Le professeur Peronne sur RMC ? La censure s’étend

Christian Perronne

Le 6 janvier 2021, l’AFP diffuse une information (pour une fois) très peu reprise par les médias de grand-chemin : RMC est épinglée par le Conseil Supérieur de l’Audiovisuel pour « manque de respect des obligations de la radio en matière de traitement de l’information. » Après les médias dits de réinformation, la censure s’étendrait-elle aux médias officiels ? Il semble bien que la réponse soit oui.

Les exemples de censure se multiplient. Après CNews et Zemmour, sans cesse montrés du doigt, ainsi que le décrivent ces articles parus sur l’OJIM, ou l’officialisation de la censure à l’échelle de l’UE, la surveillance de ce qui se dit dans les médias devient coutumière : dès qu’un invité ou une opinion différente de la doxa officielle s’expriment, un porte-flingue ou un autre intervient. Le professeur Peronne qui, outre ses passages multiples sur les plateaux des chaînes d’information en continu lors du premier confinement, a eu le mauvais goût, du point de vue des réseaux de surveillance, souvent menés par des personnalités hautement respectables telles qu’Olivier Duhamel, de participer au documentaire honni de ces mêmes médias, Hold-Up, en fait régulièrement les frais.

Le CSA s’est emparé des propos tenus par Peronne lors de l’émission des Grandes Gueules de RMC diffusée le 31 août 2020, lieu théorique de liberté d’expression, où le professeur exposait ses conceptions personnelles au sujet du covid-19, de la maladie de Lyme et du paludisme. Peronne est un infectiologue reconnu.

À travers RMC, c’est le professeur Peronne et son opinion non conforme sur le coronavirus qui sont visés. Un exemple de plus de l’araignée de la censure qui est en train de s’abattre sur des démocraties libérales de moins en moins démocratiques.

De l’admiration au rejet, la route est courte

Jusqu’au surgissement du covid-19 et au premier confinement, le professeur Peronne était fort respecté. Sa fiche Wikipédia en témoignait :

« Christian Perronne est un médecin et professeur des universités-praticien hospitalier français, spécialisé dans le domaine des pathologies tropicales et des maladies infectieuses émergentes, et ancien président de la commission spécialisée Maladies transmissibles du Haut Conseil de la santé publique. »

Autrement dit, un médecin dont la parole est légitime au sujet du paludisme, de la maladie de Lyme et des covid.

Comme le professeur Raoult, il faisait partie des autorités médicales et scientifiques sur lesquelles l’Etat n’hésitait pas à s’appuyer. Mais voilà que… ces professeurs émérites font aussi partie maintenant des personnalités médicales et scientifiques qui ne pensent pas comme l’actuel ministère de la santé. Du coup, leur statut d’autorité s’est écroulé, avec l’aide d’une forte campagne médiatique et de coups de pouce des autorités politiques.

Le choix fait par le CSA, et donc l’Etat, d’avertir RMC s’inscrit à la fois dans une volonté d’empêcher les autres médias d’inviter Peronne (se mettre le CSA à dos n’est pas une pratique volontariste chez les médias de grand-chemin) et dans la continuité des poursuites engagées contre lui. Déjà, le 17 décembre 2020, le directeur général de l’Assistance Publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP), Martin Hirsch, annonçait le renvoi immédiat du professeur de son poste de chef de service des maladies infectieuses et tropicales de l’hôpital Raymond Poincaré de Garches. Il indiquait aussi que l’AP-HP déposait une plainte contre lui auprès du conseil départemental de l’Ordre des médecins. Son crime ? Il aurait tenu « des propos indignes de la fonction qu’il exerce ». Derrière ce prétexte se cache aussi la parution de son ouvrage, Y a‑t-il une erreur qu’Ils n’ont pas commise ? (Albin Michel, éditeur ayant pignon sur rue), où le médecin démontre combien fut grande l’incurie gouvernementale lors du premier semestre 2020. Dès le 19 décembre, le Syndicat National des Médecins Hospitaliers réagissait en se disant « très inquiet (…) au regard de questions aussi fondamentales que la liberté de pensée, la liberté d’expression. Et, particulièrement pour ce qui nous concerne, dans le domaine de la médecine, la liberté de prescrire et la liberté de pensée médicale ». Le syndicat précisait : « La médecine n’est pas une science exacte, mais un art. C’est surtout une pratique où les échanges et les confrontations des expériences individuelles des médecins sont essentiels. Dès lors, les médecins discutent, ne sont pas toujours d’accord entre eux, surtout quand il s’agit de maladies nouvelles et ne se sont jamais privés d’en parler ». De ce fait, le Syndicat National des Médecins Hospitaliers demandait la levée des sanctions prises à l’encontre du professeur Peronne, infectiologue qui, aux dernières nouvelles, n’a été condamné en justice pour aucun délit ou crime.

