Tag Archives: cantines scolaires

Communautarisme scolaire : Beaucaire entre en résistance

Le tribunal administratif de Nîmes a annulé mardi la décision de Julien Sanchez, maire RN de Beaucaire, dans le Gard, de supprimer les menus de substitution qui remplaçaient le porc, dans les cantines scolaires. La mairie a annoncé qu’elle maintenait néanmoins sa décision.

Le site du Parisien qui donne cette information, publie aussi les réactions des internautes. Et du même coup, nous savons enfin ce qu’est cette fameuse « fachosphère » qui fait si peur à nos élites médiatiques. Car massivement les lecteurs du Parisien plébiscitent le maire de Beaucaire, considérant que cette obligation de servir des menus conformes aux préceptes de l’islam, dans son interprétation rigoriste, est une forme de discrimination, et génère des dépenses qui n’ont pas à être assumées par les contribuables. Les lecteurs font preuve de bon sens en faisant remarquer que céder sur ce point, c’est favoriser le communautarisme, et que, si des familles ne veulent pas que leurs enfants mangent du porc, il suffit…qu’ils n’en mangent pas, voire que ces mêmes familles préparent pour leurs enfants un plat de substitution, une « gamelle ». La « fachosphère », c’est donc cela : c’est la libre expression d’une population qui parle sans passer par les intermédiaires médiatiques autorisés, sans utiliser les mots codés du « vivre ensemble ».

La polémique de Beaucaire survient au moment précis où le ministre de l’Intérieur, en démissionnant, révèle l’une des raisons majeures de cette démission : son incapacité à rétablir la loi et l’ordre dans les zones de non-droit. L’un des plus réputés experts français des questions de sécurité, Xavier Raufer, livrait mardi, sous le titre « testament explosif, sombres présages », l’explication suivante à cette démission : « A la fin, Gérard Collomb a réalisé qu’il n’y arriverait pas ; que la situation sécuritaire de la France était telle que lui, le ministre n’aurait pas la force de conduire ses troupes. » Quand Collomb dit que ceux qui sont aujourd’hui côte à côte seront bientôt face à face, il pense forcément à cette dérive communautariste, nourrie de toutes les lâchetés, mauvaises consciences, et aussi peurs des tribunaux et des lynchages médiatiques.

Edouard Philippe et Jean-Michel Blanquer viennent d’ailleurs de remettre à Macron une note confidentielle, élaborée par les services de renseignement, sur la dérive communautariste dans les écoles.

Les exemples donnés sont incroyables : des élèves refusent de travailler sur des bureaux de couleur rouge, une couleur « haram », c’est-à-dire incompatible avec le Coran. Des enfants refusent de dessiner des êtres humains, conformément à un précepte islamique. D’autres ou les mêmes refusent d’entendre de la musique, ou boycottent les séances de piscine pendant le ramadan, par peur de « boire la tasse », et de rompre involontairement le jeûne.

Des enfants menacés, frappés parce qu’ils mangent du porc

Les interdits religieux sur la nourriture passent désormais toute mesure. Non seulement les enfants refusent le porc, mais ils refusent de déjeuner à côté d’enfants qui mangent du porc. Dans certaines écoles, des dizaines d’enfants ont refusé toute viande, en l’absence de garantie qu’elle était « halal ». Les enfants non musulmans mais aussi musulmans qui mangent ce qu’ils ont dans leur assiette, sont menacés, injuriés, voire frappés.

Des parents distribuent à la sortie des écoles des tracts et des pétitions pour que, dès l’école primaire, une stricte séparation des garçons et des filles, conforme aux règles du Coran, soit opérée. Du coup les écoles cessent d’organiser des sorties, de peur que ce genre d’activité, à l’extérieur de l’école, ne dégénère.

Mais des parents commencent aussi à s’organiser pour exprimer leur exaspération et leur révolte. Dans certaines écoles, les cours sur l’étude des religions sont boycottés car les parents constatent qu’ils se transforment en séances de conversion.

Il n’est pas impossible que Collomb ait donné sa démission après la lecture de ce rapport, qui, pour le coup doit certainement heurter aussi ses convictions. Car si c’est ça le « vivre ensemble » maçonnique….

Francis Bergeron

Article repris du quotidien Présent

julien-sanchez-beaucaire

Julien Sanchez : « On a l’impression d’avoir un Grand Remplacement du porc dans les cantines »

À partir de cette année, les repas de substitution – c’est-à-dire sans porc – sont supprimés dans les cantines des écoles publiques de Beaucaire (Gard). Julien Sanchez, maire Front national de cette ville, explique les raisons de cette décision au micro de Boulevard Voltaire.

