Gilets jaunes : la facture du plan d’urgence économique et social s’annonce salée

12/12/2018 – FRANCE (NOVOpress avec le bulletin de réinformation de Radio Courtoisie) :
Lors de ses annonces, le président de la République, reprenant une formule de son prédécesseur, a décrété un « état d’urgence économique et sociale ».

Pour y répondre, plusieurs mesures ont été prises, sans que les conséquences de leur coût soit concrètement abordées.

Leur coût total est évalué à plus de 10 milliards d’euros. Dans le détail, la revalorisation de la prime d’activité coûtera 900 millions d’euros, l’annulation de la hausse de la CSG environ 2 milliards et la défiscalisation des heures supplémentaires 1,5 milliard d’euros ; celles-ci seront également exonérées de charges sociales, ce qui coûtera 2 milliards d’euros. Enfin, l’annulation des différentes hausses de la taxe sur les carburants est estimée à 4 milliards d’euros de manque à gagner.

De fait, le gouvernement ne pourra pas tenir son engagement de ne pas produire un déficit supérieur à 3% du produit intérieur brut…

La prévision d’un déficit public à 2,8% en 2019 paraissait déjà incertaine. Il est désormais question que le déficit public se dégrade à 3,4%. Voire pire si la croissance, qui devrait déjà se réduire de 0,1 point au dernier trimestre 2018, reste faible en 2019. Certaines évaluations prévoient en effet une croissance de 1,3% l’an prochain, soit 0,4 point en dessous de la prévision du gouvernement…

Le commissaire européen Pierre Moscovici a déjà manifesté sa vigilance…

En effet, les fameux critères de Maastricht exigent que les pays européens maîtrisent leur dette et leur déficit. Et la Commission européenne ne se préoccupe guère de la situation politique et sociale, comme l’Italie en fait actuellement l’expérience. Richard Ferrand, président de l’Assemblée nationale, rappelle cependant que le déficit élevé de 2019 est en partie temporaire, en raison du cumul en 2019 du coût budgétaire du Crédit d’impôt compétitivité emploi et des baisses de cotisations patronales. A voir si cela suffira à convaincre Bruxelles, ou si des hausses d’impôt devront être prévues, sur les grandes entreprises par exemple.

Le président Macron pourra-t-il se relever de la crise des Gilets jaunes ?

Au surlendemain de l’allocution tant attendue du président de la République, se pose la question de l’impact de la crise des Gilets jaunes sur son avenir politique. Sa stature présidentielle est considérablement ébranlée par le violent désamour des Français exprimé ces dernières semaines.
Les semaines précédant son allocution, Emmanuel Macron avait surpris par sa discrétion anormale.

Plutôt que d’aller sur le terrain lui-même, c’est son Premier ministre qui montait au créneau. Ainsi, comme l’a expliqué Éric Zemmour, Édouard Philippe prenait le rôle du méchant Richelieu pour préserver le gentil roi Louis XIII. Mais n’est-il pas trop tard pour cette manœuvre ?

Car c’est sur Macron que la rancœur des Gilets jaunes se focalise, il est jugé responsable de leurs malheurs, à force d’avoir trop pris les devants.

Les Français se souviennent des phrases choc de Macron. Dirigées contre les Gaulois réfractaires qui ne traversent pas la rue pour se trouver du travail, elles ont fait apparaître un président qui ne comprend pas le quotidien des plus humbles.

La France a encore le souvenir du scandale Benalla, ce voyou devenu ami intime du président, ou encore le souvenir de la fête de musique animée par des personnes gesticulant sur de la musique électro et se vantant d’être « noir, fils d’immigrés et pédé ». Sans compter la photo avec des délinquants guyanais en caleçon faisant un doigt d’honneur. Macron n’a pas cessé de creuser le fossé avec la France populaire.

Enfin, la médiatisation mondiale de la colère des Gilets jaunes a porté un coup sévère à Macron sur la scène internationale.

Les médias du monde entier ont fait apparaître un homme à l’autorité affaiblie dont les forces de l’ordre ont violemment réprimé de simples manifestants pacifiques. Une dégringolade tonitruante pour celui qui se voyait déjà comme le nouvel homme fort de l’Union européenne.

