Tag Archives: Christian Estrosi

Vu sur Twitter

Pour Christian Estrosi, qui acte le décès de l’UMP, son parti est devenu “bourgeois et élitiste”

Publié le
[Exclusivité Novopress] "L'imam Estrosi" de Philippe Vardon - les bonnes feuilles

[Exclusivité Novopress] “L’imam Estrosi” de Philippe Vardon – les bonnes feuilles

12/03/2014 – NICE (NOVOpress)
Attention, livre coup de poing ! C’est peu dire que Philippe Vardon jette un pavé dans la mare avec son livre “L’imam Estrosi” sorti chez IDées éditions. A rebours de son image nationale “droitière” Christian Estrosi, maire de Nice, cultive localement un amour de moins en moins modéré à l’égard des musulmans et singulièrement de l’UOIF. Preuves à l’appui, Philippe Vardon – qui présentera son livre vendredi 14 mars au Bastioun à Nice, 9 rue Ribotti, à partir de 19 heures – démontre et démonte un système clientéliste dont les premières victimes sont Nice et les Niçois. Un avant-goût de la France d’après voulue par Nicolas Sarkozy… En exclusivité pour Novopress, les bonnes feuilles (Vous pouvez d’ores et déjà commander mon enquête-choc “L’imam Estrosi” à NR – 9 rue Ribotti – 06 300 Nice, 15 euros port compris, chèques à l’ordre de “mandataire financier de Philippe Vardon”.)


Extraits de la préface rédigée par Joachim Véliocas de l’Observatoire de l’islamisation :

Les députés et maires UMP n’ont jamais été clairs avec les islamistes. (…) L’Observatoire de l’islamisation a recensé 25 maires sortants UMP qui ont aidé l’édification de mosquées avec des subventions ou des terrains municipaux. Aucune remontrance de la direction de l’UMP, c’est Serge Dassault qui montra l’exemple à Corbeil Essonne en finançant la mosquée de la ville qui invita le pro-lapidation Hani Ramadan à y prêcher ! En mode arrosage automatique, à tel point que les mauvaises langues appellent « l’UMPS » Une Mosquée Par Semaine… (…) L’UOIF est dans les petits papiers de Christian Estrosi à Nice. Le député-maire voulant faire croire à ses administrés qu’il s’agit là de musulmans « modérés », aussi légitimes que les enfants de Catherine Ségurane. Philippe Vardon-Raybaud présente M. le Maire comme un « imam », c’est-à-dire littéralement celui qui « conduit » en arabe. Un titre volontairement provocateur et qui sera considéré excessif par certains. Mais à bien y réfléchir, oui, Christian Estrosi conduit bel et bien les migrants dont il a facilité l’arrivée avec l’UMP, vers les nouvelles mosquées de Nice dont il a promis la construction. Après tout, n’avait-il pas affirmé dans une mosquée de l’UOIF, à l’Ariane, qu’il s’y sentait chez lui ?

Lire la suite

Agression "homophobe" à Nice : le racisme antifrançais comme vrai motif ?

Agression “homophobe” à Nice : le racisme antifrançais comme vrai motif ?

22/04/2013 – 02h00
NICE (NOVOpress) – Plusieurs médias régionaux et nationaux se sont émus, à juste titre, de l’agression dont ont été victimes deux jeunes homosexuels dans la nuit de samedi à dimanche à Nice.

Si l’agression a immédiatement été présentée comme homophobe, il semble que la réalité soit un peu plus complexe. En effet, dans le poignant témoignage diffusé sur sa page Facebook par l’une des deux victimes (photos de la victime ci-dessus) mais aussi dans un entretien vidéo réalisé par Nice Matin on apprend qu’avant de porter le premier coup (après avoir demandé une cigarette, approche qui en soit signe déjà un peu le crime) l’agresseur principal aurait demandé “Français ou Tchétchène ?”, et c’est après confirmation de la nationalité française de la future victime que les violences ont débuté.

Lire la suite

Dédicace perturbée à Paris : “Les mosquées d’Estrosi c’est non merci !”

