Fossé culturel entre migrants et autochtones : dans les médias, ce sont les avocats qui en parlent le mieux

migrants france

Emmanuel Macron veut faire de la France un « poids lourd démographique » en Europe, suivant les conseils de son mentor, Jacques Attali, et ceux du haut-commissaire au plan, François Bayrou.

Il organise pour cela une immigration extra-européenne massive, indépendamment de toute considération culturelle et des difficultés d’intégration. Mais comme nous l’apprennent certains articles parus récemment, le choc des civilisations revient parfois en boomerang. Les cultures ont des pesanteurs que la raison de nos dirigeants ignore. Dans les médias de grand chemin, ce sont parfois les avocats des délinquants étrangers qui sont là pour nous le rappeler à leur corps défendant.

La nuit du nouvel an 2015 à Cologne : la cécité du clergé médiatique mise à nu

A la fin de l’année 2015, le soir du réveillon de la Saint-Sylvestre, des milliers d’individus « d’origines arabes ou nord-africaine », ainsi qualifiés par les autorités, ont agressé sexuellement de nombreuses jeunes Allemandes de souche. La revue de presse faite alors par l’Observatoire du journalisme mettait en lumière que certains journalistes aux ordres continuent d’appliquer les directives idéologiques de Bruxelles et préfèrent la négation du réel à l’implacable constat d’une politique suicidaire.

Plus récemment, nous évoquions la véritable omerta au Royaume-Uni concernant les très nombreux viols de femmes blanches de milieu populaire commis par des agresseurs « asiatiques », terme utilisé outre-Manche pour désigner des Pakistanais.

Mais le réel revient parfois en boomerang. Dans les articles dont nous faisons une revue de presse, ce sont souvent les avocats de délinquants extra-européens qui décrivent le fossé culturel avec le pays d’accueil et les autochtones. Dans ces affaires sorties pour une fois de la discrétion des prétoires, la culture de l’excuse et le droit à la différence sont employés pour tenter d’excuser l’inexcusable…

Indispensables codes culturels

Tout homme sensé estime de bonne foi que l’étranger qui arrive dans notre pays doit faire des efforts pour s’adapter et respecter nos us et coutumes. Ce raisonnement de bon sens ne semble malheureusement pas partagé par tout le monde.

Fin 2015, un jeune « réfugié » d’origine bangladaise violait une lycéenne de 15 ans à Saint-Lô, dans le département de la Manche. Selon un article paru dans La Manche libre, l’avocate du violeur a invoqué au procès des difficultés d’interprétation de son client qui « n’avait pas les codes culturels » pour prendre conscience qu’il imposait une relation par crainte ou par surprise.

Le quotidien régional mentionne le témoignage du capitaine de police de la sûreté départementale de Saint-Lô : « Lors de l’audition de l’accusé en garde à vue, il a dû placer un brigadier entre l’interprète et le mis en cause car ce dernier tentait de lui peloter les cuisses. Selon lui, l’accusé “considère les femmes françaises comme des p****, il a un comportement de prédateur ». Les experts décrivent quant à eux le migrant comme empreint de la culture masculine de son pays d’origine où « les femmes sont reléguées au statut d’objet sexuel ».

L’avocat de la plaignante a indiqué au Figaro après le jugement acquittant le prévenu du grief de viol que « les jurés ont estimé que l’auteur n’avait pas pris conscience de l’absence de consentement de la victime au moment des faits ». L’affaire a fait grand bruit, en particulier dans les réseaux sociaux, pour ensuite retomber dans l’oubli.

Le fossé culturel, ce sont les avocats qui en parlent le mieux

En août 2018, un Afghan a violé un adolescent âgé de douze ans, dans une maison abandonnée située dans le centre-ville de Saint-Brieuc.

Le Télégramme nous apprend dans un article du 28 juin que « l’avocat général Grégory Martin-Dit-Neuville a évoqué la « Bacha Bazi, une pratique consistant à transformer de jeunes garçons en esclaves sexuels, tout en précisant qu’« une coutume n’est pas une loi ».

Pour l’avocat du jeune Afghan, il faut « tenir compte du gradient culturel », car « on est tous le produit de normes, d’une histoire. Et lui est né à cent kilomètres de Kaboul. On ne sait pas ce que c’est ».

Les juges n’ont pas été sensibles à ces arguments : ils ont condamné le prévenu déjà connu pour des faits similaires à une peine de prison de quinze ans de prison.

Un migrant syrien jugé pour viol victime du « choc culturel »

En novembre 2019, un migrant syrien était jugé pour le viol d’une jeune femme à Poitiers l’année précédente, nous apprend The Epoch Times. La formatrice en français du migrant a souhaité trouver des circonstances atténuantes à celui « dont le profil génétique a été retrouvé dans la culotte de la victime » : « Un grand enfant qui voit des femmes partout. Il n’en a pas l’habitude chez lui, c’est un choc culturel ». Le site d’information nous apprend que Mohamad a été condamné à trois ans de prison dont un an avec sursis et mise à l’épreuve pendant deux ans. Il court dans les rues.

Pour lire la suite, c’est ici !

Au Canada : “Nous avons été haïs, les Autochtones, depuis longtemps”

03/04/2017 – CANADA (NOVOpress)
Si le Canada arrive en tête des classements internationaux pour sa qualité de vie, la réalité des peuples autochtones, dits aussi Premières Nations, est souvent comparée à celle des pays les moins avancés de la planète.

