Tag Archives: centrisme

François Bayrou Guignol

François Bayrou : « Je ne me reconnais pas dans ce qu’Emmanuel Macron incarne »

23/02/2017 – FRANCE (NOVOpress) : François Bayrou a choisi : il fera alliance avec Emmanuel Macron pour l’élection présidentielle. Traduction : il le soutient par haine de François Fillon et en espérant être nommé à Matignon, ce qui serait le couronnement de sa carrière. Cet Emmanuel Macron-là doit donc être un homonyme du Macron Emmanuel que Bayrou vouait aux gémonies il y a encore quelques semaines. Dans ses tweets assassins ainsi que dans ses déclarations télévisées. Magnéto Serge !

eric-zemmour

Eric Zemmour : « François Bayrou, le chat noir de la droite » ?

29/11/2016 – FRANCE (NOVOpress) : « Il se tâte. Il s’interroge. […] To be or not to be candidat en 2017 ? That is the question. François Bayrou est le Hamlet du jour, mais il ne sait pas si la réponse à cette question intéresse un autre que lui », s’est moqué Eric Zemmour ce matin sur RTL. « Il a joué et il a perdu : il a misé sur Juppé pour avoir Sarkozy et il a eu Fillon. Son billard à trois bandes était si sophistiqué qu’il a déchiré le tapis. » « On entend déjà le chœur des ennemis du centriste : Bayrou a fait perdre Juppé en le soutenant comme il avait fait perdre Sarkozy en votant Hollande en 2012. Bayrou ou le chat noir de la droite »…

« Il ne faut pas cependant surestimer le rôle maléfique qu’on prête au Béarnais », tempère Eric Zemmour : « Alain Juppé n’avait pas besoin de lui pour susciter le rejet de beaucoup d’électeurs de droite avec son “identité heureuse“, et de même en 2012 ce ne sont pas les voix de Bayrou qui ont manqué au président sortant, mais le million de suffrages venus du Front national qui l’ont laissé seul face à son destin. »

« Les choix tactiques de Bayrou ne sont pas toujours fidèles à sa réputation », explique d’ailleurs le chroniqueur, qui revient sur l’occasion manquée de 2007, quand il a refusé la main tendue de Ségolène Royal, et sur celle de 2012, quand il a cette fois saisi la main… que François Hollande ne lui tendait pas. Et voilà que surgit le profil juvénile de Macron…