Sur la scène nationale comme internationale, le reste du quinquennat risque d’être difficile pour Macron, qui a toutes les chances d’être condamné à l’immobilisme de son prédécesseur François Hollande.

Le vrai coût du baccalauréat

20/06/2015 – FRANCE (NOVOpress avec le bulletin de réinformation)

Le coût affiché chaque année par le ministère de l’Éducation nationale se limite à la seule organisation des épreuves, soit quelque 57 millions d’euros. Or en juin 2013, le syndicat national des personnels de direction de l’Éducation nationale (SNPDEN) avait jeté un gros pavé dans la mare, faisant remarquer qu’il convient d’intégrer à ces coûts ceux qui résultent de la suppression de trois semaines de cours en juin, soit quelque 1,5 milliard d’euros, très loin des 57 millions affichés par le ministère. S’interrogeant sur l’utilité pratique d’un examen donné à quasiment tous les élèves, puisque sur les 685 000 candidats, moins de 60 000 se verront recalés, le SNPDEN ironisait

1,5 milliard pour refuser l’accès à l’enseignement supérieur à 60 000 élèves, c’est 25 000 € par candidat recalé, soit plus du double de ce qu’aura coûté son année en terminale.

« À quoi le bac sert-il encore ? » s’interroge cette semaine Le Point en ligne, proposant aux internautes plusieurs réponses, certaines positives, d’autres franchement dubitatives. La réponse « Pas à grand-chose. Ne pas l’obtenir est un drame, être reçu ne mène à rien » a obtenu 47 % des suffrages.

Crédit photo : libem via Flickr (CC) = diplôme du baccalauréat


Le vrai coût de l’immigration en France

manif_anti_loi_sur_immigration

02/05/2014 – FRANCE (NOVOpress)
Au delà du risque sécuritaire déjà évoqué dans nos colonnes, l’immigration représente un poids économique important… objet de nombreuses études et contre-études. Celles d’inspiration libérale tendent à le relativiser, d’autres sont plus sévères. Toutes méritent d’être étudiées.


3.000 euros par mois pendant un an : le coût du mentor des frères Kouachi et de Coulibaly pour le contribuable

3.000 euros par mois pendant un an : le coût du mentor des frères Kouachi et de Coulibaly pour le contribuable

27/01/2015 – PARIS (via l’Observatoire des gaspillages)
Dans son édition du 15 janvier, « Complément d’enquête » (France 2) s’est penché sur le cas de Djamel Beghal (photo), qui entre mai 2009 et mai 2010 avait été assigné à résidence en pension complète dans un hôtel trois étoiles du Cantal… aux frais des contribuables.


Il y a des territoires que l’État considère comme tout juste bons à reléguer des personnages indésirables. C’est le cas du Cantal, département d’Auvergne où a été assigné à résidence entre mai 2009 et mai 2010 Djamel Beghal, terroriste islamiste et mentor des frères Kouachi et d’Amedy Coulibaly, les trois auteurs des attentats meurtriers de Charlie Hebdo, de Montrouge et du supermarché casher de la Porte de Vincennes à Paris.

En mai 2009, Beghal arrive à Murat, 2.200 habitants, dans l’attente de son expulsion vers l’Algérie, expulsion qui n’interviendra jamais.

Le préfet du Cantal requiert une chambre dans un hôtel trois étoiles, « Les Messageries ». Depuis 2001 et jusqu’alors, Beghal avait passé son temps en prison, après avoir été condamné pour avoir projeté un attentat contre l’ambassade des États-Unis à Paris, en 2001.

Non content d’être logé, nourri et blanchi aux frais du contribuable, à vos frais, Beghal mégote sur la nourriture qui lui est servie. Dans ce département connu pour ses charcuteries, Beghal se verra servir des repas halal. Il se trouve également à l’étroit dans sa chambre d’hôtel, et obtient progressivement un studio, puis un deux pièces de 70m² où il peut recevoir sa femme et ses enfants.

Coût pour les Français : 3000 euros par mois. La plaisanterie s’est interrompue en mai 2010 lorsqu’il a été découvert que Beghal projetait avec les frères Kouachi et Coulibaly de faire évader l’Algérien Smaïn Aït Ali Belkacem, auteur des attentats de 1995 qui avaient fait 8 morts en France.

