Régionales 2021 – Pourquoi la Corse ne s’est pas abstenue? Entretien avec Paul-François Paoli

Corse élections

Avec un taux d’abstention record de 66,7%, le premier tour des élections régionales 2021 devient le scrutin le plus boudé sous la cinquième République. Une région se distingue: la Corse où le taux d’abstention a été bien plus bas (42,92%).

L’essayiste Paul-François Paoli y voit la manifestation de la passion politique des Corses qui, à travers leur vote, expriment la défense de leur insularité. La collectivité territoriale corse n’est pas perçue comme une entité administrative abstraite, mais comme une instance destinée à préserver leur identité.

Causeur. Pourquoi la mobilisation électorale a-t-elle été au rendez-vous sur l’île de Beauté ?

Paul-François Paoli. Il y a sans doute plusieurs raisons. La première est que les Corses aiment depuis toujours la politique. Ils aiment débattre et discuter politique notamment en famille. En Corse, la politique y est très personnalisée. On vote parfois plus pour un homme que pour un parti. C’est un petit pays où chacun se juge et se jauge. La réputation personnelle d’un candidat, sa compétence et son intégrité jouent aussi parfois plus que son idéologie politique. Au-delà de cette attitude traditionnelle, si les Corses se sont massivement déplacés, c’est qu’ils se sentent concernés par des élections qui traitent de questions locales très concrètes. En primant leurs listes nationalistes, ils ont rappelé qu’ils ne s’identifient pas aux élites “hors-sols” de Paris. La Corse est l’expression même du clivage entre Anywhere et Somewhere mis en évidence par l’anglais David Goodhart. Les Corses sont attachés aux hommes politiques pour qui ils votent et qu’ils connaissent parfois personnellement – ou du moins croient connaître !

Les Corses ont l’impression que la France est à la dérive: dérive migratoire, dérive des mœurs avec la vague de l’antispécisme, du féminisme radical ou de l’arrogance du lobby gay…

Si les Corses sont allés massivement voter dimanche (57%), n’est-ce pas surtout lié au statut particulier de la collectivité territoriale et aux pouvoirs élargis du président de l’exécutif, capable de peser plus sur le destin de l’île ?

Sûrement. S’il n’y a pas eu cette désaffection massive qui a marqué le premier tour sur le continent, c’est donc parce que le vote dans un sens ou dans un autre est censé avoir des conséquences concrètes dans la vie locale des Corses. Par ailleurs, la forte mobilisation en faveur de Gilles Simeoni n’est pas un hasard. Simeoni jouit d’une excellente réputation. Maîtrisant parfaitement l’art oratoire, c’est un tribun qui a du charisme. C’est très important en Corse où il faut savoir s’imposer par la parole. Enfin il est capable de rassembler des électeurs qui ne font pas partie de son camp politique grâce à son intégrité incontestable, une qualité précieuse sur une île où l’emprise de la mafia est importante, si l’on en croit les experts.

Pour lire la suite, c’est ici !

Covid et dictature sanitaire – La France peut-elle échapper au variant Delta ? [vidéo]

vaccins covid

25/06/2021 – FRANCE (NOVOpress)
Le variant Delta, qui inquiète notamment le Royaume-Uni et Israël, sera-t-il à l’origine d’une quatrième vague de contamination au coronavirus dans les prochaines semaines en France ?

La vaccination va-t-elle être imposée comme l’unique solution ? Philippe Froguel, chercheur, généticien, professeur à l’Imperial Collège de Londres et à l’université Lille II, et Laurent Alexandre, essayiste et urologue, s’exprimaient le 23 juin au sujet de la “menace” du variant Delta.

En tout cas, on pourra compter sur l’Etat (et les médias) pour nous raconter une belle histoire bien anxiogène qui justifiera les mesures à venir…


La nature, notre philosophe intérieur, par Slobodan Despot [vidéo]

25/06/2021 – FRANCE (NOVOpress)
Intervention de Slobodan Despot, journaliste, éditeur et écrivain, au VIIe colloque “La nature comme socle, pour une écologie à l’endroit”.

Nous vivons l’époque des évidences oubliées. Répétons-nous donc. La nature, c’est tout ce qui, dans l’univers, n’est pas fait de main d’homme. Tout ce que homo faber, dans son obsession du contrôle total, ne contrôle, justement, pas. La nature autour et en face de nous est la limite de notre pouvoir sur la matière, sur le monde et sur notre propre destin.


