Djihadistes : peines réduites en appel pour deux combattants de l’État islamique

19/11/2019 – FRANCE (NOVOpress)
Parti combattre en Syrie entre 2013 et 2014, le djihadiste Erwan Guillard a été condamné en appel ce vendredi à onze ans de réclusion criminelle, légèrement moins donc que les douze ans prononcés lors de son premier procès en mars 2018, mais très inférieure aux dix-huit ans de réclusion criminelle réclamés par le Parquet général, qui souhaitait également une période de sûreté des deux tiers.

Les juges n’ont pas plus retenu cette option. Ainsi la peine sera aménageable. Arrêté à son retour en France, cet ancien militaire parachutiste, converti à l’Islam en 2009, avait conservé dans ses affaires des images d’exactions tout en jurant ne pas en avoir lui-même commis. L’ancien délinquant Tewffik Bouallag, lui aussi parti faire le djihad a quant à lui été condamné à treize ans de réclusion criminelle, avec une période de sûreté aux deux tiers.

En première instance, il avait écopé de quatorze ans, sans période de sûreté.


Génération identitaire condamnée : une sévérité démesurée?

Baisse du nombre de détenus : la conséquence de la politique pénale de Taubira

Prison de Fresnes: les djihadistes isolés pour limiter la radicalisation d'autres détenus

Source : Le Figaro
En un an, la population carcérale a diminué de 2 % soit 1600 détenus de moins. Pourtant, le niveau de la criminalité atteint des chiffres record. Alexandre Giuglaris analyse ce paradoxe.

Les derniers chiffres de la population carcérale et du milieu ouvert viennent d’être rendus publics par Le Figaro. Et le moins que l’on puisse dire est que leur courbe est clairement orientée à la baisse. En un an, le nombre de détenus diminue de 2 %, soit tout de même 1 600 détenus de moins. C’est un chiffre conséquent. Mais la tendance est là et n’est pas près de s’interrompre. Comment faut-il interpréter ces chiffres ?
Rappelons tout d’abord que les chiffres d’une population carcérale dépendent essentiellement de deux facteurs :
— Le niveau de la criminalité ;
— La politique pénale mise en œuvre.
En général, un niveau de criminalité et/ou une hausse de la criminalité se traduisent logiquement par une hausse des condamnations (en milieu ouvert et fermé). Le niveau de l’insécurité atteint des chiffres record avec plus de 5 millions de crimes et délits dans notre pays selon les chiffres de la chancellerie. À cela s’ajoute une criminalité en hausse, en particulier les cambriolages ou les atteintes physiques à la personne (agressions, coups et blessures…) qui sont les plus marquants pour les victimes et devraient être plus lourdement condamnés.
Cette hausse de la criminalité, couplée à un niveau déjà très élevé de la délinquance dans notre pays devrait conduire à une hausse des condamnations et des incarcérations… Mais nous assistons au phénomène inverse !

Lire la suiteBaisse du nombre de détenus : la conséquence de la politique pénale de Taubira