Boulevard Voltaire a suivi la visite surprise d’Éric Zemmour en Côte d’Ivoire

Éric Zemmour

Ce 23 décembre, Éric Zemmour, accompagné de son directeur de campagne et de sa directrice de la stratégie, a effectué une visite brève mais dense à Abidjan. Sans protocole officiel ni effet d’annonce médiatique, car le terrain de cette opération n’était pas celui d’une communication publique. Il s’agissait, pour le candidat Zemmour, davantage familier des cultures maghrébines que de celles d’Afrique noire, de s’imprégner des réalités des terrains socio-politiques et économiques en Afrique francophone.

Le double objectif de sa visite était, d’une part, d’élaborer une nouvelle politique africaine volontariste et décomplexée de la France en se préparant résolument à une possible fonction présidentielle, futur chef des armées et défenseur des intérêts nationaux. D’autre part, de prendre en compte la situation concrète des Français à l’étranger (plutôt que « de l’étranger »), soit environ 2,5 millions d’électeurs contribuables.

Les deux points forts de cette tournée de campagne ont été la visite aux Forces françaises en Côte d’Ivoire (FFCI) puis une causerie informelle avec des Français de l’étranger, de 15h à 17h. L’équipe de campagne est repartie en soirée par le dernier vol Air France.

Le contexte de cette visite impromptue est révélateur à plus d’un titre du fait qu’Éric Zemmour ne laisse décidément personne indifférent.

Les jours précédant cette visite et jusqu’à son arrivée la veille au soir, les rumeurs les plus spéculatives ont vite enflé dans les rédactions de médias français à l’affut d’un scoop, avides du moindre détail spectaculaire ou insignifiant et relayant sans recul ni confirmation les informations les plus fantaisistes. Le parcours du combattant Zemmour était semé d’obstacles, prévisibles ou imprévus. Coup de pied de l’âne peu éthique, des consignes ministérielles inopinées ont tenté de gêner sa visite en annulant au dernier moment une autorisation écrite de réaliser des images sur le site des FFCI, ainsi que de circuler librement parmi les tables lors du déjeuner ponctuant une visite d’ateliers de présentation.

Avant même l’arrivée d’Éric Zemmour, une personne de la fonction publique avait tenté en vain d’alerter les autorités ivoiriennes d’un risque sécuritaire, avec de supposés troubles sociaux à l’arrivée à Abidjan. Scenario surréaliste contredit par les faits, quand on sait combien sont populaires en Afrique les valeurs d’un dirigeant fort, attaché à défendre en priorité l’identité et la culture de son peuple et les intérêts de son pays. Finalement, le parcours a pu être déminé et tout s’est bien passé.

Lors des échanges avec les militaires français, sous haute surveillance et forte pression ministérielle, le courant est très bien passé avec un homme accessible, spontané et chaleureux, attaché à replacer l’outil de défense, « l’un des derniers remparts et fer de lance de notre civilisation », à une place crédible et indépendante pour préserver notre souveraineté nationale. Avec la profondeur historique qu’on lui connaît, il a rappelé que c’est la première fois depuis la guerre de Cent ans (il y a six cents ans) que la France n’est plus autonome pour équiper et armer ses troupes. La spontanéité des échanges a été inversement proportionnelle au grade de ses interlocuteurs et Éric Zemmour a pu constater que les légionnaires et les parachutistes de tous grades qui constituent actuellement le pilier opérationnel des FFCI, y compris non naturalisés, sont prêts à intervenir dans tous les scenarii sans état d’âme ni exception pour défendre la France.

Détail affligeant, il a ainsi appris, navré, que les procédures de naturalisation de légionnaires étrangers blessés en mission pour la France, sont plus incertaines et longues que celles accordées sans condition à des immigrés clandestins indifférents voire hostiles à la France.

Pour lire la suite, c’est ici !

Un attentat islamiste a frappé hier une station balnéaire de la Côte d’Ivoire

14/03/2016 – MONDE (NOVOpress avec le bulletin de réinformation)

Un commando armé a ouvert le feu sur une plage, tuant 16 personnes, dont un Français. L’attentat a été revendiqué par Al-Qaida au Maghreb islamique. Six assaillants masqués et armés ont ouvert le feu à l’arme automatique aux abords d’un grand hôtel. L’un d’entre eux aurait crié Allah Akbar. Deux autres hôtels ont également été visés. François Hollande a dénoncé ce lâche attentat. Une enquête de la DGSI est ouverte.

Ils osent tout : l’Arabie Saoudite à la tête d’une coalition islamique anti-terroriste

15/12/2015 – MONDE (NOVOpress)
L’un des principaux bailleurs de fonds du fondamentalisme et des mouvements terroristes Islamiques prend la tête d’une … coalition de pays musulmans pour lutter contre le terrorisme. Les indépendantistes corses n’ont qu’à bien se tenir.

