Élisabeth Lévy – Les contradictions des “woke” à travers l’assiette et “la blanchité alimentaire”

Élisabeth Lévy

On parle ici cuisine et “woke” (et pas “wok”), puisqu’une universitaire s’amuse à déconstruire la cuisine en elle-même, en ce qu’elle serait symptomatique de la “blanchité et du privilège blanc”. Attention à vos assiettes !

Avez-vous entendu parler de “blanchité gastronomique” ?

Pour vous, la cuisine française est ancrée dans la diversité de nos terroirs, irrigue un grand art de vivre. Et bien que nenni. La gastronomie serait le vecteur des moyens de la domination blanche. Ce n’est pas un canular mais des propos très sérieux tenus par une certaine Mathilde Cohen, dans une vidéo diffusée par Sciences Po dans la cadre de sa semaine doctorale.

Quand vous mitonnez des petits plats pour ceux que vous aimez, vous imposeriez donc la blanchité comme identité raciale dominante. Le repas n’est pas un moment de partage mais le véhicule des normes de la classe moyenne blanche, autrement dit, d’une idéologie racialisée de l’universel. En voici deux preuves : le principe de neutralité dans les cantines qui refusent de s’adapter aux demandes particulières et de ce fait imposent à tous les habitudes chrétiennes (et blanches), ensuite, pour octroyer la nationalité française, les administrateurs coloniaux préféraient les candidats mangeant attablés à ceux qui mangeaient assis sur le sol.

Tout n’est pas forcément faux ?

Dans ce galimatias, il y a en effet un noyau rationnel. La nourriture est un marqueur culturel, une obsession des religions et l’enjeu croissant de revendications autour des conflits identitaires : on mange avec les membres de son groupe.

En France, l’assimilation passait aussi par l’assiette. La norme, c’est la culture majoritaire, celle du peuple old school. Aux minorités, aux derniers arrivés, de s’adapter. À Rome, fais comme les Romains. Pour Cohen, c’est du racisme institutionnel. Hélas, elle dénonce un modèle qui n’existe plus : les institutions se plient de plus en plus aux exigences minoritaires et bizarreries culinaires de chacun, des végans aux sans-gluten en passant par le halal et le casher.

Cela serait dérisoire si elle se contentait de divaguer sur YouTube. Sauf qu’elle a une reconnaissance académique : ell est enseignante à l’université du Connecticut, labellisée par Sciences Po qui a courageusement précisé, face au tollé, que ses positions n’engageaient pas l’école. Le plus drôle, c’est qu’elle émarge au CNRS : en somme, l’islamo-gauchisme n’est pas un concept scientifique selon le CNRS mais la blanchité alimentaire si.

Cependant, il est une raison de ce réjouir. Si cette micro-affaire a fait du bruit, c’est que la France résiste à la vague woke et au saucissonnage identitaire des individus.

Pour notre défense : le plat préféré des Français est le couscous. Mais ça c’est de l’appropriation culturelle.

Texte repris du site Sud Radio