Immigration : l’Europe s’apprête à verser 3 milliards d’euros à la Turquie

Erdoğan peut se frotter les mains : à l’occasion du sommet qui débute ce jeudi, à Bruxelles, l’Union européenne s’apprête à renouveler avec la Turquie l’accord migratoire de 2016 et à débourser des fonds considérables.
Pas moins de trois milliards d’euros entre 2022 et 2024, qui viendront s’ajouter aux 535 millions déjà octroyés en 2021. Théoriquement, pour que des ONG prennent en charge les réfugiés à l’intérieur de ses frontières. Si l’on en croit Le Figaro du 24 juin, le vice-président de la Commission chargé des questions migratoires a toutefois admis qu’« une partie de cet argent pourrait aussi aller à l’État turc ».

L’Union européenne se veut rassurante : les États membres ne devront pas mettre la main au portefeuille, puisque la Commission est suffisamment riche en début de mandat. Il faut dire que certains Parlements auraient pu faire des difficultés pour débloquer des fonds supplémentaires. Les instances européennes, une fois de plus, trouvent tout naturel de prendre des décisions sans consulter les peuples ni leurs représentants et de tout décider entre chefs d’État ou dans une Commission non élue. Sans compter que les réserves dans lesquelles on va puiser proviennent de la poche des contribuables.

On a ainsi trouvé le moyen de passer outre l’opposition éventuelle de pays qui verraient ce financement d’un mauvais œil. Cette manœuvre dissimule, au demeurant, des arrière-pensées électorales. L’Allemagne s’inquiète qu’on ne donne pas cette garantie aux Turcs : Angela Merkel ne veut pas déplaire à la nombreuse communauté issue de Turquie et ne souhaite pas voir renaître le problème turc avant les élections de septembre. Quant à Macron, à l’approche de 2022, il n’a pas envie de susciter une polémique supplémentaire. Un diplomate a confié au Figaro cette réflexion cynique : « On fait miroiter à la Turquie un montant qui sera débloqué plus tard, elle garde les frontières fermées et les leaders peuvent souffler pendant l’été. »

En faisant un pas vers Ankara, l’Union européenne prétend apprivoiser Erdoğan, tout en restant sur ses gardes. Elle espère qu’il lui rendra la pareille et fera des efforts sur la question de Chypre et du respect des droits de l’homme. Qui sait ? La Turquie acceptera peut-être même de « contribuer positivement au règlement des crises régionales » en Irak, Libye, Syrie, Azerbaïdjan et au Haut-Karabakh. On peut toujours rêver. À croire que l’Union européenne vit dans le monde des Bisounours. Faut-il être naïf… ou irresponsable ! Dire que certains rêvent encore de voir la Turquie entrer dans l’Union européenne…

Erdoğan, contrairement à plusieurs dirigeants européens (Macron en tête), n’a pas mis au rebut la souveraineté de son pays et recherche, avant tout, ce qu’il estime être l’intérêt de son pays. Il sait adoucir ses positions ou les durcir en fonction des circonstances et de ses intérêts, de ce qui lui est utile ou néfaste. Pour l’heure, il prend un visage accommodant, il a même renoncé à exercer son chantage sur l’immigration. Mais il est à parier, lorsque l’Europe sera endormie et aura baissé la garde, qu’il se montrera de nouveau menaçant. Les dirigeants européens devraient relire La Fontaine et se méfier de Raminagrobis.

Philippe Kerlouan

Tribune reprise de Boulevard Voltaire

Régionales 2021 – Quitte ou double, par Francis Bergeron

vote élections

Tous les regards sont tournés vers la région PACA, parce que les chances du RN y sont les plus fortes. Et parce que la victoire ou la défaite de Thierry Mariani pèsera très lourd pour la suite, c’est-à-dire pour la présidentielle, dont les dates sont désormais connues : dans dix mois, les 10 et 24 avril 2022. De ce fait, l’élection de dimanche en PACA prend une allure de quitte ou double. En tout état de cause, aucune voix ne doit manquer à Thierry Mariani, même si l’abstention est prônée au nom d’on ne sait quelle mirifique martingale politique.

Les absents des urnes ont toujours tort. Voyez d’ailleurs comme, une fois toutes les analyses, tous les commentaires faits, on oublie qu’un Français sur trois seulement s’est exprimé, et que les votes qui se sont portés sur les candidats de l’Elysée n’ont représenté que 3 % des inscrits. Déjà, les politologues spéculent sur les scores attendus dans les régions et dans les départements. La fusion des trois gauches, en Ile-de-France, redonne par exemple une bouffée d’espérance à l’extrême gauche, inquiète Pécresse, et réjouit en secret Bertrand. Ailleurs, les sortants semblent devoir l’emporter, car on ne voit pas quel sursaut électoral pourrait suffisamment réveiller les abstentionnistes du 20 juin.

