En France et aux Etats-Unis, la violence des bien-pensants

violence gauche

Il n’a pas manqué grand-chose à Jean-Luc Mélenchon pour atteindre le second tour de l’élection présidentielle. Ses militants, en rage, ont attaqué des permanences du PCF et d’EELV, accusés d’avoir trahi la gauche. Des méthodes violentes qui ne surprendront que les naïfs mais qui en disent long sur l’état d’esprit du « camp du bien ».

Grâce à Jean-Marie Le Pen, l’on connaissait depuis un moment déjà « la fiesta chez les gauchos », qu’il nous racontait en chanson. Voici que l’on découvre les « règlements de compte chez les gauchos », étalés dans la presse depuis dimanche soir. D’abords exprimées sur internet, les critiques, insultes et menaces envers les candidats et les partis ayant privé Jean-Luc Mélenchon des quelques points qui lui manquaient pour se qualifier pour le second tour se sont concrétisées dans le monde réel.

A Nantes, les permanences d’Europe Ecologie les Verts (EELV) et du Parti communiste (PCF) ont ainsi été prises pour cible. Une vitre brisée, des tags avec les inscriptions « traître » et « sac à merdes » (sic) : le message est clair, Yannick Jadot et Fabien Roussel sont considérés comme les fossoyeurs de la gauche.

A Lille, le siège de la fédération communiste du Nord a subi le même sort. Dimanche vers 21 h 30, 5 à 7 individus ont débarqué sur les lieux, insultant les militants du PCF et cassant la porte avec une bombe de protoxyde d’azote. Les victimes ont porté plainte, la secrétaire fédérale du parti communiste qualifiant même les assaillants de militants…« gauchistes » ! On ne la contredira pas !

Plusieurs tags ont par ailleurs fleuri dans les rues avoisinantes avec l’inscription « Roussel = ennemi du peuple ».

Si les diverses attaques ont été condamnées, notamment par la maire socialiste de Nantes, Johanna Rolland, La France Insoumise est restée discrète. Adrien Quatennens, bras droit de Jean-Luc Mélenchon, avait d’ailleurs mis de l’huile sur le feu en déclarant que « les voix de Fabien Roussel [leur] ont manqué incontestablement ».

Les communistes, bien que d’extrême gauche, ont certainement eu du mal à avaler la position très pro-musulmane de Jean-Luc Mélenchon. Des désaccords existent également entre eux et LFI au sujet du nucléaire, de la laïcité, de l’industrialisation et du communautarisme. Assez pour justifier un vote indépendant, mais pas au regard des nervis antifas, biberonnés à la haine des opposants politiques et habitués à l’impunité.

Aux Etats-Unis comme en France, le « camp du bien » se croit tout permis.

A l’université de Buffalo, Therese Purcell, présidente des Young Americans for Freedom, a été pourchassée par une foule estampillée « Black Lives Matter » pour avoir invité le lieutenant-colonel Allen West, un conservateur noir, à parler du racisme.

Après l’événement, environ 200 étudiants ont traqué la jeune femme sur le campus en hurlant des slogans menaçants. Therese Purcell a échappé au pire en parvenant à se cacher.

Louis Marceau

Article paru dans Présent daté du 13 avril 2022

Mathieu Bock-Côté : l’homme qui défie les bien-pensants

Mathieu Bock-Côté

21/12/2021 – FRANCE (NOVOpress)
Mathieu Bock-Côté était l’invité de Livre Noir. Le sociologue québécois, à l’accent fleuri, au débit de parole rapide et aux formules acérées parle de son combat contre la bien pensance.

D’abord considéré comme une doublure d’Eric Zemmour sur Cnews, il a réussi à imprimer sa marque à son émission, et son arrivée dans le paysage médiatique français est un succès. Il nous livre ici la clé de son armurerie pour gagner la guérilla culturelle.


Scandale chez les bien-pensants … quand Libé chronique sur une femme voilée

08/12/2015 – MÉDIAS (NOVOpress)
Une chronique du journaliste de Libé Luc Le Vaillant décrivant sa réaction à la vue d’une femme voilée dans le métro déclenche la colère des bien-pensants.

À la vue d’une femme en abaya, comment réagir autrement qu’en louant cette preuve de féminisme teinté de tolérance et d’ouverture laïque et républicaine qu’est le voile islamique ? Pas moyen, sauf à verser aussitôt dans le racisme, l’islamophobie, le sexisme, les zeures-les-plus-sombres, le terrorisme de l’État Islamique qui fait le jeu du FN…

C’est apparemment ce qu’ont du se dire de nombreux lecteurs de Libé à la lecture de la chronique de Luc Le Vaillant, qui décrit les « craintes réelles et fantasmées » déclenchées par la vision de cette passagère vêtue d’un voile qui la recouvre de la tête aux pieds.

Tant qu’elle ne rafale pas les terrasses à la kalach, elle peut penser ce qu’elle veut, croire aux bobards qui la réjouissent et s’habiller à sa guise, mais j’aimerais juste qu’elle évite de me prendre pour une buse. Arborer ces emblèmes sinistres revient à balancer un bloc d’abîme fondamentaliste sur l’égalité homme-femme, sur les libertés publiques et sur l’émancipation de l’individu. Ce qui est son droit le plus strict, même si je le juge inique.

écrit le journaliste après avoir passé en revue les inquiétudes en tout genre que suscite le spectacle de cette femme.

Parce qu’il a peut-être été un tant soit peu honnête ou sincère sous son style ampoulé de petit marquis des lettres conformistes et germanopratines, le voilà qui se fait lyncher par la foule des tolérants qui ne supportent pas la moindre entorse au dogme du vivre-Ensemble.

