Tag Archives: Christian Harbulot

Colloque « Patrie et Liberté : Penser autrement pour redresser la France »

13/01/2016 – CULTURE (NOVOpress)

Samedi se tiendront les premières rencontres du Carrefour de l’Horloge, anciennement Club de l’Horloge. Les débats s’articuleront autour du thème : Patrie et Liberté : Penser autrement pour redresser la France.
Au programme :
Charles Beigbeder : « Liberté d’entreprise et enracinement »
François Billot de Lochner : « La liberté d’expression »
Ivan Blot : « La démocratie directe »
Éric Branca : « La comédie du pouvoir autour de la question de la souveraineté »
Christian Harbulot : « La France est-elle encore une puissance ? »
Henry de Lesquen : « Rassembler la droite »
Jean-Yves Le Gallou : « Comment rétablir le pluralisme des médias ? »
Julien Rochedy : « L’État contre le peuple »
Christian Vanneste : « Comment défendre l’identité nationale ? »

Rendez-vous à la maison de la chimie de 9 h 30 à 19 h 28 rue Saint-Dominique (7e).
Les débats comme l’entrée seront libres !


[Lu sur Internet] "Sabordage - Comment la France détruit sa puissance" de Christian Harbulot

[Lu sur Internet] “Sabordage – Comment la France détruit sa puissance” de Christian Harbulot

21/04/2014 – Paris (via Métapo Infos)
Les éditions François Bourin viennent de publier “Sabordage – Comment la France détruit sa puissance”, un essai de Christian Harbulot. Tenant du patriotisme économique, éventuellement à l’échelle européenne, et fondateur de l’Ecole de guerre économique, Christian Harbulot est notamment l’auteur de “La France doit dire non” (Plon, 1999) et de “La main invisible des puissances” (Ellipses, 2007) et le coordonnateur de l’ouvrage collectif “Les chemins de la puissance” (Tatamis, 2007).


Dans un style vigoureux et d’une grande clarté, Christian Harbulot documente sur ce qui ronge peu à peu la position économique et politique de la France. Il raconte les coulisses et les logiques des nations qui n’ont rien à voir avec une assemblée de bisounours. Il dénonce l’ambiguïté historique des élites françaises par rapport aux États-Unis. Il faut une posture de combat pour faire face aux effets des coups de billards à trois bandes des « amis » américains et allemands, de la longue marche chinoise et de la paralysie européenne, tout un théâtre d’ombres insoupçonné.