Charlie Hebdo : une majorité de Français approuve la publication des caricatures

Les dessins ont finalement été republiés par le journal satirique, mardi 1er septembre, alors que s’ouvre, mercredi, le procès des attentats de janvier 2015.

Quatorze ans après la publication initiale, Charlie Hebdo a récidivé, mardi 1er septembre, publiant en ligne, puis en kiosques, mercredi, les caricatures du prophète Mahomet qui ont valu à la rédaction d’être ciblée par les islamistes. Le journal était finalement décimé, le 7 janvier 2015, lorsque les frères Kouachi pénétraient dans ses locaux pour y assassiner onze personnes. Or, selon un sondage Ifop publié par Charlie Hebdo, 59% des sondés jugent que les journaux ont eu raison de publier, en 2006, ces dessins polémiques. Des travaux réalisés alors que s’ouvre, mercredi, le procès des attentats de janvier 2015.

« Provocation inutile » pour une majorité de musulmans

Cette proportion représente 21 points de plus que le résultat d’un autre sondage, celui-ci réalisé en 2006 pour La Croix. François Kraus, directeur du pôle politique de l’Ifop, rappelle que « nombre de voix s’étaient élevées – y compris au plus haut niveau de l’État comme Dominique de Villepin – pour critiquer le choix éditorial de Charlie Hebdo ». Or, depuis, « l’impact des attentats a sans doute contribué à faire évoluer l’opinion sur le sujet », juge le spécialiste.

Dans le même temps, 29% des personnes interrogées se disent aujourd’hui indignées que les journaux aient, à l’époque, publié ces caricatures. En 2006, 36% des sondés se disaient indignés. L’enquête de l’Ifop se penche aussi sur l’opinion des Français musulmans : 69% jugent que la publication des dessins polémiques, en 2006, était « une provocation inutile ». Les deux tiers des Français de confession musulmane trouvent par ailleurs justifié un procès pour blasphème.

Article paru sur le site de Valeurs Actuelles

Charlie hebdo : Luz ne veut plus dessiner Mahomet

Luz ne veut plus dessiner Mahomet

30/04/2015 – PARIS (NOVOpress)
Lors d’un entretien accordé au magazine Les Inrocks, le rédacteur en chef de Charlie-Hebdo a déclaré ne plus vouloir caricaturer Mahomet, ni Nicolas Sarkozy. Doit-on en conclure qu’il se cantonnera à croquer Jésus et la famille Le Pen dans les postures les plus outrageantes comme à son habitude ? Et que de cela, il ne s’en est pas lassé, parce que ce n’est ni polémique, ni dangereux ?

Je ne dessinerai plus le personnage de Mahomet, il ne m’intéresse plus. Je m’en suis lassé, tout comme de celui de Sarkozy. Je ne vais pas passer ma vie à les dessiner. ».

Le numéro dit des « survivants » de janvier avec la caricature de Mahomet en couverture qui tenait une pancarte « Je suis Charlie » et le surtitre « Tout est pardonné », avait suscité des manifestations parfois violentes dans plusieurs pays musulmans. Toutefois, l’opinion du dessinateur s’est résumée à trouver que survivant est un nom « à la con ! » et que résistant, c’est mieux.

Sorti une semaine après la tuerie perpétrée par les frères Kouachi, le 7 janvier, qui avait fait douze morts, il avait été diffusé à huit millions d’exemplaires, un record historique pour la presse française.

Interrogé sur la tribune parue dans Le Monde et appelant à une « refondation de Charlie Hebdo », Luz réfute l’idée que deux camps, la direction et la rédaction, soient en train de s’affronter : « Cette tribune montre qu’il y a une vraie possibilité de collectif. Elle met les questions sur la place publique et demande qu’on y voie plus clair. Il faut discuter de la ligne éditoriale et trouver une structure commune. (…) Comment créer une nouvelle ligne dans le respect de l’ancienne et de ce que l’on est devenu ? “Charlie” est-il encore un journal politique ? Peut-il devenir un “news mag” ? Une nouvelle formule est censée sortir en septembre mais on n’en sait pas plus. Va-t-il y en avoir une ? »