Une génération dans l’orage qui ne veut plus subir ! – Le Zoom – Victor Aubert

Victor Aubert

12/05/2022 – FRANCE (NOVOpress)
Professeur de philosophie et président du laboratoire d’idées Academia Christiana, Victor Aubert a participé activement à la rédaction d’un programme politique pour « une génération dans l’orage ». Faire passer les messages et éveiller les consciences, tel et le sens d’un ouvrage qui ne cache pas le recours à une fulgurante et troublante radicalité.

Essayant de concilier pragmatisme et idéal, les auteurs du livre ne veulent, en aucun cas, plaquer une idéologie sur le réel. Il s’agit donc de rebâtir un monde préservé du totalitarisme progressiste et de la domination absolue des puissances d’argent. Bâtir pour ne plus avoir à subir.


Contre la désinformation, soutenez Academia Christiana ! – Entretien avec Victor Aubert

Academia Christiana

Un reportage à charge contre Academia Christiana a été diffusé le 16 février dernier lors du journal de 20 heures de France 2. Victor Aubert, président de l’association, rétablit la vérité.

— Quelle est votre réaction après la diffusion de ce reportage caricatural à une heure de grande écoute ?

— Nous savions depuis longtemps que les médias du système sont des outils de propagande au service d’une idéologique qui nous est hostile. Néanmoins nous avons été surpris de l’ampleur de l’attaque. Qu’un organisme de formation comme Academia Christiana qui organise des conférences de philosophie sur des thèmes politiques ou religieux fasse l’objet du journal de 20 heures de France 2 est absolument délirant.

— Beaucoup d’images sont filmées en caméra cachée. Ignoriez-vous donc qu’un tel projet se préparait ?

— La journaliste Sophie Broyet ne connaît pas encore bien son métier, un garçon de seize ans l’avait repérée lors de sa venue à Sées. Nous l’avons donc rapidement identifiée même si elle avait eu le temps d’abuser plusieurs personnes. Alerté, Breizh Info a diffusé son « signalement » pour qu’elle ne puisse réitérer ailleurs sa tentative d’infiltration.

— Vous avez publié une vidéo pour dénoncer la démarche de France 2 quelques heures avant la diffusion du sujet. Comment avez-vous été informé et que souhaitiez-vous dénoncer ?

— France 2 nous a averti de la parution du montage quelques heures avant sa diffusion, nous sommant de répondre à un véritable interrogatoire de police. Nous avons demandé à pouvoir visionner le reportage avant sa diffusion, ainsi qu’un droit de réponse qui ne nous a pas été accordé pour l’instant. Sur le fond, ce reportage mêle une série d’images sorties de leur contexte en vue de terrifier ; sur la forme, il y a une absence totale de déontologie à tous les niveaux : volonté de piéger des personnes de notre entourage, partialité, appel à la dissolution de notre association auprès du ministre Darmanin. Sophie Broyet n’est en réalité pas journaliste mais une militante subventionnée par nos impôts !

— Dans le reportage, un prêtre est pointé du doigt, filmé fusil en main. Pouvez-vous préciser le contexte de cette scène ?

— Il s’agit d’un prêtre tirant au fusil à l’occasion d’une partie de ball-trap pendant ses vacances, chez des particuliers. Où est le problème ? C’est une illustration typique des techniques de mensonge journalistique, on part d’un fait qu’on isole et auquel on ajoute un commentaire qui n’a aucun rapport, ensuite on met bout à bout toutes sortes de séquences prises dans des contextes différents pour laisser entendre qu’il s’agit d’autre chose. Des détails sont montrés à la loupe tandis qu’on omet d’évoquer ce que font les personnes ou mouvements visés sur les 99 % du reste de leur temps. Aucune des personnes visées par ce montage n’a à rougir de ses engagements, mais on n’évoque à aucun moment ce que nous faisons réellement.

— Comment expliquez-vous qu’un tel reportage sorte à cette période ?

— Le timing est parfait, Academia Christiana est instrumentalisée pour servir de repoussoir et terrifier les téléspectateurs de France 2. A l’heure où de moins en moins de Français ont confiance en l’Etat, il faut créer des menaces artificielles que celui-ci saura conjurer à peu de frais par une dissolution. Le fantasme sur l’extrémisme des catholiques et de potentiels actes dangereux n’est pas nouveau mais il faut l’alimenter régulièrement avec ce type de manipulations.

