Tag Archives: alliance Macron-Bayrou

Macron Bayrou

Macron, Bayrou et l’islam, par Guy Rouvrais

Parmi les raisons (avouables) de son ralliement à Emmanuel Macron, la principale, dit François Bayrou, est la « situation d’extrême risque » représentée par « une flambée de l’extrême droite ». Comme tous les autres, il désigne par-là, mensongèrement, le Front national. C’est pour cela que ne constatant pas, parallèlement, une flambée de centrisme, il fait de ce dernier une composante de la gauche.

Un tel jugement montre une fois de plus que Bayrou et Macron sont, comme toute la classe politico-médiatique, complètement coupés du peuple. Car, enfin, si la droite nationale constituait un « extrême risque », se trouverait-il au moins 28 % des électeurs au premier tour et entre 44 % et 48 % (pour l’instant !) au second à se prononcer pour Marine Le Pen ? Seraient-ils à ce point aveugles, sourds ou sots pour mettre le pays en danger et eux-mêmes en péril ? Poser la question, c’est y répondre. Accessoirement, on ne voit pas que l’alliance du jeune loup socialiste et du vieux renard centriste puisse arrêter l’ascension de leur concurrente. Un sondage effectué après l’annonce de leur union l’atteste.

Ce qui explique le mouvement populaire vers Marine Le Pen, c’est bien « une situation d’extrême risque » mais ce n’est pas celle que dénoncent les deux compères, un risque qui, cette fois, n’est pas imaginaire. C’est l’islamisation du pays, la montée en puissance des exigences communautaires de musulmans, d’une part, le terrorisme islamiste de l’autre, dont nous devons professer qu’ils n’ont aucun rapport sous peine d’être accusés du terrible « péché » d’amalgame.

Macron, pourtant, a assuré dans une réunion publique qu’en France « aucune religion n’est un problème ». Aucune ! Pas même l’islam ? Il répond : « C’est un sujet. » Pas d’inquiétude, de mécontentement, un simple « sujet » qui se trouve, là, dans l’actualité, on ne sait trop pourquoi. Et à l’égard de cette religion-là, il préconise une « bienveillance exigeante ». On se demande pourquoi elle devrait être exigeante puisqu’elle ne poserait aucun problème.

Cette bienveillance va très loin puisque, encore ministre à l’époque, il a attribué à la société française, quelques jours après les attentats du 13 novembre, « une part de responsabilité » dans le « terreau » sur lequel le djihadisme a pu prospérer, évoquant une disparition de l’idéal républicain de mobilité sociale. Rappelons aussi qu’il a félicité Angela Merkel d’avoir accueilli un million de « migrants » – la plupart musulmans – y voyant « une fierté et une force pour l’Europe ».

A l’évidence, Macron drague les voix musulmanes qui s’étaient massivement portées sur Hollande en 2012 avant de l’abandonner pour cause de « mariage gay ». Et Bayrou fait campagne avec lui car il « fera tout » pour que son complice soit élu. Y compris ne pas se formaliser de ce que Macron a, à Alger, parlé de « crime contre l’humanité » à propos de la colonisation, calomniant son pays en terre étrangère, diffamant les colons et l’armée française.

« Paris vaut bien une messe », aurait dit Henri IV, natif de Pau, pour justifier sa conversion au catholicisme. Son lointain concitoyen pense, lui, qu’exister encore un instant sur la scène politique vaut bien quelques courbettes devant les disciples de Mahomet en duo avec Macron.

Guy Rouvrais

Article paru dans Présent daté du 25 février 2017