Islamisme : « L’émir blanc » condamné à une peine de prison… avec sursis

Source : Boulevard Voltaire
La pression de l’après-13 novembre 2015 est déjà retombée et on reprend une vie normale, de tribunal normal, avec un président normal.

Olivier Corel, dit « l’émir blanc » de la filière d’Artigat, visé par une perquisition conduite mardi 24 novembre et placé en garde à vue pour détention illégale d’un fusil de chasse de catégorie D, a été jugé en comparution immédiate à Foix ce mercredi. Il a été condamné à six mois de prison avec sursis alors que le parquet avait demandé un an… avec sursis également. Cet individu est donc tranquillement rentré chez lui. Le parquet n’a pas fait immédiatement appel de ce jugement. Ahurissant, impensable alors que cela fait des années que la police a les yeux sur lui et cherche à le mettre hors d’état de nuire. Encore une occasion de perdue.

Salafiste français d’origine syrienne, il a notamment été le mentor de plusieurs djihadistes français, comme les frères Merah ou Fabien Clain, qui a revendiqué au nom de Daech les attentats du 13 novembre à Paris. Que vont en penser les familles des victimes du 13 novembre ?
Olivier Corel apparaît en 2003 sur les écrans radar des services de renseignement. À cette date, « la cellule d’Artigat » à laquelle il appartient est soupçonnée d’envoyer des djihadistes en Irak pour combattre l’armée américaine. En novembre 2014, il est interpellé, cette fois dans le cadre de l’affaire Merah. Placé en garde à vue, il est finalement remis en liberté, la justice ne possédant pas suffisamment de preuves pour le poursuivre.

Lire la suiteIslamisme : « L’émir blanc » condamné à une peine de prison… avec sursis

Robert Ménard propose une charte de bonne conduite aux imams biterrois

26/11/2015 – FRANCE (NOVOpress)
Le maire de Béziers, Robert Ménard, a présenté sa charte de bonne conduite aux imams et responsables d’associations musulmanes.

Lutter contre l’extrémisme, promouvoir un islam respectueux des lois, il y a ceux qui en parlent et ceux qui agissent. Robert Ménard fait partie de cette dernière catégorie avec sa charte de bonne conduite pour les cinq mosquées de la ville. Un document que Robert Ménard a adressé aux imams et présidents des associations qui gèrent les lieux de culte musulmans.

Cette charte développe six points sur lesquels les responsables des mosquées doivent s’engager :
• Tous les prêches doivent être faits en français.
• Imams et fidèles ne doivent faire aucun appel à la prière dans les rues.
• Imams et responsables des mosquées ne doivent pas établir de liens avec des courants extrémistes.
• Imams et responsables des mosquées ne doivent pas diffuser des discours ou faire la promotion des cheikhs saoudiens (wahhabites) ou des Frères musulmans.
• Imams et responsables des mosquées doivent s’engager à ne pas promouvoir les textes et livres appelant au jihad et réclamant la peine de mort pour les apostats, les athées et les homosexuels.
• Imams et responsables des mosquées doivent s’engager à ne recevoir aucun financement d’un État, d’une collectivité ou d’une association étrangers.

« L’approbation sans réserve de cette charte sera de nature à rassurer l’ensemble des habitants de la ville », lance la mairie.
La balle est maintenant dans le camp des responsables religieux musulmans. Eux qui se plaignent des amalgames seront sûrement ravis de cette occasion d’afficher leurs distances avec les extrémistes. Et si jamais certains tenaient un double discours, la vérité n’en éclaterait que plus crûment.

Amusant de noter les titres de presse à ce sujet. Si Le Point parle de « la “charte” draconienne que Ménard veut imposer aux mosquées », le Midi libre titre sur « une charte de bonne conduite ». Quant à France3 Languedoc-Roussillon, elle insiste sur le fait que « Les imams de Béziers doivent prêcher en français selon Robert Ménard ». À croire que les journalistes méridionaux sont plus au contact de certaines réalités que les rédactions parisiennes…


La Grande Mosquée de Strasbourg invite le mufti d’Arabie Saoudite qui réclame la destruction des églises

26/11/2015 – FRANCE (NOVOpress)
Alors que tous les dignitaires religieux officiels de l’Arabie Saoudite contemporains comme Ibn Baz, Fâzan, Uteymine, Jaizari, ont enseigné outre le jihâd, les châtiments à l’encontre des apostats, homosexuels, innovateurs, hérétiques, c’est ce wahhabisme officiel qui est invité à la Grande Mosquée de Strasbourg gérée par des marocains.

