Tag Archives: Arnaud Beltrame

Les 30-50 ans ou la génération Beltrame – Cyril Raul (Les Identitaires)

Nous sommes la génération des 30-50 ans, et les médias ne parlent pas de nous. Trop jeunes pour être vieux, trop vieux pour être jeunes : nous ne sommes pas dans leurs radars. Nous sommes pourtant une génération qui a beaucoup à apprendre aux journalistes, analystes et autres commentateurs.

Nés dans les années 70 et 80, nous sommes la première génération de l’Histoire à avoir grandi avec l’immigration de masse. Premiers témoins du contraste entre l’époque de notre enfance et celle de nos enfants, nous avons observé, au fil des décennies, la submersion migratoire et son avatar islamique s’étendre pour imprégner et transformer lentement notre quotidien : l’école, le club de foot, le centre-ville, la salle de boxe, le lieu de travail… De fait, nous sommes la génération qui a, de loin, le plus voté pour Marine Le Pen au second tour de l’élection présidentielle.

Nous sommes aussi la génération des parents d’enfants et d’adolescents. Un statut qui impose de se projeter et de dépasser nos petites personnes. Notre responsabilité vis-à-vis de nos enfants implique de concevoir la politique sur le temps long. Nous ne sommes pas vraiment inquiets pour nos retraites ou la variation du taux de la CSG, mais plutôt hantés par la perspective de voir nos enfants connaitre un jour la guerre et le chaos. Étude après étude, la démographie dessine les contours d’une réalité de plus en plus évidente : la génération de nos enfants sera celle d’un point de bascule décisif. Sur ce sujet, il est indispensable de lire (ou relire) notre commentaire du livre « La ruée vers l’Europe » de Stephen Smith.

Tous les parents ne sont pas pleinement conscients de l’ampleur historique du phénomène de submersion migratoire en cours. Mais, a minima, ils en devinent les prémices. Tous en anticipent en tout cas déjà les conséquences dans leur quotidien, quels que soient leur vote et leur positionnement politique. Beaucoup se saignent au travail pour que l’argent gagné soit dépensé dans des loyers démesurés et des écoles privés, et ce dans un seul but : éviter la racaille à leurs enfants. C’est le coût de la « stratégie permanente de l’évitement », dont parle si bien Thibault Damily, lui-même père de famille en banlieue.

Notre génération est aussi celle dont les propres parents (aujourd’hui retraités) ont été marqués par l’hédonisme post-mai 68. Contrairement à ce qu’ont longtemps affirmé les apôtres de l’idéologie du progrès et du plaisir immédiat, la tradition, la foi et la patrie ne sont pas des notions surannées mais des valeurs indépassables. Notre époque souffre cruellement de leur absence : atomisation de l’individu coupé de ses racines communautaires, déconstruction de la famille, primauté de l’utile, du rentable et du confort sur le beau, le vrai et le sacré. L’avènement d’un Macron, quarantenaire sans enfant promoteur d’une vision de l’Homme affranchi de ses racines, est sans doute l’une des conséquences logiques de ce basculement philosophique.

Mais si notre génération est capable de produire des Emmanuel Macron, elle peut aussi façonner des Arnaud Beltrame. Lui aussi quarantenaire, récemment baptisé, il venait de faire le pèlerinage de Saint-Jacques-de-Compostelle avec son père. Beltrame n’a pas bravé la mort au nom de principes abscons : on ne meurt pas pour les « valeurs républicaines » et la défense du mode de vie de consommateur occidental. Ses proches le disent : c’est d’abord dans sa foi, sa patrie et sa conception de l’honneur que Beltrame a pu puiser la force de s’élever, de combattre et de sacrifier sa vie.

