Tag Archives: Association des maires de France

Subventions Paris LGBT

Les dix subventions les plus clientélistes votées en juin 2017 par la Ville de Paris

Les 6-7-8 juin 2017, le Conseil de Paris se réunit en séance plénière. Au programme : vote d’aménagements urbains, règlements locaux, modifications d’urbanisme… Mais, surtout distribution de subventions aux associations. Flop 10 de ces pratiques clientélistes qui jettent l’argent des contribuables par les fenêtres.

Contribuables Associés (via son Observatoire des gaspillages)  a analysé les 295 projets de délibération de l’ordre du jour du Conseil de Paris des mardi 6, mercredi 7 et  jeudi 8 juin 2017. Le Conseil de Paris – où plus d’une délibération sur deux sert à attribuer des subventions – se réunit 9 à 10 fois par an. Ce TOP 10 ne mentionne donc qu’un seul ordre du jour.

Le clientélisme n’est pas né, bien sûr, avec Anne Hidalgo. Il existait déjà à Paris sous la droite des Jacques Chirac et Jean Tibéri. Le budget des aides aux associations était déjà conséquent : 133 millions d’euros en 2001, quand Bertrand Delanoë a pris les rênes de la Mairie…

Ces subventions particulièrement choquantes ne sont pas seulement financées par les impôts des Parisiens, mais aussi par l’argent de l’ensemble des Français via la dotation globale de fonctionnement (DGF) versée par l’État aux collectivités locales.

Voici la liste des 10 subventions particulièrement choquantes votées au Conseil de Paris de juin 2017 :

1/ 2 436 500 euros  pour les organisations syndicales parisiennes. Cette aide publique qui s’ajoute au financement national des syndicats, se traduit par une subvention de fonctionnement, ainsi qu’une mise à disposition de locaux sur les quatre sites de la Bourse du Travail.

Subventions Paris Hip Hop2/ 20 000 euros aux associations Maison du Hip Hop (11e) et Ghetto Style Movement œuvrant en faveur de la culture Hip Hop.

Au sein de la Maison du hip-hop, on apprend qu’« un pôle de recherche artistique permet de développer des laboratoires expérimentaux dans toutes les disciplines : danse, graffiti, dj-ing, beat-boxing».

3/ 92 200 euros pour trois « cafés sociaux » pour des personnes âgées immigrées« pour favoriser leur insertion dans leur environnement, par l’apprentissage du  français, l’accès aux droits et l’accompagnement dans les échanges intergénérationnels et entre personnes âgées immigrées pour une meilleure autonomie. »

4/ 10 000 euros à l’association « Générations Cobayes », qui anime des ateliers « Do it yourself » au cours desquels les « jeunes Parisien-n-es » apprennent à créer eux-mêmes leurs produits cosmétiques…
5 / 6 000 euros pour l’organisation d’ateliers d’éveil au droit et à la citoyenneté dans une école primaire.

Subventions Paris LGBT6/ 20 000 euros à l’association Rainbow Submarine pour l’organisation du festival LGBTQ + « Chéries-Chéris » qui s’affirme comme un « festival engagé, qui donne à voir et à comprendre tous les aspects de l’homosexualité, de la transsexualité et des questions de genre ».

Pour l’édition 2016, plusieurs films « érotiques » étaient diffusés, décrits sur la plaquette de l’évènement comme particulièrement « hardcores » (No Skin Of My Ass, Fuck Them All…) …

7/ 3 000 euros pour les joueurs d’échecs de l’école Normale. Ces étudiants bénéficient pourtant d’un traitement particulièrement privilégié étant rémunérés durant toutes leurs études supérieures par l’argent public…

8/ 5 000 euros pour l’association « Parlement Européen des Jeunes » pour son projet « La citoyenneté Do It Yourself », une simulation du Parlement européen sur le thème du développement durable.

Subventions Paris Chefs réfugiés9/ 10 000 euros pour l’association Food Sweet Food pour son projet « Refugee Food Festival », un festival itinérant en Europe qui vise à l’accueil de chefs réfugiés dans les restaurants des villes participantes.
10/ 12 000 euros à l’association Réseau Action Climat-France pour la création d’un nouveau chapitre de sa Web-BD « Planetman contre le changement climatique.

Source : Ordre du Jour de la Ville de Paris

➡ En période de matraquage fiscal, plutôt que d’aller chercher toujours plus d’argent public, ces associations subventionnées pourraient fonctionner par les cotisations de leurs adhérents et le mécénat !

