Les Restos du cœur s’attirent les foudres du Collectif contre l’islamophobie en France

03/12/2019 – FRANCE (NOVOpress)
Se fondant sur la charte des Restos du cœur, que signent les 73 000 bénévoles et qui prévoit « une indépendance complète vis-à-vis du politique et du religieux » la directrice des Restos du cœur de Toulon a exclu le 3 septembre une femme musulmane voilée.

Précisons que les Restos du cœur servent des repas à toutes celles qui en font la demande, voilées ou non. C’est sans surprise que le CCIF a parlé de « discrimination islamophobe »…


[Enquête] Justice : quand le CCIF instrumentalise la justice pour mener sa croisade communautariste

Gilles-William Goldnadel : « Cette plainte de la mère voilée est orchestrée par le CCIF… c’est une victimisation outrancière ! »

Goldnadel

Après l’incident survenu, vendredi dernier, au conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté, la mère accompagnatrice voilée lors d’une sortie scolaire a porté plainte contre l’élu RN Julien Odoul.

Maître Gilles-William Goldnadel, revient sur les conséquences de cette affaire, « un psychodrame disproportionné et ridicule », et dénonce les propos ambivalents d’Emmanuel Macron sur la question du voile.

La dame voilée interpellée par Julien Odoul au Conseil régional a annoncé avoir porté plainte pour violence en réunion. La plainte de cette dame est-elle recevable ?

Sur quinze jours, on est passé du drame au psychodrame. On est passé du drame de la Préfecture de police de Paris au psychodrame totalement disproportionné et totalement névrotique sur le plan médiatique. C’est parti d’un incident ridicule dont on aurait d’ailleurs pu faire l’économie.
Je ne suis pas un grand défenseur de ce qu’a fait Julien Odoul, mais de là à en faire un drame national dont la durée dépasse le drame de la Préfecture… Cela montre la folie du temps !
J’avais annoncé qu’après le temps de la colère des Français viendrait le temps de la victimisation. Je veux bien croire que cette femme ait pu se sentir humiliée. C’est d’ailleurs assez inutile d’apostropher quelqu’un à titre personnel. Mais de là à expliquer le lendemain qu’ils ont gâché sa vie, et de le dire au CCIF, proche des Frères musulmans et qui a fait profession de foi de traquer la soi-disant islamophobie, la ficelle est énorme !
C’est évidemment expressément orchestré par le CCIF, mais qui sur le terrain de l’antiracisme n’ira pas loin. D’abord, elle n’a pas été visée sur le plan ethnique. De plus, beaucoup de musulmans sont contre le voile.
Je ne doute pas néanmoins que la section presse du Parquet de Paris, telle que je la connais, donnera un petit coup de main à tout cela. Ils se sont saisis il y a quelque temps, contre ma cliente Nadine Morano, d’une chose qui n’avait aucun sens. Ils ont poursuivi de leurs ardeurs Georges Bensoussan parce qu’il avait parlé d’antisémitisme islamique. Ils ont poussé l’absurdité dans cette affaire d’aller jusqu’à la Cour d’appel qui a débouté le Parquet, ce qui est tout de même ridicule.
Donc oui, c’est possible que cette plainte soit soutenue. Pour autant, je vous assure que sur le terrain de l’antiracisme, cette plainte n’a pas lieu d’être. Il n’y a pas de racisme.

Est–ce selon vous sur une polémique du niveau des foulards de Creil de 1989 ?

Cette victimisation est tellement outrancière et démentielle qu’elle en devient ratée et risible.
Regardez l’improbable affaire de ce footballeur qui compare les musulmans aux juifs sous Hitler… Incroyable !
Au-delà de cette victimisation, la question du voile est posée à nouveau. On voit là le rôle de monsieur Macron, l’ambivalent. Voilà quelqu’un qui, il y a 15 jours, appelait les Français à la vigilance. Or, cette vigilance est un chemin de crête, puisque celui qui voyait un islamiste devait presque le dénoncer. C’est un exercice difficile. Et on peut ainsi tomber dans une certaine forme de stigmatisation. Pour preuve, l’université de Cergy Pontoise, il y a deux jours, a fait un portrait robot du djihadiste salafiste avec le pantalon à mi-mollet. Voilà que le responsable de l’université dit que c’était maladroit.
Vous voyez bien que la vigilance est un art difficile et que l’on peut vite tomber dans la délation.
C’était Macron lui-même qui appelait à la vigilance, dans une posture finalement ambivalente, voire schizophrénique.

