“Interdit aux Blancs” : quand la gauche ressuscite le “racisme antiraciste”

I-Média – Audrey Pulvar : la haine des blancs au programme

Audrey Pulvar

02/04/2021 – FRANCE (NOVOpress)
Dans un entretien accordé à BFM, Audrey Pulvar a annoncé que les Blancs devaient se taire s’ils assistaient à des réunions réservées aux extra-européens. Des propos de l’ancienne journaliste qui en disent long sur la dérive idéologique anti-blanche de la gauche.


Pulvar, UNEF : l’homme blanc forcément coupable, dans les médias de grand chemin

homme blanc Pulvar

Les élections régionales (si elles ne sont pas reportées) approchent et l’élection présidentielle se profile. Certains politiciens font une course effrénée à l’électorat « racisé » (lire d’origine extra-européenne). Les médias de grand chemin leur servent de porte-voix et leur permettent d’avoir une audience la plus large possible. Notre revue de presse montre que la bêtise le dispute parfois à l’aveuglement.

Emmanuel Macron, le sanglot de l’homme blanc ?

Avant même d’être élu, en février 2017, Emmanuel Macron, candidat à la présidence de la république, déclarait lors d’un meeting à Lyon : « il n’y a pas de culture française ». Cela amenait Yves Jego à souligner dans les pages du Figaro que « cette déclaration n’est pas anecdotique, elle est même le signe inquiétant d’une vision destructrice de ce qui fait depuis toujours la spécificité de notre pays ».

On n’avait pas tout vu. Sous des airs de gendre parfait, l’ancien banquier d’affaire semble un « woke ». Le woke (« éveillé ») a un besoin constant de faire acte de contrition, car il a eu le tort d’être né blanc. Lors d’une conférence de presse en mai 2018, il ironisait sur la capacité de « deux mâles blancs » à prendre à bras le corps les problèmes de la banlieue, comme le soulignait Ouest-France.

En décembre 2020, le président de la république évoquait dans les colonnes de L’Express le « privilège blanc », cette théorie selon laquelle les blancs bénéficient de privilèges indus dans la société du seul fait de leur couleur.

Rien d’étonnant dans ces conditions qu’il nomme l’historien Benjamin Stora à la tête d’une mission sur « la mémoire de la colonisation et de la guerre d’Algérie », comme nous l’apprenait Le Monde en juillet 2020. Benjamin Stora fait-il l’unanimité ? Le 25 mars au micro de Bercoff dans tous ses états, l’historien Bernard Lugan estimait que Benjamin Stora « écrit l’histoire de l’Algérie vue par le FLN. C’est un historien engagé. Stora a fait l’histoire officielle du FLN ».

La LICRA, pas assez islamophile

Difficile d’être « antiraciste » ces temps-ci, ceux qui le souhaitent sont souvent dépassés par leur gauche. Ainsi le Progrès nous apprend le 23 mars que « le syndicat Solidaires étudiants Lyon et le collectif féministe de Sciences-Po Pamplemousse ont demandé que la Licra soit exclue de la semaine dédiée à la lutte contre le racisme et l’antisémitisme ». La raison : « les nombreuses ambiguïtés » de la Licra, « notamment vis-à-vis de son rapport à l’islamophobie, ainsi qu’à la laïcité ». La ligue contre le racisme (parfois mal intentionnée et souvent mal inspirée) ne serait donc pas assez antiraciste pour certains ? Comprenne qui pourra…A moins que les réticences contre l’islamisme soient un point de blocage ?

Audrey Pulvar et les blancs qui doivent se taire

L’engagement politique d’Audrey Pulvar était connu bien avant qu’elle ne quitte son ancien métier de journaliste. Mais elle n’est pas à un revirement près quand elle sent le vent tourner. Ainsi en 2017, sur Twitter, réagissant sans doute à l’annonce d’une réunion interdite aux blancs, elle écrivait « l’afro-féminisme exclusif des blancs : j’imagine qu’un salon à l’accès interdit aux noir.e.s, ça vous irait aussi ? » Mais nous sommes désormais en 2021. Le mouvement Black Lives matters est passé par là. Il faut flatter le ressentiment des minorités qui deviennent un électorat de plus en plus important.

Pour lire la suite, c’est ici !

Une adjointe à l’agriculture à la mairie de Paris

Vous avez bien lu. La mairie de Paris se paie une adjointe, « chargée de l’agriculture, de l’alimentation durable, et des circuits courts ». Autant la nourriture est un enjeu de sécurité publique et il est tout à fait légitime de s’en préoccuper, autant évoquer l’agriculture dans Paris est une plaisanterie. S’il s’agissait d’une responsabilité bénévole, il serait tout naturel d’en rire. Mais à six mille euros par mois, c’est obscène. Obscène que les Parisiens, dont 21,1 % vivent dans des logements sociaux, paient avec leurs deniers ce fantasme bobo absolument grotesque. L’agriculture, à Paris, se limite aux quelques ruches sur le toit de l’Opéra, et aux vignes (fort) chétives de Montmartre. Et bon courage aux amateurs de poissonnailles si l’objectif est d’élever du fretin dans la Seine.

Audrey Pulvar représente tout ce que Paris produit de plus pénible : des idéologues ridicules partout sauf dans la quinzaine de métropoles mondialisées qui ont fait sécession de leur pauvre pays ou de leur pays pauvre, donneurs de leçon compulsifs, et trouvant toujours le moyen de se faire entretenir avec l’argent public.

La mairie de Paris a argué que, porte de Versailles, une « ferme » de 14 000 m2 sur le toit du parc des expositions était la plus grande « ferme urbaine » d’Europe. De la terre sur un toit, et ça suffit à faire rêver les habitants du Marais. En moyenne, 80 % des projets de production agricole urbaine meurent la première année. Qui vivra verra, mais il est difficile de présager un avenir radieux à cette exploitation. Sauf si Viparis, la société qui exploite le centre des expositions, réussit à rendre rentable le site. Au programme : des ateliers « découverte » (1 heure, 15 euros par personne), des ateliers « découverte et dégustation » (1 h 30, 25 euros par personne), des ateliers « aromates et cocktail » (2 heures, 50 euros par personne), et des ateliers « yoga » (1 heure, 25 euros par personne). Au milieu des plants de tomate.

C’est le système des socialistes parisiens : la mairie rêve, un acteur privé s’enrichit, et la mairie peut faire des photos ou images sur Photoshop pour s’autocongratuler. Tout ceci ne laisse que peu de temps, de personnel disponible, d’attention et d’argent pour s’occuper des rats qui grouillent partout dans la Ville Lumière à la faveur de la saleté répugnante omniprésente. Pour le coup, si la mairie se pique d’élevage, elle dispose d’un indéniable savoir-faire avec les rongeurs à faire valoir.

Reste que Paris devra bien un jour se rappeler qu’elle n’est pas une île au milieu du désert, mais la capitale d’un pays en entier, et que c’est lui qui la nourrit. Peut-être la volonté de communiquer sur une hypothétique « autosuffisance alimentaire » est-elle une volonté plus ou moins consciente d’Anne Hidalgo de couper définitivement le cordon avec ces sans-dents qui sèment, arrosent, moissonnent et votent à droite. Mais bien du courage : ce n’est pas demain que Paris cuira son pain sans le froment de la Beauce.

Benoît Busonier

Article paru dans Présent daté du 7 juillet 2020