« Made in France », le film sur le djihadisme en France

28/08/2015 – CULTURE (NOVOpress)
Réalisé par Nicolas Boukhrief, à qui l’on doit l’excellent « Le Convoyeur », le film « Made in France », qui relate l’infiltration d’une cellule djihadiste en France, devrait sortir en salle le 4 novembre prochain. Le producteur a dévoilé l’affiche du film… efficace. Pas sûr tout ça que ça plaise à la bien-pensance… 

Attendons de voir le film pour juger, mais le réalisateur est bon et l’approche intéressante. Le film « Made in France » avait été abandonné par son distributeur initial en début d’année après les attentats de janvier, il soritra finalement en novembre. Le film relate l’histoire de Sam, un journaliste français musulman infiltrant une cellule djihadiste parisienne qui a reçu pour ordre de semer le chaos dans la capitale. Rappelons aux esprits chagrins que le film a été écrit longtemps avant les attentats de janvier, pas de soupçon de récupération du djihadisme post-Charlie dans la démarche du réalisateur, donc… A propos de son film, Nicolas Boukhrief avait déclaré :

Se servir du cinéma de genre pour s’adresser à une population qui n’est pas touchée par les débats d’intellectuels, qui ne regarde pas Taddeï et ne lit pas l’Obs ou Libé. Quand j’ai enquêté après l’affaire Merah, j’ai vu la propagande qui était visible en ligne, il n’y avait pas de contrepoison à ça. Mon film Le Convoyeur a été beaucoup vu en cité, je me suis dit que faire un thriller sur le sujet était un moyen de s’adresser à un autre public.


 

Terrorisme : la France toujours en état d’alerte maximale… pour quel résultat ?

11/07/2015 – FRANCE (NOVOpress)
La France déploie de plus en plus de policiers et militaires dans la prévention des attentats, son arsenal législatif se renforce au point de faire peser de graves menaces sur les libertés publiques… et jamais autant d’attaques terroristes islamiques ne sont succédées. Et s’il était temps de changer de paradigme ?

Depuis l’attentat commis fin juin à Saint-Quentin-Fallavier (Isère), la vigilance a redoublé en région Rhône-Alpes. À Andrézieux-Bouthéon, l’entreprise SNF Floerger (Sévéso) et l’aéroport, considérés comme des cibles potentielles, sont sous étroite surveillance. Des cibles potentielles qui s’ajoutent aux sites déjà sous surveillance, des lieux touristiques aux gares et aéroports, en passant par les bâtiments publics… sans compter les sites religieux des communautés juives, musulmanes et accessoirement catholiques. Depuis les attentats de janvier 2015, Hollande avait décidé le déploiement de 10 500 soldats, en appui des dizaines de milliers de policiers et gendarmes déjà sur le pont pour le plan Vigipirate.
Une mobilisation sans précédent, baptisée Sentinelle, qui s’est inscrite dans le temps. Adapté depuis janvier, le dispositif compte aujourd’hui 7 000 hommes chargés de sécuriser les sites sensibles, épuisant policiers et militaires dans d’inutiles et coûteuses gardes statiques, parfois remplacées par des patrouilles, dont l’effet est plus psychologique – rassurer les populations — que véritablement opérationnel.

Lire la suite

Risque terroriste : la France au niveau de la Somalie

Bravo les frères Kouachi : le terrorisme cela paye ! - par Jean-Yves Le Gallou

09/07/2015 – FRANCE (NOVOpress)
Le ministère des affaires étrangères britannique présente sa carte des risques d’attaques terroristes dans le monde. La France est en bonne compagnie, avec la Tunisie, la Somalie ou le Pakistan.

Deux semaines après l’attentat djihadiste de Sousse, en Tunisie, qui a laissé le Royaume-Uni sous le choc de ses 30 victimes britanniques (sur 38), le ministère des affaires étrangères britannique réévalue le risque terroriste visant ses ressortissants à travers le monde.

Le système de classement est sommaire, avec son échelle à 4 niveaux d’intensité de menaces terroristes : « basse », « sous-jacente », « générale » et « haute » et pour le Foreign & Commonwealth Office, on a vite fait de se retrouver dans le peloton de tête :
la moitié nord du continent africain et la grande majorité des pays moyen-orientaux sont classés dans la catégorie la plus à risques. Selon le classement, seuls le Koweït, l’Iran, la Jordanie et les Émirats arabes unis ne sont pas classés en menace « haute ».
On y trouve aussi des pays a priori plus « fréquentables » comme la Thaïlande et l’Australie, la France, le Royaume-Uni, la Belgique et l’Espagne.

Au niveau en dessous, figure l’Allemagne, tandis que plusieurs pays d’Europe de l’Est — Pologne, Hongrie ou République tchèque — obtiennent le classement le plus favorable. Quelques pays seulement échappent à une classification négative, parmi lesquels l’Islande, la Corée du Sud ou la Bolivie.



http://bcove.me/2zzsm99x