Ce scandale s’ajoute à celui du djihadiste qui avait obtenu des services sociaux une allocation handicapé après avoir perdu son bras et son œil gauches en Irak, en 2004.

Jean-Luc Mélenchon : “Les immigrés cotisent plus qu’ils ne touchent dans notre pays”

Jean-Luc Mélenchon : "Les immigrés cotisent plus qu'ils ne touchent dans notre pays"

13/11/2014 – PARIS (via RTL)
Ne comprenant décidément pas pourquoi l’électorat populaire refuse de voter pour lui, Jean-Luc Mélenchon a continué à défendre de manière irrationnelle l’immigration. Interrogé hier par Jean-Michel Apathie, Jean-Luc Mélenchon a osé affirmé “Les immigrés cotisent plus qu’ils ne touchent dans notre pays”. Allant même jusqu’à affirmer que ce sont les immigrés qui sauvent notre modèle social. Un délire infirmé par nombre d’études sérieuse, publiées notamment par la fondation Polémia. Ensuite, Jean-Luc Mélenchon s’est livré à son activité préférée, à savoir accuser les journalistes de faire le jeu de Marine Le Pen.

Crédit photo Une : Pierre-Selim via Wikipédia (cc).

Prestations sociales : un appel d’air pour l’immigration

Prestations sociales : un appel d'air pour l'immigration

30/07/2014 – PARIS (via Contribuables Associés)
La France compterait entre 300.000 et 400.000 clandestins. A ces chiffres s’ajoutent les 5,5 millions d’immigrés installés légalement, dont 62% ne sont pas des ressortissants de l’Union européenne. Pour nombre d’entre eux, la véritable attractivité de la France n’est pas le tourisme, mais la grande générosité de son modèle social…

A quoi peuvent-ils prétendre ?
La loi de 1997, qui autorise les étrangers gravement malades à se faire soigner en France, quand ils n’ont pas les moyens d’être pris en charge chez eux, en est un exemple frappant. Elle a favorisé le développement de véritables réseaux d’immigration clandestine, spécialisés dans l’arnaque à la santé. Leur business : faire passer des examens médicaux à de vrais malades pour ensuite revendre les titres de séjour à des personnes en situation irrégulière…

Un trafic hautement lucratif qui coûte extrêmement cher aux contribuables. Selon une étude de l’INSEE réalisée en 2010, la part des prestations sociales représente 13,8% des revenus des ménages immigrés. C’est bien plus que pour l’ensemble de la population ! Des immigrés à qui l’on présente dès leur arrivée en France un «parcours d’accompagnement et d’intégration». C’est un véritable mode d’emploi des aides auxquelles ils vont pouvoir prétendre. On les encourage à profiter des largesses de notre système, tout en leur donnant notre bénédiction.

Lire la suitePrestations sociales : un appel d’air pour l’immigration

60.000 € / an : c’est le coût d’un mineur isolé étranger

60.000 € / an : c'est le coût d'un mineur isolé étranger

20/12/2013 – 08h30
RENNES (NOVOpress/Bulletin de réinformation) – 60.000 € c’est, par an, ce que coûte la prise en charge d’un jeune migrant par les dispositifs d’accueil, en Bretagne. Dans cette région, l’Ille-et-Vilaine est leur terre d’accueil privilégiée, derrière Paris et la Seine-Saint-Denis. Quatre cent cinquante jeunes y sont pris en charge, contre cinq en 2000…

En France, ce sont près de 9.000 mineurs étrangers qui sont pris en charge par les services départementaux, partout saturés.