Dans Présent du jeudi 17 juin, Alain Sanders, dans l’un de ses fameux « coups de gueule » dont il a le secret, qui réjouissent ou agacent les lecteurs mais auxquels ils ne sont jamais indifférents, tacle Eric Zemmour qu’il traite de « coucou ». « Marine Le Pen est la candidate naturelle d’une droite populaire et de conviction », conclut-il.

Pourtant, dans Présent du jeudi 24 juin, Etienne Defay analyse les médiocres résultats de dimanche comme la conséquence d’une sous-estimation par les dirigeants du RN de leur électorat historique. Ils auraient braconné trop tôt en dehors de leurs terres, Eric Zemmour représentant une sensibilité plus en adéquation avec celle de la droite nationale : « Les conseillers de Marine Le Pen ont oublié le caractère contestataire du vote RN, ce vote du ras-le-bol et de la tentation de la table rase. » Peut-être. Encore que les explications de type sociologique soient plus crédibles que celles sur le positionnement et les discours du RN. Notre collaborateur y voit une opportunité pour la candidature Zemmour, dont la rumeur gagne du terrain. Cette hypothèse est en effet de plus en plus souvent évoquée, et lui-même, sur CNews, lundi, a semblé avancer ses pions, par sa critique sans concession de la campagne de Marine Le Pen.

« Dédiabolisation rime avec démotivation »

Polémia, le think tank (c’est-à-dire en bon français : réservoir à idées) de Jean-Yves Le Gallou, vient en renfort du journaliste de CNews. Mercredi, Polémia publiait une analyse détaillée du scrutin et, faisant allusion à la stratégie de normalisation du RN, il concluait par cette formule : « Dédiabolisation rime décidément de plus en plus avec démotivation. » Mais Pierre Boisguilbert, l’auteur de l’article, rappelle que « Marine reste cependant pour le moment incontournable. […] il ne s’agit pas encore d’un naufrage mais d’une avarie avec de sérieux dégâts. Il faut changer de cap et mettre à la barre ceux qui avaient indiqué les récifs ».

La critique de l’AGRIF (association créée par Bernard Antony, l’un des cinq fondateurs de Présent) est autrement plus radicale, et quelque peu désespérante : « Globalement, les électeurs de la droite de conviction n’ont pas eu une offre répondant à leurs aspirations essentielles […]. Les professions de foi du RN étaient d’une désolante médiocrité, somme toute semblables à celles des UMP ou RPR de jadis : rien sur la défense de la vie, et nullité totale sur la question de l’islam […]. Le RN de Marine Le Pen semble n’être pas prêt à incarner les valeurs fondamentales nécessaires pour que survive la France… »

Le congrès du RN des 3 et 4 juillet à Perpignan résonnera sans doute de débats sur les heurs et malheurs de la dédiabolisation. D’autant que celle-ci ne semble pas spécialement au rendez-vous, à entendre par exemple Xavier Bertrand qui, depuis dimanche, se vante d’avoir terrassé le dragon.

Mais, ni au RN ni dans ses marges, ni au sein de la droite de conviction, le temps n’est à ce type de spéculations alors que le second tour est imminent. Pour l’heure, on ne peut que noter que c’est le RN qui, le 20 juin, a seul été en mesure de présenter des listes dans toutes les régions, et des binômes de candidats dans la très grande majorité des cantons. Ce sera grâce à lui si, dimanche, le « front républicain » Muselier-Estrosi-Castaner, auquel Bernard Tapie vient d’apporter son éminent appui, est battu. Grâce au talent, aussi, de Thierry Mariani et de son équipe, bien entendu.

La qualité des militants

Marion Maréchal, qui était invitée cette semaine par Martial Bild à « Bistro Libertés », l’émission phare de TV Libertés, faisait remarquer qu’elle connaissait la qualité des candidats de la liste RN en PACA puisque beaucoup d’entre eux figuraient déjà sur sa propre liste, en 2015. Un autre sociétaire de TV Libertés, Pierre Gentillet, qui a travaillé avec Mariani, confirme les talents de ce candidat et considère, lui aussi, que Muselier et Mariani, ce n’est pas bonnet blanc et blanc bonnet, tant s’en faut.

