Pass sanitaire. Chute de fréquentation dans les cinémas et salles de sport

cinéma

Instauré depuis le 21 juillet en France pour certaines activités, le pass sanitaire n’aura mis que quelques jours à causer ses premiers dégâts. Parmi les victimes, cinémas et salles de sport déplorent déjà une baisse de fréquentation.

Pass sanitaire au cinéma : les entrées en baisse de 70 %

Il n’aura donc pas fallu longtemps pour constater les effets désastreux de l’entrée en vigueur du pass sanitaire imposé par le gouvernement de Jean Castex depuis le 21 juillet.

Les chiffres sont en effet sans appel : les salles de cinéma ont subi une baisse de 70 % du nombre d’entrées mercredi 21 juillet par rapport au mercredi précédent avec seulement 275 000 entrées enregistrées, selon la société Comscore, qui mesure la fréquentation des salles de cinéma. La journée du jeudi 22 juillet connaissait quant à elle une nouvelle baisse de 60 % du nombre d’entrées.

Rappelons que le pass sanitaire, impliquant de prouver une vaccination complète, un test négatif au Covid-19 ou un certificat de rétablissement, est désormais demandé depuis quelques jours à l’entrée de tous les lieux de loisirs et de culture capables d’accueillir 50 personnes et plus.

Tandis que le secteur a rapidement tiré la sonnette d’alarme compte tenu de ces pertes drastiques de chiffre d’affaires, le délégué général de la Fédération nationale des cinémas français (FNCF) Marc-Olivier Sebbag a indiqué que les professionnels déploraient « la confusion et les cafouillages sur les obligations des cinémas et des spectateurs. Ceux-ci étaient complètement perdus ».

Dans le détail, on apprend également que ce sont les grands cinémas, à savoir ceux comprenant plus de 10 salles, qui ont été les plus impactés depuis l’imposition du pass sanitaire, « notamment ceux avec un public populaire, jeune », souligne le délégué général.

Les entrées de Kaamelott s’effondrent

En outre, l’ensemble des films projetés dans les salles françaises ont donc logiquement connu eux aussi une baisse drastique de spectateurs avec des chutes de 80 à 90 % pour les films en deuxième semaine d’exploitation. Par exemple, les projections de « Fast and furious 9 » ont vu leur fréquentation baisser de 90 % mercredi 21 juillet et de 84 % jeudi 22 par rapport au chiffre de la semaine précédente.

Mais les sorties de la semaine n’ont été guère mieux loties, à commencer par le très attendu « Kaamelott ». Le film d’Alexandre Astier, après avoir attiré 320 000 personnes le mardi 20 juillet pour son avant-première, n’enregistrait plus que 115 000 entrées (soit près de trois fois moins !) le lendemain, jour d’instauration du pass sanitaire.

Plus éloquent encore, selon Eric Marti, directeur général de Comscore France, « le film a fait davantage en avant-première que l’ensemble du marché réuni mercredi ! ». De l’avis de celui-ci, sans ce contexte de restrictions délirantes, « Kaamelott » aurait normalement dû réaliser au minimum environ 400 000 entrées. C’est donc un nouveau coup dur pour des cinémas qui tentaient de se relever après plusieurs mois de fermeture en raison de la pandémie.

De son côté, la FNEF (Fédération nationale des éditeurs de films), regroupant les principaux distributeurs français tels Gaumont, Universal pictures et autres, a réclamé la mise en place d’un « plan massif en faveur de la distribution », dénonçant « une catastrophe industrielle » avec l’avènement du pass sanitaire.

Pour lire la suite, c’est ici !