Tag Archives: attaque d’Orly

Attaque islamiste d’Orly : Mourir pour Allah

« Un Français né à Paris ». C’est « l’information » que les télés ont donnée toute la journée de samedi sur le terroriste d’Orly. Qui espèrent-ils encore duper, convaincre ou ménager à un mois d’une présidentielle qui se jouera d’abord sur la question islamiste ?

La menace est toujours-là, omniprésente. Samedi matin tôt, en banlieue parisienne, Ziyed Ben Belgacem, 39 ans, commence son djihad. Il ouvre le feu sur des policiers, en blessant un à la tête, lors d’un contrôle de police à Stains. Il roule ensuite jusqu’à un bar de Vitry-sur-Seine, profère des menaces contre les clients qui s’y trouvent, les met en joue et tire sans faire de blessé. Il vole une autre voiture pour se rendre à Orly.

Peu avant 8 h 30, au premier étage du hall A d’Orly-Sud, le terroriste jette au sol un sac contenant un bidon d’essence avant d’agresser une patrouille de trois soldats – deux hommes et une femme – de la force Sentinelle. Il attrape la femme militaire qui résiste, tente de lui arracher son fusil d’assaut, la traîne sur quelques mètres et la menace avec son revolver ainsi que ses deux collègues : « Posez vos armes. Mains sur la tête. Je suis là pour mourir, par Allah. De toute façon il va y avoir des morts. »

A deux reprises les militaires tentent de tirer mais l’assaillant se sert de la jeune femme comme d’un bouclier. Ils parviennent à faire feu à trois reprises et à l’abattre. Sur le terroriste, les enquêteurs retrouvent 750 euros, un bidon d’essence, un paquet de cigarettes, un briquet et un Coran.

Pendant toute une partie de la journée, les avions vont être détournés, les passagers confinés dans les avions déjà au sol, 3 000 personnes évacuées, le trafic routier complètement bloqué, les forces de sécurité craignant que Ziyed Ben Belgacem ait des complices sur place ou qu’il ait déposé des explosifs.

A Orly, le choix de la cible, des militaires de l’opération Sentinelle, correspond « aux mots d’ordre diffusés par les organisations terroristes djihadistes », a rappelé le procureur François Molins.

Le terroriste islamiste venu de Garges-lès-Gonesse, était une fois de plus « bien connu », avec un casier judiciaire comportant neuf mentions pour des faits de droit commun et 44 signalements ! Il avait été repéré comme « radicalisé » lors de l’un de ses passages en prison en 2011 pour braquages et trafic de stupéfiants. Il était fiché J au Fichier des personnes recherchées (FPR) et faisait l’objet d’un contrôle judiciaire pour vol à main armée.

Le Premier ministre Bernard Cazeneuve n’a pas mis longtemps le soir même pour désigner l’ennemi par son nom : Marine Le Pen et son « outrance ».

Caroline Parmentier

Article paru dans Présent daté du 21 mars 2017

Attaque à l’aéroport d’Orly : le terroriste était un multirécidiviste d’origine tunisienne

20/03/2017 – FRANCE (NOVOpress)
Samedi, un Français de papier d’origine tunisienne a agressé une patrouille de l’opération Sentinelle. Armé d’un pistolet à grenaille, il s’en est plus particulièrement pris à une militaire, qui s’est retrouvée à terre dans l’assaut. C’est après s’être emparé de son Famas qu’il a été abattu par les deux autres militaires. Il avait auparavant annoncé qu’il ferait des morts au nom d’Allah.

Nous savons depuis samedi que le radicalisé avait été condamné à 9 ans d’emprisonnement en 2001, 3 ans d’emprisonnement en 2009, 5 ans d’emprisonnement en 2009 pour des faits de trafic de stupéfiants. Avec des peines fermes et appliquées, Ziyed Ben Belgacem serait donc encore en prison en 2017.

D’après François Hollande, le renfort des militaires de l’opération Sentinelle est essentiel. Mais avec un paradoxe : ces patrouilles offrent des cibles voire des armes aux terroristes.