Pour avoir été candidat dimanche aux élections cantonales et régionales en région Centre-Val de Loire, certes sous l’étiquette du CNIP mais dans le cadre de la liste conduite par le RN Aleksandar Nikolic, j’ai pu personnellement constater la qualité des militants. Leur dévouement, leur compétence, leur désintéressement n’ont rien à envier à ceux des débuts du Front national. Je n’avais pas participé à une compétition électorale depuis 40 ans mais, sur l’essentiel des points évoqués tant par Polémia que par l’Agrif, ces candidats – et futurs élus, pour certains d’entre eux – partagent peu ou prou les convictions des rédacteurs et des lecteurs de Présent.

Il est parfaitement normal que le RN, lors de son congrès de juillet, s’interroge sur sa stratégie passée et apporte des réponses à ceux qui s’interrogent. Il est souhaitable que ce parti renforce les marqueurs de son identité propre, et que soient débattus une communication et un programme parfois en effet très édulcorés… Et en pure perte, si l’on en juge les « fronts républicains » reconstitués un peu partout, à l’identique ou presque de 2015.

Mais attendons dimanche soir, attendons que les dés aient fini de rouler. Et au-delà des programmes et de la communication, la seule hypothèse d’une défaite du « front républicain » devrait constituer un stimulus suffisant pour que la droite de conviction ne baisse pas les bras et aille voter.

Francis Bergeron

Article paru dans Présent daté du 24 juin 2021

« Migrants » en Italie – Retour à la case départ

« Variant Delta sur dix immigrants arrivés à Lampedusa : c’est très grave, surtout si l’on pense que, en moins d’une semaine, 2 500 ont débarqué. Depuis le début de l’année, nous comptons 17 698 arrivées d’immigrants, contre 5 637 il y a un an et 2 154 en 2019. Je compte avoir bientôt une réunion à ce sujet avec le premier ministre Draghi, cet été l’Italie a besoin de touristes qui paient, pas de bateaux de migrants. » Telle a été la réaction du chef de la Ligue Matteo Salvini il y a une semaine après l’annonce de la présence du variant Delta du coronavirus chinois chez dix « migrants » fraîchement débarqués.

Le nombre d’arrivées continue d’augmenter malgré les voyages du Premier ministre et de son ministre de l’Intérieur Luciana Lamorgese en Libye et en Tunisie en avril et en mai dernier, justement pour discuter, entre autres choses, de la façon de freiner les départs depuis les côtes de ces deux pays. Résultat : l’île de Lampedusa est à nouveau submergée alors qu’il n’y a plus de place sur les navires réquisitionnés pour la mise en quarantaine des nouveaux arrivants. Ils sont actuellement quelque 1 400 dans le centre d’accueil de l’île prévu pour un maximum de 200 personnes. Autant dire que les conditions sanitaires liées à l’épidémie de Covid-19 ne peuvent pas y être respectées. Le maire de Lampedusa, Totò Martello, demande à ce sujet une rencontre urgente avec Mario Draghi. « La météo estivale favorable encourage les migrants à s’embarquer pour ce dangereux voyage vers Lampedusa et l’Europe », a-t-il déclaré dans un entretien pour Arab News, « il arrive presque un bateau par heure et la situation va en empirant. »

Le 17 juin, un navire affrété par l’ONG franco-suisse Médecins sans frontières (MSF) est arrivé avec 410 immigrants illégaux à son bord dans le port sicilien d’Augusta. MSF participait auparavant aux missions de l’Ocean Viking de l’ONG française SOS Méditerranée mais a désormais son propre bateau pour faire la navette entre la Libye et l’Italie.

Toutes ces ONG immigrationnistes ne peuvent qu’être encouragées à intensifier leur action après la décision prise ce mois-ci par le tribunal de Raguse, également en Sicile, d’annuler l’amende et la confiscation du navire Eleonore de l’ONG allemande Mission Lifeline. La sanction avait frappé cette ONG en septembre 2019 en vertu des lois « décrets sécurité » voulues par Matteo Salvini. Même si Salvini lui-même n’était plus au gouvernement à ce moment-là, ces lois s’appliquaient encore et, en janvier 2020, la préfecture de Raguse avait infligé à l’homme d’affaires allemand Claus-Peter Reisch, propriétaire de l’Eleonore, une amende de 300 000 euros. Seulement, en octobre 2020, une nouvelle loi est entrée en vigueur sous le deuxième gouvernement Conte, et la justice italienne considère aujourd’hui que ses dispositions plus favorables aux contrevenants doivent s’appliquer de manière rétroactive. Les ONG savent donc désormais qu’elles ne risquent plus grand-chose en Italie.