17/04/2013 – 10h00
PARIS (NOVOpress) –
Lors d’une dédicace à Paris, Christian Estrosi affirme avoir été menacé, encerclé, et même que la table sur laquelle il dédicaçait son livre aurait été renversée. Les images qui ont été transmises en exclusivité à NOVOpress permettent de démontrer clairement la véracité des faits, très loin de la version du député-maire de Nice…

Mardi 16 avril donc, la dédicace dans une librairie parisienne du député-maire UMP de Nice, Christian Estrosi, pour son ouvrage “Fils de Nice” a été perturbée. Une dizaine de personnes se réclamant “Niçois en exil, amis et amoureux de Nice” lui ont demandé des comptes sur sa politique de soutien à l’ouverture de nouvelles mosquées à Nice ou encore ses relations avec les musulmans de l’UOIF. Des pancartes “Estrosi complice, trop de mosquées à Nice” ont été brandies et des slogans “Fils de Nice mon c*** tes mosquées on n’en veut plus !” scandés, puis les intervenants ont quitté les lieux après avoir lancé en l’air un paquet de tracts expliquant leur intervention.

Publié le
Bail de la mosquée rue de Suisse à Nice : victoire des Identitaires

Bail de la mosquée rue de Suisse à Nice : victoire des Identitaires

27/03/2013 – 01h55
NICE (NOVOpress) – Il y a deux façons d’agir en politique lors qu’on se place hors système. La première est l’attente eschatologique du Grand Soir souvent remis au lendemain. La deuxième étant d’obtenir un certain nombre de victoires quotidiennes. Et c’est cette voie qu’ont choisie les Identitaires, notamment Nissa Rebela.

Lire la suite

“Estrosi complice, on veut un référendum sur la mosquée de Nice” au Conseil municipal de Nice

16/03/2013 – 12h00
NICE (NOVOpress) –
Hier matin au Conseil municipal de Nice, quatre membres de Génération Identitaire sont intervenus pour dire “Estrosi complice, on veut un référendum sur la mosquée de Nice”.

Le maire de Nice, Christian Estrosi, n’a jamais consulté les Niçois au sujet de sa politique de soutien à l’ouverture de nouvelles mosquées.

Continue reading

Publié le
Crise identitaire à l'UMP : vers une stratégie de l'échec ?

Crise identitaire à l’UMP : vers une stratégie de l’échec ?

Photo : séminaire des cadres UMP le 9 février 2013. Crédit : UMP Photos via Flickr (cc)

25/02/2013 – 08h00
PARIS (NOVOpress) — La campagne électorale en vue des élections municipales de mars 2014 est l’occasion de s’interroger sur l’état de santé de l’ex Union pour la majorité présidentielle. Deux constats s’imposent : d’un côté, une base qui a soutenu la ligne “identitaire” impulsée par Patrick Buisson lors de la campagne électorale de Nicolas Sarkozy en 2012 puis la ligne de “droite décomplexée” conduite par Jean-François Copé. La même base militante s’est clairement prononcée en faveur d’alliances locales avec le Front National, et aura fourni le gros des troupes de la Manif pour tous contre l’adoption d’enfants par les homosexuels. D’un autre côté, des prises de position de responsables UMP aux antipodes de ce virage “droitier”. Sans prédire une explosion en plein vol, il y a de quoi s’interroger sur le devenir de cette formation politique, alors que FN et Bloc Identitaire appellent à des unions sacrées à droite.

Lire la suite

Nice : Bruno Gollnisch tête de liste pour le FN pour les élections de 2014 ?

Nice : Bruno Gollnisch tête de liste pour le FN pour les élections de 2014 ?

17/01/2013 – 18h00
NICE (NOVOpress) – Décidément, il se passe quelque chose chaque dernier jour dans la baie des Anges. Après la relaxe en appel de Jacques Peyrat qui lui ouvre de nouvelles perspectives pour les élections municipales, et Nissa Rebela qui évoquera demain ces dites élections lors de sa galette des rois, c”est au tour du Front national de faire parler de lui pour la conquête de l’hôtel de ville en 2014.

Lire la suite

Baromètre twitter politique des Alpes-Maritimes : Philippe Vardon deuxième devant Christian Estrosi

Baromètre twitter politique des Alpes-Maritimes : Philippe Vardon deuxième devant Christian Estrosi

05/11/2012 — 12h45
NICE (NOVOpress) — L’édition niçoise du quotidien Metro s’en étonne mais le relève quand même. “Tous les mois, Metro établit grâce à l’outil de mesure Klout le classement des personnalités politiques azuréennes les plus influentes sur les réseaux sociaux. Le chef de Nissa Rebela bouscule la suprématie de l’UMP dans ce 3ème baromètre”.

Lire la suite

[Tribune libre] Gilbert et Thierry (2/2)

[Tribune libre] Gilbert et Thierry (2/2)

Suite de la tribune libre de Philippe Vardon-Raybaud, président de Nissa Rebela. Première partie ici.

