Fiasco au Stade de France : « 300 à 400 jeunes issus des quartiers sensibles de Seine-Saint-Denis ont tenté de forcer le dispositif », admet le préfet de police

Sevran, Aulnay, Villeurbanne, Vénissieux… ToxiCités – L’inquiétant embrasement des banlieues ethniques

emeutes banlieues

Occupés à mener campagne en faveur du président sortant, les grands médias de la Macronie n’en parlent quasiment pas. Et pour cause : par leur nombre, leur ampleur, et leur gravité, les émeutes ethniques qui secouent depuis samedi plusieurs villes des banlieues parisienne et lyonnaise témoignent non seulement de l’incroyable fiasco des politiques dites « sécuritaires » menées par l’exécutif depuis des années, mais aussi, et surtout, des très inquiétantes accélération et aggravation de ce phénomène au cours du quinquennat Macron. Une escalade vers la guerre ethnique qui s’effectue, en outre, avec la complicité d’un certain nombre d’élus et d’une bonne partie de la gauche.

Bus incendié et barricades

C’est ainsi que, depuis samedi soir, les villes de Sevran et d’Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis) sont le théâtre de véritables scènes de guérilla. A l’origine de cet embrasement, toujours le même prétexte : la mort accidentelle, à la suite d’un tir de policier, d’un délinquant multirécidiviste qui avait forcé un contrôle de la BAC avec une fourgonnette qu’il venait de voler. La nouvelle s’étant immédiatement répandue dans les cités ethniques du coin, les bandes de voyous, équipées notamment de barres de fer et de mortiers d’artifice, sont rapidement passées à l’assaut, incendiant véhicules et mobilier urbain, caillassant les forces de l’ordre, et réussissant même à prendre en embuscade une brigade de CRS appelée en renfort ! Les violences ont repris dans la nuit de dimanche à lundi, au cours de laquelle des barricades ont en outre été érigées, et une « cinquantaine d’individus » se sont emparés d’un bus de la Transdev, l’ont emmené vers la cité ethnique des 3 000 et l’ont incendié. Un acte qui a contraint, depuis, la société de bus à dévier ses lignes pour éviter certains quartiers du 93…

Mais le plus scandaleux dans cette affaire reste peut-être les inadmissibles messages de soutien adressés aux proches du chauffard décédé par le maire de Sevran, Stéphane Blanchet, et la députée LFI Clémentine Autain qui s’est empressée de mettre en cause la police et de réclamer l’ouverture d’une enquête de l’IGPN.

Au moins une douzaine de policiers blessés !

La banlieue parisienne n’est, hélas ! pas la seule à vivre actuellement dans un climat de guerre civile. C’est également le cas de celle de Lyon, où la commune de Villeurbanne est depuis samedi soir le théâtre de graves émeutes prenant pour prétexte l’accident provoqué par un voyou ethnique qui circulait sans casque au guidon d’un deux-roues et multipliait les infractions. Contrôlé par la police, le chauffard a percuté et blessé deux agents en tentant de prendre la fuite, avant de heurter une voiture en stationnement. Son interpellation et son placement en garde à vue ont immédiatement déclenché dans la ville des violences qui ont fait quatre blessés parmi les forces de l’ordre.

A Rillieux-la-Pape, théâtre samedi d’autres émeutes ethniques particulièrement violentes, ce sont six policiers qui ont été blessés à la suite de l’interpellation de deux « jeunes », dont l’un pour un rodéo urbain.

Enfin, on n’oubliera pas le cas de Vénissieux où, après qu’un voyou qui faisait lui aussi un rodéo sur une moto eut percuté un policier qui se mettait en travers de sa route, les bandes ethniques du quartier s’en sont prises violemment aux forces de l’ordre.

Franck Deletraz

Article paru dans Présent daté du 29 mars 2022

Thaïs d’Escufon : 9 MENSONGES sur les BANLIEUES et comment y répondre

Thaïs d'Escufon

14/03/2022 – INTERNATIONAL (NOVOpress)
Les banlieues : sujet épineux, sujet à tensions, sujet délicat. Tous les politiciens et commentateurs de l’actualité s’accordent à le dire. Cependant tous ne vous disent pas la VÉRITÉ.