C’est sans doute aussi pour cela qu’une majorité des 27 refuse obstinément tout plan européen de relocalisations obligatoires. Ainsi, au Conseil européen des 24 et 25 juin, il devrait uniquement être question d’un plan de l’UE pour freiner les départs au moyen de l’aide au développement, avec huit milliards d’euros prévus à cet effet. Rien de bien original, et ce plan n’aura comme d’habitude aucune efficacité puisque l’UE se refuse toujours à sanctionner financièrement et commercialement les pays d’origine qui refusent de reprendre leurs ressortissants.

En attendant, les « migrants » s’entassent donc à nouveau côté italien à Vintimille, à proximité de la frontière française.

Olivier Bault

Article paru dans Présent daté du 22 juin 2021

Etrangers en situation irrégulière. Des soins évalués à plus d’un milliard et demi d’euros par an

migrants mineurs

C’est un pavé dans la mare que vient de jeter au parlement une députée de l’opposition.

Dans un rapport rendu public le 26 mai, la députée Véronique Louwagie (LR) évalue à plus d’1,5 milliard d’euros par an le coût des soins dispensés aux étrangers en situation irrégulière. Ses investigations menées dans le cadre de la commission des finances de l’assemblée nationale permettent d’identifier les dispositifs, au nombre de 11, auxquels les clandestins peuvent recourir pour se faire soigner gratuitement en France.

L’Aide Médicale d’Etat, l’arbre qui cache la forêt

Le débat sur les soins médicaux dispensés gratuitement aux étrangers en situation irrégulière est souvent centré sur l’Aide Médicale d’Etat. Il est vrai que tant l’augmentation vertigineuse du nombre de ses bénéficiaires que son coût ont de quoi choquer :

-le nombre de bénéficiaires de l’AME de droit commun est passé de 180 000 en 2003 à 368 890 en 2020. Selon les chiffres communiqués à la commission des finances, 380 000 personnes ont bénéficié de l’AME dans ses différentes formes en 2020 ;

-le coût de l’AME a été estimé en 2019 à 1,083 milliards d’euros.

La députée reprend à son compte un constat qui a été maintes fois fait : le panier des soins pris en charge intégralement en France est beaucoup plus large que dans les autres pays européens.

11 dispositifs permettant la prise en charge des soins médicaux dispensés aux clandestins

Le rapport recense 10 autres dispositifs que l’AME sur lesquels reposent les soins médicaux dispensés aux étrangers en situation irrégulière. La rapporteure spéciale souligne que le coût de certains d’entre eux n’a pas pu être évalué précisément : l’admission au séjour pour soins, les soins en détention, les équipes mobiles « psychiatrie précarité », les Samu sociaux et la dépense fiscale soutenant les soins en faveur des étrangers en situation irrégulière.

Toutefois, le coût de 6 de ces 11 dispositifs est évalué pour l’année 2019 à la bagatelle de 1,5 milliard d’euros. La députée indique que cette dépense est supérieure au budget annuel du troisième ensemble hospitalier de France, l’assistance publique des hôpitaux de Marseille, composé de 4 hôpitaux et de 14 000 salariés. Les investigations menées par Véronique Louwagie l’amènent à conclure que « l’importance de la couverture sanitaire existante en France en faveur des étrangers en situation irrégulière constitue une exception en Europe ».

Pour lire la suite, c’est ici !

Thibault de Montbrial – Islamisme, délinquance, immigration: osons l’autorité ! [vidéo]

24/06/2021 – FRANCE (NOVOpress)
Thibault de Montbrial, avocat pénaliste et président du Centre de réflexion sur la Sécurité intérieure, avocat notamment de Zineb El Rhazoui, revient pour Livre Noir sur plusieurs thématiques sur lesquelles il est engagé : la police, la justice, la guerre contre l’islamisme, ou encore la restauration de l’autorité de l’Etat. C’est l’objet de son dernier ouvrage “Osons l’autorité”.

Thibault de Montbrial est spécialisé dans la défense des forces de sécurité intérieure, la légitime défense, la défense de victimes de crimes, d’accidents collectifs et d’actes terroristes ainsi que la responsabilité pénale des dirigeants.

Découvrez ou redécouvrez cet entretien publié voici 3 mois mais qui reste toujours autant d’actualité !