Monsieur Blanquer, ministre de l’Éducation, a été recadré par le Premier ministre montrant la difficulté de ce gouvernement à prendre position. Qu’en pensez-vous ?

Ils peinent parce que, en premier, le président de la République se partage en son milieu. Je le soupçonne de lutter contre sa tendance naturelle mondialiste, et multiculturaliste. Il le fait parce qu’il sait qu’elle ne cadre pas tout à fait, c’est le moins qu’on puisse dire, avec le désir des Français.

Tribune reprise de Boulevard Voltaire

Stop à la haine contre la France !, par Ivan Rioufol

A quand une pétition pour dire : Stop à la haine contre la France ? Le Monde de ce mercredi publie une adresse à Emmanuel Macron : “Monsieur le président, dites stop à la haine contre les musulmans de France“. Ce texte fait suite à l‘incident politique causé par un élu RN à la vue d’une femme portant un hidjab noir dans le public de l’assemblée régionale de Bourgogne-Franche-Comté. Il a été signé par 90 noms du show-biz, des médias ou du monde universitaire. Le plus connu est l’acteur Omar Sy. Les signataires rappellent le “traumatisme” subi par l’enfant de 10 ans venu se blottir dans les bras de sa mère mise en cause. Ils assurent : “Ne nous y trompons pas, l’extrême droite a fait de la haine contre les musulmans un outil majeur de sa propagande, mais elle n’en a pas le monopole”. Le ton est, à plusieurs reprises, menaçant. “Jusqu’où allons-nous accepter que des citoyens, des citoyennes, soient insultés, agressés, attaqués, stigmatisés en raison de leur religion ? (…) Jusqu’où pouvons-nous tolérer encore ces discours et actes de haine contre une partie de nos concitoyens ?“.

A aucun moment, ces protestataires n’ont fait connaître leur effarement après les assassinats de quatre policiers par un islamiste infiltré au coeur de la préfecture de Paris. Aucun d’entre eux n’étaient présents non plus, jeudi place Saint Michel à Paris, pour dénoncer la dérive islamiste. A dire vrai, la manifestation, organisée par l’imam de Drancy, Hassen Chalghoumi, n’a rassemblé qu’une dizaine d’imams et un public très clairsemé, dont votre serviteur.

Il est saugrenu de voir Omar Sy, personnalité préférée des Français dans le dernier classement du JDD, se prêter à la victimisation des musulmans mal aimés. Plus grave est la dialectique des pétitionnaires, qui criminalisent l’approche critique de l’islamisme. Le redire, à tous les idiots utiles de cette idéologie sexiste et judéophobe : mettre en cause l’islam politique, identifiable aux uniformes qu’il arbore, n’a rien à voir avec une stigmatisation des musulmans dans leur ensemble. Ce sont les signataires qui se prêtent à l’amalgame en prétendant parler au nom de tous les musulmans. En réalité, ils sont les porte-paroles d’un islam séparatiste qui combat les règles communes de la discrétion, socle de la laïcité. Porter un hidjab au cœur d’une assemblée politique est une provocation politique.

Fatima, la femme voilée, a été soutenue durant l’épisode par une élue régionale, Nisrine Zaïbi, qui a été naguère en rapport avec l’UOIF et le CCIF (L’Opinion, ce mercredi). Fatima s’est d’ailleurs confiée au Collectif contre l’islamophobie en France (CCIF), proche des Frères musulmans. Elle déclare : “Aujourd’hui, j’ai une opinion négative de ce qu’on appelle la République. Et je trouve que le ministre de l’Education a dit quelque chose de honteux lorsqu’il a parlé du voile”. Jean-Michel Blanquer ne juge “pas souhaitable” le port du voile pour les mères accompagnatrices lors de sorties scolaires. Ces militants islamistes peuvent parfaitement vivre selon leurs règles. Mais alors, qu’ils rejoignent un pays islamique. Et qu’ils laissent la France en paix !

