L’esprit des choses : l’encens

Avec un peu de chance, les fastes liturgiques de la Semaine sainte, que ce soit dans la forme ordinaire ou extraordinaire, vous auront permis d’apprécier, outre les chants (enfin espérons-le), une suave fumée propre à ravir les narines et à vous donner un petit arrière-goût de paradis et de mystère.

Il fut une époque pas si lointaine où l’encens n’était guère en odeur de sainteté dans nos paroisses (voilà pour le jeu de mots inévitable). On lui reprochait pêle-mêle ses accointances suspectes avec l’ancienne liturgie, son allure « triomphaliste » et surtout, péché irrémissible, son penchant prononcé pour la solennité et le sacré. Certains curés ne le toléraient guère que pour les obsèques, et encore! On oubliait un peu facilement le trentième chapitre du livre de l’Exode (les prescriptions fort précises à Moïse sur le sujet), ainsi que le psaume 142 qui compare la prière à la fumée de l’encens. Il fallait assister à une messe dans une abbaye pour sentir autre chose que l’odeur d’encaustique mêlée à l’eau de toilette bon marché de Madame l’animatrice liturgique.

Chose curieuse, cette éclipse relative de l’encens liturgique, dans les années 1970, fut accompagnée d’une véritable explosion dans le domaine profane. Hippies et autre « baba-cools » se livrèrent à une consommation furieuse de bâtonnets et autres cônes de la précieuse substance. Chassé des autels, l’encens s’est réfugié auprès des consommateurs de substances illicites et des bouddhistes d’opérette. Une jeune génération avide de spiritualités point trop contraignantes, et nouvelles, s’est jetée sur ce qu’elle considérait comme un moyen de cultiver leur sérénité entre deux manifs au Larzac.

Aujourd’hui, les « baba-cools » sont rentrés dans le rang bourgeois et la liturgie catholique revient doucement à des cérémonies plus dignes.

On ne va plus guère à Katmandou, mais l’encens fait toujours la fortune des marchands de bonheur. On le retrouve affublé de propriétés plus ou moins farfelues : telle variété favoriserait la richesse, une autre l’amour ou la réussite aux examens.

Il garnit également les étagères des adeptes de l’aromathérapie. Parfois aussi, cela de vient moins drôle. L’encens devient l’ingrédient obligé de pratiques prétendument magiques, voire pire encore.

Jean-Michel Diard

[box class=”info”] Article de l’hebdomadaire “Minute” du 11 avril 2012 reproduit avec son aimable autorisation. En kiosque ou sur Internet.[/box]

Crédit image : Pearson Scott Foresman via Wikipédia, domaine public.

L’esprit des choses : l’encens

Agenda : 1er “grenelle johannique” samedi 31 mars 2012 [rappel et programme]

Agenda : "Jeanne d'Arc une figure politique pour aujourd'hui" le 31 mars à Paris

[box class=warning]Le premier “grenelle johannique” se tiendra samedi 31 mars 2012 de 14h00 à 20h00 au Forum de Grenelle, 5 rue de la croix Nivert 75015 Paris.[/box]

Programme de l’après-midi

14h30 Jean de Viguerie : La politique de Jeanne d’Arc est une politique de la foi

Jean de Viguerie est un historien et essayiste français, spécialiste du XVIII ème siècle et de l’histoire du catholicisme français de cette période. Professeur honoraire de l’université Lille III, il anime également la Société française d’histoire des idées et d’histoire religieuse.

15h. Frédéric Rouvillois : La politique de Jeanne d’Arc est une politique du droit et de la légitimité

Frédéric Rouvillois est professeur agrégé de droit public à Paris V depuis 2002, où il enseigne le droit constitutionnel et le contentieux constitutionnel, il centre ses travaux sur le droit de l’Etat et sur l’histoire des idées et des représentations. Il est depuis 2004, conseiller de la Fondation pour l’innovation politique. Il a publié en 2006 Histoire de la politesse de 1789 à nos jours et Histoire du snobisme en 2008.

15H30 TABLE RONDE /// Péguy, Maurras, Barrès, Chesterton, que reste-t-il du nationalisme chrétien ? Avec Rémi Soulié, Philippe Maxence, Eric Letty et l’Abbé de Tanouarn.