L’Arabie saoudite fait partie de la coalition internationale qui, sous la conduite des Etats-Unis, est supposée combattre l’État islamique en Syrie et en Irak. A croire que cela ne suffit pas à blanchir son image de grand financier du fondamentalisme et des mouvements terroristes Islamiques, puisque Ryad a formé une coalition, comprenant 34 pays, notamment l’Égypte, la Turquie et le Pakistan ou encore le Sénégal, destinée à combattre « toute organisation terroriste » par des opérations militaires.
A la question de savoir si la nouvelle coalition va se consacrer à la lutte contre l’EI, le prince Mohamed, fils du souverain saoudien, a souligné qu’elle allait combattre « toute organisation terroriste ». Elle sera dotée d’un centre de commandement basé à Ryad pour « soutenir les opérations militaires dans la lutte contre le terrorisme », selon les communiqués officiels de Ryad.

F16 saoudiens engagés au Yémen
F16 saoudiens engagés au Yémen

En attendant, cette coalition ne rassemble(1) que du beau linge, la Turquie étant connue pour son soutien financier (par le trafic de pétrole) et logistique (par l’acheminement de matériel et d’hommes via son territoire) à l’État Islamique. Le Pakistan, de son côté, a créé, formé et développé le mouvement taliban…avec les fonds saoudiens et le soutien américain. Si l’Égypte est le berceau des Frères Musulmans, l’une des matrices du fondamentalisme révolutionnaire sunnite, il fait bien avouer que le pouvoir égyptien est le seul parmi les grand pays arabes de cette coalition à souffrir du terrorisme et à le combattre.
Parmi les autres membres de cette intéressante coalition, le Soudan est depuis longtemps un foyer terroriste, de même que la Somalie ou la Palestine. Quant à la Libye, elle est partagée depuis la brillante intervention occidentale entre factions plus extrémistes les unes que les autres, laissant l’État Islamique prendre peu à peu le contrôle du pays.

Lire la suite

«Nous venons en paix», Fraîchement débarqué en Sicile, ce réfugié égorge deux retraités

18/09/2015 – EUROPE (NOVOpress)
«Nous venons en paix», c’est notre chronique de choses vues sur le web et les réseaux sociaux à propos de nos chers « migrants » / « réfugiés » / Bisounours… une petite pastille de vérité dans un océan de propagande aux bons sentiments… mais chut… PADAMALGAM ! Aujourd’hui, un gentil ivoirien tente d’aider l’Italie à régler le problème de la surpopulation de personnes âgées dans ce pays. Sréfugiés, clandestins, migrants, immigrés, immigré clandestin, immigrés clandestins,on geste est mal interprété.

Mamadou Kamara, 18 ans, de Côte d’Ivoire a été arrêté pour un double meurtre à Palagonia, en Sicile, selon Il fatto quotidiano.
Le 8 septembre deux immigrés ont été agressés et dévalisés par un gang de jeunes siciliens probablement en représailles pour le meurtre de deux retraités, par de soi-disant réfugiés, dans la petite ville de Palagonia. Les tensions sont très vives dans la petite communauté agricole, située près de Catane, après que le jeune ivoirien Mamadou Kamara, qui séjournait dans le camp de réfugiés de Mineo ait été arrêté pour le meurtre de Vincenzo Solano, 68 ans et de son épouse Mercedes Ibanez, 70 ans.

Des centaines de personnes ont afflué à l’église locale pour les funérailles du couple, tué d’après les policiers lors d’un vol qui a mal tourné. Kamara est accusé d’avoir tranché la gorge de Solano avant de jeter Ibanez d’un balcon. Selon la police un premier examen du médecin légiste laisse supposer qu’elle a également été victime d’abus sexuels.

Les enquêteurs ont rapidement arrêté Kamara, qui est arrivé en Italie, sur un bateau, de Libye, en juin dernier et avait demandé l’asile politique. Les preuves à son encontre paraissent écrasantes. Il a été arrêté au cours d’un contrôle de routine à la Cara Mineo, une ancienne base militaire américaine transformée en camp d’accueil de migrants, pouvant accueillir 3 200 personnes de l’Érythrée, du Soudan, du Nigeria, de Gambie, d’Afghanistan, de Syrie, du Pakistan et ailleurs.
Une fouille de son sac a permis de récupérer un caméscope, un téléphone portable, un PC, une chaîne en or et autres marchandises appartenant toutes au couple assassiné. Le sac contenait également une paire de pantalons tachés de sang, que Kamara portait sur les images récupérées sur son téléphone portable. Au moment de l’arrestation, il portait des vêtements provenant de la garde-robe des victimes.

Lire la suite