Ivan Rioufol

Texte daté du 16 octobre 2019 et repris du blog d’Ivan Rioufol

Tribune libre – L’intégration à la française, par Vincent Revel

Identité nationale

« L’immigration est une chance pour la France. » Aujourd’hui, personne n’a pu échapper à ce slogan formaté. Bien que la majorité des Français commence à penser, avec raison et bon sens, que c’est un mensonge, rien n’y fait : le slogan continue à tourner en boucle dans la bouche de nos dirigeants, de nos médias, de nos artistes et des nombreuses associations militantes situées souvent à l’extrême gauche du paysage politique.

Pourtant, chaque jour, les faits parlent d’eux-mêmes. Pas un seul lieu en France n’est épargné par les problèmes liés à l’immigration. Il y a de ça quelques mois, j’avais pris la ville de Saint-Etienne pour exemple. Je m’étais « amusé » à relever, sur un seul week-end, quelques faits divers ayant eu lieu dans cette cité de moins de 200 000 habitants. Le résultat fut édifiant : deux filles avait été agressées par trois « jeunes » dont l’un avait sorti un pistolet à cartouches de gaz pour projeter des billes d’acier car les demoiselles avaient eu le culot de rejeter leurs aimables avances (en sachant que l’un des coupables accumulait déjà 47 méfaits !) ; un autre jeune homme, qui accompagnait ses deux cousines, avait été sauvagement agressé sans raison par d’autres « jeunes » ; et, pour finir, le délinquant Ynès Mouhieddine comparaissait au tribunal pour l’agression avec un pistolet à grenaille d’un étudiant dans le bus Saint-Etienne/Montbrison.

Nos antiracistes me diront que je stigmatise et que les amalgames douteux n’amènent qu’à la haine de l’autre. Soit. Comme ce n’est pas le but recherché et que j’essaye réellement de mieux comprendre ceux que nous avons généreusement accueillis, je me suis penché, en toute impartialité, sur certains propos des représentants des minorités dites discriminées et soi-disant, selon les défenseurs du bien vivre ensemble, parfaitement intégrées.

Pour commencer, Marwan Muhammad, ex-porte-parole du Collectif contre l’islamophobie en France, avait déclaré à la mosquée d’Orly, en août 2011 : « Qui a le droit de dire que la France dans trente ou quarante ans ne sera pas un pays musulman ? Qui a le droit ? Personne dans ce pays n’a le droit de nous enlever ça. Personne n’a le droit de nous nier cet espoir-là. De nous nier le droit d’espérer dans une société globale fidèle à l’islam. Personne n’a le droit dans ce pays de définir pour nous ce qu’est l’identité française. » A mon sens, ces paroles ont le mérite d’être claires. Ce Monsieur Muhammad, qui parle au nom de la communauté islamique de France, a visiblement une définition bien particulière de notre système d’intégration.

Pour poursuivre notre chemin nous menant à la rencontre de l’Autre continuons avec Nabil Ennasri, qualifié de « propagandiste en chef du Qatar à Paris ». En tant que président du Collectif des musulmans de France, il avait déclaré en interpellant les futurs candidats à la présidentielle : « Je me déterminerai au moment de l’élection en fonction de ton rapport avec les citoyens musulmans. » Cette phrase qui appelait les musulmans français à s’enfermer dans un communautarisme sectaire avait pour cible Nicolas Sarkozy et Manuel Valls. C’était un autre bel exemple d’intégration réussie par l’un des plus importants représentants de la communauté islamique en France !

Pour terminer, nous allons conclure avec Hassan Iquioussen, imam membre de l’UOIF, organisme islamique très influente en France et proche des Frères musulmans égyptiens : « Si vous éloignez la femme musulmane de sa religion, vous avez éloigné les musulmans de l’islam, car la femme est la moitié de la communauté et celle qui éduque les enfants. Vous tuez la femme, vous avez tué les hommes. Donc, ils (les Français) s’attaquent à l’essentiel, notre bijou, notre joyau. » Ce discours ne fut pas tenu en Syrie ni en Arabie saoudite mais à la mosquée de Béziers !