– Rémi Soulié est essayiste et critique littéraire, a consacré plusieurs ouvrages à de grandes figures de la littérature et de l’esprit français (Dominique de Roux, Aragon, le Curé d’Ars…). Il poursuit une réflexion sur l’enracinement comme vérité politique et spirituelle de l’être.
– Philippe Maxence est rédacteur en chef de l’Homme Nouveau et Président de l’association Les Amis de Chesterton, il collabore au Figaro-Magazine, au Figaro hors-série, au Spectacle du monde, à La Nef, à Monde & Vie, à The Chesterton Review (édition française) et à The Distributist Review.
– Eric Letty est rédacteur en chef de Monde et Vie.

16H15 : Gerd Krumeich : A qui appartient Jeanne d’Arc ?

Professeur émérite de l’université Heinrich-Heine de Düsseldorf, il est l’auteur de nombreux travaux consacrés à la Première Guerre mondiale et à Jeanne d’Arc. Il est membre fondateur et vice-président du Centre international de recherche de l’Historialde la Grande Guerre de Péronne (Somme).
Spécialiste de l´historiographie de Jeanne d´Arc , Gerd Krumeich propose dans son dernier livre une synthèse entre l´internationalité et le patriotisme de Jeanne d´Arc.

16h45 : Pause, Stands, Dédicaces

17h30 : Gérard Leclerc : Quelle culture alternative aujourd’hui ?

Philosophe, Journaliste, Essayiste, il collabore actuellement à de nombreuses publications et médias dont Le Figaro, Le Spectacle du Monde, KTO et à Radio Notre-Dame où il est éditorialiste.

18h00 : le christianisme comme contre-culture aujourd’hui

Va-t-on vers l’objection de conscience des catholiques ? Par Jeanne Smits. Directeur de publication et directeur de la rédaction du journal Présent. En tant que journaliste ses thèmes de prédilection sont la bioéthique, le droit, la pédagogie et la liberté scolaire.
Peut-on résister au libéralisme ? Par Christophe Geffroy. Journaliste et écrivain français, fondateur en 1990 de la revue mensuelle catholique traditionaliste La Nef dont il est depuis lors le directeur et rédacteur en chef.
Jeanne d’Arc une doctrine de l’action (Abbé Guillaume de Tanoüarn). Prêtre catholique, docteur en philosophie, il dirigé également le Centre Saint-Paul à Paris.

19h00 : Apéro Cochonnailles et Vins de France au naturel.

20h00 : Fermeture des portes

[box class=info]PAF : 9 euros. (Adhérents : 7 euros) 5 euros pour les lycéens, étudiants, chômeurs. Infos/pré-inscriptions : www.avecjeanne.fr / jeannedarc2012@yahoo.fr[/box]

[Tribune libre] Le Grand Soir est pour aujourd’hui mais j’ai piscine – Par Marie-Thérèse Bouchard

[Tribune libre] Le Grand Soir est pour aujourd’hui mais j’ai piscine – Par Marie-Thérèse Bouchard

[box class=”info”] Une critique au vitriol, une ironie féroce, dans cet article de Marie-Thérèse Bouchard. C’est évidemment exagéré mais ça réveille et peut rendre meilleur. [/box]

Ça y est ! La goutte d’eau qui fait déborder le vase vient de tomber dans la piscine. Fdesouche, le site fédérateur de toutes les droites est menacé, et bien comme il faut. On entend déjà au loin les tiroirs qui grincent dans des milliers d’appartements pour délivrer leurs précieux trésors : cagoules et poings américains en veux-tu en voilà. La guerre civile prévue pour 2010 arrive enfin !

Parviennent aux esgourdes mélange confus de cris de sangliers et de menaces de PMU, pas très distinctement, y faudrait quand même pas se fâcher avec les collègues à l’heure de la cantine et de l’andouillette-purée. Décision est prise avec Cochondu69, François Dupont et Charlesmartelle de réfléchir à une pétition de soutien et à une vidéo où l’on apparaîtrait un quart de seconde déguisé en Vercingétorix avec casque en plastique et épée en bois volés au petit dernier (neveu).

 

Dieu que c’est drôle, le masque tombe enfin.

Un quotidien flique sans se cacher des centaines de petits blogs que personne ne lit et qui ne présentent aucun danger, tenus malgré eux de servir de preuve ultime de la renaissance du Troisième Reich en France. Personne ne semble s’inquiéter des prémices de la délation légalisée, comme au bon vieux temps de Staline, le papy moustachu que les réacs débiles dont la culture politique avoisine le négatif idolâtrent comme un « réactionnaire enraciné » ou un « identitaire assumé » (je me perds parfois dans les formules). Quelle solution face à cette annonce de purge staliennienne avance la Réacosphère ? Grande question.