Depuis juin dernier, tous les départements sont obligés d’accueillir des mineurs isolés étrangers. C’est une lourde charge pour les collectivités, d’autant plus que le phénomène s’amplifie…

Lire la suite60.000 € / an : c’est le coût d’un mineur isolé étranger

Site internet à 400.000 euros : Carla Bruni veut défendre « son honneur »

Site internet à 400.000 euros : Carla Bruni veut défendre « son honneur »

30/07/2013 – 09h30
PARIS (NOVOpress) –
Carla Bruni (à gauche sur la photo) n’aime pas rendre des comptes. L’ancienne première dame, visée par une pétition en ligne exigeant qu’elle reverse de l’argent public dépensé pour réaliser un site internet à son nom, a menacé de porter plainte. L’affaire a démarré le 15 juillet dernier quand un rapport de la Cour des comptes a révélé que Carla Bruni-Sarkozy avait bénéficié d’« un site internet spécifique dédié » pour un coût à la charge de la présidence – et donc du contribuable – s’élevant à 410.000 euros sur la période janvier 2011-mai 2012.

Lire la suiteSite internet à 400.000 euros : Carla Bruni veut défendre « son honneur »

La fraude, sport national en France

Marion Maréchal-Le Pen dénonce la fraude sociale à l’Assemblée nationale

03/06/2013 – 10h00
PARIS (NOVOpress avec le Kiosque courtois) – Des dizaines de milliards d’euros sont détournés pour le plus grand profit de minorités parfaitement rôdées et entraînées, selon la revue « Les dossiers du Contribuable ».

Lire la suiteLa fraude, sport national en France

84 milliards : coût budgétaire de l’immigration selon le rapport Posokhow

84 milliards : coût budgétaire de l’immigration selon le rapport Posokhow

La Seine-Saint-Denis est l’un des départements où il y a le plus d’immatriculations de véhicule de grosse cylindrée. C’est aussi le département métropolitain qui coûte le plus cher au budget de l’Etat. Mais c’est « les yeux grands fermés » (Michèle Tribalat) que les médias observent l’immigration. Il s’est même trouvé un universitaire lillois pour affirmer que l’immigration rapportait plus qu’elle ne coûtait : sans doute, pour M. Chojnicki, le moyen le plus facile de se faire connaître, à défaut d’être bien… sérieux. Toutes les autres études concluent au contraire à un surcoût budgétaire dû à l’immigration : de 17 milliards dans la dernière étude de Jean-Paul Gourévitch (2012) ; de 42 milliards chez Pierre Milloz (1997) dont l’étude ancienne continue de faire référence par sa rigueur méthodologique, de 73 milliards chez Yves-Marie Laulan (2012). Jean-Yves Le Gallou a, lui, évalué à 18 milliards le seul coût d’entrée et d’accueil des 200.000 immigrés supplémentaires annuels (coût en infrastructure notamment).

Lire la suite84 milliards : coût budgétaire de l’immigration selon le rapport Posokhow

La forte mobilisation policière de ces derniers jours : un coût important pour le gouvernement

La forte mobilisation policière de ces derniers jours : un coût important pour le gouvernement

04/05/2013 – 09h00
PARIS (NOVOpress via le Bulletin de réinformation) –
Ces derniers mois, les forces répressives de police ont été fortement mises à contribution. Face à ce mois de mai traditionnellement lourd en manifestations sociales et face à celles qui se profilent, les forces mobiles seront‑elles capables de gérer ce flot de contestations ?

Lire la suiteLa forte mobilisation policière de ces derniers jours : un coût important pour le gouvernement

Norvège : l’immigration, un gouffre à finances publiques

Norvège : l’immigration, un gouffre à finances publiques

20/04/2013 – 17h00
OSLO (NOVOpress/Kiosque Courtois) –
C’est ce qui ressort d’une étude faite tout récemment en Norvège par l’important journal économique norvégien Finansavisen. Finansavisen est un journal papier mais est publié aussi sur internet par son éditeur Hegnar Media (copie d’écran de l’article en Une).

Ses conclusions remettent à leur place les bobards immigrationnistes dont les médias de l’oligarchie abreuvent depuis quarante ans les peuples de la vieille Europe.

