Une adjointe à l’agriculture à la mairie de Paris

Vous avez bien lu. La mairie de Paris se paie une adjointe, « chargée de l’agriculture, de l’alimentation durable, et des circuits courts ». Autant la nourriture est un enjeu de sécurité publique et il est tout à fait légitime de s’en préoccuper, autant évoquer l’agriculture dans Paris est une plaisanterie. S’il s’agissait d’une responsabilité bénévole, il serait tout naturel d’en rire. Mais à six mille euros par mois, c’est obscène. Obscène que les Parisiens, dont 21,1 % vivent dans des logements sociaux, paient avec leurs deniers ce fantasme bobo absolument grotesque. L’agriculture, à Paris, se limite aux quelques ruches sur le toit de l’Opéra, et aux vignes (fort) chétives de Montmartre. Et bon courage aux amateurs de poissonnailles si l’objectif est d’élever du fretin dans la Seine.

Audrey Pulvar représente tout ce que Paris produit de plus pénible : des idéologues ridicules partout sauf dans la quinzaine de métropoles mondialisées qui ont fait sécession de leur pauvre pays ou de leur pays pauvre, donneurs de leçon compulsifs, et trouvant toujours le moyen de se faire entretenir avec l’argent public.

La mairie de Paris a argué que, porte de Versailles, une « ferme » de 14 000 m2 sur le toit du parc des expositions était la plus grande « ferme urbaine » d’Europe. De la terre sur un toit, et ça suffit à faire rêver les habitants du Marais. En moyenne, 80 % des projets de production agricole urbaine meurent la première année. Qui vivra verra, mais il est difficile de présager un avenir radieux à cette exploitation. Sauf si Viparis, la société qui exploite le centre des expositions, réussit à rendre rentable le site. Au programme : des ateliers « découverte » (1 heure, 15 euros par personne), des ateliers « découverte et dégustation » (1 h 30, 25 euros par personne), des ateliers « aromates et cocktail » (2 heures, 50 euros par personne), et des ateliers « yoga » (1 heure, 25 euros par personne). Au milieu des plants de tomate.

C’est le système des socialistes parisiens : la mairie rêve, un acteur privé s’enrichit, et la mairie peut faire des photos ou images sur Photoshop pour s’autocongratuler. Tout ceci ne laisse que peu de temps, de personnel disponible, d’attention et d’argent pour s’occuper des rats qui grouillent partout dans la Ville Lumière à la faveur de la saleté répugnante omniprésente. Pour le coup, si la mairie se pique d’élevage, elle dispose d’un indéniable savoir-faire avec les rongeurs à faire valoir.

Reste que Paris devra bien un jour se rappeler qu’elle n’est pas une île au milieu du désert, mais la capitale d’un pays en entier, et que c’est lui qui la nourrit. Peut-être la volonté de communiquer sur une hypothétique « autosuffisance alimentaire » est-elle une volonté plus ou moins consciente d’Anne Hidalgo de couper définitivement le cordon avec ces sans-dents qui sèment, arrosent, moissonnent et votent à droite. Mais bien du courage : ce n’est pas demain que Paris cuira son pain sans le froment de la Beauce.

Benoît Busonier

Article paru dans Présent daté du 7 juillet 2020