Certains s’en réjouissent comme de bons élèves tout fiers de leur premier bonnet d’âne, espérant sans doute que celui-ci les mette sous la protection du gang des cancres de la cour de récré (« hey regardez les mecs, j’suis un paria, c’est über-kül »). D’autres continuent à se branler sur des photos d’écolières nippones ou mannequins anorexiques justifiant leur nullité par le retournement perpétuel de leurs positions (« le Beau c’est mainstream », « la culture dominante est laide », « nous sommes l’élitent », « c’est la gauche, le sérieux, nous sommes fiers d’être inutiles »), d’autres, parachutés dans un bureau grâce à l’émission en masse de faux-diplômes rigolent la clope au bec : si la dictature de Gattaca se met progressivement en place, ils seront les premiers à pouvoir baiser Uma Thurman.

Leur incapacité à se concentrer plus de trente secondes, à émettre des avis construits autrement que sur des slogans et leur propension à se contenter de la moindre brève de l’AFP les placent, bien entendu, dans la liste des « wanted » en cas d’instauration d’une élite génétiquement supérieure. Inconscients de leur nullité, et que leur rêve se résume à une perpétuité dans un bunker, leur nihilisme de salon est la preuve ultime que leur amour du terroir est aussi crédible que l’amour de la liberté des jeunesses communistes.

Pose. Pose. Pose. Un ramassis de névrotiques et d’impuissants qui attendent avec hâte la guerre civile dans laquelle ils seraient tués au bout de cinq minutes, une capsule de P’tit Louis tombant d’un balcon sur leur crâne suffisant à leur faire faire une hémorragie cérébrale dans la seconde.

Je fais également l’impasse sur les blogs réacs qui aiment Jeanne d’Arc warholisée, les Beatles, les taille-crayons en forme de pomme, les dérouleurs de pécul Bob l’éponge et les lampes de chevet Bécassine, amoureux du vintage et de la mode comme les assemblées que l’on peut trouver dans les bars du troisième arrondissement un vendredi soir.

Idem pour les cathos obsédés de l’avortement qui attendent sagement l’autorisation de défiler une fois par an contre ce qu’ils considèrent être un « meurtre », cautionné alors passivement les 364 autres jours de l’année.« Si l’on pense réellement que l’avortement est un meurtre, et qu’il y a vraiment une usine à meurtres au coin de la rue, il n’y a qu’une manière d’agir pour un honnête homme », et je ne pense pas qu’il s’agisse de se mobiliser pour exiger le droit à un député de dire que «250 000 interruptions volontaires de grossesse c’est peut-être beaucoup ».

Idem bis pour les cathos « tradis » qui définissent qui ils doivent fréquenter ou fuir en fonction des critères émis par la gauche, ayant moi-même dernièrement reçu un mail d’une maman-tout-ce-qui-se-fait-de-mieux-en-matière-de-mère-au-foyer-inquiète-pour-l-avenir-de-ses-enfants qui me disait ne pas vouloir parler d’un site catho sur son blog parce que ce dernier émanait d’une organisation catholique ayant « mauvaise presse ».

On va faire la Révolution avec ce matos humain. Oui, les mecs. Autant dire que jouer du Mendelssohn avec un triangle aurait plus de chance d’aboutir à un truc qui a de la gueule.
Tous les amoureux du grand soir sont infoutus de commencer à se poser trente secondes pour avoir une vue d’ensemble sur des événements qui n’annoncent rien de bon : la traque de Sautarel et la mise au pilori de Vanneste en première position.

Toujours soucieux des étiquettes, le « réac » de base votera quand même Sarkozy en avril « parce qu’il est de droite » même s’il valide la thèse orwelienne qu’un gusse puisse être détruit du jour au lendemain sans présomption d’innocence pour avoir tout simplement énoncé une vérité historique. Le blogueur étant un post-moderne comme un autre, il aura oublié ce fait divers dans deux semaines, pendant que la purge politique fera son œuvre.