Bobards d’or 2021 : du beau monde

Les Bobards d’or qui récompensent les « meilleurs mensonges » des médias de grand chemin se sont déroulés le 14 juin au Théâtre du Gymnase à Paris. Leur douzième édition fût à la hauteur des précédentes, quelques médailles pour amateurs.

Bobard Complot

Le Time a avoué un complot contre Trump dans un article assez étonnant (et naïf ?), qui a valu un bobard complot à l’envers contre les médias de grand chemin qui voyaient un complot russe partout. Un bobard de bronze pour l’inexistence du complot russe.

Bobard Lancet

La presse médicale anglo-saxonne qui fait habituellement la pluie et le beau temps dans le domaine médico-scientifique, le Lancet a été récompensé pour le magnifique faux article entièrement inventé contre la chloroquine du Professeur Raoult. Un bobard d’argent méritoire.

Bobard systémique

Bobard d’or à l’applaudimètre et toutes catégories, le bobard racisme systémique suite à la mort regrettable du repris de justice afro-américain George Floyd, ayant engendré génuflexions, torrents de larmes, scènes déchirantes sur tous les stades du monde inter-sidéral et au-delà, un grand moment doré.

Texte repris du site OJIM

[Entretien] Jean-Yves Camus : “Le problème de la gauche, c’est qu’elle voit des fascistes partout”

Notre démocratie est-elle en état de mort cérébrale ? Débat avec Jean-Yves le Gallou sur Putsch Live [vidéo]

Putsch Live Le Gallou

25/06/2021 – FRANCE (NOVOpress)
Dans ce nouveau numéro de l’émission Putsch Live multi-diffusée sur Youtube, Facebook, Twitter et Twitch, Nicolas Vidal recevait Jean-Yves le Gallou et Anaïs Lefaucheux.

Le thème portait sur les résultats du premier tour des régionales. Nos débatteurs ont du répondre et échanger sur ces questions : La démocratie est-elle en état de mort cérébrale et notre classe politique insensible au désintérêt des Français ? Les résultats très décevants du RN font-ils les affaires d’Eric Zemmour ? Les Républicains, regain électoral ou fausse joie ?

Un débat très animé et passionnant de bout en bout.


Surdélinquance des étrangers et des Français issus de l’immigration : la fin d’un tabou ?

immigration délinquance

Laurent Lemasson, docteur en droit public et sciences politiques, vient de publier, dans le cadre de l’Institut pour la justice, un rapport où il analyse, à partir des données officielles disponibles, les rapports entre l’immigration et la délinquance.

C’est peu dire qu’il contribue à briser un tabou. On le voit, dans les médias où la gauche est en passe de perdre son hégémonie pluridécennale, dans l’opinion publique où s’opposent élite hors-sol et Français confrontés à l’insécurité quotidienne : les digues sont en train de céder. Même Emmanuel Macron, par la voix de Gérald Darmanin, s’essaie aux effets de manche en demandant aux préfets un tour de vis dans les expulsions des clandestins délinquants. La ficelle électoraliste est grossière, il n’empêche qu’il est en train de prendre conscience que la sécurité des Français sera un thème majeur de l’élection présidentielle.

Pierre-Marie Sève, directeur de l’Institut pour la justice, est interrogé ce week-end dans Le Figaro Magazine : il pointe toutes les contradictions de ce grand déni français : « Dans notre pays, parler négativement de l’immigration est moralement répréhensible et expose à une accusation de racisme ou, au mieux, de “fermeture d’esprit”. La question du lien entre immigration et délinquance est donc un tabou dans le tabou. »

Les chiffres alignés dans ce rapport sont tous plus affolants les uns que les autres et font ressortir une vérité nue, froide, objective : en 2020, 24 % de la population carcérale est étrangère, quand les étrangers ne constituent que 7,4 % de la population française. Sur ces étrangers, plus de la moitié (54 %) viennent d’Afrique et du Maghreb. Ces étrangers sont donc surreprésentés dans les prisons, mais aussi dans les chiffres de la délinquance fournis par la police et la Justice, particulièrement pour les faits violents (homicides, vols avec violences, agressions sexuelles).

Pierre-Marie Sève rappelle, d’ailleurs, qu’il n’existe pas de statistiques sur la présence carcérale des clandestins, pas plus que sur la délinquance des Français d’origine étrangère. Il leur a donc fallu, en quelque sorte, « débusquer » les chiffres. Ces « esquives » dans la méthodologie employée par les autorités pour connaître l’ampleur et les origines de cette augmentation de la délinquance et de la violence sont significatives : pendant des décennies, par idéologie, on a pu ainsi faire semblant de ne pas voir le lien patent entre immigration et délinquance. Les yeux grand fermés. Une méthodologie amputée de ressources essentielles : en son temps, Michèle Tribalat pointait le même problème pour l’étude de l’évolution démographique de la population française.