Héros de notre temps mais aussi d’un autre temps, Beltrame incarne notre appétence pour un retour du sacré et de la tradition. Honneur, foi, patrie, souvenir des ancêtres… Son geste héroïque et l’engouement qu’il a pu susciter au sein de notre peuple sans distinction de sexe, d’âge ou de statut social nous rappellent une vérité incontournable : le ré-armement moral de notre génération passe d’abord par le retour d’une transcendance à la fois enracinée et impérissable. Dans « La Cause du peuple », Patrick Buisson dresse très justement les contours de cet immuable retour aux sources en écrivant qu’« aimer la France, ce n’est pas aimer une forme morte, mais ce que cette forme recèle et manifeste d’impérissable. Ce qui demeure, malgré toutes les vicissitudes, une promesse de vie, autrement dit, une promesse d’avenir. Ce n’est pas ce qui mourra ou ce qui est déjà mort qu’il nous faut aimer, mais bien ce qui ne peut mourir et qui a traversé l’épaisseur des temps. Quelque-chose qui relève du rêve, désir et vouloir d’immortalité. Quelque-chose qui dépasse nos pauvres vies. Et qui transcende notre basse époque. Infiniment. »

À l’heure où les plateaux télé reprennent inlassablement l’oxymore de « djihadistes français », complétons également ces propos par une phrase prophétique de Chesterton : « Ôtez le surnaturel, il ne reste plus que ce qui n’est pas naturel ». Dans cette perte de repères ambiante, le geste héroïque et archaïque du pèlerin patriote Arnaud Beltrame est ô combien précieux puisqu’il nous rappelle ce qui est essentiel, ce qui compte et ce qui nous permet de nous dépasser. Ce sacrifice est un appel à la transcendance. Puisse-t-il contribuer à l’éveil de notre génération.

Cyril Raul

Texte repris du site de : Les Identitaires

Le chemin de croix de Trèbes, par Caroline Parmentier

Dans toutes les églises de France, lors de ces fêtes de Pâques, chacun aura présent à l’esprit le sacrifice héroïque du colonel Beltrame qui l’a configuré au Christ.

Après l’hommage national rendu à Arnaud Beltrame (Présent du 30 mars), jeudi à Trèbes étaient célébrées les obsèques des trois victimes civiles du tueur islamiste : Jean Mazières, 61 ans, Christian Medves, 50 ans et Hervé Sosna, 65 ans. Devant Edouard Philippe, accompagné des ministres de l’Intérieur Gérard Collomb et de la Justice Nicole Belloubet, le maire de Trèbes a débuté, étranglé par le chagrin, l’hommage solennel sur la place des armes de la ville où avaient été alignés les trois cercueils. Entourant les familles bouleversées dont le jeune fils de Jean Mazières, viticulteur, les filles et l’épouse de Christian Medves, boucher du Super U, ainsi que les proches d’Hervé Sosna, maçon à la retraite, le village tout entier et ses alentours se sont rassemblés avant de les accompagner pour la messe des funérailles.

« Soyons prêts au sacrifice de nos vies »

Le même jour dans une cathédrale Saint-Michel archicomble, à Carcassonne, une foule recueillie et très émue a assisté aux obsèques du colonel Beltrame, célébrées par le père Jean-Baptiste de l’Abbaye Sainte-Marie de Lagrasse (Aude), qui préparait Arnaud et sa femme à leur mariage religieux et lui a donné les derniers sacrements :

« Le colonel Beltrame était convaincu qu’on ne peut pas lutter contre une idéologie uniquement avec des armes et des ordinateurs. On ne peut la vaincre durablement qu’avec des convictions spirituelles. La foi catholique qu’il a redécouverte, les merveilles chrétiennes de l’histoire de France qui le passionnaient, sont le meilleur bouclier contre la folie des convictions assassines qui tuent et veulent tuer encore. Alors, avec Arnaud et comme lui, soyons prêts au sacrifice de nos vies pour l’amour de nos frères ! »

Dans sa très belle homélie, le père Jean-Baptiste a rappelé quel homme et quel chrétien était Arnaud Beltrame :