Un reportage intéressant proposé par France 24.


Philippe de Villiers : « Nous sommes confrontés à un véritable choix de civilisation »

Philippe de Villiers

18/01/2017 – FRANCE (NOVOpress) : « Nous sommes confrontés à un véritable choix de civilisation », affirme Philippe de Villiers dans un entretien à la Nouvelle Revue d’Histoire (NRH), dans lequel il retrace le combat culturel qu’il aura mené durant toute sa vie. Il s’explique ainsi sur ce choix de civilisation : « Ou nous assurons le retour de notre identité nationale et culturelle, nous renouons avec la fierté de notre histoire, nous retrouvons notre pleine mémoire, ou l’attitude contraire conduit à nous résigner à accepter la victoire du multiculturalisme et à l’acceptation du paradis diversitaire, pavé de bonnes intentions mais chargé des pires menaces. »

Puis le fondateur du Puy du Fou ajoute :

« Je conclurai sur ce point en exprimant ma conviction qu’un homme qui perd la mémoire perd l’orientation, qu’un pays qui perd son histoire est frappé de la maladie d’Alzheimer. On lui attribue alors une tierce personne pour l’accompagner. J’ai peur que cette tierce personne soit un fiché S et je n’en veux pas. »

[Tribune] L’apartheid ? Chiche ! – par Ulysse

[Tribune] L’apartheid ? Chiche ! - par Ulysse

01/02/2015 – PARIS (NOVOpress)
Manuel Valls déclarait récemment qu’il y avait en France un « apartheid » (déclaration du 20 janvier 2015 lors de ses vœux à la presse).


Tout cela a conduit à la situation que nous observons aujourd’hui, à savoir, la relégation de la classe moyenne blanche hors des villes et des banlieues, son déclassement professionnel et social, sa victimisation systématique, en bas par le terrorisme du quotidien des racailles, en haut par ces institutions déviantes qui se vantent de défendre les « Valeurs de la République », tandis qu’elles ne font en vérité que trafiquer, tout en bas de l’échelle du Bien, les valeurs du grand patronat et les vains leurres vicieux d’un humanisme prométhéen.

La gauche hallucinogène nous inflige une fois de plus une réalité de substitution, soit un pur et simple mensonge qui la dédouane, au moins en apparence, de ses propres inconséquences coupables, qui la décharge de faire l’épreuve du réel et d’assumer les conséquences nécessaires de ses propres décisions. Comme n’ont pas manqué de le faire remarquer nombre de commentateurs, cette proposition de Manuel Valls, en plus d’être impertinente, niaise et idiote (puisqu’un apartheid désignerait une institution de droit visant à justifier des inégalités de fait) était en plus parfaitement injuste. A tout prendre, s’il y a bien une « institution de l’inégalité » en France, elle est officieuse et non officielle, de facto et non de jure, et elle concerne, non les populations immigrées prétendument « ghettoïsées », mais bien les blancs européens autochtones. En effet, ce sont les populations natives d’Europe qui sont, depuis plus de quarante ans maintenant, soumises contre leur gré à une submersion migratoire sans aucun précédent historique ; submersion organisée et/ou au moins avalisée par les structures étatiques nationales qui se sont imposées, (trahissant par-là toutes les exigences attachées à leur mission), comme les planificatrices du démantèlement et de la liquidation des identités historiques du Vieux Continent.

Regroupement familial, découragement systématique de la natalité autochtone via des politiques eugénistes délirantes, persécution morale du patriotisme, extinction par la force ou la ruse de toute velléité de débat national sur cette question, destruction des repères culturels et moraux traditionnels, saccage de l’instruction publique et de sa méritocratie au nom d’une éducation nationale qui promeut un universalisme abstrait dont la seule vocation est de détruire le sens de l’identité française enracinée… Tout cela a conduit à la situation que nous observons aujourd’hui, à savoir, la relégation de la classe moyenne blanche hors des villes et des banlieues, son déclassement professionnel et social, sa victimisation systématique, en bas par le terrorisme du quotidien des racailles, en haut par ces institutions déviantes qui se vantent de défendre les « Valeurs de la République », tandis qu’elles ne font en vérité que trafiquer, tout en bas de l’échelle du Bien, les valeurs du grand patronat et les vains leurres vicieux d’un humanisme prométhéen.

Eyes Wide Shut : l’immigration de peuplement, le peuplement des immigrés

Mais le pire n’est pas là.

Il n’est pas dans le fait de la persécution du Français de souche blanc et chrétien. Le pire, ce n’est pas d’avoir mal, c’est d’avoir mal et d’être obligé de dire que tout va bien. Le pire, c’est le refus institutionnalisé de l’expérience, son travestissement, sa falsification ; appeler le « fait » un « fantasme », la violence objective un « sentiment d’insécurité », la guerre que nous déclare l’islam une « lutte contre l’obscurantisme », la réalité indiscutable de la relégation des classes populaires blanches un « hoax d’extrême droite ». Le pire, c’est cette invraisemblable pression morale exercée à tous les niveaux de l’échelle sociale pour empêcher les personnes de dire, de nommer ce qui leur arrive, de simplement désigner le fait qui leur advient comme l’épreuve même de leur vie.

Lire la suite