Neo : Bernard de La Villardière lance son alternative enracinée à Konbini et Brut

Neo média

Le média digital Neo vient d’être lancé le lundi 30 novembre 2020. Son objectif ? Concurrencer Brut, Konbini, Loopsider et autres médias actifs sur les réseaux sociaux. Mais si le format sera similaire, il n’en est pas de même pour le fond.

Contre la repentance, pour promouvoir la France qui se lève tôt

Bernard de La Villardière qui en est le principal instigateur affiche clairement ses objectifs, celle d’un “média de proximité” qui parlera d’actualité mais aussi de “la France de Jean-Pierre Pernaut, celle de “Des racines et des ailes””.

L’idée est de mettre l’accent sur les “très petites entreprises, les agriculteurs et pas sur la France des 35 heures”. “C’est un média qui va montrer la France qui bouge, la France qui s’engage, sur des valeurs qui nous rassemblent et qui montrent qu’on est fiers d’être Français.”

Pour ce qui est des idéologies à la mode chez les concurrents Brut ou Konbini, Neo se veut un “média positif, loin des idéologies qui déconstruisent et tentent de culpabiliser la France et les Français”. L’idée est tout autre, le média veut “faire retrouver du commun et un peu de fierté” aux Français.

Les thèmes des premières publications ne contrediront pas ces déclarations. Parmi les premiers sujets abordés, on retrouve : “Charles, le soldat du Made in France”, “L’histoire derrière l’hymne légendaire du Racing club de Lens” ou un reportage sur la fabrication de fromages par des religieuses.

FOG du i au comité éditorial et Stéphane Simon de la revue Front Populaire dans les co-créateurs

Aux côtés de Bernard de La Villardière, on retrouve de nombreux noms connus. Parmi les co-créateurs de Neo, le journaliste Stéphane Simon, qui a déjà cofondé la revue souverainiste Front Populaire avec Michel Onfray. On retrouve aussi le banquier d’investissement, Sami Biasoni, contributeur entre autres à Causeur et à Front Populaire.

Le comité éditorial est pour le moment composé de trois membres et devrait bientôt en accueillir de nouveaux. On y retrouve Franz-Olivier Giesbert, ex-directeur éditorial de La Provence (possédé par Bernard Tapie), Hubert Coudurier, directeur de l’information du Télégramme, et Christine Goguet, directrice du mécénat et des partenariats du Centre des monuments nationaux. À la tête de la rédaction, c’est Arnaud Delomel, ancien rédacteur en chef de la société de production Ligne de Front (dirigée par Bernard de La Villardière).

Côté financier, la régie publicitaire est assurée par M6, qui s’occupera aussi de faire des partenariats avec des marques “qui souhaitent faire connaître leur engagement au cœur des territoires de France, au service de leurs habitants”. En juillet dernier, le média a fait une première levée de fonds de 1,55 million d’euros auprès d’investisseurs privés, dont ses co-créateurs.

Texte repris du site OJIM

Monsieur le président Macron, la langue religieuse des immigrés nord-africains est certes l’arabe, mais leur langue maternelle est majoritairement le berbère, par Bernard Lugan

Bernard Lugan

Dans son entretien au média Brut donné le 5 décembre dernier, en plus de considérations démagogiques relevant du « café du commerce », le président Macron a enfilé les truismes, aligné les lieux communs et procédé à des généralisations à la fois abusives et erronées. Ainsi quand il déclara :

« Quand votre enfant parle arabe, c’est une chance pour la France, ça a quelque chose à apporter à notre pays », le président français était en réalité sur la même ligne nationaliste arabe que Jack Lang, président de l’Institut du Monde Arabe pour lequel « la langue arabe est une langue et un trésor de France ».

Or, même si l’arabe est la langue religieuse des musulmans, ce n’est pas elle qui est majoritairement parlée en France par la constellation de l’immigration maghrébine, mais la langue berbère (amazighe) sous ses diverses variantes. En faisant ce contre-sens généralisateur, le président Macron livre en réalité les jeunes issus de l’immigration aux radicalistes arabo-islamistes. Donc aux descendants des conquérants arabes qui, au VIIIe siècle, rebaptisèrent Maghreb (le Couchant), la Berbèrie originelle.

Politiquement, la confusion est grave car elle prend le contre-pied de la lutte que les autorités françaises prétendent vouloir mener contre le « séparatisme » islamiste.

Pour le courant arabo-islamiste nord-africain, l’islamisation du VIIIe siècle a en effet marqué la fin de l’histoire des Berbères, leur conversion à l’Islam les ayant inscrits de façon irréversible dans l’aire culturelle de l’arabité. Dans les années 1950, en pleine crise berbériste, la revue Al Maghrib écrivit même que les Berbères ne pouvaient accéder au Paradis que s’ils se rattachaient à des lignées arabes, leur salut passant par leur intégration au peuple ayant donné naissance à l’ultime messager de Dieu. En un mot, le salut par le suicide ethno-national…

En Algérie, mis en accusation, les cadres berbéristes, essentiellement des Kabyles, furent écartés de la direction du mouvement nationaliste, puis exclus. Certains furent même assassinés. Le berbérisme fut ensuite évacué de la revendication nationaliste au profit de l’arabo-islamisme qui devint la doctrine officielle du FLN. En 1962, le gouvernement algérien supprima la chaire de kabyle de l’université d’Alger. Cette mesure symbolique annonçait l’orientation qu’il comptait donner au pays, la légitimité du régime s’ancrant sur la négation de son histoire et de sa composition ethnique. La génétique montre pourtant que le peuplement berbère nord-africain n’a été que très peu pénétré par la colonisation humaine arabe et que le fond ancien de peuplement de toute l’Afrique du Nord, de l’Egypte au Maroc, est Berbère (voir à ce sujet mes livres cités en note infrapaginale).

Paniqués à l’idée d’un réveil de la belle endormie berbère qui risquait d’entraîner à la fois le rejet de l’arabité et celui de l’islam politique, les dirigeants algériens définirent une ligne nationalitariste arabo-islamique. Ayant échoué, les salafistes, les wahhabites et les diverses obédiences islamistes prirent ensuite le relais, cherchant à dissoudre l’identité berbère dans l’universalisme islamique et la Umma. Actuellement, une course contre la montre est engagée entre l’identité berbère enracinée et le broyeur arabo-islamiste universaliste. Or, le président Macron vient de donner un sérieux appui au second en encourageant la langue arabe…

Portés par le réveil identitaire planétaire, les Berbères vont-ils prendre véritablement conscience de leur situation de colonisés ? S’ils y parvenaient, au terme de leur réappropriation historique, culturelle et politique, la géopolitique de la Méditerranée serait alors totalement bouleversée. Redevenu la Berbérie, le Maghreb cesserait en effet de regarder vers l’Orient pour revenir dans sa matrice occidentale. Comme avant la conquête arabo-musulmane du VIIIe siècle[1].

Mais cela, le président Macron et ses conseillers sont incapables de le voir… et encore moins de le comprendre. Par manque de culture ethno-historique, voilà en effet qu’ils font le lit du nationalisme arabo-islamique qu’ils prétendent pourtant combattre…

[1] Pour en savoir plus, voir mes livres : Histoire des Berbères, Histoire de l’Afrique du Nord et Algérie l’histoire à l’endroit.

Bernard Lugan

Texte repris du Blog de Bernard Lugan