« Sa déclaration d’intention pour le mariage catholique que je devais célébrer le 9 juin prochain près de Vannes est admirable. Marielle ne souhaite pas que soit rendue publique cette lettre ultime. Sachez que ce texte écrit seulement quatre jours avant sa mort héroïque prouve son adhésion inconditionnelle et fervente à toute la foi catholique et à sa tradition, qu’il y prie en particulier Notre-Dame avec gratitude, qu’il demande l’aide de saint Michel et prend saint Joseph pour modèle. En bénissant sa maison le 16 décembre dernier, j’avais été frappé de la décoration manifestant sa foi et sa passion pour l’histoire et la gendarmerie. Mais plus encore, par le fait qu’il avait réservé une pièce pour en faire un oratoire. Nous y avons prié tous les trois. Imitez-le ! Faisons une place dans nos vies à la prière ! Je crois qu’il a offert sa vie pour que s’arrête la mort. Cette tragédie, comme le Vendredi saint que nous allons célébrer demain, n’est pas le fin mot de cette histoire cruelle. Elle se pare déjà des couleurs de l’aube pour conduire Arnaud à la gloire de Pâques, à l’espérance radieuse de la résurrection. »

Caroline Parmentier

Article paru dans Présent daté du 30 mars 2018

L’héroïsme d’Arnaud Beltrame suscite des vocations dans la Gendarmerie

30/03/2018 – FRANCE (NOVOpress)
Depuis quelques jours, le centre d’appel de la réserve de la Gendarmerie est submergé d’appels de français souhaitant s’engager dans la réserve, quand d’ordinaire il n’y a que 3 ou 4 appels par jour.

Après les déclarations de communes souhaitant rebaptiser l’une de leur rue du nom du Gendarme, l’engouement autour de ce héros, martyr de sa foi, ne semble pas s’arrêter là.

On parle de 20 à 30 appels par jour pour une réserve qui se compose à la fois de civils reconnus aptes au métier, d’anciens militaires volontaires, ou de militaires en fin de carrière qui se rendent disponibles pendant 5 ans après leur service.

Hommage national au colonel Beltrame : « Cette grandeur qui a sidéré la France », par Caroline Parmentier

« Sa mémoire vivra. Son exemple demeurera. J’y veillerai, je vous le promets. Son exemple nous oblige. » Emmanuel Macron, à l’issue d’un remarquable discours, a fait une promesse sur le cercueil d’un héros et d’un saint. Face à « l’hydre islamiste », comment envisage-t-il de la tenir ?

On avait beau être dans « le temps de l’hommage et du recueillement », serinaient les journalistes (comme si dès le lendemain on risquait de passer brutalement à celui de la déclaration de guerre et de la reconquête des quartiers islamistes), il y avait quelque chose d’insupportable à voir aux premiers rangs les vieilles momies responsables de l’islamisation de la France : Juppé, Joxe, Raffarin, Balladur, Hollande, Sarkozy, etc. Et cette ordure de Richard Ferrand, patron des députés de la République en Marche, clamant la veille que « Wauquiez et Le Pen couvrent de boue l’honneur du colonel Beltrame ».

Ruth Elkrief avait donné le ton de la journée en rectifiant à chaque fois que quelqu’un rappelait la foi chrétienne du colonel Beltrame : « Il était chrétien, il était franc-maçon, il était républicain. » Ce devait être le leitmotiv de la journée. Personne ne lui a répondu que l’idéal, le sens du sacrifice et l’amour de la patrie qui animaient Arnaud Beltrame étaient des valeurs éminemment chrétiennes et militaires que l’on trouve davantage enseignées à Saint-Cyr que chez les petits bourgeois antifas. Insistance du commentateur de BFM TV : « Il n’est pas question de religion ici. » C’est vrai que quand on est égorgé aux cris d’« Allah Akbar », il n’est pas question de religion.

Dès le matin tôt, des nuées entières de militaires en grande tenue sortaient des métros parisiens. Aux Invalides tous les corps d’armées étaient représentés et tout spécialement évidemment la gendarmerie et le GIGN dont les devises sont « Honneur et Patrie » et « S’engager pour la vie ». « Tous nos gendarmes au quotidien sont exposés et peuvent se retrouver en position de faire le sacrifice de leur vie », déclarait un colonel de gendarmerie. Dans les rues de Paris, des milliers de personnes ont tenu à être là. Comme le dira Frédéric Pons, ancien officier, au micro de Boulevard Voltaire, « c’est toute la France qui se rassemble derrière cette belle figure d’officier français ». Le cortège funéraire précédé par les motards de la gendarmerie nationale et encadré de gardes républicains à cheval, est salué sur son passage par la brigade des pompiers de Paris.