Lire la suiteNorvège : l’immigration, un gouffre à finances publiques

Immigration : les préfets contraints de loger les Roms avec nos impôts

Immigration : les préfets contraint de loger les Roms avec nos impôts

16/04/2013 – 19h10
PARIS (NOVOpress via Bulletin de réinformation) –
La logique de nos gouvernants est décidément imparable !
En août 2012, Manuel Valls impose les démantèlements de camps insalubres des Roms. Mais il impose également « un diagnostic social » l’obligation de proposer des « solutions d’hébergement et d’insertion aux populations concernées. »

Lire la suiteImmigration : les préfets contraints de loger les Roms avec nos impôts

Le coût de l’insécurité, chiffré par le magazine Capital

Le coût de l’insécurité, chiffré par le magazine Capital

13/04/2013 – 16H50
PARIS (NOVOpress via Kiosque courtois) –
Publié par Minute, Fdesouche ou Novopress, cet article aurait fait scandale. Mais c’est le magazine Capital qui a mené l’enquête et qui nous livre ses propres chiffres.

Les coûts de l’insécurité (comprendre de la délinquance et de la criminalité) représentent selon l’hebdomadaire, « une facture annuelle faramineuse » : cinq milliards d’euros pour les particuliers, quinze milliards d’euros pour les entreprises, et dix milliards d’euros pour l’Etat et les collectivités locales, soit un total, encore une fois annuel, de quelque trente milliards d’euros. A l’heure où nos dirigeants recherchent quinze milliards d’économies supplémentaires, ces trente milliards ont du mal à passer.

Lire la suiteLe coût de l’insécurité, chiffré par le magazine Capital

Faire des économies ? Chiche ! Et si on inversait l’immigration ?

Faire des économies ? Chiche ! Et si on inversait l’immigration ?

A la suite de notre dossier consacré la semaine dernière au scandale des subventions publiques, voici de nouvelles pistes pour aider le gouvernement à réaliser des économies conséquentes sans pénaliser les Français : inverser une immigration qui, chaque année, coûte au bas mot 17 milliards d’euros aux contribuables. Soit trois fois la somme que veut recueillir le ministre du Budget, Jérôme Cahuzac.

Lire la suiteFaire des économies ? Chiche ! Et si on inversait l’immigration ?

Une étude indique l’ampleur du remplacement de population à l’œuvre en France

Une étude indique l’ampleur du remplacement de population à l’œuvre en France

13/12/2012 — 14h00
PARIS (NOVOpress via le Bulletin de réinformation) — L’Institut de veille sanitaire, établissement rattaché au ministère de la Santé, a publié en juillet 2012 une étude montrant le pourcentage de naissances en France concernées par le risque de drépanocytose en 2010. Cette maladie génétique a pour particularité de concerner quasi exclusivement les populations extra‑européennes, principalement « originaires des Antilles, d’Afrique noire mais aussi d’Afrique du Nord. »

Lire la suiteUne étude indique l’ampleur du remplacement de population à l’œuvre en France

SNCF : des emplois contre “l’incivilité”

SNCF : des emplois contre l’"incivilité"

05/12/2012 — 10h00
PARIS (NOVOpress via Bulletin de réinformation) – 35 millions d’euros chaque année, c’est le coût estimé de ce que la SNCF appelle pudiquement des incivilités. Crachats, déchets jetés n’importe où saufs dans les poubelles, graffitis, des actes qui ont augmenté de 25 % en 2012 et qui selon le président de la SNCF, Guillaumehttps://fr.novopress.info/wp-admin/post-new.php#edit_timestamp Pepy provoquent « Un sentiment d’inconfort ou d’anxiété chez les voyageurs ». Car s’il n’y avait que la propreté, le problème ne serait pas si important. Mais à demi-mot, Guillaume Pepy dit bien quel est le réel problème d'”incivilité” de la SNCF qui nous coûte si cher, ce sont « Ces bandes de jeunes » pour lesquelles l’entreprise publique va débourser 170 millions d’euros.

Lire la suiteSNCF : des emplois contre “l’incivilité”

Narbonne : une « Vague » migratoire à 74.000 euros

Narbonne : une « Vague » migratoire à 74 000 euros

04/10/2012 – 10h00
NARBONNE (NOVOpress) –  Sous prétexte d’honorer la mémoire des pieds noirs et harkis chassés d’Algérie par le FLN en 1962, la mairie de Narbonne (Aude) veut ériger une stèle afin de « célébrer l’apport positif des peuples et civilisations qui ont accosté sur nos rivages », peut-on lire dans Narbonne ma ville, la revue de la mairie socialiste.

Lire la suiteNarbonne : une « Vague » migratoire à 74.000 euros