Indécence des politiques

Encore faudrait-il que nos gouvernants le veuillent. Et puis d’ailleurs, pour eux, après tout il semble que les choses aillent bien.

Écoutez Claude Guéant, ministre de l’Intérieur, déclarant qu’à Marseille la sécurité s’est plutôt améliorée ces derniers temps.
Écoutez Bernard Brochand, maire de Cannes, nous dire que les caméras fonctionnent et que c’est le meilleur moyen d’assurer la sécurité des citoyens.
Écoutez Christian Estrosi, maire de Nice, renchérir en se félicitant que le braquage n’ait pas eu lieu dans sa ville… grâce à son superbe système de caméras bien sûr (et pour le coup il en installe 144 supplémentaires tiens !). Oubliant simplement que l’an passé les braquages de bijouterie se sont succédés à un rythme effréné (huit en un trimestre), et qu’un joaillier niçois a échappé miraculeusement à la mort, recevant aussi une balle en pleine tête. Et ce n’est pas d’ailleurs la vidéosurveillance qui aura permis d’arrêter ses agresseurs (issus des « quartiers sensibles » des Moulins et de l’Ariane), mais une longue enquête de sept mois à travers investigations, recoupements et écoutes téléphoniques. Christian Estrosi fanfaronne alors que ce bijoutier avait reçu cette balle dans la tête un an quasiment jour pour jour avant le meurtre de Thierry Unik à Cannes, le 25 novembre 2010.

L’échec des sarkozistes

Ce ne sont pas les déclarations d’autosatisfaction et le recours à la méthode Coué qui suffiront à masquer la réalité que tous les Français constatent, et que les statistiques que je vous livrais plus haut viennent chiffrer. Cette réalité c’est l’explosion de l’insécurité et en particulier des violences. Dans un sondage Ifop réalisé pour Europe 1 et Paris-Match, 56% des sondés déclarent se sentir en sécurité nulle part, 16% de plus qu’en 2006 !

Une grande partie des électeurs de Sarkozy attendaient de lui qu’il « nettoie au Karcher » et les débarrasse de « cette bande de racailles ». Il n’a pas encore sorti son pistolet à eau… Et pour ce qui est des bandes de racailles, elles ont plus que prospérer et contrôlent désormais des pans entiers du territoire, certainement davantage encore que lors du début de ce mandat. On retiendra que c’est sous Sarkozy – ministre de l’Intérieur puis président de la République – que l’on aura accepté que des policiers se fassent tirer dessus sans riposter.

Des policiers privés de moyens. A qui l’on demande d’économiser l’essence et les munitions, dont on ne remplace pas forcément les véhicules, qui ne peuvent plus enquêter quand ils ont utilisé le budget défini pour l’année (les écoutes, les relevés téléphoniques, les empreintes ADN coûtent cher…), qui finissent par acheter eux-mêmes une partie de leur équipement.

Des policiers dont on réduit les effectifs. Qui s’est imaginé en votant pour Nicolas Sarkozy en 2007 qu’il allait réduire les effectifs des forces de sécurité dans ce pays ? Oui, bien entendu, le poids de la fonction publique est trop important en France. Mais est-on vraiment certain que c’est dans la Police ou la Gendarmerie qu’il faille supprimer des postes ?!

Des policiers qu’on a lâchés, dégoûtés… castrés. Qu’on vient féliciter sur leur lit d’hôpital, leurs jambes meurtries par les plombs d’une chevrotine tirée depuis la fenêtre d’une tour de Villiers-le-Bel, pour ne pas avoir utilisé leur arme et répliqué.

Des policiers à qui nos politiques, finalement, demandent d’être aussi inefficaces et aussi lâches qu’eux. Car ils ne veulent surtout pas, surtout pas, assumer ce que représenterait le véritable rétablissement de l’ordre dans ce pays. C’est pourtant bien ce que l’immense majorité du peuple attend d’eux…

La sécurité, premier devoir de l’État

Et c’est bien normal, car assurer la sécurité des citoyens est bien le premier devoir de l’État, et l’un de ses principaux éléments constitutifs. C’est d’ailleurs bien sur ce principe que se fonde le plus souvent l’autorité politique. Si les paysans de notre moyen-âge acceptaient peu ou prou le servage, c’est que le cas échéant c’était bien le seigneur et ses chevaliers qui allaient sur un champ de batailler crever l’épée à la main.