Lorsque le cercueil du colonel Beltrame porté par ses camarades entre dans la cour des Invalides, le pays entier se fige. Un jeune élève officier porte le képi du défunt. Dans ce képi qu’il portait lors de son intervention à Trèbes, Arnaud Beltrame conservait la photo de sa femme et lui.

Emmanuel Macron, comme transcendé par celui à qui il s’adresse, fera un discours sensationnel, loin de la médiocrité d’Hollande qui évitait de prononcer jusqu’au mot « islamiste ». Convoquant les « ombres chevaleresques des cavaliers de Reims et de Patay, des héros anonymes de Verdun et des Justes, des compagnons de Jeanne et de ceux de Kieffer » : « Arnaud Beltrame rejoint aujourd’hui le cortège héroïque des héros qu’il chérissait ». Mais il ne parlera pas de la dimension spécifiquement chrétienne du geste de Beltrame. En revanche il opposera l’idéal du colonel Beltrame à celui des islamistes. Un modèle à donner aux jeunes Français en perte de repères, à opposer à la tentation de « l’hydre islamiste » et « à ses réseaux souterrains ».

« Son exemple nous oblige. » Et « l’exemple vient du chef », a martelé Emmanuel Macron. Dont acte. Il ne suffit pas de louer l’armée française tout en saignant à blanc son budget. Ni de fustiger la barbarie islamiste sans prendre les mesures pour l’éradiquer. Le seul hommage digne que le président Macron peut rendre au sacrifice héroïque du colonel Beltrame, est de protéger les Français.

Caroline Parmentier

Article paru dans Présent daté du 29 mars 2018

Le Colonel Arnaud Beltrame sur le chemin de la fierté retrouvée

Au début du génie européen se trouve l’héroïsme. L’héroïsme de l’Iliade et l’odyssée, du guerrier et du navigateur et l’héroïsme prométhéen du voleur de feu aux dieux.

Nulle part ne règne la vile soumission. La religion judéo-chrétienne l’introduira avec une autre forme d’héroïsme, celle des martyrs souffrant pour la nouvelle foi. Mais nul n’a jamais été béatifié pour avoir tué des infidèles. Respecté certes admiré parfois mais sans rechercher la sainteté par la violence.
C’est pourquoi nous avons de vrais héros alors qu’ils n’ont que de faux martyrs.

« Le guerrier n’est pas grand parce qu’il tue, il est grand parce qu’il meurt. » Voilà le fondement de notre civilisation que le lieutenant colonel Beltrame a eu l’occasion, historique de nous rappeler.

Et c’est parce que notre peuple est fier de lui qu’il peut redevenir fier de lui même, car bon sang ne peut mentir et il est de notre race française du sang versé pour la patrie au delà des différences d’origines. Cette fierté retrouvée qui dépasse le fatalisme et la compassion marque sans doute un tournant dans la lutte contre les terroristes venus d’un certain islam.

Certes le gouvernement comme les médias embarrassés tentent de s’accrocher à leurs discours idéologiques déconnectés des réalités. Résilience, pas d’amalgame etc… Mais ça ne passe plus.

Les radicalisés et connus comme tels doivent pour les étrangers être immédiatement expulsés comme les bi-nationaux déchus de leur nationalité française ou mis en détention administrative pour les Français. Il faut de toute façon préserver notre sécurité. Et si nos lois ne peuvent faire face, il faudra en voter d’autre.

La démocratie sera-t-elle en danger ? Certes pas, en tout cas moins que la France et les Français. Mais ceux qui vénèrent la démocratie, idole creuse, sans aimer la France, vont devoir se faire une raison.

La patrie est de retour. Ce sont les terroristes et les islamistes qui l’auront réveillé. Le sacrifice d’un seul aura été le grand éveilleur de notre peuple et ce que Dominique Venner n’a pas réussi dans son suicide, le colonel Beltrame l’aura réalisé dans le sien.