Et si on veut pouvoir débattre du problème des banlieues, il faut savoir VRAIMENT ce qu’il s’y passe.

Comment ne pas céder au discours misérabiliste des banlieues : Thaïs d’Escufon a donc compilé 10 MENSONGES récurrents dans la bouche des médias ou des personnalités politiques, et surtout COMMENT y répondre.


Éric Zemmour face à Michel Onfray : « Nos banlieues sont actuellement des concessions. Ce sont des territoires étrangers qui ont été cédés par un État en faiblesse. Il faudra reconquérir ces territoires »

Foot pro : ces nouveaux agents de joueurs issus de la banlieue qui « parlent le même langage que les joueurs »

Eric Zemmour : « Les banlieues françaises, c’est l’alliance de la Kalachnikov et du Coran ! Ce n’est pas une politique de la ville qu’il faut mais une politique anti-immigration ! »

Manifestation pour Adama Traoré – Elisabeth Lévy : »Que fait la police ? Avec les Gilets jaunes, elle n’a pas fait dans la dentelle »

05/06/2020 – FRANCE (NOVOpress)
Dans sa chronique sur Sud Radio, Elisabeth Lévy donne son point de vue sur les nombreux appels à manifester en France contre les « violences policières ».

Revenant sur le rassemblement organisé par le collectif Vérité pour Adama – une manifestation interdite mais qui a bien eu lieu – la journaliste pointe du doigt le pouvoir qui semblait plus virulent lorsqu’ils s’agissait de faire taire les Gilets jaunes.

Elisabeth Lévy conclut :

Le plus désastreux, ce serait donner l’impression que le pouvoir a la main lourde avec la France des bistrots et de la province et qu’il est mort de mort face à celle des banlieues.


Les banlieues en roue libre, par Etienne Lafage

Les « rodéos » se multiplient en France ces dernières semaines, provoquant de la colère, des blessés… Mais peu d’arrestations.

Nous ne sommes pas au Texas où des athlètes endurants chevauchent un cheval ou un taureau. A Lyon, Amiens ou en région parisienne, les cowboys ont un tout autre profil. Sur leurs motos, leurs quads ou dans leurs berlines, ils s’approprient les routes, les avenues ou des tronçons d’autoroute pour pratiquer un jeu qui a tout de dangereux et d’illégal.

Le phénomène existait déjà les étés précédents mais à la sortie du confinement, de nombreux quartiers ont vu ce phénomène prendre de l’ampleur. Dorénavant, c’est à plusieurs centaines de véhicules que ces jeunes déboulent sur les boulevards, sous le regard impuissant des forces de l’ordre, paralysés par les accusations de la chanteuse Camélia Jordana dans « On n’est pas couché » : selon elle les policiers « massacrent » des hommes et femmes pour leur couleur de peau…

Les riverains, excédés par les nuisances sonores et les dégradations, en deviennent les premières victimes. Bruits incessants, dégradation, pollution mais aussi blessures physiques. Dans la cité de Neuhof, à Strasbourg, ce sont deux enfants de 10 et 11 ans qui ont été blessés, mercredi 20 mai après avoir été percutés par un chauffard sur son scooter. Par chance, ils ne souffrent « que » de contusions multiples et de dents cassés, mais pas de fracture. Le conducteur « sans casque, a pris la fuite », rapporte les Dernières nouvelles d’Alsace. Mais cette fois, pas d’embrasement comme il y en a eu à Argenteuil plusieurs soirs d’affilée, après un accident impliquant un chauffard qui participait à un « run sauvage ».

Dans la métropole lyonnaise, le nombre de rodéos urbains se multiplient également, ces derniers jours. Le 20 mai, un motard de la police a été volontairement percuté à plusieurs reprises, alors qu’il intervenait avec ses collègues pour tenter de mettre fin à ce rodéo sauvage. Selon Lyon Mag, un individu circulant sur un puissant scooter a foncé plusieurs fois sur le motard, le faisant chuter. Blessé à la jambe, le policier s’est vu prescrire sept jours d’incapacité totale de travail (ITT). Les rodéos font des émules dans l’agglomération. A Bron, il s’est terminé par un feu d’artifice… tiré en direction des agents de police. A Vaulx-en-Velin, un rodéo sauvage a perturbé le réseau des transports en commun pendant un long moment. Les policiers ont interpellé une personne. Dans les Yvelines également, les motos sont de sorti pour les beaux jours. Villepreux, Sartrouville, Guyancourt, Trappes, Achères… Quelques conducteurs auraient été blessés après une chute ou des collisions avec d’autres automobilistes.