Des Fabrice Robert par dizaines seront menacés financièrement (pressions sur les employeurs ou sur les clients dans le cas d’entrepreneurs), leurs comptes surveillés (votre banquier a l’obligation de vous demander d’où proviennent vos fonds en cas de gros mouvements sur votre compte, nul doute que Xavier Dugenou à la BNP de la Courneuve y consacre ses journées !), les proches mis en garde à vue, pendant que des gens qui se complaisent dans cette situation boiront une manzana sur fond de jazz éthéré en disant :

« vivement le grand soir, j’attends un signe »

[box class=”info”] Source : reproduit avec l’aimable autorisation du blog Marie-Thérèse Bouchard. [/box]

Crédit photo : Brice Bonneau via Flickr. Licence CC.

Mosquée à Bordeaux : Le diocèse reculerait-il ?

Mosquée à Bordeaux : Le diocèse reculerait-il ?

07/02/2012 – 10h00
BORDEAUX (via Infos Bordeaux) —
Infos Bordeaux avait été le premier à en parler, le diocèse de Bordeaux souhaitait vendre un terrain lui appartenant, à l’association culturelle des musulmans de Bordeaux Nord. La nouvelle avait choqué de très nombreux catholiques, un collectif de « catholiques indignés » s’étant même crée pour l’occasion.

Devant le tollé qu’a suscité l’annonce de cette transaction, le père Rouet, vicaire général, a envoyé cet après-midi un communiqué de presse annonçant une modification substantielle de la position du diocèse : « Début 2010 des musulmans, habitant le Grand Parc, ont pris contact avec le curé de la Trinité pour leur faire part de leur recherche d’un lieu de prière. Il a été alors évoqué la disponibilité du local situé rue Henri Expert dont nous n’avons plus l’usage et que nous cherchons à vendre afin de financer la construction d’un nouveau lieu de culte dans le quartier Ginko. C’est dans ce contexte que ces musulmans se sont adressés à l’association diocésaine propriétaire. La première rencontre avec l’économat diocésain a été effectuée par l’Association des Musulmans de Gironde (AMG) et une de ses affiliées, l’Association Culturelle des Musulmans Bordeaux-Nord. Au cours de l’été dernier, ces deux associations se sont séparées. Nos interlocuteurs ayant donc changé nous ne sommes pas en mesure de donner suite à ce projet ».

Même s’il ne répond pas aux nombreuses interrogations des fidèles catholiques, le communiqué est pourtant clair, le diocèse de Bordeaux met un terme à cette vente très polémique.

Mariage avec un musulman : “un tas d’ennuis” selon le cardinal de Lisbonne

13/01/2012 – 12h00
LISBONNE (NOVOpress) –
Mgr José Policarpo, cardinal de Lisbonne et chef de l’Eglise catholique portugaise, a conseillé aux Portugaises de “réfléchir à deux fois” avant d’épouser un musulman, car selon lui, les mariages entre communautés catholiques et musulmanes seraient ‘source d’ennuis”

“Nous savons ce à quoi est soumise une jeune Européenne chrétienne la première fois qu’elle va dans leur pays, quand elle est soumise au régime des femmes musulmanes”, a-t-il dit.

“Attention aux amours. Réfléchissez-y à deux fois avant d’épouser un musulman, pensez-y sérieusement car c’est s’attirer un tas d’ennuis qu’Allah ne sait pas où ils finiront”, a déclaré Mgr José Policarpo lors d’un débat public à Figueira da Foz.

“Il n’est possible de dialoguer qu’avec qui veut dialoguer. Avec nos frères musulmans, par exemple, le dialogue est très difficile”, a déclaré le cardinal patriarche. “Nous en sommes aux premiers pas, mais c’est très difficile car, pour eux, leur vérité est la seule”, a-t-il affirmé.

Les responsables de la communauté musulmane portugaise n’ont pas réagit pour le moment à ces propos. Cette communauté compte environ 40000 fidèles.

Il est impensable qu’en France les cardinaux haut placés tiennent le même genre de discours,  englués qu’ils sont dans le droit de l’hommisme et le politiquement correct.

“Après le printemps arabe, l’automne catholique” : Entretien avec Alain Escada, de l’institut Civitas [audio]

"Après le printemps arabe, l'automne catholique" : Entretien avec Alain Escada, de l'institut Civitas

31/10/11 – 14h00
PARIS (NOVOpress) –
Des milliers de jeunes catholiques ont manifesté samedi, dans les rues de Paris (photo), pour protester contre la pièce de théâtre de Romeo Castelluci, qui se joue actuellement au théâtre de la ville de Paris et durant laquelle le visage du Christ est maculé d’excréments.