Raoul Fougax

Article paru sur le site Metamag

Arnaud Beltrame – Union d’un jour débats de toujours, par Jean-Gilles Malliarakis

C’est une chose magnifique que l’union nationale. Quand elle nous rassemble, au-delà des étiquetages, elle ne doit pas se ternir de querelles subalternes. Profitons-en pour rappeler que dans les occasions précédentes les Français ont témoigné, trop brièvement mais au-delà des incertitudes ravageuses, combien nous devons avoir confiance, sinon dans nos politiques, encore moins dans nos technocrates, mais dans notre police, nos services de renseignement, notre gendarmerie, notre armée.

Car en ce 28 mars, cinq jours après l’attentat de Trèbes c’est la France unanime qui rend hommage, avec émotion, à l’héroïsme du lieutenant-colonel Beltrame. En même temps, l’unanimité nationale entend aussi s’investit sans véritable exception autour des victimes de l’attaque de Trèbes du 23 mars comme de Mireille Knoll, assassinée la veille.

Commençons, avec ce cas, à évoquer, hélas, les choses qui fâchent. Sans nous engouffrer dans aucune polémique, malsonnante dans le contexte, reconnaissons, à propos de l’horrible meurtre dont celle-ci a été la victime, que le ministre de l’Intérieur Gérard Collomb n’a pas fini de nous surprendre. Il nous certifie, en effet, que son assassin n’était “pas du tout radicalisé”.

Son inspiration ne fait pourtant guère de doute, son complice l’ayant entendu crier le rituel “Allahou akbar”.

Or, ce qui montre le peu de sérieux de notre ministre, c’est précisément l’argument qu’il invoque : Yacine M., selon lui, ne doit pas être considéré comme un islamo-terroriste puisqu’il compte, nous précise-t-on, 22 à 24 inscriptions au TAJ, traitement d’antécédents judiciaires.

Islamiste ? “Pas du tout. Lui, ‑ à entendre le locataire de la place Beauvau – c’était le profil petit voyou de quartier qui allait faire des rapines.”

Mais précisément, cher Monsieur le Ministre, ci-devant maire de Lyon, vous devriez le savoir : c’est dans ce vivier de la délinquance ordinaire que se recrutent les plus acharnés des djihadistes, endoctrinés dans les prisons, après avoir été dressés contre la France dans les écoles de la République.

Cela se manifeste dans le cas de Yacine M.

Cela se retrouve exactement dans le cas de Radouane Lakdim.

Tristes débats, pauvres divisions : les uns veulent à tout prix ménager ce qu’ils considèrent comme la deuxième religion du pays. Pour eux, sans doute, les assassins ont quelque chose à voir avec le protestantisme. Pour eux il ne convient pas de voir en face l’existence d’un antisémitisme musulman dans les banlieues.

Le philosophe Robert Redeker observe enfin que “l’unanimisme dans la célébration ne doit pas cacher – comme elle le voudrait pourtant – que le geste héroïque de ce militaire met notre culture bien mal à l’aise. J’imagine le président de la République tourmenté : comment peut-on célébrer à la fois Mai 68 et Beltrame ? La réponse est évidente : en occultant quelque peu les motivations de son acte héroïque, en insistant sur les valeurs consensuelles, d’une généralité un peu vide, plutôt que sur ce qui les fonde. En présentant devant les masses un tour de passe-passe semblable à celui auquel se livrent les officiels lorsqu’ils proclament que les soldats de la Grande Guerre sont morts pour la paix, pour la réconciliation entre les nations, pour des valeurs, alors qu’ils sont morts pour la France, pour la patrie…”

Essayons, autant que possible, de leur arriver à la cheville.

Jean-Gilles Malliarakis

Article paru sur le site de L’Insolent

Un héros, un hommage national, et puis…?, par Philippe Bilger

Dans la cour d’honneur des Invalides, le 28 mars, à 11 heures 30, un hommage national sera rendu au lieutenant-colonel Arnaud Beltrame, ce héros, cet exemple, et aux trois autres malheureuses victimes.