Dans la banlieue d’Amiens, ils étaient 200 à s’être donné rendez-vous dans la zone commerciale de Glisy. Les policiers sont intervenus et ont interrompu la soirée. Là encore, une personne a été interpellée et un véhicule a été confisqué, rapporte TF1.

L’adjointe du quartier Neuhof à Strasbourg au journal DNA le reconnaît, impuissante : « On a du mal à gérer les scooters dès qu’il fait beau, même pendant le confinement, ils n’ont pas arrêté ». La faute au beau temps, en quelque sorte ?

Etienne Lafage

Article paru dans Présent daté du 25 mai 2020

« L’État a accepté la partition ! » – Jean-Yves Le Gallou analyse les directives des préfets dans les quartiers ou les cités sensibles

Confinement, violences, haine anti-flics : Comment les banlieues font leur loi

Banlieues hors-la-loi – La partition en deux de la France officialisée

Nous le savions déjà depuis longtemps : malgré les affirmations du gouvernement selon lesquelles la loi républicaine s’appliquerait partout et de la même manière sur le territoire français, les banlieues ethniques font de toute évidence, et depuis des années, l’objet d’un traitement particulier en ce sens où l’Etat a renoncé à y mettre de l’ordre et a capitulé face aux délinquants et aux islamistes. Une constatation qu’est venue prouver samedi la révélation dans les médias d’une note interne aux forces de l’ordre dans laquelle la direction de la police du Calvados demande ouvertement à ses agents de ne pas intervenir dans les quartiers « à forte concentration de population suivant le ramadan » afin d’éviter que la situation ne dégénère.

Eviter un surcroît des émeutes ethniques

Adressée vendredi dernier, jour du début du ramadan, à l’ensemble des commissaires du département, cette note interne est en effet on ne peut plus claire. Appelant les policiers à « faire preuve de discernement », le chef de la direction départementale de la sécurité publique du Calvados leur demande de ne pas « intervenir dans des quartiers à forte concentration de population suivant le ramadan, pour relever un tapage, contrôler un regroupement de personnes rassemblées après le coucher du soleil ». La note va même jusqu’à préciser que, « sauf atteinte aux personnes ou atteinte grave aux biens, il faut éviter qu’un manquement aux règles de confinement ne dégénère et provoque un trouble supérieur de violences urbaines » !

Des consignes dont les grands médias ont fait mine de s’étonner et ont cherché à savoir si elles avaient été données en d’autres lieux du territoire français. Et là, la réponse aura bien sûr été sans surprise : l’entourage de Castaner s’est évidemment empressé d’assurer qu’il ne s’agissait que « d’une initiative locale incompréhensible ». Mieux : dans la soirée, on apprenait par le biais d’un communiqué officiel que le directeur général de la police nationale, après avoir affirmé que « la police intervient en tout point du territoire pour assurer la sécurité des personnes et des biens quelles que soient les circonstances », avait demandé à ce qu’« un rapport d’explications lui soit transmis » le soir même…

Des consignes devenues systématiques

La vérité, comme l’a indiqué Fabien Vanhemelryck, secrétaire général d’Alliance, c’est que « contrairement à ce qui a pu être dit […] par le gouvernement, cette note prouve que nous avions raison : on ne veut pas que les policiers entrent dans certains quartiers ». Interrogé par les journalistes, Fabien Vanhemelryck a notamment rappelé les consignes du même type données récemment à ses collègues d’I-D-F. Jeudi dernier, en effet, l’association Mobilisation des policiers en colère publiait sur son compte Twitter une vidéo filmée à bord d’un véhicule de police, dans la nuit du 21 au 22 avril, et alors que plusieurs cités de la banlieue parisienne venaient encore de s’embraser, dans laquelle la radio diffusait le message suivant : « Eviter le contact et la confrontation avec les perturbateurs notamment lors des interventions ne présentant pas de danger immédiat afin d’éviter tout blessé parmi les forces de l’ordre ou les perturbateurs » !