Comme le rappelle l’Observatoire de l’islamisation, le grand mufti d’Arabie Saoudite a déclaré en 2013 qu’il convient de “détruire toutes les églises” de la Péninsule Arabique, s’appuyant sur les propos de Mahomet sur son lit de mort réclamant de chasser les chrétiens de la région.


 

Paris, 13 novembre 2015 : la plus grande boucherie perpétrée sur le sol de France depuis la Seconde Guerre mondiale est halal

22/11/2015 – FRANCE (NOVOpress avec le bulletin de réinformation)

Ces attentats sanglants ont fait, selon un bilan encore provisoire, 130 morts et 351 blessés, jeunes pour la plupart. Rappelons-en brièvement la chronologie.

Vendredi 13 novembre, à 21 h 20, aux abords du Stade de France pendant la première mi-temps du match amical de football France Allemagne, un terroriste actionne sa ceinture d’explosifs, tuant une personne. Cinq minutes plus tard dans le Xe arrondissement de Paris, les terrasses d’un bar et d’un restaurant sont mitraillées à la Kalachnikov : 15 morts, 10 blessés dans un état grave. À 21 h 30, de nouveau aux abords du Stade de France, un nouveau kamikaze actionne sa ceinture d’explosifs. Dans les minutes qui suivent, des tirs éclatent successivement à deux endroits dans le XIe arrondissement : 5 morts, 17 blessés graves. Puis un autre kamikaze se fait exploser boulevard Voltaire.

Vers 21 h 40, le Bataclan devient à son tour le théâtre d’un carnage. Une voiture se gare devant la salle de concert. Quatre hommes en sortent, pénètrent dans la salle de spectacle et tirent sur les spectateurs depuis le balcon intérieur de l’établissement : 89 morts et des centaines de blessés. D’après certaines sources policières, certaines victimes auraient été égorgées. Le journal Le Parisien rapporte que les terroristes ne visaient que les blancs. À minuit vingt, la police donne l’assaut. Les terroristes se font alors exploser.

L’enquête a mené à plusieurs arrestations en Belgique dans le quartier bruxellois de Molenbeek, totalement ethnicisé depuis de nombreuses années, et à une arrestation en Allemagne. Trois personnes ont été mises en garde à vue à Toulouse et une perquisition a eu lieu à Bobigny. Plusieurs terroristes ont la nationalité française. Omar Ismael Mostefai est l’un des kamikazes du Bataclan. Il faisait l’objet depuis 2010 d’une fiche « S » (Sûreté de l’État) pour radicalisation. Il a été condamné 8 fois entre 2004 et 2010 pour des infractions de droit commun, mais sans jamais aller en prison, ce qui prive les journalistes du système de l’un de leurs arguments favoris : « c’est la prison qui radicalise ». Bilal Hadfi est l’un des kamikazes du Stade de France et Ibrahim Abdeslam celui du boulevard Voltaire.

Lire la suiteParis, 13 novembre 2015 : la plus grande boucherie perpétrée sur le sol de France depuis la Seconde Guerre mondiale est halal

À propos de la dénonciation des attentats par le CFCM

Source : Boulevard Voltaire Il est rigoureusement légitime, en démocratie, qu’un citoyen non musulman se pose la question de la responsabilité de l’islam dans ces violences.

Vendredi dernier, le CFCM a diffusé un texte dans les mosquées de France « dénonçant sans équivoque ces attentats » […] et répétant que « devant les amalgames […] qui risquent de nous faire subir une nouvelle vague de stigmatisations et d’actes islamophobes, nous ne devons jamais nous lasser de dire haut et fort que l’islam authentique est à des années-lumière de l’idéologie de haine de ces criminels ».
Le texte dit encore qu’il est « légitime de se demander si – en tant que musulmans – nous devions, encore une fois, nous justifier devant nos compatriotes, comme si nous étions des “présumés coupables” ». D’avance, les jalons sémantiques sont ainsi posés, interdisant toute interprétation autre que celle du CFCM sous peine de stigmatisation et d’islamophobie : voilà l’élément dialectique – sous-jacent – qui me semble assez terrifiant.