Ce rapport aborde également le problème des mineurs étrangers présents sur le sol français, les MNA (mineurs non accompagnés) : ils étaient 2.500 en 2004, 31.000 en 2019. « D’après le parquet de Paris, 75 % des mineurs jugés sont des mineurs étrangers », dit Pierre Marie Sève.

Didier Leschi, directeur de l’Office français de l’immigration et de l’intégration (OFII), a expliqué, dans un essai que nous avons évoqué dans ces colonnes, l’ampleur du problème posé : « Si un clandestin peut sembler mineur pour se confondre avec les vrais mineurs en besoin de protection, c’est encore mieux. Un mineur ne peut être expulsé ; c’est du reste pour cela qu’il en arrive et s’en déclare de plus en plus, vrais ou faux. Aucune contrainte ne peut s’exercer sur eux. Les réseaux en profitent pour en exploiter beaucoup qui dérivent dans les rues de nos villes. »

Un problème chaque jour plus aigu dans des villes comme Paris, Rennes ou Nantes. Recrutés par des réseaux au fonctionnement mafieux, ces MNA agissent en toute impunité, puisqu’on ne peut ni les punir ni les expulser. La faiblesse de la loi française alimente donc, en creux, la délinquance sur le sol français.

Le prochain président de la République ne devra pas seulement jeter de la poudre aux yeux des Français en donnant l’illusion de l’action. Pour résoudre les fractures territoriales, sociales, culturelles et identitaires françaises, il faudra entièrement refonder la législation française en matière d’immigration.

Quitte à s’affranchir de la CEDH.

Marie d’Armagnac

Tribune reprise de Boulevard Voltaire

Identification numérique européenne, un « capitalisme de surveillance » ? [vidéo]

Éric Verhaeghe

23/06/2021 – FRANCE (NOVOpress)
Avec le projet d’identification numérique paneuropéenne, la Commission européenne envisage de stocker les documents d’identité, papiers officiels importants et moyens de paiement de tous les citoyens européens dans un seul «portefeuille» électronique.

Éric Verhaeghe, énarque et auteur du livre «Le Great Reset: mythes et réalités» (Éd. Culture & Racines), explique pour Le Désordre mondial qu’aujourd’hui, le marché le plus important est le marché de la data et que ce système permettra une surveillance massive de la population.


Jean-Yves Le Gallou sur le RN : « La pasteurisation du discours mène à l’abstention ! »

Dans une série de tweets, Jean-Yves Le Gallou est revenu sur les scores décevants du Rassemblement national lors des élections régionales. Voici une compilation remaniée de ces tweets.

La pasteurisation mène à l’abstention

La forte abstention favorise toujours les partis qui ont des clientèles. Elle défavorise donc le Rassemblement national.
La seule manière de limiter la casse, c’est de porter un discours capable de mobiliser. Une attitude à l’inverse de la pasteurisation voulue par Marine Le Pen, dont la stratégie est désastreuse.

La forte abstention a toujours pénalisé le vote Rassemblement national mais la stratégie de Marine Le Pen a amplifié le phénomène :

– mépris de tout enracinement local ;
– purges permanentes ;
– condamnations des plus courageux ;
– discours de plus en plus pasteurisé par peur des vagues ;
– invisibilité dans les assemblées.

Au cours de cette campagne, le Rassemblement national de Marine Le Pen n’a cessé de donner des gages :

– désaveu des identitaires (Poitiers, Escufon) ;
– absence sur les votes sociétaux au Parlement ;
– affirmation selon laquelle un islam républicain serait possible ;
– Soumission à une assesseur voilée.

L’or en plomb

Malgré un minimum d’expérience, je reste scotché par la capacité de Marine Le Pen à transformer l’or des situations en plomb électoral. La pasteurisation du Rassemblement national s’avère être un désastre. En contexte d’abstention, seuls les discours forts sont audibles.

Dommage qu’il n’y ait eu personne au Rassemblement national pour expliquer à Marine Le Pen :

– qu’avant le 2e tour de la présidentielle il y avait le 1er ;
– qu’avant la présidentielle il y avait les régionales ;
– que c’est la clarté et la radicalité qui permettent de mobiliser, non la pasteurisation.