Des consignes données par la Préfecture qui, confient anonymement nombre de policiers, sont « loin d’être exceptionnelles » et tendent même à « devenir officielles ». Dans le même esprit, on pourrait encore citer Linda Kebbab, d’Unité SGP Police FO, qui expliquait aussi la semaine dernière que l’utilisation des voitures banalisées est maintenant fortement recommandée pour ne pas exacerber les tensions « à la vue d’une voiture bleu-blanc-rouge »…

Des préfets qui ne cachent plus la partition

Là encore, évoquant la vidéo diffusée par MPC, Castaner devait tweeter le lendemain qu’« il n’y a pas de quartiers où les forces de l’ordre [n’interviennent] pas ». Mais qui croit-il encore tromper avec des affirmations aussi mensongères ? Son attitude est d’autant plus grotesque que, un peu partout en France, des préfets sont récemment allés jusqu’à officialiser indirectement cette différence de traitement judiciaire entre les Français ordinaires et les habitants des banlieues ethniques. On l’a vu avec le préfet des Bouches-du-Rhône Emmanuel Barbe qui, avouant son impuissance à « éviter que les gens se rendent visite les uns les autres dans une même barre d’immeubles », a au fond autorisé les musulmans des cités marseillaises à enfreindre la loi. Avec Pierre Dartout, préfet de la région PACA, qui s’est associé à cette désertion. Avec Pascal Mailhos, préfet de la zone Sud-Est, qui a déclaré qu’« il ne fallait pas mettre le feu aux banlieues en essayant d’instaurer un strict confinement ». Et même avec Laurent Nuñez qui, selon Le Canard enchaîné, a expliqué le 18 mars aux préfets de zone de défense que « ce n’est pas une priorité que de faire respecter dans certains quartiers les fermetures de commerces et de faire cesser les rassemblements » ! On notera d’ailleurs au passage que tous ces braves gens, adeptes du « pas d’amalgame », n’ont pas manqué à cette occasion de voir le lien évident entre banlieues, bandes ethniques et islam…

« Un événement grave et inacceptable »

Reste que, malgré son extrême gravité, cette officialisation de la partition en deux de notre pays, ne semble pas – et c’est profondément scandaleux – choquer grand monde en dehors du RN et des syndicats de police. Parmi ces derniers, on citera notamment Unité SGP police Ile-de-France, qui a estimé qu’il était « temps pour notre administration de faire preuve de courage et de faire appliquer les consignes données partout et pour tout le monde ». Ou encore France Police-Policiers en colère, qui s’est indigné du fait que l’on donne pour consigne aux policiers de verbaliser « la grand-mère ayant mal rempli son attestation » tout en accordant une « impunité totale pour ceux qui brûlent, pillent et agressent nos collègues toutes les nuits ». Enfin, du côté politique, Nicolas Bay (RN) a estimé très justement qu’à travers la consigne qu’il a donnée aux policiers, « le chef d’état-major de la DDSP du Calvados vient d’entériner que, sur le territoire français, la loi pouvait donc s’appliquer différemment dans la zone où la population musulmane est devenue majoritaire ». Or, en agissant ainsi, a précisé Bay, « le directeur départemental, donc la principale autorité policière du Calvados, réalise là l’objectif direct des factions islamistes à l’œuvre dans notre pays, qui ne peuvent interpréter cela que comme un signe de faiblesse voire un geste de soumission ».

Franck Deletraz

Article paru dans Présent daté du 27 avril 2020

Xavier Raufer sur les émeutes dans les banlieues : « Il y a une grande lâcheté de l’appareil d’État »

24/04/2020 – FRANCE (NOVOpress)
Les banlieues françaises sont-elles en train de s’embraser ? Quelle est la réalité du terrain dans les banlieues ? Ces quartiers « sensibles » vivent-ils un nouveau 2005 ?

Xavier Raufer, criminologue, enseignant au CNAM (Conservatoire national des arts & métiers) au pôle sécurité-défense/criminologie répond à toutes ces questions.