Gérald Pichon : “Ce sont les visages pâles qui sont prioritairement pris pour cible”

Gérald Pichon : "Ce sont les visages pâles qui sont prioritairement pris pour cible"

04/01/2014 – 10h30
ANGERS (NOVOpress) – Vendredi dernier – le 31 janvier – Gérald Pichon a tenu une conférence à Angers autour de son livre « Sale Blanc ». A cette occasion, Novopress l’a interrogé sur les des éléments de sa conférence mais également sur le fait que les médias semble désormais s’intéresser au racisme anti-blancs.


Gérald Pichon, lors de votre conférence à Angers, vous avez établi qu’il n’y avait plus de clivage droite/gauche mais un clivage pro-vie/pro-mort quant à la France. Pouvez-vous développer cela ?
Je crois que tous les observateurs sérieux et la population française ont compris que le clivage gauche/droite était désormais dépassé. Pour appliquer la théorie du genre à la politique, il y a désormais un « transparti », l’UMPS, sans filiation et famille idéologique, né d’une Gestation pour autrui (GPA) dans des cerveaux qui veulent arracher la démocratie au déterminisme des urnes afin d’appliquer leur système mortifère. Un bon nombre de philosophes, de penseurs ou de simples citoyens, ont fait ce constat avant moi : il y a d’un côté, ceux qui veulent que la France et les Français survivent et qui manifestent depuis des mois non seulement contre le mariage homo ou la légalisation de l’euthanasie mais aussi contre l’asphyxie fiscale, la destruction des emplois et les délocalisations…Et de l’autre, il y a le camp de ce « Système à tuer les peuples » qui veut nous faire céder au chant des sirènes du suicide de nos identités familiales et civilisationnelles au nom de l’égalité.

Auriez-vous enfin été entendu ? En effet, il y a quelques semaines Valeurs actuelles a consacré un dossier au racisme anti-blancs et semble même avoir largement puisé dans votre livre « Sale Blanc »
Le dossier de Valeurs actuelles m’a laissé dubitatif. Premièrement, pour un magazine soi-disant de droite, il a plusieurs années de retard. Deuxièmement il pointe du doigt la gauche pour expliquer le phénomène du racisme anti-blanc, alors comme le démontre mon ouvrage, le Parti socialiste comme l’UMP ou le RPR à l’époque, sont parfaitement au courant de cette haine raciale et du nombre de victimes. Les « petits blancs » tués, violés ou mutilés sont considérés aux yeux des gouvernements successifs comme les dommages collatéraux de la substitution de population que connaît l’Europe dans son ensemble. Les médias ont bien compris qu’il était contre-productif de maintenir cette chape de plomb sur le racisme anti-blancs, cette réalité a malheureusement rattrapé une très grande majorité de la population et il est difficile de le passer sous silence. Valeurs actuelles participe, à sa manière, au détournement de la colère de la majorité invisible vers un ennemi, la gauche, en espérant faire oublier les responsabilités des « droitards » dans l’immigration (800.000 naturalisations sous Nicolas Sarkozy) ou la culpabilisation des Français (programmes scolaires l’Education nationale et audiovisuels de France 2 ou France Culture).

Lire la suite

Un New-Yorkais arrêté pour agressions racistes anti-blanches via le “jeu” du “Knock Out”

Un New Yorkais arrêté pour agressions racistes anti-blanches via le "jeu" du "Knock Out"

08/01/2014 – 16h00
NEW YORK (NOVOpress) –
Le « Knock Out Game » ou « jeu du Knock Out » est une pratique qui s’est largement répandue à travers tous les USA ces derniers mois et qui consiste à frapper un passant au hasard pour l’assommer d’un seul coup de poing sans rien lui dérober. On a aussi observé de tels cas en Australie et en Grande-Bretagne. Plusieurs morts ont été recensées après ces attaques où les victimes sont toutes blanches et les agresseurs systématiquement noirs.

A New York, Barry Baldwin , un homme noir de 35 ans, a formellement été accusé de crimes racistes à la suite de sept attaques du « jeu du Knock Out », toutes portées contre des femmes seules – dont deux âgées de 78 ans et une jeune mère de famille promenant sa fille -, a déclaré la police.

Barry Baldwin a été inculpé pour toute une série de violences qui se sont produites entre le 9 novembre et le 27 décembre dans des quartiers à majorité juive de Brooklyn (quartier où l’agresseur réside également), a souligné la police. Le 9 novembre, Baldwin a frappé une femme de 78 ans avec sa poussette. La victime est tombée inconsciente sur le sol. Le 7 décembre, il s’en est pris à une femme de 20 ans qu’il a frappée de dos au bas du crâne dans Brooklyn. Puis, les jours suivants, il a brutalement attaqué cinq autres femmes, dont une mère de 33 ans qui était avec sa petite fille de 7 ans. A la suite de cette agression, un portrait-robot de l’assaillant (photo) avait été diffusé.

Lire la suite

Lakim Faust, le tueur de Blancs que l’on vous cache

Lakim Faust, le tueur de Blancs que l’on vous cache

11/10/2013 -11h00
WASHINGTON (NOVOpress) –
Avez-vous entendu parler de Lakim Faust (ci-dessus) ? Lakim Faust est un américain de 23 ans. Il vient d’être incarceré pour le meurtre de quatre personnes en juin dernier, en attendant son procès. La presse locale – les médias nationaux sont plus silencieux… – vient de révéler que Lakim Faust « choisissait ses victimes parce qu’elles étaient blanches ». L’une d’entre elles est morte et les trois autres ont « des blessures traumatisantes à vie » (« A man who shot four people near a Greenville Walmart in June picked out his victims because they were white, according to several indictments handed down against him »).

On doit cette révélation aux chefs d’inculpation retenus par le juge américain. Jusqu’à maintenant, la police était soigneusement restée silencieuse sur le sujet. Les enquêteurs ont fini par déclarer à la télévision avoir « saisi des ordinateurs et des documents au domicile de Lakim Faust, qui démontrent qu’il planifiait une attaque et voulait tuer un très grand nombre de personnes ». En effet, on a retrouvé une centaine de balles sur Lakim Faust au moment de son interpellation.

Lire la suite

Pourquoi le racisme anti-blancs est-il désormais au cœur du combat de la Licra ? par Gérald Pichon

Pourquoi le racisme anti-blancs est-il désormais au cœur du combat de la Licra ? par Gérald Pichon

19/03/2013 – 17h00
PARIS (NOVOpress) – Comme il l’indique dans Sale Blanc ! Chronique d’une haine qui n’existe pas, Gérald Pichon explique qu’après avoir été le grand tabou des médias et des politiques le racisme anti-blancs devient désormais l’objet d’une récupération politicienne mais aussi par des associations « antiracistes ». Une récupération dont les vraies victimes de cette haine, les Français de souche européenne, feraient les frais…

Lire la suite