Depuis plusieurs semaines, chaque soir, des centaines, des milliers de jeunes se réunissent pour protester contre la christianophobie qui se développe en France et dans le monde. L’organisateur de la manifestation de samedi Alain Escada, parle même d’un “automne chrétien”. Entretien avec le responsable de l’Institut Civitas.

[MEDIA not found]

Kiosque Courtois du samedi 29/10/2011 – L’actualité de la semaine en écrit

Kiosque Courtois du samedi - Logo – L’actualité de la semaine en écrit

[box class=info]Le samedi, une sélection des principaux sujets de la semaine des biens connus Bulletins de Réinformation de Radio Courtoisie. Ce Kiosque est présenté cette semaine par Jean-Yves Le Gallou et Anne Dufresne.

Novopress a publié dès samedi matin, en différé, l’audio de ce Kiosque Courtois dans la fenêtre “Radio Courtoisie : le bulletin de réinfo” de sa colonne de droite. Pour ceux qui préfèrent lire qu’écouter, en voici le contenu sous forme de texte enrichi d’images.[/box]

FRANCE

* Le « sommet de la dernière chance » de la Zone Euro va encore aggraver la dépendance de l’Europe

Pour la troisième fois en moins d’un an, « un sommet de la dernière chance » s’est réuni mercredi 26 octobre à Bruxelles. Pour tenter de sauver la Grèce et, avec elle, la zone euro.

Kiosque Courtois du samedi 29/10/2011 – L’actualité de la semaine en écritNicolas Sarkozy a du plier devant Madame Merkel. Les Allemands ont refusé d’engager l’Europe sur la voie de la création monétaire. Les banques ont été appelées à renoncer à la moitié des sommes que l’État grec doit leur rembourser.

Par ailleurs la zone euro devrait recevoir l’aide du FMI, des Russes, des Norvégiens et des Chinois.

Une aide qui ne sera surement pas désintéressée. Dépendre financièrement des Chinois interdira de se protéger de leurs pratiques commerciales déloyales. Or celles-ci sont l’une des causes du déficit structurel de l’Europe.

Ce plan a été provisoirement bien accueilli par les sacro-saints marchés. Mais il pose autant de problèmes qu’il n’en résout.

* Ségolène Royal vise le perchoir

Vous ne me voulez pas présidente de la République ? Alors vous m’aurez présidente de l’Assemblée nationale. C’est ce que Ségolène Royal envisage après sa déroute aux primaires socialistes. Elle a assuré que François Hollande et Martine Aubry lui ont « ouvert cette perspective ». Mais « je n’ai rien demandé » a-t-elle ajouté.

* Mort de Yann Fouéré, patriote breton et éveilleur de peuples

Disparu à l’âge de 101 ans, Yann Fouéré (photo) a été pendant des décennies un des principaux acteurs du mouvement breton, s’engageant pour une Bretagne autonome dans une Europe fédérale.

Les obsèques de l’auteur de « L’Europe aux cents drapeaux », ont eu lieu mardi 25 octobre à Guingamp.

Au milieu d’une forêt de drapeaux bretons Gwen Ha Du.

* Babu avait bu

Babu, c’est cet Indien mort électrocuté dans le métro parisien le 4 octobre dernier. Les médias, Le Parisien en tête, avait fait de ce clandestin un héros ordinaire. Il aurait été poussé sur les rails par un Egyptien, alors qu’il protégeait une jeune femme. Un conte moderne de l’immigration heureuse en quelque sorte.

Seulement cette jeune femme n’a en fait jamais existé. Les caméras de surveillance de la RATP ont prouvé que la victime était en fait l’agresseur. Un agresseur qui, selon l’expertise toxicologique requise par le parquet, était ivre.

Toute honte bue et même babue, il faut avouer que même les réinformateurs se sont laissé prendre par cette belle histoire. Nous ne sommes jamais assez méfiants.

* Les catholiques se rebiffent contre la cathophobie

Le théâtre de la Ville joue en ce moment une pièce intitulée « Sur le concept du visage du fils de Dieu ». Le clou de ce spectacle subventionné est un jet d’excréments sur le visage du Christ.

Un geste ignoble profondément choquant pour les catholiques. Il y a donc chaque soir place du Chatelet des manifestations, des protestations mais aussi des prières. Sur place, les slogans (« Discriminations, on en a plus qu’assez ! », « Christ caillassé, chrétiens insultés ! ») alternent avec les chants religieux et les dizaines de « Je vous salue Marie ». De nombreuses vidéos sont disponibles sur le portail internet « Nouvelles de France ».