Je ne doute pas que le président de la République aura, pour ce moment solennel, le discours qui conviendra avec l’intelligence et l’émotion accordées.

Il me semble que si son propos demeurait dans le seul registre compassionnel et de l’admiration unanime du pays dont il sera le porte-parole en quelque sorte, il lui manquerait quelque chose de fondamental.

On a en effet besoin de connaître les armes dont l’avenir pourra disposer.

Je ne pourrai malheureusement pas assister à cet hommage alors que j’aurais voulu pour une fois – par respect – participer à cette effusion collective si justifiée.

Pourtant comme les réactions politiques et médiatiques, depuis la monstruosité de Trèbes, relèvent, de manière contrastée, de ce que le partisan peut inspirer de pire !

J’admets que les dénonciations de Laurent Wauquiez et de Marine Le Pen, comme l’a très justement souligné Bruno Le Maire (France Info), stéréotypées et inusables – on pourrait les retrouver fidèles à elles-mêmes au fil des temps – s’inscrivent dans une polémique médiocre. Ce n’est pas parce que Gérard Collomb n’adopte pas la posture excitée du ministre de l’Intérieur traditionnel qu’il n’est pas à la hauteur de sa mission.

Les mêmes cependant qui vitupèrent la droite et l’extrême droite – par exemple Christophe Castaner – au lieu de s’attacher à l’essentiel qui est de réfléchir à l’armement du futur, tombent à leur tour dans le registre qu’ils prétendent répudier.

Que dire alors du discours dominant dans les médias qui vise seulement à pourfendre le simplisme et l’irresponsabilité de Wauquiez et du FN comme si le terrorisme qui à nouveau a tué et tuera encore si on n’invente pas d’autres moyens de lutte et de sauvegarde n’appelait pas d’autres considérations ?

Je songe par exemple aux interventions mollement orientées d’un Georges Brenier sur les fichés S dans le journal de TF1 le 26 mars.

Lire la suite

Arnaud Beltrame, l’exemple attendu, par Ivan Rioufol

Le sacrifice du lieutenant-colonel Arnaud Beltrame, qui a offert sa vie vendredi à Trèbes (Aude) pour sauver celle de l’otage d’un terroriste islamiste, fait de lui un martyr. Sa conversion récente au catholicisme (2009) ajoute en effet une profondeur mystique et murie à son geste militaire héroïque. Les gens d’Eglise qui ont accompagné Arnaud Beltrame dans sa recherche spirituelle ont eu raison de lier sa générosité à l’Evangile de Jean (15,13) : “Il n’y a pas de plus grand amour que de donner sa vie pour ses amis”. Ce lundi matin sur RTL, la mère du héros, Nicole Beltrame, a expliqué qu’elle n’avait pas été surprise par l’extraordinaire bravoure de son fils : “Il était loyal, altruiste, au service des autres, engagé pour la patrie”. Il plaçait la patrie au-dessus de sa propre famille, a-t-elle également expliqué. Mais si sa mère témoigne de son fils, c’est pour que “son acte serve” dans la “résistance au terrorisme”. “Il ne faut pas baisser les bras”, a-t-elle déclaré. “On ne peut tout accepter. Il faut agir, être plus solidaire, être davantage citoyen. On ne peut pas être complètement laxiste comme on l’est aujourd’hui”.

Nicole Beltrame assure ne pas éprouver de haine contre le bourreau, Radouane Lakdim, qui a égorgé Arnaud Beltrame et lui a tiré dessus. “Mais j’ai le plus grand mépris. Il ne faut pas montrer la photo de ce monstre car ce serait faire une émulation pour ces gens-là. Ce n’est pas une religion”. Lakdim, 25 ans, franco-marocain fiché S depuis 2014, a également tué sur son parcours Jean Mazières, Christian Medves et Hervé Sosna.