Jean-Yves Le Gallou

Tribune reprise de Polémia

Comment l’Amérique se suicide – Les ravages du mouvement “woke” dans les écoles américaines, par Michèle Tribalat

mouvement woke

Michèle Tribalat revient sur les travaux de Keri D. Ingraham. Cette dernière est fellow au Discovery Institute et Directrice du Institute’s American Center for Transforming Education. Dans un dossier intitulé “Education gone Wild”, The American Spectator vient de publier trois de ses textes sur l’implantation rapide des idéologies radicales du moment sur le genre, l’histoire et la race, à l’école, du primaire au lycée, parfois avant. Cette radicalisation touche les politiques scolaires, les méthodes et les programmes. Elle met en péril l’éducation des enfants et, au delà, la fabrique de la nation américaine.

Le genre

Nombre d’écoles américaines ont adhéré à – et même promu pour certaines d’entre elles – l’idée que les enfants pouvaient, dès leur plus jeune âge, s’interroger sur leur genre.

Le test de la licorne

Des outils pédagogiques tels que Gender Unicorn, dont on trouve une version française sur le site https://unicorn.mrtino.eu/, interrogent les enfants et les aident à déterminer leur genre. Son usage est très répandu au Canada et il figure dans les outils éducatifs recommandés par l’Association for Supervision and Curriculum Development (ASCD) aux États-Unis.

Dans la version française « Fais ta licorne », les enfants sont invités à déplacer un curseur sur leur « identité de genre » (femme/fille, homme/garçon, autre genre(s) (sic)), leur « expression de genre » (féminine, masculine, autre), leur « sexe assigné à la naissance » (femelle, mâle, autre/intersexe), leur attirance sexuelle, proposée évidemment en écriture inclusive (physiquement attiré.e par des femmes, des hommes ou d’autre genre(s) (sic)) et enfin leur attraction émotionnelle (mêmes items). Des enfants sont donc, parfois dès la maternelle, incités à se poser des questions qui ne sont guère de leur âge, sans que leurs parents en soient correctement informés. Dans l’Oregon, une mère, inquiète d’apprendre que son enfant en deuxième année de primaire ait dû subir un test de ce type, s’est vue répondre par le directeur de l’école que la société américaine avait failli historiquement sur la question du genre, que l’enseigner aux enfants était un progrès et que ce serait le cas tout au long de leur scolarité et dans toutes les matières.

La question des toilettes et des vestiaires

Les écoliers et étudiants de tous âges sont encouragés à choisir les toilettes de leur choix et de plus en plus de districts interdisent aux enseignants et autres employés d’y entrer pour prévenir des comportements qu’ils jugeraient inacceptables. Un garçon peut ainsi entrer dans les toilettes des filles, y rester le temps qui lui plaît et faire ce qui lui plaît sans craindre de voir débouler un adulte. Idem pour les vestiaires dans lesquels les écoliers et étudiants peuvent entrer sans tenir compte de leur sexe.

Les disciplines sportives

Les garçons qui se déclarent transgenres peuvent de plus en plus souvent jouer dans les équipes féminines, ce qui enlève aux filles toute chance de l’emporter dans la plupart des sports. Aux États-Unis, seuls douze États s’y sont opposés, neuf n’ont aucune politique sur le sujet, dix l’autorisent à condition que l’athlète ait subi un traitement médical. Mais dix-neuf États l’autorisent sans aucun contrôle sur le niveau de testostérone. Le journaliste de CNN, Devan Cole est allé jusqu’à déclarer qu’il est impossible de connaître l’identité de genre à la naissance et qu’aucun consensus n’existait sur le critère permettant d’assigner un sexe à la naissance. Déclaration qui contraignit CNN à faire marche arrière. Si l’Equity Act est voté, toutes les écoles seront obligées d’exécuter les désirs de ceux qui se déclareront transgenres. Ces derniers se verront ainsi attribuer des privilèges quasi-absolus. Les parents n’auront pas leur mot à dire.

Pour lire la suite, c’est ici !

Renaud Camus : “Nous en sommes arrivés à un moment où c’est désormais l’homme qui est le produit, interchangeable” [vidéo]

remplacisme

22/06/2021 – FRANCE (NOVOpress)
Découvrez cet entretien sur le remplacisme avec Renaud Camus, réalisé par “The Conservative Enthusiast”.

Pour Renaud Camus, “Nous en sommes arrivés à un moment où c’est désormais l’homme qui est le produit, interchangeable”.