— Craignez-vous que cela ait des répercussions sur le travail d’Academia Christiana et comment comptez-vous réagir ?

— Aujourd’hui la presse fait office d’auxiliaire de police politique, elle sert à créer des « faits » pouvant être utilisés dans le cadre d’une procédure de dissolution. Il serait en effet très difficile de dissoudre un mouvement qui ne fait qu’organiser des conférences dont l’intégralité des contenus est disponible sur YouTube. En construisant le fantasme du coup d’Etat, d’idées nauséabondes ou d’une sécession violente, on arrive aisément à ses fins. Mais ce que nous craignons le plus, c’est l’absence de soutien dans nos rangs. Malgré de très nombreux soutiens, quelques catholiques un peu embourgeoisés voient d’un mauvais œil le fait qu’on puisse les associer à ce qu’ils croient, à tort, être un mouvement politique trop extrême. Si à chaque tentative de l’ennemi pour nous salir nous nous désolidarisons par excommunications interposées, nous entrons alors dans son jeu. Nous appelons donc les catholiques à prendre conscience de la mauvaise foi du service public. Academia Christiana est un instrument au service du bien commun, qu’il faut soutenir.

Propos recueillis par Louis Marceau

Article paru dans Présent daté du 22 février 2022

Du 18 au 24 août, UdT d’Academia Christiana à Sées (Orne), interview du président de l’association

Du 18 au 24 août, UdT d’Academia Christiana à Sées (Orne), interview du président de l'association

26/05/2014 – PARIS (NOVOpress)
Du 18 au 24 août, UdT d’Academia Christiana à Sées (Orne), interview du président de l'associationVictor Auber a 25 ans et suit un Master de Philosophie à Paris IV Sorbonne. Il est le président de l’association Academia Christiana – qui organise en août une UdT que Novopress a déjà présentée -, dévouée à la formation intellectuelle et à la promotion de l’engagement politique chez les jeunes catholiques.

Bonjour Victor, pouvez-vous présenter votre association ?

Créée en 2013 avec un groupe d’amis, elle a pour but exclusif la formation des jeunes générations. Nous avions constaté que beaucoup de jeunes autour de nous n’étant pas de mauvaise volonté manquaient beaucoup de culture (religieuse, philosophique). Ayant pour notre part reçu beaucoup par nos études, nos lectures et des personnes auxquelles nous devons beaucoup, nous voulions essayer de mettre les trésors qui nous avaient été transmis à la disponibilité de tous en essayant de les présenter dans une formation synthétique qui puisse donner une véritable colonne vertébrale à ceux qui se sentaient intuitivement attachés à ce patrimoine, mais sans vraiment pouvoir l’appréhender de manière structurée avec une vue d’ensemble parce qu’ils leur manquaient des connaissances ou des principes hiérarchisés qui permettent de saisir les choses avec cohérence.

Pourquoi une formation « spirituelle, philosophique et politique » comme l’indique l’affiche sur votre site ?

Lire la suite

Du 18 au 24 août, UdT d’Academia Christiana à Sées (Orne)

Du 18 au 24 août, UdT d'Academia Christiana à Sées (Orne)

25/05/2014 – SEES (NOVOpress)
Organisée avec le soutien de la Fraternité Saint-Pierre, l’Université d’été catholique Academia Christiana aura lieu du 18 au 24 août 2014 à Sées, en Normandie.

Une semaine consacrée à la formation pour devenir des chrétiens conscients de leur identité, de leur patrimoine et de leur foi. Cette formation a pour but de faire découvrir ou redécouvrir aux jeunes les grands classiques de la culture occidentale catholique : Philosophie, Doctrine chrétienne, Politique, Littérature, Culture, Histoire, Liturgie…

Au programme : des conférences, des ateliers, des soirées débat sur des thèmes de l’actualité (islam, économie, Eglise, identité…). Mais aussi des visites culturelles, des temps de loisirs, dans une ambiance chaleureuse et amicale.

Inscription sur : http://www.academiachristiana.org/s-inscrire

Le visuel de Une est issu d’une peinture Sergey Machenekov, artiste russe.