Des casseurs sachant casser, par Jean-Gilles Malliarakis

blacks blocs

Nous assistons en France, en ce moment, à une remise en cause systématique des élites. À de nombreux égards, cette chronique pourrait s’en réjouir, se séparant de la pensée unique commune à nos technocrates et oligarques. Plus encore que les bobos et autres adeptes de la bourdieuserie gauchiste nous nous consacrons à la critique de l’idéologie dominante.

Certains pourraient donc se contenter du constat des blocages et des fractures de notre société. Mais on invoque trop souvent ces raisons pour excuser l’inacceptable, et notamment certaines formes de contestation indignes d’un pays libre.

Aujourd’hui, la crise ouverte par les gilets jaunes se voit récupérée par les blacks blocs. On tombe par où l’on penche. Et ce qui pourrait ne sembler, désormais, qu’un pathétique psychodrame entend ouvertement devenir la répétition d’un processus révolutionnaire.

Or, le succès de tout scénario insurrectionnel suppose, comme préalable, la liquidation, le discrédit et la démoralisation des forces susceptibles de lui résister. Un casseur sachant casser, un pilleur sachant piller doit pouvoir détruire sans policier pour l’entraver, sans juge pour appliquer effectivement le Code pénal. Il s’agit d’une condition nécessaire, quoique non suffisante, pour aboutir au fameux “coup de poing à un paralytique”.

On ne citera ici qu’un seul exemple. On peut le considérer comme le premier d’une longue série au fil de ce que nous appelons l’Histoire moderne. En Angleterre, la dictature de Cromwell, ne devint possible, après 15 années d’opposition à l’impôt, qu’en 1640, date de la condamnation du ministre Strafford, éxécuté avec le contreseing du roi. En 1642, le malheureux Charles Ier, qui avait lâché son principal conseiller, fut lui-même chassé de Londres. Il mourra sur l’échafaud en 1649. Son dernier mot devrait retentir aux oreilles de quiconque entend s’opposer à la dictature, à la destruction et aux guerres civiles : Remember.

Les conservateurs, contrairement à la légende qui les dépeint en hommes du passé, oublient trop facilement. Ils souhaitent réconcilier, ils entendent reconstruire, ils pardonnent et s’emploient à rassembler. Au contraire, la mémoire gauchiste n’efface rien des expériences antérieures des grands ancêtres, qu’elle vénère. Les erreurs des prédécesseurs ? Leurs crimes ? Ils sont supposés ne pas correspondre à l’Utopie. “Ce n’était pas cela le vrai communisme”. Toute la suite de cette chaîne de mouvements semblables, fonctionne comme une répétition et une réplique, proprement démoniaque[1]. Un Dostoïevski l’annonçait. Dès 1871, il pouvait décrire par avance le régime totalitaire qui fut imposé à la Russie de 1917 à 1989, et le processus qui allait conduire, à son avènement sanglant.

Il suffit de lire aujourd’hui l’efficace, l’insidieuse et fielleuse propagande, produite chaque jour par les médias sous couvert d’une information toujours biaisée, autour des violences de ces dernières semaines, pour s’en rendre compte.

Un nouveau tournant s’est ainsi précisé ce 20 avril, 23e samedi consécutif de manifestation des gilets jaunes, par conséquent au 5e mois de leur mobilisation multiforme et interminable.

Ne sous-estimons pas les déprédations, à nouveau commises ce jour-là. Brûler des scooters, après avoir brisé des vitrines ou pillé des épiceries, revient à s’en prendre la plupart du temps au moyen de transport et de travail d’un jeune travailleur, d’une infirmière, d’un Français ordinaire, dont on se moque d’empoisonner la vie : ce simple mépris de la vie d’autrui[2] augure bien la nature du régime tyrannique qu’on projette de substituer à un pouvoir, effectivement médiocre, mou et flou.

Ne perdons, non plus, pas de vue, que ces actes, viennent très clairement de l’ultragauche. Ils signent l’évacuation[3] par celle-ci de ce qu’on appelle l’ultradroite, dont les méthodes et les perspectives restent fondamentalement antagonistes[4]. Même le quotidien de la pensée unique Le Monde se voyait contraint de le reconnaître, la veille de cet acte XXIII.

Car, en ce beau samedi, est apparu l’affreux slogan “Suicidez-vous“. Il fut lancé aux policiers, scandé par un groupe de bolcheviks vêtus de jaunes. Il aura mérité de marquer l’opinion au moins autant que telles autres violences.

Ce mot d’ordre a suscité l’indignation légitime, exprimée, de tous bords, face à l’ignominie de cette nouvelle montée de haine comme la France en a trop connu depuis le XVIIIe siècle, temps des Lumières, dit-on. D’Éric Ciotti à Christophe Castaner en passant par la présidente du RN, tous ont su trouver des mots à peu près justes.

La formulation de Mme Nathalie Loiseau[5] paraît cependant curieuse. Elle met en parallèle le slogan avec l’un des lieux – place de la République – où il fut exprimé : « Comment tenir de tels propos, fait-elle mine de se demander, là où si souvent les Français se sont rassemblés dans la dignité et en hommage à la République ? Cette foule n’est pas le peuple. » Elle semble donc ignorer comme sont nées, en France, les républiques qui se sont succédé depuis plus deux siècles.

Déjà en 1762, Jean-Jacques Rousseau, observait dans le Contrat social : “Quand l’État se dissout, l’abus du Gouvernement quel qu’il soit prend le nom commun d’anarchie. En distinguant, la Démocratie dégénère en ochlocratie.” Ce mot savant désignait par avance la dictature de la foule des sans-culottes. Car, 30 ans plus tard, à partir d’août 1792, sa prophétie se réalisa et aboutira en septembre à la proclamation de la Première république.

Madame Loiseau, ancienne directrice de l’ENA, peut bien manifester son ignorance de l’Histoire. Les émeutiers la lui rappelleront.


[1] Lire la meilleure traduction, par Boris de Schoelzer, “Les Démons”. Le roman, véritable testament politique de Dostoïevski, étant ordinairement connu sous le titre des “Possédés” qu’a retenu Albert Camus en le mettant à la scène. Disponible en poche, on doit regretter que l’excellente introduction écrite en 1955 par Pierre Pascal pour la Pléiade, ait été remplacée, par la collection Folio, en 1997, par une préface psychanalytique nullissime, politiquement plus correcte, signée de Mme Marthe Robert.
[2] cf. sur l’Allemagne de l’Est , le film “La Vie des autres”
[3] cf. article “Gilets jaunes : moins mobilisés, toujours aussi visibles, 5 mois après, où en est le mouvement ?”
[4] cf. article “Gilets jaunes : le 1er décembre, le jour où tout a basculé avec la « prise » de l’Arc de triomphe”
[5] Objet, par ailleurs, d’une polémique ridicule dans laquelle elle s’enferre.

Jean-Gilles Malliarakis

Article paru sur le site de L’Insolent