jacques Sapir et Jean-Luc Gréau ont rejoint Gérard Dussouy, théoricien de la mondialité, et Alain Chauvet (Un autre monde : Protectionnisme contre prédation).

Sociologues et géographes portent un regard critique sur l’immigration

Le géographe Christophe Guilly a jeté un pavé dans la mare avec ses Fractures françaises. Il y montre l’ampleur des fractures ethniques. Fractures ethniques qui ne sont pas forcément sociales : car on est plus riche (monétairement parlant, en tout cas) en Seine-Saint–Denis que dans la Creuse. De son côté, Malika Sorel tient Le langage de vérité [sur] Immigration, Intégration. Dans les mêmes perspectives que Michèle Tribalat (de l’INED) dans Les Yeux grands fermés (L’Immigration en France) ou Hugues Lagrange dans Le déni des cultures.

Le grand retour de la géopolitique

Chaque année le festival de géopolitique de Grenoble, organisé par Pascal Gauchon et Jean-Marc Huissoud, marque le retour des intellectuels vers les préoccupations de puissance : Aymeric Chauprade, auteur de Chronique du choc des civilisations, peut y croiser Pascal Boniface, auteur de Atlas du monde global et pourfendeur des Intellectuels faussaires. Hors champ, on ne saurait oublier le général Desportes, ancien directeur de l’Ecole de guerre et critique des guerres américaines. Ni Alain Soral, qui ne veut pas seulement Comprendre l’empire mais le combattre. Ni Christian Harbulot, théoricien de la guerre économique. Ni François-Bernard Huyghe, lumineux médiologue.

Le dévoilement de l’art « contemporain »

Sans oublier les charges argumentées d’Aude de Kerros
Sans oublier les charges argumentées d’Aude de Kerros...

L’art « contemporain » a plus… d’un siècle. Il est plus que… centenaire ! Il est né dans les années 1890 et trône dans les musées depuis l’Urinoir de Duchamp en 1917 ! Mais les critiques de l’art « contemporain » sont de plus en plus nombreuses et acerbes. Jean-Philippe Domecq annonce que « l’art du contemporain est terminé ». Ces artistes sans art sont aussi critiqués par Jean Clair, académicien et ancien directeur du Musée Picasso, dans L’hiver de la culture et Dialogue avec les morts. Sans oublier les charges argumentées d’Aude de Kerros (photo) (L’art caché), de Christine Sourgins (Les mirages de l’art contemporain), de Jean-Louis Harouel (La grande falsification de l’art contemporain) ou d’Alain Paucard (Manuel de résistance à l’art contemporain).

La dénonciation des oligarchies

Il y a dix ans, les « oligarques » désignaient des dirigeants russes plus ou moins mafieux qui s’enrichissaient sur les ruines de l’ex-Union soviétique. Aujourd’hui, la critique des oligarchies a franchi le mur de l’ex-« rideau de fer ». Apôtre de la démocratie directe, Yvan Blot publie L’Oligarchie au pouvoir. Il se trouve en compagnie d’Alain Cotta dénonçant Le Règne des oligarchies et d’Hervé Kempf qui publie, au Seuil, L’Oligarchie, ça suffit, vive la démocratie. Et le libéral Vincent Bénard, directeur de l’Institut Hayek, dénonce les « oligarchismes ». Un point de vue que reprend d’une autre manière, l’anthropologue Paul Jorion dans Le Capitalisme à l’agonie. Ainsi cinq auteurs, partant de cinq points de vue différents, convergent dans la même critique. A la place des oligarques, on s’inquiéterait !

Les neurosciences contre la télévision et les pédagogies nouvelles

Des milliers d’études scientifiques ont établi la malfaisance de la télévision sur la santé (obésité, maladies cardio-vasculaires) et le développement intellectuel en particulier des jeunes enfants. Avec TV lobotomie, Michel Desmurget en fait un point sans concession, frappant au cœur l’instrument central de contrôle des esprits.
Les neurosciences offrent aussi des arguments décisifs contre les pédagogies dites « nouvelles » dont les ravages dans l’éducation sont constamment dénoncés, notamment par Laurent Lafforgue, médaille Fields.

Un bouillonnement fécond

Ce qui est frappant dans ce nouveau paysage intellectuel, c’est la diversité de ceux qui le composent. Il y a les établis et les marginaux : ceux qui ont pignon sur rue chez Gallimard et au Seuil, et ceux qui publient leurs livres à la limite de l’autoédition. Qu’importe, les uns et les autres rencontrent le succès grâce à Amazon notamment.
Il y a ceux qui viennent des rives de la gauche et du marxisme et ceux qui s’assument réactionnaires. Il y a des libéraux lucides et des lecteurs de Krisis. Il y a des catholiques, des laïcs et des panthéistes. Il y a ceux qui sortent de trente ans de bien-pensance et ceux qui luttent depuis trente ans contre la bien-pensance. Il y a aussi tous ceux qui viennent de nulle part mais qui respectent les faits.

Le pouvoir des oligarques et l’ordre politiquement correct (mondialiste, « antiraciste », libre-échangiste, en rupture avec les traditions) sont placés sous un triple feu : les mouvements populistes, la blogosphère dissidente et les intellectuels en rupture. Gageons que les événements qui viennent les feront converger !