Pour lire la suite, c’est ici !

Perronne, Fourtillan…Y a-t-il un acharnement contre ces professeurs ?

Christian Perronne

Serait-ce du complotisme de ma part que de remarquer que tous ceux qui ne sont pas d’accord sur les mesures prises par le gouvernement pour lutter contre le Covid-19 sont accusés de complotisme et méritent d’être dénoncés comme tels ? Qu’ils soient d’éminents professeurs de médecine reconnus par la communauté internationale pour leurs travaux ou de simples citoyens ?

L’actualité devrait pourtant nous permettre d’interroger ce qu’il se passe en France, dans le milieu médical qui, de plateaux télévisés en émissions de radio, n’arrête pas de dire tout et son contraire, à l’instar de ceux qui, comme Emmanuel Macron, Olivier Véran et Jérôme Salomon, ont pris des décisions liberticides qui, en neuf mois, ont transformé notre vie.

Je cite les noms de Raoult, Perronne, Toussaint, Fourtillan, Fouché, qui ont pris le contre-pied des méthodes préconisées ou approuvées par le plus grand nombre de médecins, eux aussi sûrement éminents, comme Gilbert Deray, leur farouche opposant. Raoult et Toussaint sont, à présent, écartés des interviews, en dehors de médias comme Sud Radio ou CNews, désormais considérés par certains comme quasi complotistes, voire même comme étant une presse de caniveau, comme l’a tweeté le docteur Nathan Peiffer-Smadja, infectiologue à l’hôpital Bichat, qui se donne pour mission de lutter contre « les désinformateurs qui participent à la propagation de l’épidémie ».

Mais si certains journalistes sont dans le viseur, il y a bien pire encore. C’est ainsi que Martin Hirsch, patron de l’HP-AP, vient de mettre fin aux fonctions de chef de service du professeur Christian Perronne pour des propos « indignes de sa fonction ». Perronne est bien décidé à rester en place, sûr de son bon droit. Cette sanction serait-elle le prix à payer pour son livre à succès dans lequel il dénonce la gestion désastreuse de l’épidémie de Covid-19 par l’État ?

Curieusement, d’ailleurs, on remarque encore ce jeune docteur Peiffer-Smadja, élève du professeur Yazdan Yazdanpanah, membre du Conseil scientifique de l’Élysée, car c’est à lui que s’adressaient « des propos non confraternels qui pourraient être une incitation à la haine » proférés par Christian Perronne et qui sont la raison officielle de la décision d’écarter de sa « chefferie de service » ce grand spécialiste mondial de la maladie de Lyme. Et ce même jeune médecin s’est plaint à Martin Hirsch d’avoir reçu des menaces de mort sur les réseaux sociaux à cause du professeur Perrone, lequel a contre-attaqué en l’accusant de l’avoir diffamé dans une vingtaine de tweets. La Justice tranchera.

Et que dire de l’arrestation du professeur Jean-Bernard Fourtillan, d’abord incarcéré en détention provisoire à la prison d’arrêt de Nîmes (selon France 3), puis placé en isolement dans l’hôpital psychiatrique d’Uzès, dans le Gard. Ce militant anti-vaccin impliqué dans l’affaire dite des « essais cliniques de l’abbaye Sainte-Croix » avait également accusé l’Institut Pasteur d’avoir manipulé le virus à des fins financières, dans le documentaire très contesté Hold-up. Le professeur Fourtillan ne sera hospitalisé qu’une semaine, après qu’un médecin l’a jugé parfaitement normal. Le Monde explique que des « groupes de défense » sur les réseaux sociaux ont mené une campagne conséquente « dès les heures qui ont suivi son hospitalisation d’office » et ont organisé des rassemblements devant l’établissement où se trouvait le pharmacien, professeur agrégé de chimie thérapeutique, inventeur d’un médicament contre les maladies de Parkinson et d’Alzheimer. Il en est sorti le vendredi 18 décembre « sur une décision du juge des libertés et de la détention ».

En tout état de cause, n’est-ce pas la liberté de parole et la liberté d’expression qui sont, à cause de ce virus, fortement mises à l’épreuve ? La parole officielle, dût-elle être celle de grands spécialistes, n’est pas que la pensée unique.

Floris de Bonneville

Tribune reprise de Boulevard Voltaire