Il est rigoureusement légitime, en démocratie, qu’un citoyen non musulman se pose la question de la responsabilité de l’islam dans ces violences, et non moins scandaleux qu’il reçoive en retour des réponses exclusivement basées sur un mode accusatoire, de la part aussi bien du (pauvre) politique que du religieux (qui fait son boulot). Le rejet de la violence n’est pas une vertu spécifiquement musulmane, il se rencontre chez tout homme de bonne volonté, et il en existe des millions en dehors de l’islam.

Lire la suiteÀ propos de la dénonciation des attentats par le CFCM

Natacha Polony : « On a refusé de combattre le salafisme dans les banlieues »

21/11/2015 – FRANCE (NOVOpress)
Suite aux attentats du 13 novembre, Natacha Polony s’indigne que l’on ait « refusé de combattre le salafisme qui grignotait les banlieues, par peur de stigmatiser l’ensemble des musulmans. »
Elle prend soin de préciser qu’il existe une multitude de lectures du Coran, dont la plupart ne sont pas violentes, mais qu’elles sont combattues notamment par le Qatar qui finance partout dans le monde des mosquées salafistes.

Interdire l’islamisme donc le Coran ?

20/11/2015 – POLITIQUE (NOVOpress)

Manuel Valls a donc l’intention d’expulser les « imams radicaux » et Bernard Cazeneuve entend fermer les mosquées qui « prêchent la haine ». Cela signifie que, malgré l’attentat contre Charlie, les imams radicaux avaient toujours pignon sur rue et que les mosquées où l’on prêche la haine restaient ouvertes.
Dont acte.
8487 Present
Voilà qui témoigne d’une mâle quoique tardive résolution ! Mais, apparemment déterminés sur la fin, ils sont muets sur les moyens et les nécessaires définitions juridiques pour fonder légalement ces légitimes interdictions.
Qu’est-ce qu’un imam « radical » ? Un salafiste ? Un intégriste ? Et qu’en est-il des imans français inexpulsables ? Où commence le radicalisme musulman, et jusqu’à quel degré est-il tolérable et à partir duquel est-il condamnable ? Le ministre de l’Intérieur a-t-il un étalon-or pour le mesurer ? Il en est de même de la « haine ».
On a compris qu’il ne s’agit pas d’interdire tous ceux qui prônent la haine et la hurlent, comme en 2002 ceux qui défilaient entre les deux tours de la présidentielle au cri de « Le Pen, salaud, le peuple aura ta peau ! » sous les applaudissements des amis de François Hollande.

Il s’agit des prédicateurs qui relaient en France et approuvent les méthodes atroces de l’État islamique et celle des terroristes. Mais ceux-là assurent qu’ils ne font qu’appliquer la charia, la loi islamique.
On nous dit alors qu’ils la comprennent mal, que ce ne sont pas d’authentiques musulmans, les vrais, si l’on croit nos ministres et nos médias, sont plus des disciples de Gandhi que de Mahomet. Or, que dit le Coran ? En le consultant, on voit que les islamistes n’ont rien inventé.
Les verbes tuer et combattre se trouvent respectivement 62 et 51 fois qui, le plus souvent, constituent des ordres, par exemple : « Après que les mois sacrés se seront écoulés, tuez les polythéistes partout où vous les trouverez, capturez-les, assiégez-les, dressez-leur des embuscades » (sourate 9, verset 5.) »
Ou encore : « La récompense de ceux qui font la guerre contre Allah et son messager, et qui s’efforcent de semer la corruption sur la terre, c’est qu’ils soient tués ou crucifiés, ou que soient coupées leurs mains et leurs jambes opposées. » (5,32)

Les imams radicaux, les prédicateurs de haine qui ne seraient pas de vrais musulmans, citent un vrai Coran et de vraies sourates. Or, selon le Livre lui-même, il ne saurait être interprété. D’après la sourate 43,4 le livre préexistait en Dieu : « Il (le livre) existe auprès de Nous, sublime et sage, dans la Mère du Livre. » Dès lors, si Dieu lui-même est l’auteur de chaque mot et phrase du Coran, il n’y a plus d’espace pour quelque interprétation que ce soit, ou « contextualisation » historique.