[box class=info]Beaucoup de ces livres ont fait ou feront l’objet de recensions sur Polémia. Nos lecteurs peuvent s’y reporter. Ils peuvent aussi trouver certaines recensions sur l’excellent blog metapoinfos.hautetfort.com[/box]

Ouverture exceptionnelle des archives du Vatican pour une exposition

Ouverture exceptionnelle des archives du Vatican pour une exposition

06/07/11 – 08h00
ROME (NOVOpress)
– Les archives secrètes du Vatican, qui nourrissent tant de suppositions et de fantasmes, vont livrer quelques uns de leurs secrets.
En effet, cent documents de ces archives secrètes sortiront exceptionnellement du Vatican pour les Musées du Capitole.

L’exposition “Lux in Arcana” qui durera sept mois, s’ouvrira en février prochain à l’occasion du 400ème anniversaire de la création de ces archives par le pape Paul V dans le Palais apostolique à Rome.

Pour couper court à toute surinterprétation de l’événement, le Saint Siège a expliqué que les quelques documents du pontificat de Pie XII relatifs à la Seconde Guerre mondiale ne constitueront pas des révélations, mais seront quatre à cinq documents, notamment photographiques “faisant mémoire” des victimes de la guerre.

Plusieurs documents qui ont changé l’histoire du monde franchiront le Tibre pour les Musées du Capitole, notamment le “Dictatus papae” de Grégoire VII au XIe siècle, dans lequel ce pontife avait affirmé la suprématie des papes sur tout autre pouvoir, y compris celui de l’empereur.

“Au temps des soviets” : l’adjointe au maire de Dinard s’explique

"Au temps des soviets" : l’adjointe au maire de Dinard s’explique

05/07/2011 – 12h15
DINARD (NOVOpress Breizh)
– En parallèle de l’exposition « Big Brother, l’artiste face aux tyrans », qui a lieu au Palais des arts et du festival de Dinard, une exposition consacrée aux peintures de l’art officiel soviétique se tient à la Villa Roches brunes. Une exposition qui fait débat.

Lire la suite“Au temps des soviets” : l’adjointe au maire de Dinard s’explique

Avec Nolwenn Leroy, découvrez les mythes arthuriens cet été sur France 2

Avec Nolwenn Leroy, découvrez les mythes arthuriens cet été sur France 2

Avec Nolwenn Leroy, découvrez les mythes arthuriens cet été sur France 202/07/11 – 11h00
COMPER (NOVOpress) – Le quotidien Ouest-France consacre plusieurs articles à la venue de Nolwenn Leroy dans plusieurs endroits symboliques de la Bretagne. Par exemple à Quimper chez le styliste Pascal Jaouen, mais surtout au château de Comper, dans la forêt de Brocéliande, où se trouve le Centre de l’imaginaire arthurien, qui depuis de nombreuses années effectue un excellent travail sur la mémoire et le mythe arthuriens. Ces visistes vont donner lieu à des reportages qui seront diffusés dans le cadre de l’émission C’est plus que des vacances en août, un jeudi à 20 h 30. La date exacte n’est pas encore fixée.

À Comper, “avec l’équipe du Centre de l’imaginaire arthurien, Nolwenn Leroy [nous guidera] vers la fontaine de Barenton, le Val-Sans-Retour, le chêne Guillotin, le château de Comper. [Y seront évoqués] Merlin, la fée Viviane, Morgane, la Table ronde…” C’est-à-dire des mythes et des figures importants de notre longue mémoire européenne.

Un choeur nantais rend hommage au compositeur enraciné Paul Ladmirault

Un choeur nantais rend hommage au compositeur enraciné Paul LadmiraultLe chœur nantais Paul Ladmirault nous communique :

Le chœur nantais Paul Ladmirault est consacré au répertoire classique et éclectique du chant choral, ouvert aux adultes amateurs non débutants, un chœur qui veut aussi porter haut et loin les couleurs de sa ville en remettant à l’honneur l’un de ses enfants nantais, le compositeur Paul Ladmirault, compositeur enraciné. Il fut membre du Parti national breton et du groupe artistique Seiz Breur.

L’idée du chœur nantais Paul Ladmirault a germé au début de l’année 2011, portée par des choristes nantais désireux d’aller plus loin dans la réunion de l’exigence du chant, de la convivialité de groupe et de la collégialité associative.

[Tribune libre] La fête de la musique ou la République tuant la tradition

Tribune de Christophe Daniou, militant régionaliste breton

Je me rappelle mon enfance et l’arrivée de l’été. À l’époque, je ne comprenais pas ce qui se passait, mais c’était la fête dans mon quartier. Les voisins se rassemblaient dans un champ où l’on avait installé un barnum, où l’on cuisinait des pièces de viande à la broche. Et dès que la nuit tombait, un bûcher s’allumait et s’embrassait pendant une bonne heure, voire plus.

Lire la suite[Tribune libre] La fête de la musique ou la République tuant la tradition

Les inscriptions au camp identitaire 2011 sont ouvertes !

Le réseau identitaire “Une autre jeunesse” nous communique

Pour leur 9ème camp, les jeunes identitaires ont choisi de planter leur tente sous le soleil de Provence. Cette année, l’identité provençale et ceux qui l’ont portée et défendue, du Félibrige qui sonna le réveil des patries charnelles au 19ème siècle, aux jeunes fédéralistes réunis par Charles Maurras, seront mis à l’honneur autour de la figure centrale de Frédéric Mistral, dont le parcours et l’engagement est une des illustrations les plus marquantes de notre combat.

Lire la suiteLes inscriptions au camp identitaire 2011 sont ouvertes !