A titre personnel, je ne peux pas dire que ce fut très encourageant comme rencontre mais je dois avouer que je n’avais aucune illusion. Alors je sais : « Ne stigmatisons pas ! » Mais malgré tout, je persiste et, aujourd’hui, je peux affirmer, sans aucun risque de me tromper, que nos politiques nous ont mentis et nous ont lâchement abandonnés et ont profondément changé la règle du jeu de notre système d’intégration et d’assimilation.

A présent, c’est à la population de la société d’accueil de s’adapter aux populations immigrés et non plus l’inverse. Pour ne pas stigmatiser, l’autochtone doit s’effacer face à la diversité, face à l’étranger. A ce rythme soutenu de déconstruction nationale, la France, comme le souhaitait tant Jacques Chirac en son temps, aura bel et bien un passé islamique. Ce fatalisme nihiliste, les patriotes ne l’acceptent pas et c’est pour cette unique raison que le gouvernement socialiste cherche à nous faire taire.

Vincent Revel

L’État veut étrangler financièrement l’association catholique Civitas

04/02/2016 – SOCIÉTÉ (NOVOpress)

L’administration fiscale a décidé que les dons à Civitas ne seraient plus déductibles des impôts, avec effet rétroactif. Ce qui représente un redressement fiscal de 55 000 € pour l’association…
Le motif ? Les activités organisées par Civitas ne seraient pas d’intérêt général.
Cette mesure intervient après une pétition en ce sens lancée par l’Union des familles laïques…

Son président Alain Escada dénonce une volonté de l’État d’étrangler l’association. Il a déclaré à l’AFP

Ce qui est utilisé comme argument, c’est la contestation de l’objet d’intérêt général. Être une association LGBT, une association laïciste ou pour l’euthanasie, c’est considéré comme de l’intérêt général et être une association catholique, c’est pas d’intérêt général.

Par contre, le Collectif contre l’islamophobie en France, le CRIF et la LICRA demeurent déductibles. Et les associations homosexualistes, laïcistes ou communautaristes bénéficient par ailleurs de larges subventions publiques…
En régime socialiste, c’est donc le deux poids deux mesures systématique…

Mensonge sur l’islamophobie

22/01/2016 – SOCIÉTÉ (NOVOpress avec le bulletin de réinformation)

Isabelle Kersimon, auteur du livre Islamophobie : la Contre-Enquête dénonce les chiffres falsifiés du collectif contre l’islamophobie en France (CCIF). En effet, il semble que le rôle de ce collectif soit « D’alimenter le sentiment de persécution des musulmans par les non-musulmans et de faire entériner le concept d’islamophobie pour imposer l’interdit de “diffamer les religions, surtout l’islam”. Cette affirmation de la journaliste suit la déclaration de Bernard Cazeneuve qui affirme que les actes antimusulmans ont triplé en 2015. Le porte-parole du CCIF évoque des chiffres beaucoup plus élevés, ce qui semble étrange.

Mais qu’est-ce qu’un acte islamophobe pour le CCIF ?
Une question posée à une jeune femme voilée pendant un entretien à l’ANPE, des infractions relevant du simple droit commun, des propos jugés insultants voire des expulsions de prédicateurs violemment antisémites et appelant au djihad contre l’Occident : voilà ce qu’est un acte islamophobe selon le collectif. Le CCIF voudrait accréditer la théorie selon laquelle l’islam serait plus touché que les deux autres religions monothéistes. On assisterait ainsi à une sorte de “concurrence victimaire”.

Qu’advient-il des Chrétiens et des Juifs ?
La journaliste constate que les chiffres sont aveugles et ne prennent pas en compte la gravité des infractions, toutes mises sur un même pied d’égalité. Le ministre de l’Intérieur note que les attaques antisémites ont diminué de 5 % en 2015. En revanche, les attaques chrétiennes ont augmenté de 20 % et les chiffres n’ont pas été falsifiés ! Derrière ces statistiques et ces mensonges se cache cependant une réalité inquiétante : l’État est incapable de répondre aux attaques antireligieuses quelles qu’elles soient et trouve pour seule réponse une laïcité utopique.