La volonté du gouvernement de combattre le « radicalisme » et les imans qui prêchent la violence devrait, en bonne logique, agir à la source, à savoir le Coran et donc l’interdire. Le pouvoir ne le fera pas. Mais alors, que Hollande cesse de nous sermonner en nous répétant de ne point faire d’amalgame entre l’islam et l’islamisme ! Le lien existe entre l’islam et l’islamisme, c’est le Coran !

Guy Rouvrais

Les massacres à Paris : un tabou nommé islam – par Hélios d’Alexandrie

Source : Poste de Veille
Hélios commente les attentats du 13 novembre en partant du Communiqué par lequel l’État islamique a revendiqué «l’attaque bénie de Paris contre la France croisée». Le texte du Communiqué figure à la fin de sa chronique.

Les autorités religieuses islamiques de France et de Navarre, les personnalités politiques françaises, les chefs d’État occidentaux, les commentateurs, les « spécialistes », les intellectuels, les animateurs des médias et bien d’autres encore, tous affirment et nous assurent que les récents attentats de Paris n’ont rien à voir avec l’islam, ils ne sont donc aucunement motivés par une quelconque croyance religieuse.
Le roi Salman d’Arabie Saoudite dans son message de condoléances au peuple français a même eu la « délicatesse » de préciser que le terrorisme n’a pas de religion ! De son côté le Président Obama, fidèle en cela à la rectitude politique la plus stricte, a désigné les assaillants sous l’appellation d’extrémistes violents. De son côté le Premier ministre du Canada Justin Trudeau s’est gardé de tout commentaire sur les assaillants ; ne leur ayant trouvé aucune motivation, il s’est contenté de qualifier les tueries d’insensées.

Le Bataclan qui n’a rien à voir avec l’islam.
Le Bataclan qui n’a rien à voir avec l’islam.

Nous voilà rassurés, des tueurs ont tiré de sang-froid sur des centaines de gens et ils se sont fait exploser par la suite pour strictement rien. Il s’agit donc d’extrémistes dénués de motivation, ils sont extrémistes pour l’extrémisme comme certains sont des partisans de l’art pour l’art. Le consensus est à l’effet que ces tueurs et ceux qui les conduisent ne défendent aucune cause, certainement pas celle qu’ils prétendent défendre, celle pour laquelle ils n’hésitent pas à tuer et à se tuer.
cazenueve djihad

Lire la suiteLes massacres à Paris : un tabou nommé islam – par Hélios d’Alexandrie

Des PADAMALGAM / Kazisolés/ déséquilibrés vandalisent une église au sud de l’Espagne

05/11/2015 – MONDE (NOVOpress)
Des PADAMALGAM / Kazisolés/ déséquilibrés vandalisent une église au sud de l’Espagne au cri de Allahu Akbar, ce qui doit vouloir dire “nous sommes des chances pour l’Espagne”.

La police espagnole est à la recherche d’extrémistes musulmans qui ont vandalisé lundi dernier l’église de Notre Dame de Carmen dans la ville de Rincon en Andalousie avec des tags au nom d’Allah et en détruisant des crucifix et des statues sacrées.
Le clergé local du diocèse de Malaga a déclaré que cette action ne devait pas discrimer la population musulmane de la région et a également appelé au « respect et à la fraternité entre les différentes communautés religieuses ».
L’Andalousie a connu une augmentation significative de sa population musulmane ces dernières années.
Un Marocain avait déjà été arrêté le mois dernier, pour avoir tenté d’endommager une statue de la Vierge Marie. La police a affirmé que l’homme de 27 ans a lancé un pavé vers la statue tout en scandant Allahu Akbar, qui signifie « Dieu est grand ».


Financement du culte islamique: Delanoë en défaut de laïcité ?

La mauvaise gestion des finances par Delanoë épinglée par un rapport

05/11/2015 – FRANCE (NOVOpress)

Bertrand Delanoë a enfreint la loi de 1905 sur la laïcité à la faveur de l’Institut des cultures d’islam. C’est ce qu’a réussi à prouver un contribuable parisien, Guy Hanon. Il dénonçait la décision du Conseil de Paris qui accordait à l’Institut des cultures d’islam, un bail emphytéotique de 99 ans… pour une salle de prières de 320 m²…

Le 26 octobre dernier, la Cour administrative d’appel annulé la décision du Conseil de Paris donnant l’autorisation à Bertrand Delanoë de consentir un bail emphytéotique administratif de 99 ans, à la société des Habous et des lieux saints de l’islam, représentée par la grande mosquée de Paris. La mairie de Paris, alors dirigée par Bertrand Delanoë, prévoyait ainsi de financer indirectement le culte islamique.