Max Weber définit l’État comme l’institution exerçant « le monopole de la contrainte physique légitime sur un territoire donné ». Le citoyen, les citoyens, confient à l’Etat le droit d’exercer la force, y compris à leur encontre s’ils enfreignent les règles dont ils se sont dotés ensemble à travers les lois. Ils acceptent cette contrainte car ils attendent aussi en retour que l’Etat les protège…

C’est aussi pour cette raison que l’on consent à l’impôt, en premier lieu. Les commerçants, premières cibles actuellement de ces braquages à la violence irrationnelle, en paient d’ailleurs beaucoup.
On pourrait bien imaginer de leur part une grève de l’impôt (ça n’arrangerait pas notre fameux triple A mais bon…) qui pourrait constituer un mode d’action collective non-violent et civique, une sorte de poujadisme revisité. L’Etat ne remplissant plus son rôle premier à l’encontre des citoyens, et notamment des commerçants, pourquoi devrait-on continuer à passer à la caisse ? D’autant, de surcroît, que ce même Etat empêche les citoyens de palier par eux-mêmes à ses manquements et tout au contraire fait ressentir sur ceux-ci toute son autorité. Celle-là même qu’il n’exerce plus sur les criminels…

Défendre sa vie est un droit

Car dans le cas du bijoutier Gilbert Lori, comme avec le paisible retraité René Galinier pour lequel les identitaires avaient mené une intense mobilisation, nous assistons à une totale inversion de la justice la plus élémentaire : ce sont ceux qui se sont défendus face à des braqueurs ou des cambrioleurs qui se retrouvent trainés devant les tribunaux, parfois même jetés en prison. Ce sont pourtant les criminels qui ont choisi de créer cette situation, pas ceux qui subissent leurs méfaits !
Finalement, en suivant cette logique, braqueur deviendrait un métier moins risqué que bijoutier.

On le sent bien, ça ne peut plus durer. La notion de défense légitime (des personnes, des familles, des foyers) doit être revue, sans doute élargie. C’est bien même vers la notion d’autodéfense qu’il faut aujourd’hui avancer. Dans une intervention prononcée à Béziers lors de la grande manifestation de soutien à « Papy Galinier », j’avais fait du triptyque autonomie-autogestion-autodéfense la clef pour reprendre notre destin en main, prônant la réorganisation de notre société sur des bases communautaires, solidaires et populaires. L’abandon de notre peuple par ses autorités politiques officielles est patent, on peut toujours en appeler avec nostalgie (et la petite pointe de jacobinisme que cela sous-entend forcément) à la sainte intervention de l’État. Sauf à arriver à en prendre la tête, cela risque de rester un vœu pieu.

Alors en attendant, il va bien falloir songer à se défendre (et il ne s’agit plus ici d’une métaphore, mais bien de défendre sa vie et celle de ses proches) et donc en premier lieu à se battre pour que le régime législatif ne soit pas trop défavorable à ceux qui ne veulent pas être des victimes. Cela passe par la sanctuarisation du domicile et du local commercial, la présomption de légitime-défense devant y être appliquée. Cela passe aussi forcément par une remise en perspective des lois sur la détention d’armes, pour que les citoyens honnêtes ne soient pas désarmés face aux bandes criminelles. Ces deux mesures simples, répondant à la réalité que nous devons affronter, faisaient partie du projet présidentiel défendu par les identitaires.

Puisque ces salopards ne craignent plus la justice (et souvent à juste titre), ils doivent savoir qu’en choisissant de pénétrer dans la maison d’une famille pour les voler ou les agresser, qu’en braquant un commerçant dans sa boutique, ils peuvent avoir à risquer leur peau.

Ce sont les criminels qui doivent payer le prix de leurs actes, pas Gilbert et Thierry.

Philippe Vardon-Raybaud, président de Nissa Rebela
Auteur d’Éléments pour une contre-culture identitaire (IDées, 2011)

* Littéralement « Craignez le gouvernement qui craint vos armes », l’idée étant qu’un gouvernement qui défend les intérêts légitimes de ses citoyens n’a rien à craindre du fait qu’ils possèdent des armes.
** Archives de Novopress : « Autonomie, autogestion, autodéfense ! » réclame Philippe Vardon à Béziers (21/01/2010)
Crédit photo : branox via SXC (cc)

L'UMP dément être l'auteur du fichier piraté, sans contester sa véracité

L’UMP dément être l’auteur du fichier piraté, sans contester sa véracité

09/11/2011 – 11h30
NUMERAMA — L’UMP a réagi dans un communiqué au fichier diffusé sur Internet
(encore disponible sur le site Pastebin.com à cette heure, note de Novopress) et contenant de nombreuses informations personnelles appartenant à des cadres du parti. Le mouvement affirme ne pas procéder à une telle collecte, mais ne conteste pas la véracité des données dévoilées.