Texte repris du site de l’association Contribuables associés

Les attentats, prétexte d’une offensive laïciste

25/11/2015 – POLITIQUE (NOVOpress avec le bulletin de réinformation)

Le vade-mecum de l’association des maires de France est un guide d’application de la laïcité qui continue à faire des vagues.
Il propose en effet plusieurs mesures clairement laïcistes, en particulier contre la présence de crèches dans les mairies au moment de Noël.
Xavier Lemoine raconte dans Famille chrétienne qu’il a été largement inspiré par les directives du Grand-Orient. Celui-ci envoie au même moment, une note à tous ses vénérables maîtres disant « Le moment est venu que nous soyons à l’avant-garde du combat pour l’humanité que d’aucuns voudraient faire périr sous le poids du fanatisme et de dogmes meurtriers », ce qui met sur le même plan la loi d’amour du Christ et d’autres doctrines.

En réaction, un député maire veut quitter l’association des maires de France
Jean-Charles Tabourdeau, député du Maine-et-Loire et maire de Beaufort-en-Vallée, a annoncé vouloir quitter l’association des maires de France à la suite du rapport de cette dernière préconisant l’interdiction des crèches dans les mairies. Il demandera à son conseil municipal de quitter l’AMF. Le député-maire veut quitter l’AMF pour créer « Une association des maires pour la France ».
Les propositions du rapport de l’association présidée par François Baroin ne cessent pas de susciter des polémiques.
Sens commun, le courant du parti Les Républicains, appelle à s’opposer fermement à ce texte. Car nous n’osons plus nous affirmer comme les héritiers d’une culture judéo-chrétienne. Comment s’étonner de voir notre civilisation rejetée alors que nous refusons nous-mêmes de l’assumer, de l’aimer et de la défendre ?
Face à Guillaume Durand, Marion Maréchal Le Pen dit que « La France n’est pas une terre d’islam » : attachée à la liberté de culte, elle a rappelé sur une radio du système que seize siècles de chrétienté ont façonné la culture française et nos traditions populaires !

Et qu’en est-il dans d’autres pays ?
Pour Wolfgang Thierse, ancien président du Bundestag, l’assemblée parlementaire allemande, si la République est laïque et l’État neutre en matière de religion, cela ne signifie pas que la société doive nécessairement l’être.
Il déclare que : « L’amour du prochain ne peut être vécu que s’il vaut aussi pour les questions politiques » et que « Nier le fait religieux appauvrit la démocratie et en définitive l’Etat lui-même ».

Julien Sanchez dépose plainte contre le préfet qui avait voulu l’empêcher de parler

17/11/2015 – POLITIQUE (NOVOpress)
Julien Sanchez dépose plainte contre le préfet qui avait voulu l’empêcher de parler lors de la réunion des maires de France consacrée à l’accueil des “migrants”. Alors qu’il défendait la position de suaires ne souhaitant pas accueillir de clandestins dans leur commune, Julien Sanchez avait été pris à partie par le préfet du Languedoc Rousillon, qui avait tenté de lui prendre le téléphone portable sur lequel le maire FN de Beaucaire avait enregistré son discours.

Accueil des clandestins : un flou qui rend circonspect

09/09/09/2015 – FRANCE (NOVOpress avec le bulletin de réinformation)

Lundi dernier, François Hollande déclarait que la France était prête à accueillir des clandestins. Les maires des communes de France ont notamment été sollicités. Mais ce lyrisme de façade ne saurait masquer les difficultés d’un tel accueil, notamment sur le plan financier. En effet, cet aspect a été peu mesuré.

Que s’est-il passé ?

Hier, le président de l’Association des maires de France, François Baroin, tout en invoquant « l’honneur de notre pays » —laïus habituel– a rapidement soulevé les limites de l’accueil. Aux côtés du ministre de l’Intérieur, il a déclaré qu’il serait restreint « aux réfugiés et aux naufragés ». Quant à l’Association des petites villes de France, elle précise que « le rôle de l’État dans la résolution de cette crise est essentiel ». Autrement dit, c’est d’en haut que l’on attend les moyens pour accueillir les clandestins. Le débat relatif à l’hébergement peut très bien se transformer sur une controverse financière. Dans le passé, les communes ont reproché à l’État son désengagement. Le voilà sommé d’intervenir.

Justement, sur ce point, les estimations sont curieusement optimistes…

Pour le ministre de l’Économie, Michel Sapin, c’est « une question de quelques millions d’euros ». Il a également assuré que cela « ne se fera pas au détriment d’autres politiques ». Le ministre a voulu relativiser, tout en précisant que l’accueil représente « un poids ». Cette assurance d’un ministre démontre une certaine candeur dans un dossier incertain.

Justement, que faut-il conclure ?

Il y a beaucoup d’inquiétudes sur les conséquences d’un engouement né pour des raisons médiatiques. Tous les paramètres n’ont pas été envisagés. Par exemple, il faut songer aux factures d’eau, d’électricité et de chauffage pour plusieurs personnes pour un temps indéterminé. Mais surtout, le chiffre des 24 000 rassure peu, dans la mesure où beaucoup pensent qu’il sera dépassé.

Crédit photo : Fondapol – Fondation pour l’innovation politique via Flickr (CC) = Discours de François Baroin à la FONDAPOL