Si la justice a donné raison à Guy Hanon, la mairie de Paris elle, ne s’en inquiète pas. La décision ne devrait pas être suivie d’effet…


Alsace-Moselle: enseignement de l’islam à l’école

04/11/2015 – FRANCE (NOVOpress avec le bulletin de réinformation)

Depuis des années, certains hommes politiques d’Alsace-Moselle voulaient accorder à l’islam un statut comparable aux religions concordataires. Ces religions sont au nombre de trois : le catholicisme, le protestantisme et le judaïsme. Il y a eu, dans le passé récent, des ventes à prix symbolique en vue de la construction de mosquées. Désormais, l’islam fait son entrée dans l’instruction religieuse permise par l’Éducation nationale dans les départements concordataires.

Expliquez-nous tout !
En 2016, une expérimentation sera lancée dans les lycées pour enseigner l’islam. L’islam, qui n’existait pas dans le cadre concordataire propre à l’Alsace-Moselle, fait désormais son entrée dans l’instruction religieuse. Les pouvoirs publics émettent un message clair, en voulant étendre le bénéfice du concordat à une autre religion. Pourtant, pourquoi l’islam, et pas le bouddhisme ou les sectes ? Après tout, la République se targue de ne pas distinguer juridiquement les croyances…

Quelles ont été les réactions ?
Il y a un certain silence des hommes politiques. Florian Philippot, tête de liste, Alsace, Champagne-Ardenne, Lorraine a dénoncé le « Détournement du concordat. Celui-ci résulte de l’histoire des trois départements. L’extension de ce régime dérogatoire des cultes à une autre religion serait une atteinte tant à la laïcité de la République qu’à la mémoire de ceux qui ont toujours montré leur attachement à la France ». On attend les réactions des autres partis politiques, mais aussi des laïcistes.

Crédit photo : stephane333 via Flickr (CC) = mosquée strasbourg 006


Jacques Bompard propose un moratoire sur la construction de mosquées en France

https://www.facebook.com/JacquesBompard/photos/a.505358329496459.117730.502272693138356/1050693291629624/?type=3&theater

« Nous venons en paix »… mais nous sommes en guerre contre la musique à l’école!

« Nous venons en paix », c’est notre chronique de choses vues sur le web et les réseaux sociaux à propos de nos chers « migrants »/« réfugiés »/Bisounours… une petite pastille de vérité dans un océan de propagande aux bons sentiments… mais chut… PADAMALGAM !
Aujourd’hui, passage dans la patrie de Verdi, Puccini et Eros Ramazzoti, du bel canto et de la joie de vivre en chantant. Nos voisins italiens, tout obnubilés par leurs coutumes d’un autre âge, ont cru bien faire en utilisant la musique pour apprendre aux jeunes musulmans le Vivre-Ensemble par le biais de la musique. Heureusement, l’imam veille et a mis bon ordre à ce projet diabolique.

Un modèle de lettre aux chefs d’établissement pour exiger, au nom du Coran, que ses enfants soient « dispensés d’utiliser des instruments de musique », voilà une des utiles ressources fournies aux musulmans d’Italie par le site Civiltà Islamica (« Le point de vue du véritable Islam. En italien »).
« Tous les instruments de musique » sont visés et « en particulier la flûte », seul étant permis au musulman « l’usage du tambourin pour les mariages et les circoncisions ». La lettre précise que « la demande susdite doit être considérée comme minimale et modérée, puisqu’il est évident d’après le Coran qu’est interdit au musulman, non seulement l’usage d’un instrument de musique, mais encore la simple écoute de celui-ci ».
Les animateurs de Civiltà Islamica sont persuadés, du reste, que l’éducation musicale obligatoire dans les écoles et collèges d’Italie est un complot « pour corrompre les musulmans ».