Julien Sanchez, vous êtes maire de Beaucaire. Depuis le premier janvier 2018, les enfants des cantines de Beaucaire n’ont plus de menus de substitution, c’est-à-dire des menus sans porc.
Pourquoi avoir pris cette décision ?

« Tout simplement, car les communes sont soumises à la règle de la commande publique. Dès que l’on dépasse 25 000 euros de dépenses par an, on est tenu de mettre en concurrence les entreprises.
Nous avions un marché de denrées alimentaires qui est arrivé à échéance. Nous l’avons reconduit pour quatre ans. Cette échéance a été l’occasion de se questionner sur ce qui était servi dans les écoles. Nous avons abordé la question des repas de substitution. Depuis le mandat du maire précédent, un repas de substitution était servi uniquement les jours où il y avait du porc.
Cela m’a interpellé et j’ai donc souhaité mettre un terme à tout cela. Je considère que c’est uniquement basé sur le fait religieux. »


Y a-t-il des raisons économiques qui justifient ce choix ?

« Bien sûr, il y a les deux. J’ai pu constater que depuis 10 ans, c’est-à-dire depuis l’instauration de ce système, les enfants musulmans mangeaient sur des tables à part. C’était sans doute par commodité, car il ne fallait pas risquer de confondre ceux qui mangeaient tel plat et ceux qui n’en mangeaient pas. C’était sans doute pratique pour le personnel de cantine, mais j’ai trouvé que ce procédé était anormal.
Pour mettre fin à cela, il aurait fallu mettre en place des self-services. Ainsi les enfants auraient pu aller se servir eux-mêmes. Le coût de l’installation des self-services était de plusieurs centaines de milliers d’euros. Il fallait également installer des bandes réfrigérées dans cinq cantines.
Or, nous devons trouver 200 000 euros pour dédoubler les classes de CP et de CE1, car le gouvernement a pondu cette réforme sans nous donner les moyens de financer ce changement. De plus, nous avons une baisse des dotations par l’État. Je crois donc que cette dépense supplémentaire n’est pas souhaitable. »

Comprenez-vous que ce genre de décisions crée des polémiques ?

« Je me retrouverais sans doute une nouvelle fois devant le tribunal correctionnel, mais ce n’est pas grave. Je crois qu’aujourd’hui il est particulièrement important de défendre les valeurs de la République et l’école républicaine. L’école républicaine, c’est Liberté, Égalité et Fraternité.
L’Egalité, c’est chacun mange la même chose. Un seul repas doit être servi.
La Fraternité, c’est la fraternité avec tous, y compris avec les éleveurs de porcs qui sont en difficulté en ce moment et notre agriculture française qu’il faut sauvegarder.
Et la Liberté, c’est la liberté d’aller manger ailleurs si on n’est pas content.
Voilà ce que je dirais tout simplement.
Encore une fois, le porc n’est pas un aliment particulièrement allergène. La seule prescription qui l’interdit, c’est la religion.
Si demain on me trouve un écrit d’un prophète qui interdit le bœuf, alors il faudrait que je fasse des repas de substitution sans bœuf. On n’en finit plus. »

Qu’allez-vous mettre en place pour que ces enfants puissent se nourrir ?

« Chaque lundi, il y aura du porc au menu. Le fait de fixer un jour dans la semaine permettra aux parents de s’organiser.
Je trouve assez inadmissible que d’année en année, il y avait de moins en moins de porc servi dans les cantines scolaires, et pas seulement à Beaucaire. Nous avons l’impression d’avoir un grand remplacement du porc dans les cantines tout simplement parce que c’est un aliment qui déplaît à certains. On mangeait du sanglier au temps d’Astérix.
Les cantines sont des espaces publics. Si y manger déplaît à certains parce qu’il y a du porc, alors qu’ils aillent manger chez eux. L’école est un sanctuaire. »

Texte daté du 9 janvier et repris du site Boulevard Voltaire

Halal : une ville danoise impose le porc dans les cantines scolaires

20/01/2016 – EUROPE (NOVOpress)
Lundi 18 janvier, le conseil municipal de Randers au Danemark a tranché. Toutes les institutions publiques devront proposer du porc au menu. Une victoire contre le lobby halal dont nous gagnerions à nous inspirer.

Auparavant, le député Frank Norgaard, avait déclaré :

Nous voulons assurer la présence de viande de porc dans les institutions à ceux qui en veulent […]. Dans plusieurs endroits, il y a d’insidieuses tentatives pour faire en sorte que l’on ne serve pas de viande de porc.