Lire la suite

Interview de la nouvelle ministre du Travail, Myriam El Khomri : tempête dans un verre d’eau

03/09/2015 – MÉDIAS (NOVOpress)
Deux questions d’Olivier Mazerolle sur RTL à Myriam El Khomri, nouvelle ministre du Travail, suscitent l’indignation des internautes bien-pensants, qui ne savent décidément plus quoi se mettre sous la dent.

Quand le politiquement correct tourne à plein régime, tout est « dérapage ». Pour avoir posé deux innocentes questions sur ses origines marocaines à la nouvelle ministre du Travail, Myriam El Khomri, Olivier Mazerolles s’est attiré les foudres de la twittosphère. Ce n’est donc pas une chance pour la France d’avoir des ministres d’origine étrangère ?



Les questions déplacées d'Olivier Mazerolle de… par LeHuffPost


Politiquement correct : débaptisons le Cap Nègre !

13/06/2015 – FRANCE (NOVOpress)
Dans la série « politiquement correct et ridicule », nous évoquions hier l’affaire du slogan raciste quand il est lu à l’envers, et il y a peu de temps celle du quartier de la Négresse. André Bercoff revient avec humour et mordant sur l’hystérie antiraciste.

 

États-Unis : Interdiction d’un slogan « raciste quand il est lu à l’envers »

12/06/2015 – MONDE (NOVOpress)
Politiquement correct et ridicule font très bon ménage, comme le prouve l’histoire de ce slogan « raciste quand il est lu à l’envers »

Aux États-Unis, plus encore qu’en Europe, l’antiracisme est une industrie. Quantité d’individus et de groupes passent leurs journées à guetter des propos racistes, ou susceptibles d’être interprétés comme tels. Ils sont d’autant plus vigilants que le vrai racisme, s’il existe encore, trouve de moins en moins à s’exprimer : il faut le chercher et, au besoin, l’inventer. Les pleurs des bébés peuvent ainsi être transformés en déclaration raciste.

Une autre possibilité, pour rendre un propos raciste, est de le lire, littéralement, à l’envers. À Pittsburgh, en Pennsylvanie, la compagnie des transports publics, la Port Authority, affiche depuis 2003 sur ses bus des slogans comme « Rockin’ Rollin’  », « Movin’ Groovin’  » (« en bougeant et en vibrant ») et aussi « Ziggin’ Zaggin’ » (pour zigging and zagging, c’est-à-dire, tout simplement, « en faisant des zigzags »). Pendant douze ans, personne ne s’en est ému.

Mais une conductrice vient de découvrir que, lu à l’envers dans son rétroviseur, « ziggin’ zaggin’  » devenait « niggaz niggiz  », une des variantes du mot terrible (niggers, « nègres ») qu’on entend sans arrêt à la radio dans la bouche des rappeurs, mais qui, pour les Blancs, est aujourd’hui le terme le plus tabou de la société américaine. Les journaux n’osent même plus l’écrire en toutes lettres et le désignent comme le n-word. Comme l’explique très sérieusement le Huffington Post, « lu de cette manière, le slogan pourrait être perçu comme racialement blessant, alors que plus de la moitié des conducteurs de bus du comté sont des Afro-Américains ».

La conductrice a donc porté plainte. La compagnie s’est immédiatement excusée pour ce « message très sérieux, blessant et choquant » et a annoncé qu’elle allait le retirer sans tarder. Une difficulté est que le slogan était collé sur les fenêtres des bus et que, même une fois arrachées, les lettres pourraient laisser une marque. La Port Authority pourrait donc avoir à remplacer toutes les fenêtres. Elle considère également d’autres options : « nous pourrions avoir à poser une sorte de revêtement en vinyle pour être sûr que les traces sont complètement recouvertes ». Aucune précaution n’est bien sûr de trop, quand il s’agit d’une question de cette importance.

Crédit photo : SA 3.0 via WikiMedias (CC) = Port Authority bus Pittsburgh

Fête de la Négresse à Biarritz, malaise des bien-pensants

09/06/2015 – FRANCE (NOVOpress)
Il faut croire que la bien-pensance et l’intelligence ne font pas bon ménage. Quand les fêtes de la Négresse, un quartier de Biarritz, donne la nausée aux anti-racistes et autres bobos politiquement corrects… on hésite entre le rire et la consternation, d’autant que certains persistent et signent.
M. Jakubowicz, détendez-vous, prenez un verre de Patxaran, un bon axoa au piment d’espelette, vos responsabilités à la tête de la LICRA vous épuisent.

 

 

 

Crédit photo : Sud-Ouest (©) = Le concours gastronomique de morue pil pil revient au tandem de la Négresse

Manif’ pour tous : la grande peur des (jeunes) bien-pensants

Manif' pour tous : la grande peur des (jeunes) bien-pensants

24/04/2013 – 14h00
NANTES (NOVOpress Breizh) –
En réaction aux diverses manifestations organisées depuis des mois par les opposants au mariage homosexuel, les responsables des branches « jeunes » des partis politiques – de droite, du centre et de gauche – de Loire-Atlantique viennent de signer conjointement une tribune appelant à cesser ce mouvement. Une « union sacrée » – du jamais vu – qui en dit long sur la panique qui semble avoir gagné ces jeunes carriéristes de l’establishment politique régional face à un mouvement de contestation dont la nature leur échappe. Et qu’ils semblent manifestement incapables de comprendre.

Lire la suite