On n’est donc pas étonné de ce qui vient d’arriver « dans une école du quartier multiculturel [sic] de Porta Palazzo à Turin ». Comme le rapporte La Stampa, l’oncle d’une élève marocaine est intervenu lors d’une réunion de parents d’élèves contre le projet « Grandir en orchestre », lancé par une association bien intentionnée « pour aider les enfants – à 90 % d’origine non-italienne – à former un groupe, à se respecter et à collaborer entre eux ». Les enfants apprennent à jouer du violon et du violoncelle, instruments incompatibles avec l’Islam.
La famille marocaine a exigé et immédiatement obtenu que sa fille soit changée d’école, et une deuxième famille l’a suivie.

La directrice de l’école a eu l’impression d’un mouvement organisé et a pris peur. Au même moment, on apprenait l’expulsion « d’un imam de Vicence qui avait endoctriné les enfants au point de les convaincre de se boucher les oreilles pour ne pas écouter les cours de musique, “un péché” selon son enseignement. » Pour éviter que tous les parents musulmans ne retirent leurs enfants, l’école a donc organisé une nouvelle rencontre avec les familles, à laquelle elle a aussi invité des représentants des deux mosquées du quartier et « une médiatrice culturelle de langue arabe ».

À l’issue de cette seconde réunion, selon Ibrahim Baya, porte-parole de l’Association Islamique des Alpes, « les parents se sont déclarés d’accord pour continuer le projet de l’orchestre, à condition qu’ils puissent compter sur un soutien financier. » La directrice de l’école s’est immédiatement « mobilisée. Et avec de bonnes perspectives de réussite. » Comprenons que des subventions publiques supplémentaires ne vont pas tarder.

Interview exclusive de Tony O’Neill, leader du Parti du Peuple Celte 5/5 : l’immigration

01/11/2015 – EUROPE (NOVOpress)
Alors que les provinces françaises se battent pour sauver leurs langues et traditions régionales, NOVOpress vous propose une interview exclusive du fondateur irlandais du Parti du Peuple Celte – PPC —. Nous publions cet entretien-fleuve en cinq parties afin de vous en offrir une lecture plus agréable. La première est consacrée à la naissance du mouvement et aux questions politiques. La seconde est axée sur la défense de la culture celte, le monde celtique et les liens que noue le PPC avec la diaspora celte dans le monde. La troisième traite des questions liées à l’Union Européenne. Les deux dernières sont consacrées à l’immigration.
>

NOVOPRESS : Il y a des millions d’Irlandais dans le monde entier, bien éduqué et profondément attaché à leurs racines : comment se fait-il que votre gouvernement ne cherche pas à les faire revenir au lieu d’accueillir des personnes n’ayant aucun intérêt dans vos valeurs à l’exception des allocations sociales, sans compétences spécifiques et ne parlant pas anglais ?

Tony O’Neill : Officiellement, il y a 78 000 de nos jeunes qui sont ENCOURAGÉS à quitter nos terres pour chercher du travail à l’étranger, et comme vous le dites, des milliers d’immigrants sont autorisés à venir sur notre sol. La plupart des gens sont en désaccord avec cette politique. Il n’y a pas de zone soumise à la charia – pas encore —, mais cela arrivera forcément à moins qu’une voix politique ne s’élève pour dire STOP à cette invasion planifiée. Ce sera l’action du PPC et nous travaillons à cette tâche quotidiennement. Quand nous monterons en puissance avec notre réseau d’ambassades locales, nous mettrons en place une politique dans le monde entier pour encourager le peuple celtique à revenir en Irlande pour aider à construire notre pays dans les années à venir.

NOVOPRESS : De nouvelles mosquées – désolé, de « centres culturels » — sont censés être construit dans toutes les grandes villes : l’Islam se propage à toute vitesse en Irlande. Avez-vous déjà des zones conformes à la charia comme Blanchardstown peut-être ? Et en France, il y a eu une invasion de Kebabs, des sandwicheries petit prix, tout halal, venant de l’argent de la drogue pour être blanchi facilement : avez-vous vu la même chose en Irlande ?
Tony O’Neill : Cela ne va pas si loin, mais l’invasion de l’Irlande est très récente. Et à moins d’arrêter cette invasion, nous serons sans aucun doute aussi « enrichis » à l’instar de la France.
NOVOPRESS : Avant chaque élection, nous voyons en France diverses associations musulmanes monnayer leur soutien aux politiciens locaux en échange de logement à loyer modéré ou de menus halal dans les écoles, offrant du soutien éducatif aux enfants, organisation des fêtes, etc. Et la plupart de nos politiciens accèdent à toutes ces exigences, espérant se gagner le vote de cette communauté mal intégrée, qui préféré l’islam à la démocratie. Les politiques irlandais font la même chose ?

