L’immigrationnisme à Sciences-Po

L’immigrationnisme à Sciences-Po

06/01/2015 – PARIS (via Polémia)
La très active association des anciens élèves de Sciences-Po a organisé, le 10 décembre dernier, une conférence d’actualité sur la question : « Immigration clandestine ; une nouvelle vague ? ».

Ce titre semblait résonner comme un cri d’alarme poussé par des veilleurs attentifs à l’égard d’un nouveau déferlement humain. Très vite il a été loisible de constater qu’il n’en était rien.

Des intervenants de la même ligne de pensée et un public qui l’était moins.


Trois intervenants étaient sur l’estrade et couraient peu de risques d’un profond désaccord réciproque.

Le plus connu était Benjamin Stora, historien institutionnalisé de la Guerre d’Algérie et « président du Conseil d’orientation du Musée de l’histoire de l’immigration », musée où, il y a quelques jours, l’hôte de l’Elysée commit un discours appelé à une célébrité comparable à celui prononcé par Pierre Laval le 22 juin 1942.

Henri Labayle est professeur de droit et spécialiste du droit européen de l’immigration et de la sécurité intérieure européenne. Il dirige le Réseau universitaire européen « Droit de l’espace de liberté, sécurité, justice ». Il représentait au sein du débat l’autorité de l’idéologie européenne en matière d’immigration.

Enfin, François Gemenne, enseignant et chercheur belge, expert des questions de géopolitique de l’environnement, représente, même s’il l’a peu exprimé en la circonstance, un courant de pensée important en faveur d’une gouvernance mondiale des migrations et qui vise, à terme, à superposer une autorité planétaire aux pouvoirs publics nationaux pour gérer celles-ci.

Lire la suiteL’immigrationnisme à Sciences-Po

[Lu sur le net] Dominique Venner : “Après Richard Millet, Michel Onfray”

[Lu sur le net] Dominique Venner : "Après Richard Millet, Michel Onfray"

Article de Dominique Venner, publié le 19 septembre 2012 sur www.dominiquevenner.fr

Nous sommes dans une période moins stagnante qu’il n’y paraît. C’est ce que révèle le torpillage soudain de l’exposition Albert Camus et la réaction vigoureuse du philosophe Michel Onfray, mis en cause dans Le Monde des 15 et 18 septembre 2012.

Lire la suite[Lu sur le net] Dominique Venner : “Après Richard Millet, Michel Onfray”