Lancer des ballons, allumer des bougies, éteindre la Tour Eiffel sont les gestes dérisoires d’une lâcheté collective qui n’ose se confronter à l’ennemi intérieur islamiste. Ces réponses enfantines deviennent désormais des insultes à la mémoire de ce héros français retrouvé. L’exemplaire geste d’Arnaud Beltrame, ancien élève de Saint-Cyr Coëtquidan (dont il fut major), nous rappelle qu’il est des compatriotes qui sont toujours prêts à mourir pour leur patrie et la défense d’un idéal humaniste, contrairement à ce que le relativisme pouvait laisser croire. Sa mort, offerte pour sauver une vie, est aussi le produit d’une culture et d’une civilisation. Son don de soi interdit de désigner encore les djihadistes, qui sèment la mort dans une détestation satanique de l’autre, comme des “soldats”, des “rebelles”, des “résistants” ou des “martyrs”.

Ceux-là se révèlent pour ce qu’ils sont : non pas des victimes de la société occidentale mais les bras armés et bas du front d’une conquête islamiste qui use autant du prosélytisme subtil que de la terreur brutale pour arriver à ses fins. Dès vendredi, dans le quartier de l’Ozanam (Carcassonne) d’où le tueur (abattu) était originaire, le nom de Radouane Lakdim était applaudi par des jeunes musulmans tandis que des journalistes se faisaient violemment chasser de la cité. Ceux qui persistent à ne rien vouloir voir de la contre-société islamiste qui partout se consolide en France, seront-ils au moins indignés par l’”héroïsme” dont Lakdim est déjà pour certains le symbole ? Puisse le sacrifice d’Arnaud Beltrame réveiller les endormis.

Ivan Rioufol

Texte daté du 26 mars 2018 et repris du blog d’Ivan Rioufol

Éric Zemmour : “Arnaud Beltrame est l’héritier des chevaliers, pas des vedettes de téléréalité”

26/03/2018 – FRANCE (NOVOpress)
Un hommage national sera rendu mercredi 28 mars à Arnaud Beltrame. Emmanuel Macron a déjà dit que le gendarme tué par le jihadiste de l’Aude était tombé en “héros”. Le journaliste Éric Zemmour revient sur cette notion.

Un héros, disent-ils. Du président de la République à tous les commentateurs, de tous les bords, le mot tourne en boucle, dans toutes les bouches. Un héros de la France, un héros de l’armée, un héros de la République, un héros de l’humanité. Chacun choisit son héros, chacun a sa vision d’Arnaud Beltrame.

Il faut imaginer l’échange de pensées – peut-être de mots – entre Arnaud Berltrame et son bourreau. Entre le gendarme et le jihadiste qui allait l’égorger. Entre celui qui sacrifiait sa vie pour en sauver une autre et celui qui sacrifiait lui aussi sa vie, mais pour tuer des infidèles au nom d’Allah. Deux conceptions de la vie et de la mort qui se croisent. Deux conceptions de Dieu. Deux traditions religieuses, étrangères et ennemies.
La mère du gendarme a déclaré que pour son fils la patrie et la famille étaient au-dessus de tout, que c’était un “bleu-blanc-rouge”. Le travail, la famille, la patrie : voilà des valeurs que, depuis ce Mai 68 que l’on célèbre bruyamment ces temps-ci, on nous a appris à rejeter, à diaboliser, en les associant systématiquement à Vichy et à Pétain.

Beltrame, lui, a tout fait pour s’enfermer dans les carcans de la tradition. Il est l’héritier des chevaliers et des moines, pas des vedettes de téléréalité. Il n’était pas de son temps, pas de notre époque. Par l’intermédiaire de ses représentants les plus éminents, notre époque peut bien le récupérer. Elle ne pourra pas effacer ce que son geste lui a d’irréductiblement étranger.


Arnaud Beltrame, ou le don de soi

Brutalement, la France et son oligarchie se trouvent confrontées à un acte véritablement héroïque, le sacrifice, le don de soi. Il s’agit là d’un événement dont on ne saurait minimiser la portée.