Tony O’Neill : Encore une fois cela ne va pas si loin, mais c’est seulement parce que les immigrants n’ont pas la concentration suffisante et ne sont pas politiquement organisés – pour le moment. Nous avons donc encore un peu de temps pour sauver notre pays.

Lire la suiteInterview exclusive de Tony O’Neill, leader du Parti du Peuple Celte 5/5 : l’immigration

En 2005, lors des émeutes, des imams appelaient à brûler des voitures !

01/11/2015 – FRANCE (NOVOpress)
(Re)découvrez cet extrait de l’émission “C dans l’air”, où la magistrate Michèle-Bernard Requin s’inquiète de la montée du communautarisme musulman. Elle cite l’exemple des émeutes de 2005, pendant lesquelles les “jeunes” allaient demander à l’imam s’il était licite de brûler des voitures… certains répondaient “oui” !

Interview exclusive de Tony O’Neill, leader du Parti du Peuple Celte 4/5 : l’immigration

31/10/2015 – EUROPE (NOVOpress)
Alors que les provinces françaises se battent pour sauver leurs langues et traditions régionales, NOVOpress vous propose une interview exclusive du fondateur irlandais du Parti du Peuple Celte – PPC —. Nous publions cet entretien-fleuve en cinq parties afin de vous en offrir une lecture plus agréable. La première est consacrée à la naissance du mouvement et aux questions politiques. La seconde est axée sur la défense de la culture celte, le monde celtique et les liens que noue le PPC avec la diaspora celte dans le monde. La troisième traite des questions liées à l’Union Européenne. Les deux dernières sont consacrées à l’immigration.
>

NOVOPRESS : Au cours des années du « tigre celtique » – entre 2000 et 2007 –, l’immigration en Irlande avait été massive et soudaine. Mais surtout européenne et plus spécifiquement polonaise – on prétend que le polonais est la seconde langue parlée en Irlande —. Avez-vous vu une transformation de la société irlandaise ?
Tony O’Neill : L’Irlande a en effet reçu beaucoup de Polonais qui ont pris les emplois d’irlandais, mais l’Irlande est restée l’Irlande et les Polonais sont restés discrets. Mais avec leur arrivée, les taux de rémunération du peuple tout entier ont baissé. Pour autant, ce sont aussi nos frères et nos sœurs européens et nous voulons les encourager à retourner en Pologne et se battre pour sauver leur propre pays des forces de destruction qui attaquent tous les pays européens.

NOVOPRESS : Ces dernières années avec la crise financière, l’immigration a changé de nature et les immigrants européens ont laissé leur place à d’autres, surtout arabes. Est-ce visible en Irlande et en particulier dans les grandes villes comme Dublin ?
Tony O’Neill : En Irlande il y a aussi des zones qui sont fortement occupées par des Arabes et des Africains, mais pour l’instant sans pénétration dans la société civile. Danny McCoy – leader du syndicat patronal IBEC — a déclaré que la population irlandaise atteindra 10 millions d’habitants en 2050. Alors qu’actuellement le peuple celte d’Irlande représente 4 millions de personnes, l’idée est clairement de transformer dans les années à venir notre peuple en une minorité au sein de son propre pays. Nous ne laisserons pas cela se produire et nous nous battrons pour conserver nos terres et sauver notre peuple du génocide.

Lire la suiteInterview exclusive de Tony O’Neill, leader du Parti du Peuple Celte 4/5 : l’immigration

Entretien avec les auteurs du livre «L’islam dévoilé»

Source : Poste de Veille
Un entretien particulièrement clair et bien argumenté sur l’islam, donné à nos confrères canadiens de Poste de Veille. A lire d’urgence !

Les auteurs du livre “L’islam dévoilé”, Claude Simard* et Jérôme Blanchet-Gravel*, ont bien voulu répondre aux questions de Rachid Bandou. Entretien sans langue de bois.