Une base de données contenant des informations personnelles d’un millier de cadres de l’UMP a été piratée et son contenu a commencé à circuler sur Internet. De nombreuses données sensibles sont recensées, dont les numéros de téléphone personnels et les adresses postales privées de personnalités politiques de premier plan, comme Jean-François Copé, Christian Estrosi ou encore Éric Ciotti.

Devant la gravité de la situation, la majorité présidentielle n’a pas tardé à réagir. Sous la forme d’un communiqué publié sur son site web, l’UMP explique que “le fichier diffusé sur internet contenant un certain nombre d’informations au sujet de plusieurs personnalités de l’Union pour un Mouvement Populaire, n’est pas un fichier de l’UMP“.

L’UMP affirme en effet que les informations “qui y apparaissent ne sont pas des données que collecte l’UMP“. Sans doute. Cela ne veut pas dire pour autant qu’elles sont inexactes. Et dans ce cas, l’affaire pourrait prendre des proportions conséquentes, au moins sur le plan judiciaire, au regard du nombre de personnes touchées et du volume des informations concernées.

À ce sujet, la majorité présidentielle a indiqué que “toutes les suites judiciaires à donner” à cette affaire sont en cours d’examen.

[box]Auteur : Julien L. pour Numérama. Article original de Numérama publié le 8/11/2011. Licence cc[/box]
Photo en Une : point presse du 2 novembre 2011, Jean-François Copé et Hervé Novelli. Crédits : UMP Photos via Flickr (cc)

Une rentrée politique offensive pour l'ex-maire de Nice Jacques Peyrat

Une rentrée politique offensive pour l’ex-maire de Nice Jacques Peyrat

16/10/2011 – 11h30
NICE (NOVOpress) — Vendredi 14 octobre, l’ancien Sénateur-maire de Nice Jacques Peyrat a réuni ses amis et les adhérents de son parti local – l’Entente Républicaine, inspirée du Rassemblement Républicain de Jean puis Jacques Médecin – pour sa rentrée politique.

C’est devant une salle comble que Jacques Peyrat s’est livré à une intervention prenant comme base le fameux “Indignez-vous” de Stéphane Hessel, mais avec des indignations bien différentes évidemment. Portant dans un premier temps son regard sur l’actualité nationale et internationale (et n’hésitant pas à s’attaquer à des sujets tabous tels que la pression démographique des populations extra-européennes sur notre sol), Jacques Peyrat s’est bien sûr longuement attardé sur la situation de la ville de Nice dont il a été le premier magistrat de 1995 à 2008. Il n’a pas épargné le maire actuel, Christian Estrosi, revenant notamment sur son étrange proximité (révélée mardi par l’émission de France 2 Complément d’enquête) avec le porteur de mallettes Ziad Takieddine, lui-même mêlé à la dramatique affaire Karachi.

Une rentrée politique offensive pour l'ex-maire de Nice Jacques Peyrat

Une rentrée politique offensive pour l'ex-maire de Nice Jacques Peyrat. Photo : DR Nissa Rebela

Jacques Peyrat a confirmé sa volonté de repartir à la bataille dans le canton de Nice 14, si la décision du tribunal administratif venait à être confirmée et donc l’élection de mars dernier annulée (un candidat avait inscrit Front National sur ses bulletins alors que le FN soutenait Jacques Peyrat !), mais il a aussi évoqué la possibilité d’une candidature aux législatives face à Eric Ciotti – ancien bras droit de Christian Estrosi et président du Conseil général des Alpes-Maritimes – en juin prochain. Concernant les échéances présidentielles, Jacques Peyrat a déclaré ne vouloir donné aucune consigne de vote, notamment parce qu’au sein de l’Entente Républicaine se côtoient des personnes ne partageant pas les mêmes opinions sur le plan national, mais a clairement affirmé que pour sa part il soutiendrait et voterait pour Marine Le Pen.