Kiosque Courtois du samedi 29/10/2011 – L’actualité de la semaine en écrit Comment réagit le gouvernement ? Par une présence policière massive (photo), des interpellations nombreuses, des gardes à vue longues et des poursuites judiciaires contre les manifestants, souvent très jeunes.

Que se passerait-il si l’islam et le judaïsme étaient ainsi mis en cause ? Bonne question ! Imaginons un seul instant un spectacle de jet de sang de cochon sur Mahomet ou le Coran. Ou des jets d’excréments sur la Torah ou encore des jets d’urine sur un chandelier à 7 branches. Nul ne verrait là une création artistique. Et la police interviendrait mais cette fois contre les producteurs du spectacle.

C’est deux poids, deux mesures ? C’est en tout cas le sentiment de nombreuses associations catholiques qui appellent à une manifestation de protestation contre la christianophobie : aujourd’hui samedi 29 octobre à Paris, à 18 h, place des Pyramides.

* La phrase de la semaine
Est de Xavier Lemoine

Dans un entretien à France-Soir étrangement passé inaperçu, l’anticonformiste maire de Montfermeil déclare: “Sur le 1,5 million d’habitants recensés [en Seine-Saint-Denis], 500.000 sont titulaires d’une carte de séjour et 500.000 sont Français en vertu du droit du sol ou des naturalisations”.

Et Xavier Lemoine de nous rapporter, comme un corollaire démographique, les propos d’un imam de Montfermeil venu le voir : “Monsieur le maire, en 2014 vous serez peut-être encore réélu, mais en 2020 ce sera nous. C’est mathématique, car nous serons majoritaires”, fin de la citation.

Ah les mathématiques ! On comprend, finalement, que cet entretien ait été aussi peu médiatisé…

* Le chiffre de la semaine, c’est 300

La préfecture de Paris publie ces chiffres accablants : depuis le début de l’année, chaque mois, pas moins de 300 policiers ont été blessés dans l’exercice de leur fonction. Un chiffre en constante augmentation.

La préfecture de Paris donne des exemples de véritables guérillas, surtout concentrés en Seine-Saint-Denis.

* Après la gauche caviar, la gauche milliardaire

La maison où ont habité Anne Sinclair et Dominique Strauss-Kahn à Washington pendant trois ans et demi est à vendre. Cette maison de 263 m2, avec piscine, est affichée par le site de vente à 5,2 millions de dollars, soit 30% de plus que les 4 millions payés en octobre 2007 par Anne Sinclair. Comme dit le dicton : « On voudrait bien être de gauche mais on n’a pas les moyens. »

Annulation de la construction de la Grande Mosquée de Marseille* Annulation de la construction d’une mosquée à Marseille

Le tribunal administratif de Marseille a annoncé mercredi 23 octobre l’annulation du permis de construire de la grande mosquée de Marseille. Ce projet (photo) avait reçu un avis négatif de la part des habitants et commerçants. Pour eux, cette construction est superflue et nuisible à la vie du quartier.

 

MONDE

* La très populiste UDC reste de loin le premier parti Suisse

« Vaut-il mieux “perdre” en arrivant en tête, ou “gagner” en étant bon dernier ? »La presse dominante a unanimement titré sur le recul du parti populiste UDC aux élections fédérales de dimanche dernier (23 octobre). Comme Oskar Freyssinger l’a déclaré avec humour à l’hebdomadaire Minute: « Que vaut-il mieux : perdre en étant les premiers ou gagner en étant les derniers ? ». Une victoire donc mais présentée comme une défaite !

En effet, l’UDC visait les 30% de suffrages au Conseil national. Elle n’en a obtenu que 26% ! Ce qui lui donne 7 points de plus que le parti socialiste et plus de 10 points d’avance sur les Libéraux et les Démocrates chrétiens.

D’autant que l’ensemble des partis populistes mobilisent plus du tiers des électeurs suisses :
-26% pour l’UDC ;
-5% pour le parti bourgeois démocratique, une scission de l’UDC ;
-sans oublier la percée du mouvement des citoyens de Genève et le succès de la Ligue du Tessin.

Quant à Oskar Freyssinger, l’homme du référendum sur les minarets, il progresse fortement dans son canton du Valais. Et s’apprête à devenir vice-président de l’UDC.