Rachid Bandou : Quelles sont les raisons qui ont motivé votre décision d’écrire sur l’islam et non sur une autre religion ?
Claude Simard et Jérôme Blanchet-Gravel : Nous nous intéressons depuis plusieurs années au phénomène religieux et à la question corollaire de la laïcité. L’un de nous, Jérôme Blanchet-Gravel, a d’ailleurs entrepris des études de doctorat en sciences des religions. Le religieux est une dimension qui a marqué et qui marque encore les sociétés humaines. Bien que l’Occident se soit sécularisé à partir du XVIIIe siècle, les schèmes de la pensée religieuse influencent encore les idéologies qui y ont cours, même celles qui se veulent les plus progressistes, comme le montre le dernier livre de Jérôme Le retour du bon sauvage : la matrice religieuse de l’écologisme, qui vient d’être publié aux éditions du Boréal.

Nous nous sommes particulièrement intéressés à l’islam, en raison de sa place et de son rôle prépondérants dans l’actualité nationale et internationale. Une bonne partie des grandes questions qui agitent aujourd’hui le monde sont liées à l’islam en tant que système politico-religieux. Pensons seulement à la crise du Moyen-Orient, à l’insoluble conflit israélo-palestinien, aux suites du Printemps arabe, aux problèmes d’intégration des immigrants musulmans en Europe et en Amérique du Nord, au terrorisme islamiste, etc.

Si nous avons voulu écrire un livre sur l’islam, c’est surtout pour aider nos concitoyens à mieux comprendre les enjeux actuels que posent la doctrine et les pratiques islamiques. Les Québécois, comme les autres Occidentaux, ne connaissent guère la religion musulmane, et malheureusement les médias ne leur permettent pas d’acquérir des connaissances exactes sur cette religion. Nous avons voulu en quelque sorte combler ce vide.

Rachid Bandou : Pourquoi l’Islam dévoilé ? Est-ce parce que les tenants et les promoteurs de cette religion ne veulent pas, pour des raisons données, dévoiler sa véritable nature mais que vous vous voulez faire connaitre au grand public ?
Claude Simard et Jérôme Blanchet-Gravel : Le titre de notre ouvrage nous a été fourni par notre éditeur lui-même, Karim Akouche. Nous l’avons tout de suite adopté parce qu’il traduit bien notre intention, celle de dévoiler au grand public la véritable nature de l’islam.

Lire la suiteEntretien avec les auteurs du livre «L’islam dévoilé»

Nice: un imam porte plainte contre Marion Maréchal-Le Pen

Marion Le Pen : "Il y aura une forme de remigration passive"

30/10/2015 – FRANCE (NOVOpress)
Un imam n’aime pas se faire traiter d’islamiste par le FN, s’affirmant au contraire à la pointe du combat contre l’islam radical. Pourtant, il a reçu dans sa mosquée des Frères musulmans. Bévue du FN ou Taqiya ?

Qualifié « d’islamiste » dans un tract électoral du FN, l’imam Abdelkader Sadouni du quartier populaire des Moulins de Nice n’a pas apprécié
« C’est très grave, estime Abdelkader Sadouni, car ce terme renvoie à tous les courants terroristes du Moyen-Orient. On n’a pas le droit d’utiliser ce terme contre une personne qui, au contraire, est à l’avant-garde, depuis plus de dix ans, du combat contre le radicalisme. Si des gens comme moi sont attaqués, vers qui vont-ils se retourner ? »
Il a donc déposé une plainte en diffamation contre Marion Maréchal Le Pen et compte lance une action devant le juge des référés pour faire suspendre la diffusion du tract.

Le candidat tête de liste FN dans les Alpes-Maritimes Olivier Bettati, de son côté, affirme que le religieux a « invité dans sa mosquée, en conférence, M. Hani Ramadan, petit-fils du fondateur des Frères musulmans, qui a publié en 2002 une tribune dans Le Monde justifiant la lapidation des femmes ». L’imam reconnaît avoir invité Hani Ramadan, frère de Tariq Ramadan, mais réaffirme ses prises de position contre la lapidation.

Les équipes frontistes sont-elles allées un peu vite en besogne en pointant du doigt cet imam ou ce dernier pratique-il la Taqiya, ce mensonge ou double langage licite dans l’islam pour protéger sa foi ?