Le Pen, Zemmour, Fabius, justice et médias à trois vitesses

18/12/2015 – FRANCE (NOVOpress)
Depuis quelques jours, les décisions de justice lourdes de symboles tombent, opportunément pour l’oligarchie, après les élections. Marine Le Pen relaxée, le fils Fabius entendu pour faux, blanchiment et escroquerie, Zemmour condamné. Le traitement médiatique.

Zemmour devient un habitué des prétoires et des condamnations. Le polémiste continue pourtant… de polémiquer, en tout cas de raconter le monde tel qu’il le voit et non tel que l’idéologie dominante voudrait qu’on le décrivît.
Il a été condamné pour incitation à la haine contre les musulmans pour des propos tenus il y a plus d’un an dans le journal italien Corriere della Serra. Dans le collimateur, la dénonciation du communautarisme musulman « Cette situation de peuple dans le peuple, des musulmans dans le peuple français, nous conduira au chaos et à la guerre civile ».
Décision de justice habituelle, tous les déviants qui préfèrent le réel à la novlangue sidérante et à l’idéologie du Vivre-Ensemble s’exposent aux foudres de la justice. Il fait bien avouer que de telles condamnations ne font plus guère recette dans les médias officiels, qui n’y consacrent que quelques brefs articles. Zemmour est rentré dans le paysage, inutile de lui faire trop de pub.

Lire la suiteLe Pen, Zemmour, Fabius, justice et médias à trois vitesses

Après les attentats de Paris, les musulmans s’organisent face aux perquisitions

Le CCIF ne veut pas s'associer aux campagnes contre l'Etat islamique

03/12/2015 – FRANCE (NOVOpress)
Alors que se multiplient les perquisitions liées à l’état d’urgence, le collectif contre l’islamophobie (CCIF) diffuse un guide pour permettre aux musulmans d’y faire face. L’objectif est bien évidemment de jouer sur la victimisation même si certaines mosquées ont du fermer leurs portes, ces dernières semaines, à cause notamment des discours radicaux qui y étaient tenus.

Les membres du CCIF ne sont pas les seuls à protester contre les perquisitions menées ces derniers jours. Tariq Ramadan, accusé par beaucoup d’un double langage (notamment au sujet des attentats de Charlie Hebdo), s’est, lui, fendu d’un post Facebook doté d’une photo affichant « je suis perquisitionnable » et accompagné du commentaire : « Je ne suis ni Charlie, ni Paris… »…


Le CCIF ne veut pas s’associer aux campagnes contre l’Etat islamique [MàJ]

Le CCIF ne veut pas s'associer aux campagnes contre l'Etat islamique

27/09/2014 – PARIS (NOVOpress)
Le Bloc identitaire, par le biais de son président Fabrice Robert, a répondu avec humour, mais aussi avec du fond, à la campagne du CCIF #StopCulpabilisation : “Dois-je m’excuser pour l’expulsion des arabo-musulmans à Poitiers ?”


26/09/2014 – PARIS (NOVOpress)
Depuis plusieurs jours fleurissent sur les réseaux sociaux des campagnes menées soit par des musulmans – comme #NotInMyName ou #PasEnMonNom – soit par des personnes demandant aux musulmans de prendre parti contre l’Etat islamique. Si certaines institutions musulmanes en France, dont les très hypocrites membres de l’Union des organisations islamiques de France (liée aux Frères musulmans) à l’instar de Tareq Oubrou, s’insurgent conter l’Etat islamique – principalement pour nous vendre le discours éculé du vivre-ensemble -, le très actif et très médiatique Collectif contre l’islamophobie en France (CCIF) refuse d’agir ainsi. En effet, pour le CCIF, relayer et donner raison à ces campagnes reviendrait à favoriser l’islamophobie. Un message qui a au moins le mérite de la clarté…

Le CCIF ne soutient pas le message porté par ce hashtag. Les musulmans ne doivent pas jouer le jeu islamophobe qui consiste à les placer en coupable et suspect idéal, les poussant sans arrêt à se justifier par rapport aux agissements de tiers.