* En Hongrie, le Premier ministre Orban poursuit sa politique de rupture avec le politiquement correct

Au printemps dernier, le gouvernement Orban faisait adopter une nouvelle constitution par le parlement hongrois : réaffirmation de l’identité hongroise, nouveau drapeau avec retour de la couronne de Saint Etienne, limitation du pouvoir des médias, etc.

Mais Viktor Orban et son parti, le Fidesz, n’entendent pas en rester là. Aiguillonnés par la popularité très importante du Jobbik, le parti de la droite nationale, ils mènent de front le combat économique, financier et culturel.

Sur le plan économique, le Premier ministre a indiqué récemment vouloir mettre fin « à l’ère des banquiers qui a ruiné la Hongrie et l’Europe ». En pratique, une  loi permet désormais aux Hongrois ayant souscrit des crédits en devises étrangères d’effectuer leurs remboursements en forints, la monnaie nationale. Ce sont les établissements de crédit qui devront éponger la différence. Une taxe exceptionnelle a également été imposée aux banques et aux multinationales étrangères.

La droite hongroise mène aussi un combat culturel. Dès son arrivée au pouvoir, le Fidesz a démis le directeur de l’opéra, chantre de l’internationalisme, pour le remplacer par un fervent défenseur de l’identité hongroise. Aujourd’hui, le Nouveau théâtre de Budapest voit l’arrivée à sa tête de figures nationales. Leur programme : “Reconquérir” le terrain théâtral en faveur des “Hongrois qui souffrent sous le joug social libéral” et “déclarer la guerre au business libéral du divertissement”.

* Suite des révolutions arabes : les Tunisiens votent pour les islamistes

Interdit depuis vingt ans, le parti islamiste, Ennahda a gagné les élections de dimanche 23 octobre. Il est en position de force dans l’Assemblée constituante, qui doit jeter les bases de la deuxième République tunisienne. Les islamistes obtiennent 90 sièges sur 217 et devancent très largement les formations sociale-démocrates. Le parti islamiste gouvernera avec des formations modérées prêtes à s’allier avec lui. Pour le moment, les islamistes cherchent à rassurer en se présentant comme une version, juste un peu durcie, de l’AKP turque.

* L’expression de la semaine, c’est « pollution linguistique »
Et elle est justement de Rached Ghannouchi, le chef du parti islamiste Ennahda.

Je cite : « Nous sommes arabes et notre langue est la langue arabe. Or on est devenu franco‑arabe, c’est de la pollution linguistique. » Et Ghannouchi de conclure : « Celui qui n’est pas fier de sa langue ne peut pas être fier de sa patrie. » Fin de la citation. Pollution linguistique contre fierté patriotique : une bataille mise en lumière par un élu tunisien et que certains élus français seraient bien inspirés de reprendre à leur compte…

* La législation de la Libye sera fondée sur la charia

Moustafa Abdel Jalil, entre David Cameron et Nicolas Sarkozy le 15 septembre 2011
Moustafa Abdel Jalil, entre David Cameron et Nicolas Sarkozy le 15 septembre 2011

Moustafa Abdel Jalil suit les directives d’Al-Qaïda au Maghreb islamique. Le président du Conseil national de transition libyen, a annoncé, je cite : « En tant qu’Etat islamique, nous avons adopté la charia en tant que source principale de la législation […]. De ce fait, toute loi qui violera la charia sera légalement nulle ».

Rappelons que la charia autorise la polygamie et interdit le divorce.

L’Africaniste Bernard Lugan ironise, lui, sur l’occident qui a mis au pouvoir en Libye des « polygames modérés ».

* Le groupe russe Lukoil lance des forages en Irak

Le plus grand groupe pétrolier privé russe Lukoil a entamé un forage de prospection sur le gisement pétrolier irakien West Qurna‑2. Même en matière pétrolifère, rien ne se passe comme prévu en Irak pour les Américains…

* Réélection de Cristina Kirchner

La présidente argentine a été réélue pour quatre ans dimanche 23 octobre dès le premier tour de la présidentielle. Elle s’est déclarée “impressionnée” et “reconnaissante” de ce véritable raz-de-marée électoral.

Les classes populaires, électorat traditionnel du péronisme, étaient acquises à l’actuelle présidente. Elles ont été rejointes par une bonne partie des classes moyennes, voire des cadres supérieurs, qui misaient sur la stabilité économique.