Arnaud Beltrame a offert sa vie pour en sauver une autre. La France en est sidérée. Le Président Macron, prompt à l’emphase, avait tendance à employer le mot « héros » à tort et à travers pour parler de Johnny Hallyday ou des professeurs de français. Brutalement, la France et son oligarchie se trouvent confrontées à un acte véritablement héroïque, le sacrifice, le don de soi. Il s’agit là d’un événement dont on ne saurait minimiser la portée. Comme l’a dit le père Jean-Baptiste, chanoine régulier de l’abbaye de Lagrasse, qui a donné la bénédiction apostolique avant la mort au lieutenant-colonel, qu’il devait marier prochainement, la « folie de ce sacrifice » dépasse les simples obligations professionnelles d’un officier de gendarmerie. Elle transcende même l’héroïsme.

L’héroïsme est courageux. Il n’est pas fou. Le héros ne se livre pas à la mort sans défense, ou alors il le fait parce qu’il n’a pas le choix. Jean Moulin, sous les coups, ou Pierre Brossolette, en se suicidant, étaient prisonniers de la Gestapo et ne voulaient pas parler. Les soldats encerclés par l’ennemi et qui préfèrent la mort plutôt que de se rendre obéissent à un code de l’honneur national. Deux militaires russes viennent d’en donner l’exemple en Syrie. Dans tous ces comportements, la raison n’est pas absente. Le raisonnement calcule les chances pour les uns de réussir à maîtriser le danger, pour les autres d’affronter la mort volontairement plutôt que la subir de manière plus horrible, en exposant son pays à l’humiliation ou au chantage.

Le sacrifice d’Arnaud Beltrame est d’une autre nature qui stupéfie. Certes, il a sans doute espéré que son téléphone resté ouvert guiderait l’action des forces de l’ordre, mais il a exposé sa vie sans arme devant un terroriste qui pouvait trouver, dans l’assassinat d’un lieutenant-colonel de gendarmerie, l’aboutissement le plus « heureux » de son action et la clef du paradis d’Allah. C’est en cela que réside sa « folie ». Il a estimé que la vie d’une caissière de magasin méritait de lui sacrifier celle d’un officier.

Il y a, dans la volonté d’Arnaud Beltrame d’échanger sa vie contre celle d’une personne anonyme, une dimension qui peut au minimum résider dans une conception du devoir hors du commun. La protection des personnes est l’impératif le plus important des policiers ou des gendarmes. Doit-elle aller jusqu’à échanger sa vie contre celle de l’individu menacé ? Dans ce cas, il y a une disproportion qu’on ne peut comprendre qu’en impliquant une dimension religieuse. Mourir à la place de quelqu’un, ce n’est pas le devoir d’un gendarme, c’est le message le plus profond du christianisme. C’est celui du Dialogue des carmélites de Bernanos et, en cette semaine sainte, celui du Christ qui meurt pour racheter l’humanité. L’interchangeabilité des hommes, le plus fort à la place du plus faible, le plus riche à la place du plus pauvre est cette folie chrétienne qui inspire la sainteté plus que l’héroïsme, pour reprendre ces deux modèles dont Bergson pensait qu’ils incarnaient la morale « complète ».

Saint ou héros, l’exemple est un appel. Puisse celui-ci être entendu. Il y a donc encore, dans une France dominée par le matérialisme, l’appétit de réussir, l’individualisme narcissique, des hommes qui sont patriotes au point d’exposer leur vie pour la France, des militaires pour qui le devoir est un absolu, des chrétiens capables de donner leur vie pour en sauver une autre. Le lieutenant-colonel Arnaud Beltrame est la preuve que ces hommes n’ont pas disparu, car il en est la synthèse. Son image devrait redresser l’espoir en notre nation, ressusciter en elle civisme et patriotisme, et rappeler que la « folie chrétienne » qui veut sauver une vie à tout prix est infiniment plus humaine que celle des lâches meurtriers qu’on nomme « fous de Dieu ». Il faut que cette leçon redonne une pleine conscience de notre identité, et du respect qu’elle mérite au point de vouloir la défendre. C’est à ce prix que le sacrifice d’Arnaud Beltrame n’aura pas été politiquement vain.

Christian Vanneste

Tribune reprise de Boulevard Voltaire