Trappes : que cache la mobilisation contre « l’islamophobie » ?

Trappes : que cache la mobilisation contre « l’islamophobie » ?

25/07/2013 – 21h10
TRAPPES (NOVOpress) –
Les partisans de la femme voilée à Trappes (Yvelines), dont le contrôle par la police à déclenché de très violents affrontements le week-end dernier entre des centaines d’émeutiers et les forces de l’ordre, agitent le torchon de « l’islamophobie » pour défendre leur cause. Ainsi, mercredi, des membres du Collectif des citoyens de Trappes ont fait état d’une « islamophobie » en réclamant la tenue d’une table ronde avec le préfet, les élus et les citoyens afin de rétablir un « vrai » dialogue et « faire bouger les lignes ».

Lire la suiteTrappes : que cache la mobilisation contre « l’islamophobie » ?

Quand le “Collectif Contre l’Islamophobie en France” abuse de Photoshop…

Quand le "Collectif Contre l'Islamophobie en France" abuse de Photoshop...

18/01/2013 -08h00
PARIS (NOVOpress) – Depuis plusieurs mois, le “Collectif Contre l’Islamophobie en France” (CCIF) s’est fait une spécialité de dénoncer une prétendue haine contre les musulmans qui secouerait la société française. Se faisant, cette association (par ailleurs financée par le richissime Georges Soros, jamais loin des initiatives visant à attaquer la civilisation européenne) n’a pas manqué de s’en prendre à plusieurs reprises aux Identitaires. Ainsi encore tout récemment, en commentant la plainte déposée par Génération Identitaire contre Harlem Désir.

Lire la suiteQuand le “Collectif Contre l’Islamophobie en France” abuse de Photoshop…

[Exclusivité Novopress] Pétition “devoir d’insolence”, le CCIF botte en touche quant à la signature de Marwan Muhamad

[Exclusivité Novopress] Pétition “devoir d'insolence”, le CCIF botte en touche quant à la signature de Marwan Muhamad

05/12/2012 — 15h45
PARIS (NOVOpress) — L’hebdomadaire gaucho-culturel les Inrocks, dont le propriétaire est Mathieu Pigasse de la banque Lazard – qui vient d’obtenir plusieurs contrats avec l’Etat–  et dirigée par Audey Pulvar, vient de se signaler par une pétition de soutien aux deux Saïd (Saïdou du groupe Zep et Saïd Bouamama, “sociologue”). En effet, ces deux derniers ont été condamnés, suite à une action en justice de l’Agrif, suite à la parution du livre « Nique la France, devoir d’insolence ».

Lire la suite[Exclusivité Novopress] Pétition “devoir d’insolence”, le CCIF botte en touche quant à la signature de Marwan Muhamad

France, futur pays musulman ? Polémique entre Fabrice Robert et Marwan Muhammad du CCIF [MàJ]

France, futur pays musulman ? Polémique entre Fabrice Robert et Marwan Muhammad du CCIF

Capture d’écran ci-dessus : www.fdesouche.com

12/11/2012 — 11h15
ORLY (NOVOpress) — L’Observatoire de l’islamisation apporte plusieurs compléments sur ces musulmans présentés comme tolérants, ouverts et modernes. Ainsi : “Autre exemple, Nabil Ennasri, qui préside le Collectif des Musulmans de France, très proche de Marwan Muhammad qu’il acccompagne à chaque manifestation du CCIF comme à la gare Saint-Lazare, avait publié un texte enflammé sur Oumma.com, premier site musulman de France, dont voici la fin : ‘Qu’on ne s’étonne pas alors si une autre flambée de violences, plus dure et plus violente, risque d’embraser à nouveau les banlieues françaises. En tout cas, vous ne pourrez pas dire qu’on ne vous aura pas prévenu…’”

Lire la suiteFrance, futur pays musulman ? Polémique entre Fabrice Robert et Marwan Muhammad du CCIF [MàJ]