Enfin, pour ce qui est apparu dans le discours de Jacques Peyrat comme l’objectif prioritaire, à savoir les élections municipales de 2014 (“seulement deux ans et demi” rappeler l’ancien maire à la tribune), Jacques Peyrat a rappelé sa volonté d’union et de rassemblement derrière une plateforme commune. Cette volonté de rassemblement semblait symboliser par la présence au tout premier rang d’Igor Kurek (secrétaire général du RPF gaulliste), de Frédéric Bocaletti (responsable régional du FN), et de Philippe Vardon (président des identitaires niçois de Nissa Rebela). Les journalistes de Canal + couvrant cette réunion ont notamment interrogé ce dernier à propos de cette configuration assez originale pouvant faire penser davantage à la vie politique italienne qu’aux scénarios habituels en France où le système électoral tend à privilégier les divisions partisanes.
Photo en une : Nice Matin du 15/10/2011

Montebourg/Identitaires : Christian Estrosi a-t-il eu un éclair de lucidité ? [vidéo]

Montebourg/Identitaires : Christian Estrosi a-t-il eu un éclair de lucidité ? [vidéo]

12/10/2011 – 15h30
PARIS (NOVOpress) –
Pourtant habitué à énoncer des erreurs manifestes ou des mensonges éhontés, le député-maire de Nice, Christian Estrosi, semble avoir eu un éclair de lucidité.

Interrogé par I-Télé mardi 11 octobe, il a affirmé aux alentours de 14 minutes 50 de l’émission, au sujet d’Arnaud Montebourg : « À se demander d’ailleurs si des électeurs de Marine Le Pen ou des Identitaires ne sont pas allés voter dimanche ? » Tout en plaçant la démondialisation à la gauche de l’extrême gauche…

[box class=”info”]Crédit photo : DR[/box]

Le meeting d'Estrosi à Nice perturbé par les identitaires

Le meeting d’Estrosi à Nice perturbé par les identitaires [mis à jour : vidéo]

11/09/2011 – 19h40
NICE (NOVOpress) — Les Identitaires de Nissa Rebela ont réussi un joli coup aujourd’hui en s’invitant au meeting de l’UMP à Nice, organisé sous l’égide du maire de la ville, Christian Estrosi. Durant le discours de l’édile de la ville, plusieurs militants identitaires se sont invités parmi le public, criant le slogan et brandissant des pancartes « Estrosi complice – pas de mosquées à Nice ! ».

Lire la suite

Philippe Vardon et Christian Estrosi sur RTL

Philippe Vardon et Christian Estrosi sur RTL [audio]

Le journaliste de RTL est obligé d’admettre qu’à Nice “dans ce quartier, c’est vrai que les commerces tenus par des Occidentaux sont de plus en plus rares. Reste un boucher au bord de la retraite” et ce boucher précise que “Le soir il y a des rassemblements partout”, “les clients déménagent”(autrement dit les “occidentaux” sont obligés de fuir leur propre sol).

Christian Estrosi considère les membres de Nissa Rebela comme des marginaux. Il est là juge et partie et ce n’est pas l’avis de l’historien des idées et politologue Stéphane François, qui dans l’émission “C dans l’air” de France 5 du 3 août dernier indique “Estrosi est carrément embêté avec” Nissa Rebela, “et Vardon est vraiment très fort de ce point de vue là”écouter sur Novopress ici).

Concernant les autres déclarations d’Estrosi puisque Vardon n’a pas pu répondre sur RTL, voici ce qu’il à répondu par écrit le jour même :

[box]Christian Estrosi a prétendu que Marine Le Pen avait accordé des investitures à des candidats de Nissa Rebela lors des dernières élections cantonales. C’est rigoureusement faux et tout le monde le sait très bien. Nous nous réservons le droit de déposer plainte en diffamation, et j’imagine qu’il en sera de même pour le Front National.

Christian Estrosi s’est défendu de vouloir organiser le 11 septembre un meeting contre Marine Le Pen. C’est pourtant exactement l’inverse qu’il avait déclaré en annonçant cette réunion, voulant en faire une démonstration de force pour se mesurer au FN.

Enfin, Christian Estrosi a prétendu que le conseiller municipal de La Colle-sur-Loup s’étant fait remarquer pour son imitation de l’accent maghrébin avait été suspendu de l’UMP « dans la minute » par ses soins. C’est une fois de plus totalement faux et tous les articles de presse depuis deux jours en attestent. Dans ce cas comme dans tant d’autre, Estrosi a fui ses responsabilités préférant refiler la patate chaude à Messieurs Luca et Condomitti.[/box]
[box class=”warning”]Photo : Christian Estrosi en Afrique ? Non à Nice, pour la fête du “Mieux Vivre Ensemble”[/box]